Surpris au lit

Surpris au lit
Par Mireille Dion, Sexologue
17 août 2012

 Quand il a entendu de petits cris et des coups provenant de la chambre de ses parents, Léo s’est approché lentement puis, inquiet, il a ouvert la porte. Ses parents avaient une drôle de tête, mais lui ont répondu qu’ils ne faisaient rien…

Cette scène vous rappelle quelque chose? Ou peut-être vous êtes-vous déjà demandé ce que vous pourriez dire ou faire si votre enfant vous apercevait en pleine action sous la couette?

Beaucoup de parents se font surprendre par leur enfant pendant qu’ils s’adonnent à des jeux d’amoureux ressemblant parfois bien plus à un entraînement olympique qu’à un moment de tendresse. Peu d’entre eux auront par contre donné une explication juste à l’enfant; l’effet de surprise pouvant y être pour quelque chose. Pourtant, la tâche n’est pas aussi complexe qu’elle peut en avoir l’air.

De nombreux parents croient à tort qu’ils doivent donner une explication détaillée et surtout, compliquée à l’enfant au sujet de la relation sexuelle. Ils se demandent ce qu’ils peuvent dire selon son âge, quels détails seraient superflus ou encore ce qui leur est possible d’éviter lorsqu’ils ne sont pas à l’aise d’en parler. Dans la plupart des cas, l’enfant âgé de 2 ans à 5 ans sera satisfait d’une courte et simple réponse. Il ne s’intéresse habituellement pas aux détails et n’est pas non plus en mesure de comprendre tout ce que vous pensez devoir lui expliquer. Vous lui avez peut-être déjà enseigné que pour faire un bébé, la petite graine du papa va dans le ventre de la maman ou que le bébé grandit dans l’utérus, ce qui est très bien. À cet âge, il ne se demande pas encore comment la petite graine a fait pour se rendre jusque-là. Ce n’est qu’un peu plus tard, vers 5 ans à 8 ans, que l’intérêt viendra et qu’il vous demandera plus d’explications. Vous lui permettrez alors de distinguer progressivement la sexualité de la reproduction.

Répondez simplement à sa question. Il ne veut pas avoir plus de détails sur la fabrication des bébés, il vous a surpris en pleins ébats amoureux. Vous devez donc lui répondre en fonction de ce que vous étiez en train de faire et non pas le submerger d’information inutile. Évitez surtout de lui inventer une réponse farfelue, car elle pourrait nuire à sa compréhension future. Aussi, peut-être se doutera-t-il que vous êtes en train d’essayer de lui mentir, l’expression de votre visage vous trahissant… Lui demander de s’en aller et ne rien dire n’est pas non plus conseillé. Cela ne ferait qu’augmenter son sentiment de culpabilité, car il sait bien qu’il vous a « dérangé ».

Vous pourriez d’abord lui dire que vous allez bien et lui expliquer que vous jouez à un jeu d’amoureux. S’il semble effrayé ou vous pose des questions sur les gémissements, rassurez-le en lui disant que vous n’êtes pas en train de vous faire du mal et qu’au contraire, vous vous amusez.

Ces éléments de réponses permettront alors de le rassurer. Une explication brève et honnête le prépare à d’éventuelles connaissances au sujet de la reproduction humaine. Vous pouvez aussi profiter de l’occasion pour lui enseigner (ou lui rappeler, selon son âge et ce que vous lui avez appris) la notion d’intimité et l’inviter à cogner avant d’entrer. Vous pourriez aussi faciliter les choses et éviter que la situation se reproduise en installant un petit crochet sur la porte à l’intérieur de votre chambre.

Commentaires (1)

  1. Ju 21 août 2012 à 01 h 01 min
    En terminant nos ébats dans le salon en bas des escaliers (les enfants dormaient depuis un moment!), nous avons entendu des petits pas de notre fils de 3 ans et demi qui couraient vers sa chambre. Nous ne savons pas jusqu'où il est descendu et s'il a vu quelque chose... Mon chum est allé le voir et fiston était inquiet, il se demandait où j'étais et si papa faisait mal à maman! Pauvre p'tit coeur! On dirait qu'il avait peur de son papa! Je suis allée le rejoindre pour qu'il sache que j'allais bien et qu'on se donnait seulement des gros bizoux en se chamaillant... J'ai voulu retourner ensuite voir fiston seule, sans mon chum, pour voir s'il était encore inquiet, et pour le rassurer que jamais de la vie papa faisait mal à maman, et que papa ne lui ferait jamais mal à lui non plus!...et c'était déjà oublié! Il a changé de sujet comme si de rien n'était! Et nous on a continué à se sentir mal pendant des heures en pensant que fiston a eu pendant un moment peur de son père, tout seul dans son lit!
    C'est vrai que les enfants n'ont pas besoin de grandes explications compliquées pour se sentir mieux!

Partager