Rebaptiser le congé parental?

Rebaptiser le congé parental?
21 janvier 2013

 Il y a peu de temps, la vie m’a donné la plus grande récompense du monde : celui d’être sacré papa pour une deuxième fois. L’apogée après avoir patienté pendant 9 mois, jour pour jour! Notre petit bonhomme s’est laissé désirer jusqu’à la date prévue d’accouchement de ma conjointe.

Il n’y a rien de plus beau que  d’ouvrir les portes de son coeur à un nouveau-né. J’ai plané au début de mon congé de paternité de 5 semaines, puis j’ai rapidement pris conscience de l’ampleur de la tâche. À vrai dire, j’ai trouvé l’expérience énormément plus exigeante que la première fois, physiquement et psychologiquement.

Dites-moi que ce n’est pas l’âge qui est déjà en train de me rattraper!

Après mes 5 semaines à la maison, me voilà donc de retour au travail, à temps plein.

Je ne vais pas m’en plaindre puisque je suis plutôt heureux de retourner au boulot et pour plusieurs raisons : j’adore mon emploi. J’avais hâte de reprendre un rythme de vie plus « normal » et je me suis un peu ennuyé des gens avec qui je travaille. Mais, contre toute attente, je pense que je commençais surtout à avoir cruellement besoin de me changer les idées et qu’il fallait que je me repose de mon congé de paternité de 5 semaines!

Oui, vous avez bien lu.

J’ai besoin de repos! Je dois me remettre de mon congé. Je suis crevé. Crevé raide.

Je peux bien analyser les dernières semaines de tous les angles possibles, je ne vois pas en quoi ce qu’on nomme « congé parental » aura été un congé. Le temps est venu de rebaptiser cette expression parce que, vraisemblablement, il n’y avait strictement rien qui s’apparentait à une pause dans les 5 semaines réglementaires que j’ai prises, pas plus qu’il doit y en avoir pour une maman qui demeure à la maison pour 1 an. Encore moins, j’imagine.

Bien sûr, j’ai pu profiter d’une exemption de travail de mon employeur. Sur ce point-là, je pourrais parler de congé.

Mais ce petit répit me semble bien mineur lorsque je le compare à la réalité quotidienne à laquelle j’ai été confronté. D’ores et déjà, je peux vous dire que jumeler un « congé parental » à la période du temps des fêtes n’est pas non plus l’idée du siècle! Malgré cela, c’est ce qui nous est aussi arrivé pour notre premier enfant.

Deux en deux, dit-on.

Et, parlant de deuxième enfant, voilà un autre point important qui devrait nous motiver à rebaptiser le « congé parental »... Parce que si vous avez un autre ou d’autres (au pluriel!) enfants à la maison, l’arrivée d’un nouveau-né ne risque pas d’avoir le même effet sur vous qu’une journée où vous passerez du sauna aux bains froids dans un spa en pleine nature. Plus encore, si vous êtes comme ma conjointe et moi et que vous vous dites « nous sommes à la maison alors il ne faudrait pas aller porter notre grand à la garderie trop souvent! », c’est d’autant plus vrai.

Pour vous dresser un topo rapide, mes 5 semaines ont ressemblé à :

  • des couches qui n’en finissaient plus de se remplir;
  • un grand garçon fiévreux pendant 7 jours;
  • des lunettes pour le grand garçon à la suite d’une visite chez l’ophtalmologiste;
  • des vomis en jet à 2 mètres de distance et des problèmes intenses de reflux gastriques;
  • une visite à l’urgence le 23 décembre pour fiston premier;
  • une visite à l’urgence le 24;
  • un réveillon dans la nuit du 24 au 25;
  • une visite pour bébé à l’hôpital le 25 pour une échographie;
  • un souper de famille le soir même, un dîner de famille le lendemain;
  • des cadeaux commandés sur Internet qui n’arrivent pas à temps (quoi de plus agréable que de dire à quelqu’un que son cadeau de Noël n’a pas été livré dans les délais prescrits?);
  • quelques jours dans la parenté en Mauricie;
  • des nuits qui s’apparentaient davantage à des siestes;
  • un nourrisson qui criait beaucoup plus que la normale et qui avait de la difficulté à tolérer certains médicaments, et j’en passe.


Je me relis et je m’épuise!

D’accord, je n’ai peut-être pas eu le parcours standard. Tout de même, je pense que nous devrions parler de période « d’adaptation parentale » et non de congé.

Qu’en dites-vous?

Ah oui! J’oubliais.

Entre tout ça, nous avons réussi à écouter plusieurs films de Noël, à faire de la popote en famille (du ragoût de boulettes, des « cherry blossom », des brownies, des muffins, etc.), à nous balader en forêt, à jouer à plein de nouveaux jeux, à prendre du temps sous de grosses doudous, à rire des nouveaux sons de bébé, à avoir nos premiers pipis sur le pot, à nous émerveiller devant un enfant de 2 ans qui fait un grand frère exceptionnel, à magasiner, à jouer dans la neige et à avoir des tonnes de discussions amusantes parsemées de fous rires.

Finalement, « l’adaptation parentale », il y a certainement moyen d’y trouver de bons côtés!

N’empêche que je suis crevé.

 

Découvrez davantage de billets de Jean-François en visitant son bloguepersonnel.



 

 

 

Jean-François Quessy
Je suis un père passionné, mais aussi un grand amoureux qui aborde sa vie avec humour.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (13)

  1. Cindy 21 janvier 2013 à 10 h 10 min
    Mon 'conge de maternite' se termine bientot et je suis crevee aussi. Jme demande bien comment je vais retourner au travail alors que me fille ce leve encore 2-3 fois par nuit.
    Sa devrais sappeler 'Quart de travail sans fin ni pause cafe'!
  2. stephanie 21 janvier 2013 à 10 h 29 min
    Bonjour a tous! moi j ai accoucher en 2011 de ma petite puce j avais ma garderie en milieu familiale j ai arreter le soir de mon admission a l hopital car le medecin a decider de faire dilater mon col avec une petite eponge et les contractions ont commencer le soir meme et a 5h57 am ma puce arrivais parmis nous je suis sortie de l hopital j ai pris 2 semaines de conge et j ai reouvert ma garderie car je me sentais bien et en forme et bb faisais deja ses nuits j etais chanceuse et la je suis encore enceinte de mon 4 ieme bb et j accouche en juillet mais la je vais vous dire je vais prendre plus que 2 semaines car je suis beaucoup fatiguer avec la garderie mes enfants je prevois prendre environs 1 mois et peut etre plus je vais voir . etre maman a la maison n est pas toujours une partie de partie ni pour maman ni pour papa s il prends un conge parentale.mais j adore mes enfants plus que tout et ma carriere de educatrice en garderie a la maison aussi j adore car je suis avec mes enfants et je les vois grandir rien ne me ferais le plus beau cadeau que de rester a la maison avec mes enfants .
  3. Régine Pierre 21 janvier 2013 à 11 h 19 min
    Un changement majeur au 21e siècle: l'implication des pères dans l'éducation de leurs enfants dès la naissance. On ne peut qu'anticiper des effets positifs sur leur développement.
  4. Genevieve 21 janvier 2013 à 12 h 32 min
    Mes suggestions :

    Congé de paternité = "Moment de paternité" ?
    Congé de maternité = "Moment de maternité" ?
    Et quand les 2 sont en "congé" en même temps : "Moment familial" ?

    Qui dit mieux ?
  5. Santiago 21 janvier 2013 à 13 h 54 min
    Je viens d'avoir ma deuxième fille et je comprends complètement l'idée.
    Cela dit, on parle d'un congé de paternité et non d'un repos de paternité… c'est vraiment un congé du travail au bureau pour s'occuper du travail à la maison.

    À tenir en tête, car le concept des congés en général, des vacances et des semaines de relâche, est bien diffèrent quand on devient parents…

    Cela où la planification et l'organisation des activités en famille jouent un rôle essentiel. Beaucoup plus à dire qu'a faire, certain; pourtant, ça marche. Il faut juste pas oublier le temps du repos dans le plan!
  6. Marie-Claude Parent 21 janvier 2013 à 14 h 04 min
    J'aurai l'honneur et le privilège de voir mon nid familial accueillir son 4e oisillon en juillet. Les grossesses s'aditionnant, l'expérience d'être parent se peaufine. Le passage de 1 enfant à 2 s'est fait avec quelques petits ajustements. Les moments d'adaptation ont été moins nombreux lors de l'arrivée du troisième poupon... et j'en espère tout autant lors du moment où on accueillera le 4e.

    Congé rime souvent avec état de oisivité... Quelle erreur! Nous sommes loin d'être dans un état sans activité. Bien au contraire! Il est vrai qu'on a l'impression de se reposer une fois de retour au travail, cependant quel bonheur nous habite lorsque nous retrouvons notre marmaille à la maison. Les séparations donnent lieu à la joie de se retrouver. Il ne faut pas se sentir coupable!
  7. Daniel Migneault 21 janvier 2013 à 14 h 47 min
    Tu as bien raison Jean-François. ça prend environ 6 mois à s'adapter, du moins pour nous, c'est ça que ça a pris. C'est en effet plus difficile à deux et on dirait qu'on a tout oublié de ce qu'on faisait pour le premier!
  8. Geneviève 21 janvier 2013 à 14 h 59 min
    Moi, quand les gens me disent "comme ça, t'es en congé de maternité", je réponds "non, en boulot de maternité". Au travail, j'ai deux pauses de 15 minutes, 1 heure de lunch, et pas d'heures supplémentaires, ni de shift de nuit! Et 6 semaines de vacances! En boulot de maternité, je travaille 12 hrs sur 24, et le reste du temps, soit je dors, soit je suis en "stand by". Je gère des crises et je travaille seule la plupart du temps. Et mon salaire? quel salaire? Et pourtant, mon boulot est important! Je forme la relève!
    Mais visiblement, je suis privilégière, j'ai le droit aux plus beaux sourires du monde entier!
  9. Tanya 21 janvier 2013 à 20 h 27 min
    On vous comprend très bien! Nous avons une petite fille qui fêtera son 2e anniversaire dans 2 semaines et j'ai accouché le 16 novembre dernier d'un beau petit garçon. L'adaptation a été drôlement difficile, surtout l'agencement d'un horaire chaotique de nouveau-né et celui, plus régulier, de sa grande soeur. Et ma grande a aussi changé de garderie la semaine dernière. Heureusement, les crises de jalousie de la plus grand ont été minimes et son petit frère est relativement tranquille, à part quelques problèmes de gaz qui nous ont obligés à l'endormir pendant un peu plus d'un mois dans un siège vibrant placé à côté de notre lit afin de pouvoir le bercer quand il se réveillait en hurlant...
  10. Jason 22 janvier 2013 à 09 h 15 min
    J'ai été dans la même situation cet été .. bébé né à l'été et avec une grande soeur de presque 3 ans. Je savais que c'était pour être du sport, donc je n'ai pris que 2 semaines, le temps de me remettre sur le beat et d'installer une routine. J'ai préféré me garder les 3 autres semaines + mes 3 semaines de vacances du boulot pour l'été 2013 où je pourrai beaucoup plus apprécier la notion de 'congé' et de 'vacances'. Je crois que c'étalt le bon move à faire dans mon cas et j'ai très hâte à cet été!

    Pour ce qui est du mot congé, c'est relatif. C'est un congé de travail mais le poil me dresse quand je lis des propos comme 'boulot de maternité'. C'est la vie qui change, c'est un méga ajustement et c'est un chamboulement dans le confort quotidien de la vie d'adulte, mais c'est ça avoir des bébés et de jeunes enfants. Faut donner un coup! Les gens qui préfèrent leur travail, leur carrière et les petits à-côtés professionnels (5à7, pauses cafés, notoriété, prestige social, argent) devraient y songer plus d'une fois avant de se lancer dans la 'parentalité'. Ça donne rien chiâler après et se plaindre qu'on est brûlés. Tous les parents de bébés sont épuisés à un moment ou l'autre.
  11. Véronique 24 janvier 2013 à 13 h 58 min
    Jason: Dans votre premier paragraphe vous dites n'avoir pris que le stricte minimum à la naissance de l'enfant pour vous garder des semaines de VRAIES vacances quand les enfants seront plus grands (donc plus facile) et ensuite vous faites la morale aux mères qui elle sont à la maison 24h/24 pendant un an et qui gère ce que vous, vous avez décider de ne pas gérer en retournant au travail au plus vite (histoire de garder des semaines pour quand ça sera plus facile, vous le dites vous même)...

    C'est du gros n'importe quoi, votre moral à deux sous. N'êtes vous pas celui qui, justement (et je vous cite): "préfèrent leur travail, leur carrière et les petits à-côtés professionnels (5à7, pauses cafés, notoriété, prestige social, argent)" ... je vous rappelle que c'est vous, qui êtes retourner au travail en post-ponant votre congé de paternité pour avoir de vraies vacance l'été prochain.

    Le "congé" de maternité est loin d'être une partie de plaisir 24h/24. Y'a des journées où j'irais bien au travail à la place de mon conjoint histoire d'avoir une petite journée tranquille, de temps en temps...
  12. Mary-Eve 25 janvier 2013 à 12 h 25 min
    Imaginez avec des jumeaux!
  13. Jean-François Quessy 25 janvier 2013 à 13 h 20 min
    @Cindy: Pas mal pour le nom!
    @Stéphanie: C'est vrai qu'il n'y a rien de plus beau que d'avoir du temps avec ses enfants et les voir grandir.
    @Régine: Eh! Oui! Et je pense qu'il était temps!
    @Geneviève: Un beau « moment familial », en effet.
    @Santiago: On s'entend bien nous deux! Tout à fait d'accord avec votre propos.
    @Marie-Claude: Ne dites pas trop fort que ça a pris moins d'ajustements pour le troisième et possiblement encore moins pour le quatrième... Vous allez donner des munitions à ma conjointe! :) Je vous souhaite une belle grossesse et beaucoup de bonheur!
    @Daniel: Mon deuxième mois vient de se terminer alors normalement, il devrait m'en rester quatre et je pourrai voir la lumière au bout du tunnel! :)
    @Geneviève: « Boulot maternité », mettez-en! Et moi, durant mes 5 semaines, j'étais avec ma conjointe alors lorsque la moitié de l'équipe retourne au boulot et que l'autre doit tout se taper tout seul, ce n'est assurément pas évident! Je ne sais pas si je serais capable de le faire et je me suis toujours posé la question. Si maman retournait travailler après 5 semaines, pourrais-je demeurer à la maison le reste de l'année, être papa au foyer et recevoir les plus beaux sourires du monde, avec tout ce que ça implique? Je me le demande.
    @Tanya: Bonne chance pour la suite des choses, ma chère!
    @Jason: De mon côté, j'ai préféré prendre les 5 semaines dès le départ pour 3 raisons --- ne rien manquer des premières semaines de bébé, mieux apprendre à le connaître puis pour donner un coup de pouce à ma conjointe et l'aider à se remettre de sa grossesse et de son accouchement le plus rapidement possible. Je ne me serais pas vu retourner au travail après 2 semaines et la laisser avec tout ça à temps plein, déjà. Je crois que ce sont les pires semaines et qu'elles se traversent beaucoup mieux en équipe. Mais, c'est bien personnel comme raisonnement et point de vue. Reporter 3 semaines de congé parental pour pouvoir " apprécier la notion de congé et de vacances", ça ne me rejoint pas vraiment et pour moi, ces semaines ne sont pas là pour ça. Mais, à chacun de se faire son idée là-dessus. Si ça vous convient et que votre conjointe s'en accommode bien, pourquoi pas?
    @Véronique: Je réfléchis depuis 5 minutes à ce que je pourrais vous répondre... :)
    @Mary-Eve: Je n'en demande pas tant!

Partager