L’horaire chamboulé du temps des Fêtes

L’horaire chamboulé du temps des Fêtes
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
20 décembre 2012

La période allant du 24 décembre au 1er janvier est rarement représentative du reste de l’année. Pour un jeune enfant, c’est probablement la routine des repas et du dodo qui est la plus chamboulée. Comment l’aider à vivre cette semaine déstabilisante concernant les repas?

On ne change généralement pas la routine d’un bébé sous prétexte que c’est Noël. On répond à ses besoins en priorité. Et c’est plutôt même souvent lui qui vous fera changer votre horaire!

Des collations supplémentaires

Si votre enfant a 2 ou 3 ans, vous déciderez peut-être de l’inclure davantage aux célébrations, dont les repas en famille et entre amis. Pour lui, ça voudra certainement dire manger plus tard que d’habitude. Il faut donc planifier les collations pour le faire patienter.

Si votre enfant prend déjà une collation en après-midi, n’hésitez pas à en ajouter une deuxième vers 17 h si le souper ne doit pas être servi avant 19 h. Il est inutile d’essayer de raisonner un jeune enfant en lui disant que ça vaut le coup d’attendre le repas, aussi fastueux soit-il.

De plus, si votre enfant arrive chez vos hôtes l’estomac dans les talons, il est fort probable qu’il tombe sans retenue dans les hors d’œuvre ou les chips à l’apéro. Il n’y a pas de mal à le laisser en manger. Le hic, c’est que ça risque d’être son souper s’il a trop faim.

L’idéal est donc de prévoir une collation nourrissante qui calmera la faim de votre enfant et qui lui permettra d’attendre le souper. Voici des exemples :

  • une compote de pommes et des morceaux de fromage;
  • du yogourt et un petit muffin maison;
  • un petit bol de céréales avec du lait;
  • des crudités de légumes (ou légumes blanchis) avec du hoummos;
  • des craquelins de blé entier avec une tartinade de tofu ou du beurre d’arachide.


Des en-cas

Il est également prudent de prévoir des en-cas chez vos hôtes. On ne sait jamais ce qui peut retarder l’heure du repas. Les anecdotes d’hôtesse qui brûle la tourtière, de cuisson beaucoup plus longue que prévu ou de chien qui mange la dinde, je les ai toutes entendues! Vous serez heureux de pouvoir contenter votre petit affamé si le repas se laisse désirer.

Si vous trouvez que votre enfant mange beaucoup en ajoutant ainsi des collations, rappelez-vous qu’il ajustera les quantités qu’il mangera ensuite. Les jeunes enfants écoutent naturellement leurs signaux de faim et de satiété. Ils cessent de manger quand ils n’ont plus faim, même s’ils n’ont pas encore goûté à la moitié des plats du buffet ou du souper 5 services. Ils sont beaucoup plus sages que nous dans ce domaine!

J’en profite pour vous souhaiter un temps des Fêtes des plus agréables!

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Tous les billets de l'auteur

Partager