Des trucs pour aider votre enfant à se faire comprendre

Des trucs pour aider votre enfant à se faire comprendre
Par Marie Plourde, Orthophoniste
17 janvier 2013

 Les tout-petits peuvent avoir un discours inintelligible pour les parents et surtout pour leur entourage. Ils sont en pleine expérimentation de la langue, des sons, des mots et des phrases. Il est donc normal de voir quelques transformations, substitutions ou omissions apparaître.

Chez un enfant de 3 ans ou plus présentant un retard ou un trouble de langage ou chez un enfant dyspraxique, il peut aussi arriver que les sons et les mots ne se prononcent pas correctement ou ne s’enlignent pas tel qu’il le désire lorsqu’il s’exprime. Ainsi, comme parent, vous pourriez vous retrouver dans une situation où votre enfant tente de vous raconter quelque chose ou de répondre à l’une de vos questions, mais que vous n’arriviez pas à le comprendre. Cette situation peut aussi se présenter lorsque l’enfant communique avec son entourage, son éducatrice, sa famille et ses amis. Il peut devenir frustrant pour lui de ne pas se faire comprendre et on pourrait entre autres remarquer que l’enfant tente d’éviter de parler ou se fâche lorsqu’il ne se fait pas comprendre.

Voici des suggestions et conseils pour vous et l’entourage de l’enfant afin de faciliter les échanges au quotidien :

  • Prenez tout le temps nécessaire pour arriver à le comprendre. Abandonnez vos tâches et vos activités pour vous concentrer sur la conversation. Si vous êtes trop occupé, demandez à votre enfant de revenir un peu plus tard pour éviter qu’il sente la pression de se faire comprendre rapidement. Et évidemment, n’oubliez pas d’y revenir et de lui donner tout le temps nécessaire pour comprendre ce qu’il a à vous dire.
  • Donnez des moyens non verbaux à votre enfant pour l’aider à s’exprimer. Aidez-le à utiliser des gestes. Donnez-lui accès à des photos ou des objets familiers pour qu’il puisse les utiliser pendant qu’il s’exprime.
  • Lorsque vous ne comprenez pas un mot, servez-vous du contexte de la conversation et de ce que vous avez compris pour essayer de deviner son idée. Proposez-lui alors un choix. Par exemple : « Est-ce que tu parles du chat ou du chien? »
  • Lorsque vous ne le comprenez pas, ne faites pas semblant que c’est le cas. Faites-lui comprendre que ce qu’il vous dit est important et que vous désirez le comprendre. Dans une conversation, les deux interlocuteurs doivent se comprendre. En l’informant de votre incompréhension, il apprendra à développer des stratégies pour se faire comprendre, malgré ses difficultés plutôt que d’abandonner la conversation.
  • Si vous ne comprenez pas un mot ou une phrase qu’il vous dit, commencez par lui demander de répéter et si cela n’est toujours pas clair, proposez-lui d’utiliser des mots différents et de dire autrement son idée.
  • Lorsque votre enfant ne se fait pas comprendre par les autres, laissez-le d’abord se débrouiller afin qu’il tente d’utiliser ses stratégies. Si cela ne fonctionne pas, vous pouvez  jouer le rôle d’interprète. Mais, gardez en tête que votre enfant doit développer son autonomie, donc gardez cette option comme dernier recours... Vous pourriez par ailleurs suggérer les quelques conseils de cet article aux personnes que votre enfant fréquente régulièrement afin qu’elles puissent aussi le soutenir.


N’oubliez pas qu’un enfant de 3 ans et plus devrait normalement se faire comprendre par la majorité des personnes de son entourage. Si vous voyez que le développement de son langage semble prendre du retard à ce stade, n’hésitez pas à consulter l’orthophoniste du CLSC, de l’hôpital ou d’une clinique privée.

Bonne conversation avec votre tout-petit!

Marie Plourde, Orthophoniste
Dès le début de sa vie, bébé apprend à communiquer! À quoi s’attendre au fur et à mesure qu’il grandira? Voici des conseils d’experts pour l’encourager à parler et l’aider à progresser.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (3)

  1. Félix Caron 22 janvier 2013 à 10 h 19 min
    C'est ma Belle fille qui devrait savoir cela mais je vais essayer sa quand je vais aller le garder Merci pour vos bons conseil
  2. Mata Ba 12 février 2013 à 06 h 13 min
    je partage ces conseils avec vous l'enfant atteint de ce trouble dois se sentir à l'aise, protéger, sécuriser c'est à dire ne pas le bousculé ou le forcé quand il parle et de certains regards et moqueries.
  3. Emilie 12 février 2013 à 12 h 06 min
    Ma fille a deux ans et demi et je sais depuis qu'elle a un an qu'elle aura besoin de consulter une orthophoniste. Il faut dire que les problèmes de prononciation sont très importants dans la famille de mon mari. Le problème est que nous sommes déménagés en Californie! J'ai cependant réussi à trouver une orthophoniste française qui pourra l'aider. J'étais très soulagée car avant même notre départ, j'étais très anxieuse que son problème ne pourrait se régler qu'en revenant au Québec vers l'âge de 6 ans. Ça m'angoissait totalement! Maintenant, je sais qu'elle aura toute l'aide nécessaire. Souvent, les parents refusent de voir le problème et ça m'attriste énormément pour leur enfant. Bien parler, c'est la base de la réussite scolaire!

Partager