Craignez les maladies, pas les vaccins…

Craignez les maladies, pas les vaccins…
Par , Omnipraticienne
6 mars 2013

J’en suis presque à ma 70e chronique. Jusqu’à maintenant, j’ai soigneusement évité le sujet (à peine abordé, ici et ). Quand je fouillais les références sur des sites connus, les réponses véhémentes de certains internautes me faisaient pâlir derrière mon écran. Pas envie de m’infliger ça!

Aujourd’hui, à la lumière d’une récente étude américaine concluant que le calendrier de vaccination est sécuritaire,  je prends mon courage à deux mains. J’ai décidé de parler des vaccins.

J’ai réalisé que quand je reçois des patients pour la vaccination, j’essaie de rentabiliser au maximum les 20 minutes dont je dispose:

  • je vérifie les allergies;
  • j’énumère les vaccins;
  • j’explique les effets secondaires et leurs probabilités;
  • un parent hésite, connaît quelqu’un qui n’a jamais fait vacciner ses enfants sans que ça fasse problème, a lu sur Internet qu’on pouvait développer la maladie après avoir eu le vaccin, que les produits de conservation sont toxiques, etc.
  • je ressors mes études, mes chiffres, mes explications pour chacun des arguments;
  • si le parent est d’accord, je vaccine de la façon la plus harmonieuse possible;
  • je console bébé et parent, tout en notant les interminables numéros de lots dans les carnets au cas où il y aurait des manifestations bizarroïdes;
  • j’explique au parent comment réagir en cas de rougeur, douleur, fièvre, etc.
  • à la fin, je spécifie qu’ils doivent rester 20 minutes dans la salle d’attente au cas où il y aurait une allergie.


C’est en réfléchissant à cette séquence que l’absurdité de toute cette situation me frappe de plein fouet. Je suis mal à l’aise. Je passe en fait 20 minutes douloureuses, à poser un geste dont je me défends tant bien que mal, sans jamais dire pourtant ce qu’il faut vraiment dire, l’irréfutable: LES VACCINS PROTÈGENT CONTRE DES MALADIES GRAVES.

Il fut une époque où on pouvait contracter le tétanos en se coupant. La plaie s’infectait de cette bactérie qui attaque le système nerveux. On mourait dans d’atroces souffrances, car les spasmes musculaires sont si intenses qu’ils cassent des os et empêchent les poumons de s’étendre pour respirer. Chaque année, dans le monde, on déplore encore 1 000 000 de cas de tétanos, dont 500 000 mortels. Au Canada, personne n’en est mort depuis 15 ans.

Il n’y a pas si longtemps, on dénombrait 34 000 cas d’oreillons par année, au Canada. Maintenant, on compte à peine une trentaine de malades annuellement. Oui,  95 % des cas guérissent sans problème, mais 5 % des personnes malades deviennent sourdes ou stériles.

Quant à la poliomyélite, elle a disparu! Il y a à peine 50 ans, des épidémies paralysaient des milliers de personnes. Il n’y a eu aucun cas de poliomyélite au Canada de puis 1994, grâce à des campagnes d’immunisation intensive.

Et je ne parle pas de la rougeole, de la rubéole, de la coqueluche, de la diphtérie, de la méningite, etc.

Certaines maladies sont devenues si rares qu’on les a oubliées. Et pas seulement les parents. Je suis certaine que beaucoup de médecins aussi. Jusqu’à ce que je fasse des missions humanitaires, je n’avais jamais été confrontée à un cas de rubéole ou de diphtérie, sauf dans un coin de page d’un livre médical poussiéreux. On oublie de craindre les maladies. On craint à tort les vaccins.

L’accès à l’information (surtout par Internet), sans aucun discernement de la qualité, a contribué à la méfiance non seulement vis-à-vis des vaccins, mais aussi des médecins qui les recommandent, des gouvernements qui les fournissent, des scientifiques qui les conçoivent et des compagnies qui les vendent.

Je ne dis pas qu’il faut gober tout ce que l’élite scientifique affirme. Si vous avez bien lu toutes mes chroniques jusqu’à ce jour, vous savez que je ne prône pas le savoir absolu médical. Je sais qu’il y a une différence entre l’idéal et la réalité. Je sais qu’il ne suffit pas d’être pro ou antivaccination. Les nuances sont infinies.

Mais l’immunisation est la plus étudiée de toutes les interventions médicales. On détient une quantité astronomique de données quant à sa sécurité, son efficacité, son fonctionnement et son impact. Ce qu’on sait vraiment, c’est qu’omettre de vacciner son enfant, c’est l’exposer à 23 fois le risque de contracter la coqueluche ou 35 fois la rougeole. Une couverture vaccinale doit être élevée (ex. : 95 % des enfants vaccinés dans le cas de la rougeole)  pour que l’ensemble de la société soit protégé, incluant les personnes très âgées, les nouveau-nés, les femmes enceintes, les malades chez qui les vaccins sont contre-indiqués ou inefficaces.

Les risques de ne pas vacciner sont infiniment plus grands que tous les cas anecdotiques douteux qu’on rapporte ici et là. Les bénéfices sont clairs.

Allez-y. Je vous écoute.

Dre Taz, Omnipraticienne
Je sais combien la santé est un sujet qui nous préoccupe tous... Inspirés par ma pratique d'omnipraticienne, mes textes sont d'abord ceux d'un parent comme vous!
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (60)

  1. lili 6 mars 2013 à 07 h 23 min
    Ouf, ça fait du bien d'entendre quelqu'un prendre aussi clairement position en faveur du calendrier vaccinal ! Je suis infirmière en CLSC et je passe également 90 % du rendez-vous à expliquer et justifier l'importance du vaccin au parent. L'argument qui ressort le plus souvent de la part des parents inquiets : l'autisme relié au vaccin RRO administré à 12 mois... Pourtant, cette affirmation s'appuie sur UNE étude (peu crédible en plus...), alors que des dizaines (voire des centaines) d'autres études rigoureuses ont clairement démontré qu'il n'y a AUCUN lien entre l'autisme et la vaccination...

    C'est dommage de voir des enfants exposés à des maladies extrêmement dangeureuses parce que leurs parents sont mal informés ou suspicieux d'un complot "gouvernemento-pharmaceutique"...

    Par contre, je suis toujours heureuse de prendre le temps d'expliquer au parent qui s'inquiète le mode d'action des vaccins et leurs effets secondaires : c'est la preuve que le parent se soucie de la sécurité et de la santé de son petit. J'approuve et encourage certainement tous les parents à bien s'informer avant de prendre une décision. Mais s.v.p. : allez chercher l'info dans des sources crédibles ! Pas sur le blogue de Mme Truc-Muche qui a entendu parler de l'enfant du cousin de sa 5e voisine qui connaitrait quelqu'un qui a un enfant autiste et qui a reçu son diagnostique exactement 3 mois après avoir reçu un vaccin !... ; )
  2. Nadine 6 mars 2013 à 11 h 50 min
    Bonjour Mme Lili votre commentaire me fait réagir grandement puisque que je suis maman d'un petit garçon autiste non verbal de 3 ans qui a complétement cesser de parler 5 jour après le vaccin du RRO a 1 an et tout son développement était normal jusque là. Comme je dis dans mon commentaire plus bas je suis sur que mon fils avait ça latent en lui mais je pense que le vaccin a tout déclencher et malheureusement je ne suis pas la seul a qui c'est arrivée. Passant par pédiatre , neuro-pédiatre, pédopsychiatre et j'en passe il son encore en intérrogation sur le pourquoi il a cesser de parler du jour au lendemain, de plus aucune génétique propice a cela dans ma famille et celle de mon conjoint. Bref avant de pouvoir affirmer ou infirmer que ce n'est pas le vaccin, il faut qu'il trouve la cause ce qui n'est pas pour demain et de plus ce n'est pas le vaccin qui est en cause mais bien un agent de conservation qu'ils mettent dans le vaccin.
  3. Marieve Paradis 6 mars 2013 à 09 h 36 min
    La seule et unique étude qui conclut à une prévalence de l'autisme à cause de la vaccination est une fraude. Le médecin en charge de cette étude, Dr Andrew Wakefield a été radié de pratique médicale en Grande-Bretagne. Il a été accusé de fraude, détournement de fonds et autres absurdités. Il a été payé par un avocat pour faire cette étude... Et cet avocat était payé par des parents pour un recours collectif contre un fabricant de vaccin. Cette étude était une commande pour utiliser en cour contre le fabricant. L'échantillon d'enfants était de DOUZE!!! Et aucune autre équipe scientifique au monde n'a été capable de reproduire les résultats de cette étude... Lier le vaccin RRO à l'autisme, c'est définitivement ne pas avoir la bonne information...
  4. Nadine 6 mars 2013 à 12 h 03 min
    http://etat-du-monde-etat-d-etre.net/du-reste/sante/les-vaccins-directement-relies-aux-cas-dautisme-des-juges-indemnisent-des-familles
    Je sais que nos vaccins sont pas les même qu'aux State mais quand même intéressant à lire.
  5. Marieve Paradis 9 mars 2013 à 09 h 21 min
    Je pourrais mettre tellement de liens... Mais je vais me contenter d'un lien crédible... Celui de la CDC aux États-Unis, puisque c'est de ce pays dont on parle. http://www.cdc.gov/vaccinesafety/concerns/autism/index.html
  6. Marie-Hélène 6 mars 2013 à 09 h 39 min
    Je suis d'accord avec la dame précédente, les gens ne savent plus contre quoi ça protège. L'oncle de mon conjoint a eu la polio enfant (s'il était encore vivant il aurait autour de 75 ans) et ça à laissé des séquelles permanentes. Les risques de la maladie sont plus grands que les risques du vaccin.

    Ma fille de 8 mois à réagi en étant maussade après ses vaccins et elle a hurlé lors de l'administration des vaccins. Par contre, les maladies pour lesquelles elle est protégée maintenant auraient pu lui rendre toute sa vie misérable, pas seulement une soirée...
  7. Sophie 6 mars 2013 à 09 h 46 min
    Il y a 2 enfants qui sont décédés de la méningite récemment au Québec. L'un agé de 4 ans et l'autre de 2 ans. Étaient-ils vaccinés? Je crois bien que oui et pourtant, ils sont quand même décédés. Si le vaccin était si efficace, ils auraient peut-être attrappé la maladie, certe, mais n'en seraient sûrement pas décédés tous les deux. Donc, pas si efficace que ça les vaccins.
  8. Sarah 6 mars 2013 à 09 h 50 min
    On me contredira peut-être, mais les deux décès ont été causés par des types de méningites pour lesquels il n'existe pas de vaccins...
  9. Valérie 6 mars 2013 à 09 h 58 min
    J'ai été suivie en neurologie pendant 10 ans. Ils n'ont pas trouvé ce que j'ai. J'ai paralysé d'un oeil et j'ai des douleurs neurologiques pour l'ensemble de mon coté gauche. Dans les tonnes de recherches que j'ai lues, plusieurs fois les vaccins ont été mit en cause. Aujourd'hui, j'ai un fils de 3 mois. La réflexion entre le faire vacciner ou non a été très pénible. D'un côté, aucun parent ne veut faire administrer quelque chose à son enfant qui pourrait le rendre malade plus tard. D'un autre côté, ne pas le faire vacciner peut avoir le même effet. Mon conjoint voyage partout dans le monde. C'est lorsqu'il m'a dit qu'il ne se pardonnerait pas de transmettre une maladie qu'il pourrait rapporter de l'étranger que nous avons décidé de le faire vacciner. Je vous laisse vous imaginer les discussions avec mon frère qui est anti-vaccins et qui a des jumeaux autistes!

    La décision est prise mais le doute reste présent.
  10. Chantal 6 mars 2013 à 10 h 00 min
    Bonjour,
    Je suis tout à fait d accord avec tout ce que je viens de lire. Une seule chose me titille.. et chaque fois on ne peux répondre a ma question. Chaque fois que ma fille reçoit ses vaccins, elle a une horreur du lait et cela perdure durant presque 1 mois... c l'enfer...la crise juste ba la vue du biberon...je suis même obligé de la forcer, sinon elle en boirait plus du tout... votre opinion?
  11. Jeanne C. 6 mars 2013 à 10 h 28 min
    Est-ce que vous lui offrez le biberon en réconfort après le vaccin? Si oui, ça pourrait peut-être être une association entre le biberon et la douleur...

    Dans ma région, on suggère de donner aux bébés/enfants une dose d'acétaminophène 30 à 60 minutes avant le vaccin afin d'avoir déjà l'effet anti-douleur du médicament lors de la vaccination. Il est aussi possible d'appliquer un petit «gel-pack» froid sur le site d'injection tout de suite après.

    Selon une étude récente, dont malheureusement je n'ai plus la source sous la main, l'attitude des parents présents lors de la vaccination influence la réaction de l'enfant; le stress est contagieux.
  12. Isabelle 6 mars 2013 à 10 h 01 min
    Je suis totalement d'accord pour toutes les maladies que vous avez énuméré. Par contre je déplore le peu d'attention qu'on accorde aux effets secondaires qui peuvent survenir. À 9 ans, j'ai eu une péricardite suite à un vaccin de l'hépatite B. Je ne l'ai su que cette année (20 ans plus tard), en réalisant que ce pouvait être un effet secondaire de ce vaccin, et en comparant mon calendrier d'hôpital avec celui de mon carnet de vaccination. Probablement que l'hépatite est pire qu'une péricardite, sauf que la péricardite a causé beaucoup de soucis à mes parents, d'autant plus que les médecins ne trouvaient pas ce que j'avais, ça leur a prit du temps et je faisais beaucoup de fièvre! Si mes parents avaient surveillé les effets secondaires possibles du vaccin, probablement qu'on aurait pu trouver plus tôt ce que j'avais et les inquiétudes auraient été beaucoup moins grande. Mais ils n'étaient probablement même pas au courant...

    Autre question cependant, qu'en est-il des vaccins contre la grippe? Je peux comprendre qu'une personne fragile (asthme, troubles respiratoires, etc.) ce soit préférable de se faire vacciner. Mais une personne en parfaite santé ne meurt pas de la grippe s'il se soigne adéquatement.
  13. Jeanne C. 6 mars 2013 à 10 h 30 min
    Je travaille dans le système de santé. Une personne en santé et dans la force de l'âge ne décèdera généralement pas d'un influenza. Par contre, cette personne peut être un vecteur de transmission de la maladie. C'est pour protéger les autres qu'on nous demande (suggère fortement, nous n'y sommes pas obligés) de recevoir le vaccin de l'influenza chaque année.
  14. Marieve Paradis 6 mars 2013 à 10 h 03 min
    Tout à fait Sarah. Encore une fois, l'ignorance de la science fait des points... Il existe plusieurs souches de méningite. Celle que les deux petits anges ont contractée est la B, la seule qui n'a pas de vaccin connu... Sophie il faut s'informer avant de dire que les vaccins ne fonctionnent pas. D'ailleurs, il existe plusieurs vaccins qui ne sont pas efficaces à 100%. Ce n'est pas parce qu'on est vacciné qu'on attrapera jamais la varicelle, ou l'influenza. Par contre, nos petits amours vaccinés attraperont peut-être ces maladies à une plus faible intensité, diminuant du même coup les complications terribles de certaines maladies. Et pour que certaines maladies disparaissent comme la polio, ça prend des années de vaccination intensive de TOUTE une génération. Pas d'oubli dans les rappels et un taux de vaccination dépassant 90% dans plusieurs cas. Donc tant que les parents refuseront (ou oublieront) de faire vacciner leurs enfants pour le RRO (qui est le plus refusé des vaccins), il y aura encore des cas de rougeole au Québec...
  15. Marine C 6 mars 2013 à 10 h 13 min
    Ah merci! Je passe aussi mon temps à essayer de rappeler aux gens que la vaccination est aussi un acte altruiste! On ne protège pas juste son enfant, on protège aussi les gens les plus fragiles de la société. Hélas, ceux qui militent contre les vaccins sont souvent totalement ignorants des études qui font consensus dans la communauté scientifique, et n'ont clairement jamais voyagé en dehors de leur petit confort occidental! Il y a bien des pays où les parents rêvent que leurs enfants ne meurent plus de tétanos ou de rougeole (qui tue encore près d'1 million d'enfant chaque année)...Cela ne veut pas dire qu'il ne faut pas rester vigilant sur les effets secondaires ou la pertinence de certains vaccins, mais il faut arrêter de propager la théorie du complot. Des films de propagande comme "Silence, on vaccine", font beaucoup de mal, et pendant longtemps...
  16. Virginie M. 6 mars 2013 à 10 h 31 min
    Bonjour et merci pour cet article très intéressant. C'est certain, dés qu'on devient parent on s'en pose des questions et celle des vaccins n'est pas en bas de la liste. De mon côté, je trouve normal la plupart des vaccins mais je m'interroge sur la pertinence du vaccin contre la varicelle. Comme la plupart des jeunes de mon âge, j'ai eu la varicelle étant enfant et il ne me semble pas que ce soit une maladie "dangereuse", du moins étant enfant. Par conséquent je me suis posée beaucoup de questions au moment de vacciner mon fils (ce que j'ai finalement fait) mais encore aujourd'hui je m'interroge.
    A force de vouloir les protéger de tout et de rien (attention je ne parle pas de méningite, rubéole, rougeole, polio ou autre!) est-ce que l'on ne risque pas que leur système immunitaire devienne plus paresseux et qu'au final d'autres maladies ou allergies se développent?
  17. Nadine 6 mars 2013 à 11 h 05 min
    Pour ma part depuis 2 ans c'est NON au vaccin. Mon garçon âgé de 3 ans a complétement arrêter de parler après celui de 1 an (RRO) ils disait une vingtaine de mots et 5 jours après son vaccin plus rien du jour au lendemain. Aujourd'hui il est diagnostiquer autiste non verbale. Je ne dis pas nécessairement que c'est le vaccin qui a fait de lui un autiste ce que je dis plutôt c'est que probablement que c'était latent en lui et que ça la tout fait déclencher. Personne ne réagit de la même façon, je sais qu'il y a des autistes non vacciner et je sais aussi que d'autres ont pas eu se problème mais y en a tout comme moi qui leur ont arrivé la même situation. Mon fils n'aura plus de vaccin par peur qu'il régresse encore mais ceci est mon choix. Et je ne suis personne pour être apte a juger ce que les autres parents décident pour ce qui est de la vaccination de leurs enfants et je trouve dommage que d'autres le fasse. Chacun ont leurs convictions, leurs peurs et leurs histoires face à ce sujet plus qu'épineux qui n'est pas sans transparence tant au gouvernement qu'auprès des entreprises pharmaceutiques!!!!!!
  18. Sophie Lapointe 6 mars 2013 à 11 h 15 min
    Vous êtes courageuse, Dre Taz! Mais on a bien besoin de se faire dire ces choses, semblerait-il... Ici , mon fils a tous ses vaccins et on se fait vacciner contre la grippe (pour le moment, toute la famille, car grossesse et nouveau-né oblige. Plus tard, je continuerai de le faire, pour protéger mes patients âgés et on verra pour le reste de la famille). Je m'interroge par contre sur le vaccin contre le VPH, mais je n'ai pas de fille pour le moment ;-) Il me reste du temps pour y penser. Pour ce qui est des vaccins pour les 'grosses maladies' (i.e. vaccins donnés aux bébés), je pense que c'est un choix qui est pris de façon personnelle, mais que c'est d'abord un devoir citoyen.
  19. Caroline 6 mars 2013 à 11 h 16 min
    Merci! C'est trop rare qu'un médecin prenne le temps d'expliquer combien il est important de vacciner. Et ca fait du bien de lire les commentaires, surtout sur l'altruisme de la vaccination. En effet, c'est une décision de société : on vaccine tout l'monde ou on ne vaccine pas.

    Je comprends qu'un parent stresse à l'idée de donner un vaccin, mais les effets secondaires sont minimes comparés à la maladie qu'on arrivera peut-être à éradiquer.
  20. Lucie 6 mars 2013 à 12 h 24 min
    Comme Sophie L, je me questionne sur le vaccin du VPH. J'ai une fille qui aura bientôt 14 ans, et après avoir lu que le vaccin ne protège pas contre tous les types de VPH, j'ai choisi de ne pas la faire vacciner, pour la raison suivante : je ne veux pas, sous prétexte qu'elle est vaccinée, que ma fille choisisse de ne pas subir de pap test annuel. Mais je suis curieuse d'obtenir votre point de vue à cet égard.
  21. Emilie 6 mars 2013 à 12 h 29 min
    AMEN!!!!!

    Je suis docteur en biologie moléculaire. Lorsque j'ai eu ma fille il était évidemment impensable pour moi que ma fille ne se fasse pas vacciner! Lorsqu'on comprend le fonctionnement du système immunitaire et des vaccins, on comprend que les risques sont tellement minimes comparativement à ne pas faire vacciner son enfant. Je comprends que lorsque nous ne sommes pas dans le milieu il est facile de se laisser influencer par la mode «grano». SVP, si vous êtes si fier de dire que votre enfant n'a pas reçu de vaccins et qu'il est en parfaite santé et bien tant mieux, mais n'oubliez pas qu'il a 1) soit eu de la chance et 2) il est protégé par tous les autres parents qui vaccinent leurs enfants. Ne soyez pas inconscients. Cette étude sur l'autisme et les vaccins est complètement biaisé et erroné.

    Posez des questions, oui c'est normal! Demandez si vous pouvez étaler un peu plus le calendrier de vaccinations mais réfléchissez au conséquences que votre geste de ne pas faire vacciner peut avoir ou ne pas avoir....
  22. Véronique 6 mars 2013 à 13 h 04 min
    Merci Emilie.. Pour être la maman d'un enfant avec un déficit immunitaire j'ai vite compris l'importance! Il est incapable de produire des anticorps après ses doses de vaccins.. Je remercie les autres parents sensibilisés qui font vacciner leurs enfants afin de mieux le protéger et ce, sans même le savoir.
  23. Rachelle 6 mars 2013 à 12 h 46 min
    Wow..pour ceux qui ont choisie de ne pas faire vacciner....je crois que la plupart n'ont pas pris la peine de vérifiez les conséquences suites à une maladie...une tante à mon conjoint est maintenant sourde et muette suite à la varicelle..ils n'étaient pas vacciner...personnelement j'ai décider de faire vacciner mes enfants pour eux mêmes, mais également pour les autres..Emilie j'adore ton commentaire!
  24. Hélène 6 mars 2013 à 13 h 43 min
    La prévention est très importante, surtout dans une ville cosmopolite comme Montréal.
    Toutefois, c'est malheureux qu'il n'y a aucune mention des autres méthodes de Vaccination sans risques...homéopatique
    -la thérapie séquentielle
    -la pervaccination

    http://www.alternativesante.com/gazette/sections/section.asp?nosection=12&noarticle=174
  25. Dr Tasnime Akbaraly 6 mars 2013 à 13 h 48 min
    @ Lili: vous êtes une infirmière consciencieuse! effectivement, un parent qui pose des questions, c'est un parent qui responsable, critique et impliqué. Mais il faut savoir chercher les bonnes sources.

    @ Marieve Paradis: Quant à la saga autisme- vaccin RRO, voici ma chronique sur le sujet.

    @Marie-Hélène: il y a des gens autour de nous qui sont des exemples vivants de ce que la vaccination nous a apporté.

    @Sophie et Sarah et Marieve Paradis: quels sont ces cas exactement? il existe une multitude de méningites, dont virales, bactériennes, à mycose... ces enfants ont-ils été vaccinés adéquatement? étaient-il immunosupprimés? il faut toutes les informations avant d'affirmer que les vaccins ne sont pas efficaces.

    @Valérie: je compatis beaucoup avec vous. Être malade, et de tels symptomes surtout, sans savoir pourquoi, c'est une épreuve horrible. Bien sûr, on ne peut écarter les vaccins comme la cause, mais il y en a beaucoup d'autres possibilités... mais je comprends qu'on hésite à faire vacciner son enfant dans un tel cas.

    @ Chantal: c'est une drôle d'histoire! Quel âge a votre fille? Est-ce que votre fille ne fait tout simplement pas un rhume qui coincide avec le vaccin et qui diminue son appétit?
    franchement, je ne sais quoi rajouter... qu'ont dit les autres médecins que vous avez consultés?

    @ isabelle: le système de surveillance des manifestations post-vaccinales est pourtant bien en place, et les effets secondaires sont énumérés dans la notice dès qu'on déplore une pourcentage minimal d'effets observés, même s'il n'y a aucun lien réel autre que temporel. C'est votre cas si je comprends bien: temporel. Encore là, la péricardite peut-être causée par tant d'autres choses, surtout les virus. J'hésiterais à incriminer directement le vaccin contre l'hépatite B! Et si c'était le cas, hypothétiquement disons 1 cas sur 1 000 000, est-ce que ça aurait été une raison suffisante de refuser le vaccin et du même la protection contre l'hépatite B?

    en ce qui concerna la grippe, il est vrai qu'une personne en bonne santé a moins de risque de développer des complications. Mais il y a tout de même des avantages à se faire vacciner. Par ailleurs, les personnes "fragiles" ne développent pas autant d'anticorps en réponse aux vaccins. Les gens vaccinés autour d'eux les protègent! Voici ma chronique sur le sujet.

    @Marine C: Oui, la vaccination est un sujet de société, car ses impacts dépassent l'individu.

    @ Jeanne C: Votre commentaire s'adresse à Chantal. C'est une hypothèse intéressante. Je suggère souvent aux mères offrent le sein (ou le biberon) pendant ou après le vaccin. je doute cependant qu'il y ait association avec de la douleur car c'est un geste qui est répété dans tellement d'autres circonstances!

    Vous pouvez lire ma chronique sur les façon de diminuer la douleur des vaccins.

    Attention à la suggestion de donner de l'acétaminophène AVANT le vaccin, car selon des études récentes, cela diminuerait la réponse immunitaire au vaccin, donc par extension, le rendrait moins efficace (ce qui n'a pas été prouvé). C'est pourquoi maintenant je suggère d'autres alternatives, sinon donner l'acétaminophène APRÈS si l'enfant est maussade.
  26. Marieve Paradis 9 mars 2013 à 09 h 26 min
    Voici l'histoire de deux cas revers de méningite à Lévis. http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/sante/201302/28/01-4626613-cpe-vire-crepe-a-levis-deux-bambins-meurent-dune-grave-infection.php
  27. Neb 6 mars 2013 à 14 h 20 min
    J'ai été vaccinée et j'ai toujours cru que c'était réellement ce qu'il y avait de mieux. Je crois en l'efficacité et l'effet ressentit sur la santé de toute la population. Je ne me suis donc jamais posé la question pour mon premier bébé, je le faisais vacciner, c'était évident. Le temps a passé, j'ai lu de plus en plus de témoignages en défaveur de la vaccination, mais je ne m'y suis pas trop attardée.

    Bébé2 a reçu ses vaccins jusqu'à 6 mois... les derniers lui auront créé divers symptômes dès la première soirée et ils sont encore présents à ce jour (7 mois 1/2). Les médecins ne m'apportent aucune réponse. Il est bien possible que ce ne soit qu'un malheureux hasard... mais ça me laisse dans le doute.

    Il y a aussi ce documentaire qui donne la frousse, notamment le ptit garçon à 3 minutes: http://www.prisedeconscience.org/sante-et-medecine/silence-on-vaccine-linquietante-realite-des-vaccins-2-497

    Que penser de tout ça? Je ne sais plus en qui faire confiance. Finalement, c'est un peu comme jouer à la roulette russe!
  28. Marie-Hélène 6 mars 2013 à 15 h 12 min
    Pour ma part, je sui infirmière et fait de la vaccination régulièrement. Je suis par contre confrontée de manière TRÈS régulière à de sérieux débats a ce sujet... Mes 2 meilleures amies et mon frère sont de fervents défenseurs de l'antivaccination., chacun pour des raisons différentes: le corps peut se guérir tout seul et si on est malade, c'est que c'étai écrit dans notre destin... (!) la vaccination NUIT au système immunitaire naturel du corps, de plus le thimérosal est la pire abbobination inventée (bon c-a-d qu'il est responsable de tous les symptomes et toutes les maladies de causes inconnues à ce jour) et pour terminer, la vaccination est un complot des compagnie pharmaceutique... Tant de raison, tant de valeurs....
    Avant d'accuser la vacciantion pour toutes les maladies et les troubles dont on a peut d'information: analysez donc les produits qui se trouvent dans votre assiette, dans vos produits cosmétique: Il y a partout des ingrédients louches.
    Avant d'accuser la vaccination pour tout,allons donc voir un peu plus loin que la méchante piqure!
  29. Dr Tasnime Akbaraly 6 mars 2013 à 16 h 10 min
    Merci à tous pour tous vos commentaires constructifs sur cet article!!

    @Virginie M.: commentaire très pertinent! Nous avons le luxe de vivre maintenant dans une période où les maladies en bas de liste sont devenues des priorités. Il fut une époque où la coqueluche était une maladie "banale", malgré son taux de complications! Si la varicelle a représenté pour une certaine génération une maladie non dangereuse, elle reste la cause de complications graves: la surinfection des plaies, l'encéphalite, le zona...


    @Nadine: Je suis désolée pour votre fils et votre argument est temporel, on ne peut le nier. Mais une très grand pourcentage d'enfants sont vaccinés. Forcément, la vaccination devient une cause évidente et facile pour toutes les maladies qui peuvent potentiellement apparaître et dont on n'a pas élucidé la cause.

    @Sophie Lapointe: merci pour votre compliment! Je vous invite à continuer vous interroger, la réflexion est la base de consentement éclairé et de faire les bons choix!

    @Caroline: pas de quoi!

    @ Lucie: C'est vrai le vaccin contre le VPH protège contre 2 sous-types, qui en plus ne sont pas les plus coupables en terme de cancer... et tout-à-fait, il faut ABSOLUMENT expliquer à la patiente que ce vaccin ne soustrait pas au pap test annuel... Sans compter que le Pap Test exige un examen gynéco qui permet d'examiner bien d'autres structures, poser bien d'autres diagnostics.

    @emilie, @veronique, @rachelle: oui la vaccination est aussi un geste de société!!

    @Hélène: merci pour ces informations qui sont complètement nouvelles pour moi! le lien est intéressant, mais je suis déçue qu'il n'y ait AUCUNE référence, aucune étude citée, on doit se baser sur la parole du Dr Elmiger.

    @Neb: votre commentaire est très touchant de par son honnêteté. lorsque notre enfant est atteint d'un mal qui est difficilement identifiable par ailleurs, on perd toutes ses certitudes.

    @Marie-Hélène: votre point de vue est très intéressant!! effectivement, attardons-nous au centaines de produits chimiques que nous ingérons tous les jours, au dizaines de produits qu'on applique à ses enfants, à la pollution ambiante... tant de variables possibles!!!! Mais c'est tellement plus facile de pointer du doigt ce que pourtant des millions d'enfants reçoivent: les vaccins!
  30. Mylène 6 mars 2013 à 17 h 15 min
    Madame Dr Tasnime Akbaraly, je ne fais pas vacciner mes enfants, j'ai même écrit dans leur carnet de santé qu'il est strictement interdit de vacciner mes enfants sans mon autorisation verbale et écrite et celle de mon conjoint.

    Ce que je déplore dans votre article, c'est toutes les erreurs que vous y avez glissées et les petites insinuations pour faire peur aux parents, mais sans les outiller, bien entendu, juste les garder dans la peur pour ne pas qu'il s'informe. Les oreilles et les oreillons ont aucun rapport, les oreillons sont une inflammation des ganglions qui peuvent dans des cas extrêmement rare causer l'infertilité de un testicule, pas deux! Les hommes ne perdent pas leur entière fertilité.

    Aussi, il n'y a aucune étude qui fait un lien hors de tous doutes entre les maladies, que vous qualifiées de dangereuses, mais qui pourtant donne l'immunité permanente aux individus, entre la vaccination massive et la diminution de la maladie. Les conditions de vie et d'hygiène, l'apparition des réfrigérateurs et autres appareils coïncide avec la baisse faramineuse de ses maladies.

    De plus, vous ne vous préoccupés de trop peu des effets secondaires que ces vaccins occasionnent, vous les banalise même. Des vies brisées par des enfants devenus handicapés par les vaccins, l'augmentation des maladies auto-immunes et neurologique depuis la vaccination massive. Dans les classes de primaire, 1 enfants sur 6 a des problèmes de comportements, TED, autisme, hyperactivité, allergie et autres troubles qui n'existait pas parce qu'ils sont faciles à voir!

    Ce qui me choque, c'est l'omerta autour de ses drôles de phénomènes, de ses enfants normaux qui du jour au lendemain devient différents, handicapés ou même, morts. Une vie détruite par un vaccin est moins grave qu'une vie perdue par la dites maladie inoffensive dans bien des cas.

    Tout le monde connaît un membre de sa famille, un proche, un ami, une connaissance, une relation, un confère de travail (j'allège avec le masculin) dont l'enfant est un blessé par vaccin. Mais cela ne compte pas pour vous.

    Je ne connais personne au Québec qui connait une personne qui connait une personne qui a perdu son enfant mort de la rougeole, de la coqueluche ou devenu infertile à cause des oreillons. Pourtant, nous sommes plus de 10% des parents qui ne font pas vacciner leur enfants et pour assurer l'immunité d'une population, nous devons être plus de 90% à être immunisé contre les dites maladies. La vaccination a de moins en moins la cote et c'et très bien ainsi!

    Ne nous parlez pas de vos missions humanitaires, nous sommes au Québec. Ici, il n'y a pas de gros problème de salubrité, d'hygiène et d'alimentation. Vous comparez des pommes avec des concombres.

    Autrefois, du temps de votre grand-mère, la rougeole était une maladie enfantine très peu crainte parce que à cette époque, les mamans savaient la reconnaître et savait comment la soigner. Le corps médical infantilise les Québécois.

    Finalement, si les médicaments nécessitent un dosage par poids pour l'efficacité, pourquoi n'est-ce pas la même chose pour les vaccins? Une dose pour un petit bébé versus un grand ne devrait pas être la même or la dose est la même pour tous. Incongruité, ça n'a aucun sens. La vaccination, c'est une machine à faire de l'argent infernale et la gestion par la peur est efficace, Hitler l'a prouvé. La folie de un homme qui a entraîné dans son sillage des milliers de gens grâce au contrôle par la peur.

    Relisez-vous bien Dr Tasnime Akbaraly, voyez comment vous utilisez la peur pour arriver à vos fins.
  31. Gabrielle 13 mars 2013 à 20 h 05 min
    Mylène,
    votre commentaire discrédite les seules raisons valables de ne pas faire vacciner ses enfants. Vous êtes la preuve que, malheureusement, les parents qui font ce choix sont souvent mal informés et le font pour de mauvaises raisons. Vous accuser Dr Taz d'utiliser la peur dans son message mais c'est ce que vous faites en réalité. Contrairement à elle, votre discours manque de nuances et surtout de FAITS.
    J'ose espérer que votre ton accusateur n'impressionnera aucun lecteur et que ceux-ci feront d'avantage confiance à un médecin clairement bien intentionné et ayant des notions de biologie et d'immunité.
  32. Jessica 6 mars 2013 à 22 h 30 min
    Bonjour,

    Personellement, Ce que j'aimerais lors des vaccins, c'est qu'on me dise de quoi ils sont fait! Quel sont les ingrédients? Comment agissent-ils et à quoi servent-ils? On écrit bien les ingrédients sur un produit alimentaire. Alors, pourquoi pas un vaccin?
  33. Dr Tasnime Akbaraly 7 mars 2013 à 00 h 45 min
    @ Mylène: Avant tout, merci de participer à ce débat. Vos arguments assez typiques des "anti-vaccination" nous permettent d'exposer nos points de vue.

    J'aimerais que vous relisiez attentivement votre propre commentaire. Vous avancez vous-même à plusieurs reprises, sans aucune source: "des vies brisées (...) par les vaccins", "un enfant blessé par un vaccin", etc. Et je ne parle même pas de votre comparaison des médecins (à moins que vous ne visiez que moi??!) à Hilter... Vous parlez uniquement d'expériences personnelles. Tout le monde connait quelqu'un touché par les graves conséquences des vaccins? Tout le monde connait donc des enfants qui ne le sont pas, qui sont en bonne santé, qui n'attrapent pas la rougeole ou la méningite...

    Vous m'accusez de ne pas outiller mes lecteurs: ma chronique est écrite sur site certifié "HON", donc il est un outil en soi pour vérifier tous mes chiffres! Je commence ma chronique en citant une étude. Chaque maladie nommée est un lien vers une fiche d'information.

    Alors je me demande bien qui de nous deux a le plus recours à la peur???

    J'ai beaucoup d'admiration pour vous si vous pouvez reconnaitre la symptomatologie de la rougeole, la diphtérie, et autres maladies infantiles, et suis très curieuse de savoir comment vous les soignerez, puisque vous jugez que nous vous infantilisons.

    Peut-être que ma référence aux pays du tiers-monde est trop éloignée de votre réalité (mais un jour, vos enfants voudront voyager, ou travailler dans le monde médical...) . C'est vrai, j'aurais pu citer les vagues de rougeole ou de coqueluche que nous avons subies, ici au québec, dans le Grand Nord, ou pas très loin, chez nos voisins du Sud, il y a quelques années.

    Si vous déplorez qu'il n'y ait "aucune étude qui fait un lien hors de tout entre la vaccination massive et la diminution de la maladie", y-en-a-t-il une qui le fait entre toutes les maladies citées (et votre liste est longue et sans lien aucun entre elle si ce n'est qu'on n'en connait pas la cause) et la vaccination? Je n'ai jamais affirmé que les vaccins étaient l'arme exclusive contre les maladies, mais sûrement un facteur déterminant. Et si vous admettez que l'amélioration des conditions de vie y sont pour surement quelque chose dans la diminution des maladies infantiles, vous serez aussi d'accord pour affirmer que bien d'autres variables, comme les produits chimiques présents dans les cosmétiques, dans l'alimentation, la cigarette, l'alcool, la pollution, les matériaux de construction, sont surement aussi potentiellement coupables, autant que les vaccins, de toutes ces maladies sans cause tel que le TED, autisme, ou autre...

    Je ne banalise pas leurs effets secondaires. Il n'y a qu'à lire la description de mes 20 minutes de rendez-vous. Au contraire, je pense que parfois, la médecine de la vaccination se campe dans un ton défensif, et on oublie l'essentiel, c'était là le but de cette chronique.

    J'arrête là mon argumentation et ne relèverai pas la mésestimation que vous avez pour ma formation professionnelle (les oreilles et les oreillons??). Je ne connais pas votre profession, mais je ne me permettrai pas de vous mépriser pour soutenir mon point de vue. À moins que vous ne pensiez que TOUT le corps médical et TOUT le corps historique soient une fumisterie qui invente les complications à des maladies et les épidémies qui ont frappé notre histoire.

    Je sais qu’il ne suffit pas d’être pro ou antivaccination. Les nuances sont infinies. Je pourrais discourir sur le sujet pendant des heures, voire des jours... La médecine est loin d'être parfaite. Je suis une fervente militante pour le consentement éclairé de mes patients, la vulgarisation de la science, la démocratisation de la médecine.

    J'ai bien des défauts, Mme Mylène, mais sûrement pas celui de faire peur à mes patients.
  34. Dr Tasnime Akbaraly 7 mars 2013 à 00 h 48 min
    @ Jessica: Vous avez tous-à-fait raison, c'est d'ailleurs pourquoi on peut lire les ingrédients sur toutes les notices des vaccins, ou encore demandez à votre médecin de vous remettre les feuillets explicatifs du Protocole d'Immunisation Québecois (PIQ) qui décrit très bien les vaccins.
  35. Marine C 7 mars 2013 à 07 h 49 min
    @Neb
    Le film "Silence on vaccine" est un film de propagande anti-vaccin. Les scientifiques interrogés ont soit été radiés par la communauté médicale, soit licenciés de leurs institutions pour manque de professionnalisme et de déontologie ( Wakefield entre autres), le film est monté de telle sort à faire un lien direct entre autisme= vaccin RRO, sans aucun argument sinon la peur, et il ne s'agit en AUCUN cas d'un documentaire sérieux s'appuyant sur un travail journalistique. Pourtant, je suis sûre qu'il y a des choses à dire, voire à dénoncer, mais c'est dommage (et très dommageable) que ce film mensonger ait fait autant parler de lui.

    @Mylène
    Ah bon, il n'y a aucun lien entre la vaccination et la baisse de la fréquence des maladies? C'est l''argument le plus délirant qu'avancent les "anti-vaccins", et je ne comprends même pas qu'on puisse dire de telles inepties. Un conseil, faites un tour en Afrique, sortez de chez vous.
    La rougeole et la coqueluche ne tuent personne? Vous vivez à Disneyland?
  36. lili 7 mars 2013 à 08 h 07 min
    100 % derrière vous Dre Taz !

    Malheureusement, ce sont des discours comme ceux de Mme Mylène qui paralysent les parents ambivalents : ils restent donc en "standby" sur leur décision au sujet de la vaccination, préférant le statu quo à "risquer de faire du mal irréversible à leur petit bébé"... Et je les comprends...

    Mylène, vous avez visiblement beaucoup de convictions et il s'agit certainement d'une grande qualité d'assumer ses opinions : toutefois n'oubliez pas l'essentiel... Notre rôle comme professionnel de la santé est d'offrir l'information afin d'aider les parents à faire un choix éclairé : nous ne souhaitons pas faire de campagne de peur ! Mais lorsque vous exposez vos opinions et arguments "bétons" (sans référence... je dois vous le souligner malheureusement), vous faites peur à tous les parents qui sont indécis et imposez votre choix à tous ceux qui n'ont pas votre assurance...

    Je respecte néanmoins votre choix, et croyez-moi : loin de moi l'idée de vous vendre le calendrier vaccinal. Votre décision est évidente et respectable. Mais réalisez bien que le discours que vous tenez sur ce blogue est sans aucun doute le même discours que vous tenez en public auprès d'autres mères qui sont en réflexion sur la vaccination : ne décidez pas pour elles !...

    Et à titre d'information : sachez que le thimérosal (qui fait si peur aux parents) n'est PAS présent dans la très grande majorité des vaccins administrés aux tout-petits. On le retrouve habituellement dans les vaccins contre la grippe (fioles à doses multiples) et l'hépatite B, où il agit comme agent de conservation.

    Avant de paniquer devant la liste d'ingrédients contenus dans les vaccins, prenez le temps de vérifier si ces ingrédients ont le potentiel de nuire... après tout, j'ai déjà vu une mère s'inquiéter de "l'acide ascorbique" contenu dans les compotes de pommes : quel soulagement elle a ressenti lorsque je l'ai informé que l'acide ascorbique est synonyme de vitamine C ! ; )
  37. Maude 7 mars 2013 à 13 h 53 min
    Moi, ce que je ne comprends pas c'est la raison pour laquelle, apres avoir fait une réaction assez violente, mon amie, (pas une inconnue) donc une source sûre, son médecin ne voulait pas reconnaitre que ça pouvait pas venir du vaccin???? Franchement, je ne trouve pas ça rassurant du tout, parce qu'ils sont très nombreux ces medecins qui sont pro vaccins!
    Combien de personnes devront nous sacrifier pour le bien commun?
    Je crois qu'on doit laisser les gens décider si ils veulent se faire vacciner ou non!
    Et ce que je ne comprends pas non, c'est pourquoi vacciner avant 6 ans?
  38. Alex P 8 mars 2013 à 05 h 54 min
    Chère Dr Taz, merci pour ce billet très bien fait, très informatif, et très courageux! Trop souvent, l'ignorance mène des parents à prendre de mauvaises décisions à ce sujet (ignorance déguisée, car ces parents bien intentionnés croient se renseigner en consultant des sources douteuses). Ces parents, je suis persuadée que ce sont de bonnes personnes, des gens qui aiment leurs enfants, mais qui, parce qu'il ne savent pas nécessairement discerner l'information fiable de l'information biaisée, croient prendre une décision éclairée alors que ce n'est pas le cas.
    Des textes comme celui-ci, qui soulignent l'importance de vérifier la rigueur de ses sources et qui, tout en reconnaissant que la médecine ne sait pas tout, rappellent que se fier aux études scientifiques rigoureuses est encore la meilleure façon de décider, combattent activement cette ignorance. Bravo!
    Alex (maman de Jules, 6 mois)
  39. Veronique 8 mars 2013 à 16 h 00 min
    En tant que médecin de famille, je vous comprend bien et vous remercie pour ce billet. Je crois en effet que les gens ont oublié que les maladies pour lesquelles on vaccine les enfants peuvent causer de graves complications ou la mort, et que les risques des vaccins sont minimes comparés aux bénéfices. Merci encore !
  40. Émilie 11 mars 2013 à 15 h 08 min
    Bravo pour votre article et pour vos réponses très diplomates face à certaines accusations qui vous on été données selon moi à tord!
    En tant que professionnelle de la santé moi aussi, je suis souvent confronter à des débats sur la santé ( TRÈS souvent fondés sur des mythes où des ''rumeurs'' ). Il devient donc difficile de faire comprendre les faits aux gens avec nos preuves scientifique ainsi que nos recherches. Il faut par contre des gens comme vous qui se lève debout et dit haut et fort ce qu'il en est et qui défendent leurs points de façon solide et ferme!
    Des cas de rougeoles et de maladies rares, il y en a de plus en plus sur les départements de pédiatrie. Le lien qu'on y voit? Ce n'est pas que les gens ont arrêté de se laver les mains il y a 1 an ou bien que les gens ont arrêter de mettre leurs nourritures au frigo. C'est bel et bien qu'il y a une nouvelle mode ces dernières années : Celle de dire non aux vaccins! Je pense qu'on a pas besoin de 1000 études pour comprendre et expliquer le tout.
    Une conspiration pharmaceutique pour faire de l'argent? Je pense aussi que les compagnies pharmaceutiques feraient BEAUCOUP plus d'argent avec LES médicaments contre ces maladies graves qu'avec le 20$ du vaccin.

    Continuons notre discours Pro-Vaccin parce que dans certains cas, les parents comprennent mieux et font vacciner :)
  41. Stéphanie 11 mars 2013 à 15 h 22 min
    Y a-t-il des études au sujet de l'innocuité de l'effet combiné de plusieurs doses de vaccins différents lors d'un même rendez-vous? Merci de me répondre.
  42. Dre Taz 11 mars 2013 à 15 h 59 min
    Merci à tous pour vos commentaires!

    @stéphanie: il y en plusieurs, mais voici celui que je préfère, et tiré du Pediatrics, référence médicale largement acceptée:
    http://pediatrics.aappublications.org/content/109/1/124.full

    n'hésitez pas à poser d'autres questions directes comme celles-là!
  43. marie 11 mars 2013 à 17 h 06 min
    Je comprends la notion de "devoir citoyen" et de bien-etre commun quand à faire vacciner les enfants, mais n'est-ce pas une notion théorique? Car en pratique, qui est pret a "sacrifier" son enfant? En d'autre mot, quelle mère ayant un enfant autiste ou malade suite a un vaccin (potentiellement) est prete à aller de l'avant une autre fois, considérant ce risque, si minime soit-il? Et puis, quelle mère, qui a une amie, ou une connaissance, dont l'enfant à vécu ce genre de conséquence suite à un vaccin, encore une fois supposément, est prete à aller de l'avant elle meme et prendre un risque pour son enfant. On ne peut pas en vouloir a une mere de vouloir proteger son enfant.

    Maintenant, en tant que mère dans cette situation, il est difficile de mesurer soi-même le risque de faire vacciner et le risque de ne pas faire vacciner. Quoi écouter? Une étude pharmaceutique ou scientifique, ou une amie à qui les effets du vaccin sont très réels?
    Vivre avec un enfant malade ou autiste est une chose de toute une vie, aussi bien que la surdité liée à un oreillon mal traité ou un trouble post-méningite....
    En conclusion, je trouve bien difficile de prendre position.
  44. Stéphanie 11 mars 2013 à 21 h 04 min
    Merci de votre réponse. Vous me référez à un article qui éclaire les travailleurs de la santé sur le discours à tenir en cas de confrontation à des parents réticents à la vaccination. J'ai lu l'article, ainsi que plusieurs des références qui y sont cités. La seule étude qui a réellement été menée auprès d'enfants et de nourrisons est celle au sujet de l'hépatite B. Et la recommandation résultante a été de retarder cette injection jusqu'à ce qu'un nouveau vaccin Hépatite B sans timerosal soit créé. Et ces études toutes aux É-U, où la FDA émet les normes de "sécurité". Permettez-moi de reformuler ma question: Une ÉTUDE a-t-elle déjà été menée auprès de nourrissons et d'enfants, avec le même nombre de doses que celui proposé par le calendrier de vaccination actuel, tenant en compte les COMBINAISONS de vaccins actuellement injectées à nos bébés et nos jeunes enfants, et ces études sont-elles concluantes, par des données PROBANTES, afin de garantir l'innocuité d'un tel cocktail d'injections? Je salue votre dévouement.
    Stéphanie
  45. Maryse Plante 12 mars 2013 à 09 h 13 min
    Bonjour,
    J'aimerais comprendre pourquoi es-ce que les oreillons la rubéole et la rougeole était considérées comme des maladies bénigmes de l'enfance par le passé et que maintenant ce sont des maladies graves?
    Aussi, une autre question. Lorsque l'on regarde les données historiques, la vaccination est venue lorsque la plupart des maladies étaient en déclin () peut-on lier cela à des cycles naturels des maladies ou vraiment à la vaccination?

    Dernière question avez-vous entendu parlé de l'adolescente Annabelle Morin?
    Après sa première dose du vaccin VPH elle avait des troubles neurologiques (difficulté d'élocution, étourdissements…) elle en a fait part à l'infirmière et celle-ci a noté dans son dossier les effets ressentis. Elle quand même eu la deuxième dose… et est décédée dans la semaine. Les médecins ne connaisse pas la cause du décès et sa mère présentement essaye de faire entendre le fait que le décès de sa fille peut être relié à la vaccination… Son cas est à l'étude présentement je crois par Le régime québécois d'indemnisation des victimes d'immunisation.
    ce que je trouve décevant avec le débat vaccinal est que lorsque des personnes semblent avoir eu des effets possiblement liés à des vaccins, les médecins ne les écoutent pas et disent simplement que cela est une coïncidence, un hasard. Pourquoi ne jamais remettre en question les vaccins?

    On dirait un dogme dont on ne peut absolument pas parler, un sujet tabou. Si tu décides de ne pas vacciner tes enfants c'est que tu es grano, que tu crois tout ce que tu vois sur internet, ect.

    Je n'ai pas fait vacciner mes enfants mais je me suis longtemps poser la question bien avant d'être enceinte et j'ai fit bcp, bcp de recherches. Plusieurs études qui indiquent aucun lien entre les vaccins et certaines maladies sont souvent faites par des chercheurs qui ont des liens avec des compagnies pharmaceutiques qui produisent les mêmes vaccins testés… Pourquoi ne pas entreprendre des recherches indépendantes et véritablement indépendantes?
    Bref, je me questionne encore sur le sujet que je trouve vraiment intéressant. Lorsqu'il est question du monde de la pharmaceutique il est impossible de nier l'existence de lobby qui influence l'opinion publique et celle aussi des médecins. Je ne crois pas que tout est blanc ou noir ou que la vaccination est à proscrire, au contraire je crois cependant qu'il y a beaucoup trop de questions sans réponses…

    Merci d'avoir écrit cet article et surtout de répondre aux nombreuses questions/commentaires!
  46. Maryse Plante 12 mars 2013 à 09 h 43 min
    Voici un graph intéressant sur la vaccination de la tuberculose…

    http://www.jp-petit.org/Presse/curseur/illustrations/courbes_vaccination5.gif
  47. Dr Tasnime Akbaraly 13 mars 2013 à 16 h 51 min
    @ Marie: je comprends très bien votre point, il est très intéressant.

    @ Stéphanie: votre question est très pointue, et je doute qu'une telle étude existe. Bien sûr, les vaccins ont été étudiés et leurs combinaisons testées, par le processus d'approbation habituelle, sinon ils ne seraient pas sur le marché ni administrés de cette façon. Mais une étude telle que vous le demandez, je cherche encore.

    @Maryse: toutes les maladies ont déjà été considérées comme "bénignes", en fait comme des fatalités tant qu'on ne trouvait pas le moyen de les contrôler: la malaria, la grippe, la polio... J'ai aussi déjà expliqué que le vaccin n'était pas le seul déterminant de l'évolution d'une maladie, les conditions d'hygiène également. Mais les vagues de rougeole ou de coqueluche dès que le pourcentage de vaccination diminue est la preuve que la vaccination est très importante.

    non, je n'ai pas entendu d'Anabelle Morin. C'est une histoire très triste. Mais je ne suis pas du tout d,accord quand vous dites que les médecins ne prennent pas les effets secondaires au sérieux. Il existe un système d'observation des réactions adverses et manifestations indésirables suite à la vaccination.

    Il existe des études indépendantes, malgré l'existence du marketing pharmaceutique.
  48. Stéphanie 13 mars 2013 à 18 h 23 min
    Je vous averti d'avance que je ne pèse pas mes mots dans ce message. Vous trouvez ma question pointue? Il me semble que c'est la moindre des choses que ce qu'on administre à nos bébés ait été testé. Il ne s'agit pas de fine pointe ni de cas isolés, il s'agit d'une grande partie de la population qui font vacciner leur enfant dans l'ignorance. Ma question n'est pas pointue, elle est tout à fait LARGE, et mérite une réponse précise!!! DONC, il est FAUX que la combinaison des vaccins telle qu'actuellement proposée dans le carnet de vaccination a été testée sur des individus représentatifs de la clientèle à qui ils sont actuellement injectés : nourrissons, bambins et jeunes enfants HUMAINS. Les tests qui sont fait sont fait par les fabricants, donc ne tiennent pas compte des produits des autres compagnies, et ne sont pas fait sur des échantillons représentatifs de la population à qui ils s'adressent. Leur conclusions sont souvent douteuses. Puisque les médecins ne prennent pas toujours en compte les critères de combinaisons (mêmes compagnies, numéros de lot, voie d'administration, etc.), les cocktails actuellement injectés et administrés pas voie orale, non pas seulement en un seul rendez-vous, parfois aussi en l'espace de quelques mois, peuvent avoir des conséquences désastreuses sur l'organisme, qui sont inconnus (ou cachés!). C'est pourquoi la seule chose que la communauté médicale est actuellement en mesure d'affirmer, c'est que nos bébés servent actuellement à la plus grande expérimentation pharmacologique de l'histoire.

    Vous pouvez continuer à chercher, vous ne trouverez pas les études que je, ainsi que les autres parents responsables, conscient, et non athées envers la religion médicale, exigent. Mais il y a cette attitude de la part de la communauté médicale, être aveugle face à cette réalité, ne pas être en mesure d'avoir une vision honnête et non biaisée de cette réalité, je ne sais par quel ego, prétention, arrogance ou condescendance. Ce n'est pas parce qu'un médecin prend le temps d'écrire un billet que celui-ci est plus "humain". Le titre de votre article en dit long sur vous, de parler ainsi à l'impératif comme si vous connaissiez chacun des secrets de l'univers pour donner des ordres aux parents. Vous croyez vraiment que vous êtes en position de dicter à la population ce qu'elle devrait craindre ou pas dans votre monde? Il y aurait eu tant d'autres façon de présenter ce sujet "craignez-vous la maladie ou les vaccins" "pour vous éclairer sur la question des vaccins". Mais non, vous y aller avec l'impératif, et la PEUR! outil de persuasion ayant fait ses preuves à travers les époques, archi efficace envers la part de la population inconsciente, insouciante, ignorante et paresseuse. Peut-être craignez-vous de perdre la face en admettant la vérité, pourtant le nombre de médecins sur la liste des médecins pro-choix (É-U) ne cesse d'augmenter, ceux-ci travaillant réellement par conscience et non en réponse aveugle envers une institution qui, heureusement, s'en vient démodée. Vos livres de médecines ne contiennent pas la vérité absolue. Si vos pensées, croyances et comportements résultent des apprentissages que vous y faites, c'est un indice que vous vous êtes fait endoctrinés. Si vous n'êtes pas prêts à remettre en question vos croyances sur l'innocuité des combinaisons actuellement administrées sur nos bébés, alors vous, et votre institution, est un vrai danger à l'humanité. Merci du temps que vous avez pris à chercher, et à me répondre, mais je connaissais la réponse bien d'avance. Maintenant, seriez-vous prête à réécrire un billet afin de RÉELLEMENT permettre un débat et permettre aux parents de prendre une décision éclairée, plutôt que les endoctriné par la "crainte", ou craignez-vous le jugement de vos collègues et de votre Collège? Bonne réflexion.
  49. Gabrielle 13 mars 2013 à 20 h 25 min
    Mylène,
    votre commentaire discrédite les seules raisons valables de ne pas faire vacciner ses enfants. Vous êtes la preuve que, malheureusement, les parents qui font ce choix sont souvent mal informés et le font pour de mauvaises raisons. Vous accuser Dr Taz d'utiliser la peur dans son message mais c'est ce que vous faites en réalité. Contrairement à elle, votre discours manque de nuances et surtout de FAITS.
    J'ose espérer que votre ton accusateur n'impressionnera aucun lecteur et que ceux-ci feront d'avantage confiance à un médecin clairement bien intentionné et ayant des notions de biologie et d'immunité.
  50. Stéphanie 13 mars 2013 à 18 h 25 min
    Je voulais référer la liste des médecins pro-choix, en souhaitant qu'une telle liste se fasse au Québec et au Canada
    http://vaxtruth.org/pro-vaccine-choice-friendly-doctors/
  51. Gabrielle 13 mars 2013 à 20 h 49 min
    Stéphanie,
    tout comme Mylène, le ton que vous utilisez en dit long sur votre manque d'arguments réels. Vous aussi accusez Dr Taz de ce qu'elle ne fait pas mais que vous faites très bien: accuser, dénigrer, juger, faire peur et imposer. C'est bien connu, les médecins de famille (surtout ceux impliqués dans un organisme à but non lucratif tel que Naître et Grandir) sont inhumains et tentent de cacher la vérité aux parents dans le but d'administrer des vaccins dangereux à tous les bébés Québécois. Allons donc! Dr Taz l'a très clairement dit et répéter: les effets indésirables des vaccins ne sont pas pris à la légère par le corps médical et font même l'objet de nombreuses études qui à ce jour, ont démontré que les avantages reliés à la vaccination sont largement suppérieurs aux risques. Et oui, le choix éclairé des parents doit être respecté.
    Relisez son billet puis le vôtre et dites-nous qui fait preuve de mauvaise volonté.
    Bien sur, quand on fait face à une personne qui croit que l'ensemble de la formation médicale est une vaste fumisterie, il n'y a rien a discuter.

    Merci Dr Taz de répondre avec tant de discernement à ces messages aberrants.
  52. Stéphanie 13 mars 2013 à 21 h 21 min
    C'est toujours votre argument de dernier recours, contourner la question en changeant de sujet et parler du "ton". C'est bizarre vous trouver toujours le ton agressant lorsque les parents posent des questions auxquelles vous n'avez pas de réponse. Je demande où sont les études, c'est peut-être votre propre incertitude qui vous rend paranoïaque. Je ne suis pas celle qui parle à l'impératif aux parents, et oui je déplore votre usage de l'impératif. Moi aussi je fais partie d'organismes à buts non lucratif et cela ne fait pas de moi un être supérieur. Ce n'est pas parce qu'on oeuvre à travers une fondation qu'on est un saint! Et ce n'est pas parce que c'est écri sur le site de André et Lucie Chagnon que c'est plus vrai. Je ne prétend pas avoir d'argument pour ou contre, je cherche simplement des réponses, en posant ma question le plus clairement possible. Dommage que vous y voyez une menace. Mais il est révolu le temps où la population buvait des paroles des institutions, et oui, la santé est une grande institution! Vous êtes drôles de vous défendre à tour de rôle comme des ados qui subissent de l'intimidation. Les gens conscients n'ont jamais eu peur d'avancer seuls et agissent de façon autonomie, sans rechercher la protection d'une institution. Bon courage à vous tous car vous en rencontrerez de plus en plus de mon type.
  53. Gabrielle 13 mars 2013 à 22 h 19 min
    Je ne contourne pas la question, justement. Je parle bel et bien des médecins qui tentent de nous informer au sujet des vaccins du mieux qu'ils peuvent avec les faits démontrés qu'ils possèdent. Et je met cela en relation avec les gens qui, sans être inférieurs, n'ont pas de formation médicale et utilisent un ton alarmiste pour convaincre et non informer.
    La médecine a fait de graves erreurs et de grands miracles mais ne s'en cache pas. Je ne sais pas quelles mauvaises expériences vous avez connues, mais moi je n'ai jamais eu l'impression que le Dr Taz soit prétentieuse et condescendante. J'ai plutôt compris ceci: «Non, nous ne savons pas tout mais pour le moment, nous croyons sincèrement que la vaccination est la meilleure protection que vous puissiez offrir à vos enfants contre ces maladies et ce pour les raisons suivantes. Maintenant, faites ce que vous croyez le mieux.»
    Posez des questions, oui, mais seulement si vous croyez en la volonté et la capacité des autorités compétentes à vous répondre. À quoi bon si de toute façon ils sont, selon vous, tous endoctrinés? Accorderiez plus de crédibilité à un médecin qui vous apporte une réponse complètement farfelue et non fondée parce qu'il le fait seul et sans l'appui de la communauté scientifique? Parce qu'il fait parti des gens ''conscients''? S'il y a un consensus chez les experts en la question, c'est parce que, je le répète, ils croient tous qu'il s'agit de la meilleure réponse possible à ce jour.
    Par des gens de votre ''type'', voules-vous dire des gens qui posent des questions mais ne veulent pas vraiment entendre les réponses ou n'y croient tout simplement pas? Parce que des parents qui s'informent, il y en a heureusement déjà beaucoup.
  54. Gabrielle 13 mars 2013 à 21 h 26 min
    Je me permet d'ajouter, toujours à l'attention de Stéphanie, que vous auriez pu dire exactement la même chose (soit, si j'ai bien compris, que l'absence d'étude concluante sur l'innocuité de l'injection simultanée des différents vaccins tel que proposé par le calendrier vaccinal actuel chez les nourrissons et les enfants québécois vous inquiète) mais de façon nettement plus respectueuse et nettement moins alarmiste. J'aurais alors été tout à fait d'accord avec vous. Encore une fois, à vouloir en faire trop, scandaliser et effrayer, vous vous discréditez.
  55. Stéphanie 13 mars 2013 à 21 h 37 min
    L'étude que vous citez en ouverture de votre billet ne fait aucune mention de données empiriques cumulées par des tests sur un ensemble d'injection à des bébés. Elle cumule d'anciennes données et propose des pistes de recherche future, tien de rassurant. Donc il est faut, encore à ce jour, de dire qu'une étude permet d'affirmer l'innocuité des doses proposées dans le carnet de vaccination. Maintenant, ce fait ne vous arrange pas, clairement. Alors, vous détournez la question avec votre argument de dernier recours, mon "ton". Cela n'inquiète-t-il pas la communauté médicale que ces tests n'aient jamais été effectués? Et ce n'est pas vrai que les effets indésirables ou mortels sont compilés de façon honnête. Il y a aussi une banque "cachée" de cas où les médecins n'ont pas transmis les données dans votre banque officielle. Il serait intéressant de comparer les volumes de ces deux banques, tout en gardant en tête tout les cas qui n'ont pas été officiellement déclarés par la peur des parents ou par des parents qui se sont fait convaincre qu'il n'y avait rien là.
    Question ultime, quel intérêt croyez-vous que je nourisse à essayer de trouver des réponses à ces questions? Vous croyez que je me fais un loisir de basher sur des site web dans mes soirées? Et vous, quels intérêts nourissez-vous à essayer de convaincre la population de se faire vacciner? Même si vous le faites ici bénévolement, c'est tout de même vous qui facturez à la RAMQ pour ce r-v de routine. Pouvez-vous informer la population de votre prime supplémentaire pour les r-v donnés aux enfants 0-5 ans? Informez donc la population des honoraires gagnés seulement par les rendez-vous proposés par le carnet de vaccination.
  56. Gabrielle 13 mars 2013 à 22 h 21 min
    Je crois que vous confondez une autre lectrice qui vous répond avec l'auteure de ce billet. Je ne suis pas le Dr Taz.
  57. Gabrielle 13 mars 2013 à 22 h 41 min
    Je suis moi aussi une mère et je suis moi aussi d'accord avec vous qu'une large étude sur l'innocuité des différents vaccins administrés en même temps aux bébés et aux enfants doit être menée. Je déplore seulement que pour amener votre point, vous soyez obliger de dénigrer un médecin personnellement ainsi que tout le corps médical.
    Si tous sont mal intentionnés; l'industrie pharmaceutique, le gouvernement, la communauté scientifique, le collège des médecins, les médecins eux-mêmes et les infirmières, pourquoi vous donnez-vous le mal de poser ces questions? On vous mentira de toute façon! Si, comme moi, vous désirez réellement obtenir des réponses, vous devez faire un peu plus confiance. Si cette étude a bel et bien lieu, croirez-vous les résultats publiés? Parce que si vous êtes déjà convaincue qu'ils seront faux, manipulés aux profits de nos arnaqueurs de médecins, cessez de la réclamer.
  58. Julie 14 mars 2013 à 09 h 22 min
    @Stéphanie
    Avez-vous consulté ce récent rapport (disponible gratuitement en ligne)? : Childhood Immunization Schedule and Safety: Stakeholder Concerns, Scientific Evidence, and Future Studies : http://www.iom.edu/Reports/2013/The-Childhood-Immunization-Schedule-and-Safety.aspx

    Il ne vous plaira probablement pas parce que publié par l'Institute of medecine aux États-Unis, mais peut-être y trouverez-vous des réponses à vos questions.
  59. Stéphanie 14 mars 2013 à 15 h 23 min
    Oui je l'ai consulté en entier, c'est le rapport dont la Dr. Taz parle au début de ce billet. C'est justement car je l'ai consulté que j'ai décidé d'écrire. Il s'agit d'un rapport, et non d'une étude. ce n'est pas parce que le titre contient les mots "scientific evidence" qu'il faut croire qu'il y a actuellement une conclusion scientifique établie sur le sujet. Ils parlent plutôt des ce qui existent actuellement dans la littérature et disent justement que des études supplémentaires sont nécessaires!!! Ils parlent du processus d'approbation de la FDA, que dans les stades I et II des études, l'échantillon est d'environ 1000 personnes. Les produits ne sont jamais testés sur des enfants encore moins des bébés. Ils parlent des systèmes de surveillance VAERS et VSD comme source possible de données afin de créer des modèles et émettre des hypothèses sur la sécurité du protocole d'immunisation. Mais ces sources de données ont leur limites et n'ont pas permi d'émettre de conclusion à ce jour. La seule partie de ce rapport qui parle de l'étude de la sécurité du protocole d'immunisation se trouve à la page 40. On y cite de l'étude de Chen et al. (1997) comme SEULE étude ayant été menée à ce jour. Dans l'étude de Chen et al., on peut lire "A few of the existing studies have shown that there are cases in which the risk of adverse events can depend on the immunization schedule used." Ils mentionnent que c'est un nouveau domaine de recherche (on est quand même en 1997 et ils admettent qu'aucune étude sur l'effet combiné des vaccins n'a été menée!) leur conclusion: "It is concluded that a wide variety of different vaccine schedule components can be studied". Alors en 2013, ce nouveau rapport, qui ne mentionne pas plus de données probantes sur l'innocuité. Ils font des recommandations d'étude et donnent des pistes possibles à partir des deux bases de données existentes sur les effets indésirables (l'une volontaire et l'autre directement nourrie par les professionnels de la santé).

    Oui la tâche d'étudier les effets combinés des vaccins inclus dans le calendrier vaccinal est ardue je le reconnais. Mais comment se fait-il que ce cocktail soit permit sans même que l'on n'ait de garanties! La FDA ne commercialiserait pas les vaccins non concluants, alors comment se fait-il que l'on permette le cocktail vaccinal sans au préalable avoir testé les effets combinés? À la lumière de ces faits, je juge plus risqué d'exposer les enfants et les bébés à ce cocktail dont les effets demeurent mystérieux et inconnus, allant de la simple fièvre à des lésions neurologiques graves et permanente et même la mort. Entre ces risques potentiels et la coqueluche ou la rougeole, je choisis d'éviter ceux qui me semblent le pire. Le calendrier vaccinal américain est-il identique au calendrier québécois? Pouvons-nous nous fier sur les rapports américains pour admettre que nos pratiques sont sécuritaires?

    Et vous, Dr. Taz, Julie, Gabrielle, l'avez vous lu ce rapport? Avez-vous consulté les annexes? Avez-vous interprété une réalité en lisant le titre du rapport ou si vous avez réellement décortiqué ce qui y est écri?

    Vous me trouvez agressive, peut-être comprendrez vous ma réaction en lisant ceci: Cela fait quelques fois que je constate de l'information erronée dans les billets sur ce site. Dans le billet du 28 janvier 2010 : « Un calin contre la douleur », on pouvait lire « les vaccins et les prises de sang sont une procédure obligatoire à l’hôpital ». Et c'est faux. Toutes ces procédures sont VOLONTAIRES mais malheureusement, la majorité de la population ignore qu’elle peut refuser ces procédures – ou les retarder- si elle les juge inutiles ou dangeureuses (onguent dans les yeux, injection de vitamine K et prélèvement sanguins sur le nouveau-né). Suite à mon commentaire, Dr. Taz a rectifié le tir et s'est excusée de ce "lapsus". Les erreurs sont toujours involontaires on dirait, drôles de coïncidences, mais ça commence à m'agacer. C'est peut-être des erreurs, mais moi j'y vois du subliminal. C'est tellement facile de modeler la réalité en jouant avec les mots. J'ai hâte qu'un médecin courageux ouvre un débat honnête sans imposer aucune idée, et seulement dans ces conditions, serai-je neutre et honnête aussi. Quand on fait des erreurs et qu'on utilise l'impératif, on n'encourage pas la neutralité, on met plutôt le feu aux poudres.
  60. Maryse 18 mars 2013 à 15 h 09 min
    Les maladies comme la rubéole rougeole oreillons varicelle étaient considérées bénigmes (ces de celles-ci dont je voulais parlées) avant l'avènement du vaccin….

    Le vaccin pour la grippe augmenterait les risques (14 fois plus!!!!) de narcolepsie…
    Une étude sortie dernièrement
    dans le British medical journal.

    http://actuwiki.fr/dossier/16641

    Mais ça doit être encore une mauvaise étude…(sarcasme…)

    Pourquoi il ne faut pas craindre les vaccins lorsqu'un Programme d'indemnisation des victimes d'une vaccination existe au Québec. Il y a bien des effets indésirables…pour certains…
    Je ne veux pas faire parti du nombre...

Partager