Obésité des enfants: chercher des coupables…

Obésité des enfants: chercher des coupables…
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
9 octobre 2012

L’obésité infantile gagne du terrain, on le sait. Mais je ne veux pas parler des statistiques, je veux parler des causes. Des causes réelles, et des causes qui sont discutables, selon moi. J’ai parfois l’impression qu’on détourne notre attention des véritables problèmes.

Au cours du dernier mois seulement, on a pu lire dans La Presse : « Un lien entre césarienne et obésité infantile est établi » et « Le bisphénols A lié à l’obésité chez les jeunes ».

Le premier article référait à une étude scientifique stipulant que le risque d’être obèse à 3 ans passait de 7,5 % à 16 % quand les enfants étaient nés par césarienne plutôt que par voie vaginale. C’est un type de bonnes bactéries transférées au bébé par la maman lors de l’accouchement naturel qui lui offrirait une certaine protection.

Le second article rapportait les résultats d’une étude qui établissait un lien entre le taux sanguin de bisphénols A (BPA) et l’obésité de jeunes de 6 à 19 ans. Les BPA se retrouvent dans l’emballage de certains aliments et migreraient dans les aliments gras, surtout.

Je ne veux pas dénigrer la recherche, car elle est essentielle. L’obésité dépend de plusieurs facteurs, c’est évident. Il est aussi clair que certaines personnes sont plus vulnérables à ces divers facteurs. Mais quand on met l’accent sur des bactéries et des produits chimiques, j’ai l’impression qu’on se conforte en disant que c’est hors de notre contrôle. « On n’y peut rien, ce sont les bactéries! »

Pourtant, il y a tellement d’éléments en cause : les méga-portions, l’omniprésence de la bouffe et des boissons sucrées, la publicité, etc. Ce sont aussi des éléments dont nous sommes victimes jusqu’à un certain point puisqu’ils dépendent de l’industrie alimentaire, des lois et règlements et des autres acteurs qui façonnent l’offre et notre environnement immédiat. Leur impact est majeur.

Puis, il y a plusieurs aspects sur lesquels on peut agir, comme parents, pour tenter de prévenir les problèmes de poids chez nos enfants. Manger en famille sans la télévision, offrir de l’eau aux enfants plutôt que du jus, ne pas les forcer à manger, ne pas leur imposer un régime ou autre restriction en tentant de contrôler leur poids, jouer activement avec eux, leur assurer de bonnes nuits de sommeil

Au final, quelque chose me dit que le poids (!) des bactéries est très relatif.

Avez-vous l’impression que vos enfants sont des victimes ou sentez-vous que vous avez un rôle à jouer pour prévenir les problèmes de poids? Comment vous y prenez-vous?

 

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (5)

  1. Cath 9 octobre 2012 à 21 h 58 min
    Premièrement, j'adore votre blog! Il est très intéressant et enrichissant.. Il m'a aidé au cours de ces derniers 20 mois à établir un mode de fonctionnement avec ma fille dans ma cuisine!
    Pour ma part, je sais qu'il est facile de prendre du poids.. et étant comme ma mère, il est fort probable que ma fille sera ainsi. (J'ai des amies minces qui mangent ce quelles veulent et qui ne connaissent pas ce problème.. grrr) De plus, depuis la venue au monde de ma fille je me sens 100 fois plus concernée par le contenu de mon garde manger!
    Alors, chez moi on mange bien (du moins le plus possible)... les sucreries ne font pas partie de mes achats hebdomadaire, sinon elles m'appellent de l'armoire (les coquines).
    On mange très peu de produits transformés et beaucoup de fruits et de légumes.
    Tel que vous le mentionnez, (de mémoire) dans un précédent article je tente de ne pas créer chez ma fille le réflexe de récompense alimentaire, elle a toujours droit à son dessert. De plus, je tente de toujours respecter sa satiété même si a mon avis elle a rien mangé.. elle sait tellement mieux que moi si elle a faim ou non, non??!!
    J'espère que ces quelque éléments favoriseront chez ma fille de bon réflexes alimentaires.
    Je crois que les parents ont beaucoup à y voir. Ils décident la majorité du temps ce que mangent leurs enfants. Oui il y a de la publicité.. alors fermez la télé.. il parrait que les pub de bouffe sont surtout le soir entre 18h00 et 20h00.. et que de juste de fermer la TV entre ces heures favoriserait une perte de poids.. moins de fringales!!
    Ah oui autre truc... pour la semaine j'ai de plus petites assiettes.. donc de moins grandes portions!
    au plaisir de vous lire encore!
  2. Catherine 10 octobre 2012 à 07 h 04 min
    Entièrement d'accord avec toi, Stéphanie. On a définitivement un rôle à jouer. Ma fille est née par césarienne et elle n'a jamais eu de problème de poids, mais si cela avait été le cas, j'aurai fait attention. Je reproduis à peu près le même schéma familial dans lequel j'ai eu la chance de vivre (repas en famille, boisson gazeuse à de rares occasions, aucun plat préparé, beaucoup de produits frais, pas de grignotage entre les repas, etc.). J'aime cuisiner des plats différents, alors ça aide, c'est certain. Mes enfants adorent les sucreries et les gâteaux, et ils en mangent aussi souvent. C'est comme dans tout, il faut trouver un équilibre.
  3. Geneviève 10 octobre 2012 à 10 h 58 min
    Je suis pleinement consciente de l'influence que j'ai sur mon fils. Il a presque 3 ans et il arrive qu'il prend quelques bouchées du plat principal et demande du yogourt ou des fruits. Il doit attendre que nous ayons terminés notre assiette pour manger le dessert avec tout le monde et je lui donne une portion de yogourt. Il sait que s'il a encore faim, il peut continuer de manger le plat principal. Ce qui arrive quelques fois par semaine, surtout si c'est un plat qu'il aime moins. L'introduction aux aliments a été très difficile, car bébé, il pleurait en mangeant car il avait de la difficulté avec les textures. J'ai dû me "battre" avec mes proches pour ne pas le faire manger de force. Je suis contente de l'avoir laisser s'adapter à son rythme, car aujourd'hui, il mange avec plaisir et selon sa faim.
  4. Stéphanie Côté 11 octobre 2012 à 15 h 58 min
    Geneviève, Cath et Catherine, vous êtes très consciente de votre rôle et c'est super. Vous semblez adopter des attitudes qui permettent aux enfants le plaisir de manger et de respecter leurs signaux de faim et de satiété. C'est précieux!
  5. marie 25 novembre 2012 à 19 h 06 min
    bonjour , ma grande fille a 3 ans et elle a tout le temps faim ! je suis tres consciente des risque d'obésité de de l'importance de montrer le bon exemple mon mari et moi meme étant en surpoids ca me fait peur pour ma fille j'en suis legerement parano ;) , nous mangeons tres bien a la maison tout les repas sont équilibré tout comme les collations mais un moment donner je me dit que ca l'a beau etre santé ma fille mangerais tout le temps si je la laisserais faire ! je vous donne un exemple ce midi elle a manger une sandwich faite de 1 tranche de pain blé entier et de tranche de fromage accompagné d'un mini concombre avec une poire et un yogourt en dessert mais elle avait encore faim ! je me demande comment réagir c'est dur de savoir si elle a vraiment faim ou si elle est juste gourmande je devrais lui donner plus de fruit et legumes ou lui dire que c'est asser pour le moments et d'attendre la collations ?

Partager