Le Noël parfait n’existe pas!

Le Noël parfait n’existe pas!

Revoici le temps des fêtes. Je vous avoue que pour moi, c’est tout positif! J’ai toujours adoré, étant enfant, ces moments de fête et de plaisir. Je me souviens de la joie de quitter l’école le dernier jour avant le congé. Je me souviens également de l’effervescence et de l’excitation que j’éprouvais avant d’aller chez mon grand-père le 24 décembre, la difficulté de m’endormir vers 19 h et la joie d’être réveillé par mes parents vers 23 h pour aller retrouver la famille élargie. Ce sont tous de très bons souvenirs.

Mais parfois, ces bons souvenirs peuvent nous jouer des tours. Vouloir reproduire exactement ces moments peut nous amener à vivre beaucoup de stress. Comme parent, il importe de bien moduler nos attentes dans ces situations. Le perfectionnisme ne prend pas de vacances durant le temps des fêtes, au contraire, il ne chôme pas! Aussi, certains d’entre nous vont se fixer des attentes irréalistes vis-à-vis du déroulement des fêtes de fin d’année.

J’ai un très bon exemple d’attentes irréalistes. À Noël, c’est très important pour moi d’avoir de belles photos de la soirée. Je m’attends donc à ce que mes enfants soient toujours prêts pour faire de belles photos. On pourrait dire que c’est une attente irréaliste en ce qui concerne mes garçons. J’ai un enfant atteint de grimacite aiguë, trouble du comportement commun chez la famille Chevrier (sa marraine en est également atteinte) qui consiste en une incapacité à faire autre chose qu’une grimace lorsqu’on prend une photo. Mon autre garçon, lui, souffre d’échappite alimentaire (incapacité chronique à transporter le contenu de son assiette vers sa bouche sans en échapper la moitié sur lui).

Aussi, pour atteindre cet objectif irréaliste, je vais devoir mettre en place de nombreux comportements de contrôle : avoir avec moi plusieurs habits de rechange, demander à mon fils de prendre place près de moi à la table afin de le talonner quand il mange son ragoût de boulettes, utiliser la colère comme moyen pour reprendre le contrôle quand je demande pour la 4e photo d’arrêter les grimaces… Tous des moyens plus ou moins efficaces pour combler une attente irréaliste.

Or avec le temps, j’ai appris. Si je change mon attente et que j’enlève un peu de sa rigidité, j’aurai certainement moins de comportements de contrôle et, par le fait même, je vivrai moins de stress. Plutôt que de m’attendre à n’avoir que de belles photos de ma soirée, je m’attendrai à avoir quelques belles photos de notre soirée.

Au fil des ans, j’ai développé des stratégies simples. Quand on arrive dans la famille, on prend immédiatement une belle photo de groupe (quand tout le monde est propre!). Si je vois que mon grimaceux est en action, je demande une belle grimace à tous pour la première photo. La seconde photo (ou parfois la troisième) sera probablement la bonne puisque le fait de demander la grimace a souvent pour effet de neutraliser l’envie d’en faire d’autres…

Avec cette technique, j’ai pu satisfaire mon attente d’avoir quelques belles photos assez rapidement dans la soirée. Ça me permet donc de passer à autre chose, de laisser tomber les comportements de contrôle et, par ricochet, le stress et la frustration. En bonus, j’ai souvent de très belles photos de la soirée, car la grimace est souvent remplacée par une surprise sincère quand l’un reçoit un cadeau apprécié ou une absence de tache sur la chemise de l’autre lorsque celle-ci est plus foncée… Ce qui fait qu’en fin de compte, le résultat final de la situation où l’attente est plus réaliste dépasse souvent le résultat de l’attente irréaliste!

Alors, si le temps des fêtes a tendance à vous stresser, posez-vous la question : est-ce que mes attentes sont trop élevées? Si oui, alors tentez de reformuler cette attente afin qu’elle soit plus réaliste. Ainsi, un « je ne veux pas avoir crise de larmes à Noël » devient un « je sais qu’il y a souvent des crises de larmes lors de réunion de famille, mais s’il y en a, j’espère qu’elles vont se résorber facilement ».

Aussi, si certaines attentes vous semblent difficiles à ajuster, n’hésitez pas à me les exprimer dans la section commentaires. Je vais tenter d’y répondre avant le 21 décembre, car après cette date, je réserve tout mon temps pour la famille… et le couple bien sûr!

Dr Nicolas Chevrier, psychologue
Mes 3 enfants me permettent de peaufiner mes talents de psychologue tous les jours…
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (6)

  1. Véronique 17 décembre 2012 à 10 h 08 min
    Nous recevons tous nos amis pour le 31 décembre histoire de partir la nouvelle année sur un bon pied!

    J'ai une belle grande fille de 2 ans et 2 mois et un bébé garçon de 3 mois. Je prévois cette soirée comme une catastrophe entre ma terrible 2 et mon bébé à "j'ai peut-être des coliques mais en fait mes parents ne savent plus pourquoi je pleures si souvent". D'abord parce que ma fille doit avoir une routine du dodo très très stricte pour qu'on arrive à nos fins et je sais que je devrai me battre avec elle pour la mettre au lit quand il y aura une vingtaine d'invités au sous-sol (dont des enfants qui dormiront aussi, on l'espère, dans les différentes chambres)... Et je souhaiterais préserver et respecter le dodo de mon fils qui nous fait l'honneur de faire SES nuits à 3 mois sans demander sans cesse aux gens de faire moins de bruits, de rire moins fort, de faire attention lorsqu'ils vont dans la cuisine se resservir une bière... Et évidemment, je souhaite me rendre jusqu'à minuit dans la joie et la bonne humeur et arriver à profiter de la fête même si nous sommes maintenant parents (et que veut veut pas, les petits vont se lever à 6h30 le lendemain même si nous nous sommes couchés à 2h du matin...)

    Je ne vois pas comment je pourrais avoir d'attentes réalistes et j'ai bien peur que je passerai une bonne partie de la fête à tenter d'endormir ou de ré-endormir ma marmaille... :(
  2. jennifer 17 décembre 2012 à 19 h 58 min
    Ouf Console toi Véronique! tu n'est pas seule! Je vais vivre la même chose! mon garçon de 20 mois dans son terrible two et ma petite fille de 4 mois qui ne veux pas dormir s'il y a un son.. Je me dis c'est un coup a donné il ne resteront pas a cette age toute leur vie.. Mais j’essaie de me dire qui va falloir que je profite de la soirée de bonne heure au lieu de tard.. même si le reste de la soirée va être dure! de garder le souvenir des beau sourire reçu sur l'heure du souper et de m'amuser le plus possible pour passer du bon temps.. pour les fatiguer et qu'il passe un beau noël! J’espère qu'on va prendre des photo pour que je me rappel comment on sa amuser avant le dodo.. et une pour me montrer ma patience sur l'heure du dodo! Parce que bientôt je vais me dire oh mais c'est dommage je n'ai plus de petit bébé... Mais bon j'ai une soirée chez moi et les autre dans le temps des fête c'est ailleurs... je vais partir de bonne heure sa c'est sure! ;p Je souhaite bonne chance a tout ceux qui vont passer par la dans le temps des fêtes! En espérant que vous retournerez la situation a votre avantage!!
  3. Annie 17 décembre 2012 à 17 h 32 min
    Bonjour à tous et à toutes! Comme la plupart d'entre vous j'ai des enfants (jumeaux de 4ans et une princesse de 5ans) et nous serons en famille dans le temps des fêtes! Je me fixe un but pour moi-même (continuer ma perte de poids ou du moins ne pas en prendre durant les fêtes) et oui moi aussi j'aimerais avoir au moins 1 belle photo de toute ma ptite famille... pour le reste on vivra avec! Un enfant ce n'est pas parfait! Pis un parent non plus à ce que je sache! alors le but du temps des fêtes c'est de vivre des moments heureux, garder quelques bons souvenirs en bonne compagnie! Passez de joyeuses fêtes!
  4. Marie-Eve Blanchette 19 décembre 2012 à 17 h 09 min
    Bonjour à tous! J'ai une petite fille qui aura bientôt 2 ans et aussi dans son terrible two.
    Je suis déjà essoufflée et étourdie des multiples party du temps des fêtes... J'avais déjà de la difficulté à gérer tout ça avant l'arrivée de ma fille. Mon chum ne refuse aucun souper ni brunch et a une famille reconstituée. Il adore fêter et être en famille. Moi aussi mais je suis découragée à l'idée de me lever à 5h du matin et fêter...
    Horaire du temps des fêtes:
    le 24: un brunch et un souper de noël
    le 25: un souper
    le 27: un souper très loin de chez nous
    le 29: un souper et un dodo chez ma belle-mère à 1h30 de chez nous
    le 30: retour à la maison
    et on continue pour le jour de l'an!
    J'ai de très beaux souvenirs du temps des fêtes mais là, je trouve ça un peu trop et mon chum ne me comprend pas...
    Je voudrais rester positive dans tout ça et surtout léguer à ma fille ses plus beaux souvenirs de noël. J'ai peur qu'elle soit aussi fatiguée que moi et qu'elle ne fasse que pleurnicher. Elle est difficile quand elle manque de sommeil et son comportement est changeant... Merci et beaux temps des fêtes à tous!
  5. Joceanne 19 décembre 2012 à 23 h 59 min
    Tu vois parfois chez moi j'ai l impression que mon conjoint ne comprennent pas que nous somme enfants une seul fois !! J'aimerai tant pence un peu a comment il était l ors qu'il était petit ! Nous allons tout de mêmes passer un joyeux temps des fêtes! Et je l espère. A vous aussi
  6. Nicolas Chevrier 20 décembre 2012 à 15 h 10 min
    Bonjour à tous! Comme promis je fais un retour sur vos commentaires avec des suggestions, un peu comme je le fais dans une séance de psychothérapie, mais sans le contexte exact. L’important c’est de revenir aux principes de bases soit d’introduire de la souplesse dans notre façon de voir les choses.

    @ Véronique

    Les attentes réalistes sont celles qui vont coller à la réalité. Quand vous dites que vous ne voyez pas comment vous pourriez avoir des attentes réalistes, ce que vous dites vraiment c’est que vous ne savez pas comment faire pour réussir à atteindre vos objectifs irréalistes.

    Or je vous rassure, c’est normal de ne pas pouvoir réussir à atteindre vos objectifs irréalistes!

    Amenez de la souplesse dans votre raisonnement et acceptez ce qui est de toute façon.

    Si je fais le tour de votre message, voici les attentes irréalistes que je note;
    - la routine de dodo de votre fille
    - le niveau sonore de vos invités
    - vivre une soirée de Noël sans frustrations ou déceptions même si vous recevez à la maison
    - le sommeil perturbé du tout-petit.

    Le fait de recevoir à la maison pour le réveillon implique que ces situations vont probablement se produire alors pourquoi ne pas l’accepter et s’adapter. Par exemple, votre fille ne veut pas se coucher quand c’est la fête! Qui pourrait la blâmer… C’est le moment d’appliquer la technique du « jusqu’à ce qu’elle s’écroule ». Elle s’écroulera bien sur un divan à un moment dans la soirée. Est-ce que ce sera plus difficile le lendemain ? Certainement. Mais ça pourrait vous donner l’occasion de faire une sieste tranquille en après-midi.

    Une attente réaliste vous permet d’accepter que votre fille se couche plus tard et de vous adapter en prévoyant une plus longue sieste le lendemain en après-midi. Résultat, vous la laissez vivre sa soirée et vous vivez la votre… L’adaptation c’est d’accepter que les événements ne se dérouleront pas comme nous le voulons et de se préparer à la façon dont ils se dérouleront (une sieste de la petite en après-midi le jour même et le lendemain, déplacer la fête au sous-sol pour laisser dormir bébé, demander de l’aide à des amis pour endormir le petit s’il se réveille… etc.).

    @ Marie-Eve

    L’adaptation dans votre cas pourrait se passer à deux niveaux. D’abord vous choisissez quelles soirées sont plus importantes pour vous et vous laissez votre conjoint aller seul aux soirées qui sont moins importantes ou moins faciles d’accès. S’il choisit d’accepter toutes les invitations, il ne peut vous imposer ses choix.

    Ensuite, avant chacune des soirées, vous assignez un responsable des tâches en lien avec la petite. Qui va la coucher ce soir? Qui retourne à la chambre s’il y a un problème? De cette façon, les deux conjoints peuvent profiter à tour de rôle d’une soirée de repos et de plaisir. En 2012, il n’y a aucune excuse qui pourrait valider l’argument qui dit qu’un conjoint doit avoir l’exclusivité de la responsabilité des enfants !

    @Jennifer, Annie & Joceanne

    Merci pour vos commentaires.

    En espérant que ces réflexions vous permettront de passer un excellent temps des Fêtes !

    Au plaisir de vous retrouver en janvier 2013!

Partager