Nuances et apparences

Nuances et apparences
20 février 2013

La vie est pleine de nuances impossibles à saisir au premier regard. On se perd souvent dans de fausses impressions. À cause d’un geste ou d’un mot prononcé ou répété, on enferme l’autre dans une image qui ne montre pas le parent qu’il est vraiment. On pense alors que l’herbe est plus verte chez le voisin ou au contraire qu’elle est plus jolie chez nous. On pense que tel père croisé au resto et qui regarde plus son cellulaire que son fils est un mauvais papa ou que telle mère bien peignée, bien habillée dans sa maison bien rangée est une bien meilleure maman que nous.

Et si le fameux papa venait de passer sa journée à jouer avec son fils et qu’il prenait simplement un peu de temps pour lui? Et si en ouvrant les placards de la maman parfaite, on découvrait que sa vie est un vrai bordel, que son mari la trompe, que ses enfants sont insupportables ou qu’elle est prisonnière de sa propre vie?

Les gens sont beaucoup plus que l’image qu’ils projettent. C’est bien connu, certes, mais c’est une évidence qu’on oublie parfois.

La preuve...

Deux jours après avoir écrit mon billet idyllique sur mon couple (lui et moi), je me suis engueulée avec mon homme à propos d’une niaiserie. Je l’aime, il m’aime, mais des fois, qu’est-ce qu’il m’énerve! Et c’est réciproque :-)

Il n’y a plus de vendredi magique chez nous en ce moment parce qu’on a envie de ne rien faire, à part peut-être regarder la télévision en mangeant de la pizza ou rester chacun dans notre coin autour de notre nombril.

Mes enfants s’aiment profondément, mais il y a des jours, où ils ne se supportent plus et se disputent pour un oui ou pour un non. Et je n’ai pas l’énergie pour les aider à se réconcilier.

On s’amuse et on parle beaucoup à table, mais pas tout le temps. Parfois, on n’a rien à se dire et l’ambiance est tendue parce que mon fils vient de se faire disputer, ma fille mange du poisson pas bon alors qu’elle rêvait de pâtes à rien, leur père n’a rien à dire et mon ado mange vite pour mieux retourner à ses conversations sur Facebook. Tout cela m’offrant évidemment le loisir de râler pour un rien!

Je pourrais nuancer ainsi chacun de mes billets parce qu’avant et après eux, la vie continue, souvent drôle et colorée, mais d’autres fois pas du tout!

Catherine Goldschmidt
Je suis une drôle de maman qui adore dénicher ou inventer des jeux simples et peu coûteux pour amuser les enfants.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (6)

  1. Véronique 20 février 2013 à 15 h 50 min
    Personnellement, je trouve que Facebook est le problème le plus important dans ce manque de nuance social.

    Sur Facebook, on ne montre que ce fait notre affaire. On ne dit que ce que l'on veut bien dire. Si on ne se fit qu'à Facebook, certaine famille sont évidemment parfaites (à chaque week-end ils mettent en ligne une tonne de photo de leur 1002e activités en famille de l'année, la maman poste à tout heure du jour ou de la nuit un "status" déclarant à quelle point est elle épanouie dans sa maternité, à quel point allaiter à 3h30 du matin depuis 2h, cernée jusqu'au nombril, est une vraie bénédiction, etc.) et d'autres ont carrément l'air d'être sur le point d'éclater (on ne lit que des "status" déprimant, des "pensée du jour" déprimante, monsieur y écrit toutes ses récriminations envers sa femme ou ses enfants, madame se plaint de sa vie de prisonnière, etc.)

    Et pourtant, ces deux cas, si on les observait dans leur quotidien, on y verrait probablement deux familles identiques. Ou pire, la famille parfaite croule peut-être sous les dettes et se paient des activités à crédit et la famille qu'on croit sur le bord de la rupture sont peut-être ceux qui, après avoir ventilé sur Facebook, sont les plus aptes à se parler et à régler leur problème.

    De plus, avec Facebook, c'est beaucoup trop facile de se comparer... On peut facilement avoir l'impression que c'est plus vert chez le voisin ou on devient, bien malgré tout, un voisin gonflable... Il faut fait bien attention au jugement hâtif surtout lorsqu'ils sont basés simplement sur ce que les autres veulent bien nous montrer.

    Patrick Lagacé a écrit un jour: "«Facebook, c'est le festival du Tu te crées une vie. As-tu remarqué qu'on y est toujours à son meilleur? Tout est beau, tout est l'fun sur Facebook. Les gens mettent les meilleures photos d'eux, de leur couple. De la bouffe qu'ils mangent dans le resto branché du moment. Du plus récent voyage...»"

    Et il a tapé direct dans le mile.
  2. Véronique 20 février 2013 à 15 h 51 min
    C'est tellement vrai! Je me rends compte depuis quelques semaines que je chiale sur tout ce que fait mon conjoint alors qu'au fond, il en fait autant que moi avec notre petit coco! (qui a 8 mois) Nos vendredis sont également devenus des soirées où on veut seulement s'écraser devant la télé et faire chacun ce que l'on veut faire de notre côté! Malgré tout, je ne me passerai ni de mon fils, ni de mon conjoint pour tout l'or du monde!
  3. Marie-Hélène 20 février 2013 à 16 h 33 min
    De mon côté, je trouve que la vie de Facebook représente assez bien la réalité.... Y'a pire, y'a mieux que nous! C'est la mêm chose au travail: comment elle fait, cette fille avec ses 4 enfants , son travail temps plein pour faire en sorte que tous fasse des activités parascolaires? !!!!! Je crois que dans la réalité les seules personnes qui sont capable de me faire sentir épanouit sont mon conjoint, mon fils et moi moi-même.....
    A quoi bon essayer de chercher la bibitte de celle qui semble avoir tout pour elle? Pour me rassurer moi même sur mes échecs?
    Tout dans la vie à ''l'autre coté de la médaille'' .... Mais pas la peine de tout savoir...
    Chaque défaut a son côté positif.... chaque qualité amène parfois un vilain défaut... être ordonnée est une bonne chose mais qui aime être en compagnie d'une maniaque de ménage et de l'ordre?

    Ne jamais oublier que PERSONNNE n'est parfait malgré ce qu'il tente de montrer
    Ne jamais oublier que JE suis la seule personne qui peut faire en sorte que je suis satisfaite de ma vie
  4. Soso 20 février 2013 à 21 h 19 min
    Merci pour autant d'autenticité!

    Tout le monde tient tellement à paraître parfait, en contrôle de sa vie, de sa famille, de son corps. L'être devrait toutefois importer davantage que le paraître. Malheureusement, ce n'est pas le cas de nos jours. Au final, les conversations sont insipides -à moins d'être deux personnes très proches, et encore!

    Combien de jugements fait-on dans une journée? Combien de fois agit-on de telle ou telle manière, afin d'être comme les «autres»? Mais quelles autres, finalement? Ceux qu'on imagine, la masse..?!

    Personnellement, je n'ai pas Facebook. Je trouve que c'est une perte de temps, mais je sais que c'est pratique parfois. Peu importe, je n'ai pas à exiber ma vie à la Terre entière pour avoir le sentiment d'exister. J'existe, tout simplement.

    Les gens qui sont très actifs sur Facebook me font penser à ceux et celles qui parlent le plus fort dans les réunions ou au resto. Peut-être pour qu'on les remarque? Pour avoir le sentiment d'exister, justement? Mais tout le monde existe!!!
  5. Dr Tasnime Akbaraly 21 février 2013 à 15 h 13 min
    Merci Catherine! Sans me réjouir de vos petits malheurs, je suis soulagée de constater que rien n'est parfait, chez personne! Comme d'habitude, vous êtes touchante!

    Nous sommes effectivement à l'ère de la communication à tout prix, même sans profondeur, sans authenticité... j'ai à peine le temps pour mes amis dans le quotidien, et voilà que Facebook me permettrait de cultiver des amitiés virtuelles?

    Cela dit, les réseaux sociaux et blogs divers sont très utiles, mais il ne faut jamais oublier que ça reste des flashs instantanés...
  6. Les potins de la relâche | Jamais 2 sans 3 3 mars 2013 à 06 h 26 min
    [...] Nuances et apparences [...]

Partager