Kid Kodak un jour, mais pas toujours…

Kid Kodak un jour, mais pas toujours…
23 juin 2012

Avec un enfant, on ne sait jamais quand une activité en apparence très simple se métamorphosera en un véritable défi.

Je vis avec une femme qui aime particulièrement prendre des photos, surtout lorsqu’elles mettent notre progéniture à l’avant-plan. De ce fait, notre enfant est un petit mannequin qui pourrait difficilement être plus à l’aise devant la caméra. « Regarde maman. Fais un beau sourire. Ici, en haut. Coucou! Oui, ris encore! T’es beau, mon grand! »

Les prérequis semblaient rassemblés pour que tout se passe bien et nous n’avions aucune inquiétude. Cependant, nous avons rapidement compris que prendre une photo sur un divan à la maison, ce n’est pas la même chose qu’en prendre une pour un passeport dans une pharmacie!

Je ne sais pas s’il a été offusqué de se faire demander de ne pas sourire, mais « Monsieur Gros Caractère », du haut de ses 17 mois, nous a fait vivre tout un calvaire!

Vous savez ce que fait un bébé fatigué? Oui, quand il se met mou comme une guenille et qu’il se laisse tomber par l’arrière en lançant des cris de désespoir? C’est ce qu’il faisait, assis sur une boîte, devant la « trop-grande-pour-lui » toile blanche.

En bons parents, nous avons pris notre temps, l’avons laissé se promener pour se changer les idées, n’avons pas fait de cas quand une quinzaine de bouteilles de désinfectants à mains et plusieurs crèmes pour le corps se sont retrouvées au sol, l’avons laissé décrocher les jeux de PlayStation et de Nintendo DS pour les éparpiller un peu partout et, lorsqu’il a retrouvé sa bonne humeur, nous avons essayé une nouvelle fois.

Puis, la tête est repartie par l’arrière et les cris ont recommencé. Une fois, deux fois, trois fois, quatre fois, cinq fois. Pendant une heure.

J’ai mis une main devant pour tenir sa tête; on lui a donné un toutou et une multitude d’objets qui nous tombaient sous la main; on a fait des bruits d’animaux; d’autres bons samaritains sont venus tenter de lui changer les idées. Rien n’y faisait.

Puis, finalement, il a décidé de regarder droit devant. Pas longtemps. Mais juste assez pour qu’un déclic se fasse entendre et qu’une photo puisse en ressortir.

Merci! Merci de tout coeur! Il y a des anges qui veillent sur nous!

La plus que patiente madame qui prenait les photos est partie la faire développer et est revenue nous voir, deux précieux carrés entre les mains. C’est à ce moment qu’elle nous a dit : « Je pense que nous avons un problème avec notre appareil-photo. La définition n’est pas bonne et ça ne passera pas pour une demande de passeport. »

Non, ce n’était pas une blague.

D’un commun accord et prenant notre courage à deux mains, nous avons pris la direction de la pharmacie numéro 2.

De nouveaux visages, une chaise de cosmétiques avec un dossier sur lequel il serait confortablement assis, des gens positifs tout autour. Tout y était.

Et puis, inévitablement, la tête est repartie par l’arrière de plus belle!

« Chérie, il va falloir se rendre à l’évidence. Notre enfant ne pourra pas nous suivre et devra dormir une semaine à l’aéroport en attendant notre retour! », lui ai-je dit.

Seule option qui n’avait pas encore été envisagée : lui faire manger quelque chose qu’il adore devant la caméra, puis espérer qu’entre deux bouchées, il se ferme la bouche et regarde au bon endroit.

Ça a fini par marcher! De peine et de misère. Après une vingtaine de minutes.

Si un douanier regarde sa photo et nous demande : « Votre enfant n’a plus sa petite tache de naissance brune au visage? », nous n’aurons d’autre choix que de lui expliquer que le brun, c’était du chocolat et qu’il n’y avait vraiment aucun autre moyen envisageable!

Découvrez davantage de billets de Jean-François en visitant son blogue personnel.



 

Commentaires (6)

  1. Émilie 23 juin 2012 à 20 h 40 min
    Très vrai! Ce qu'ils peuvent nous en donner des sueurs froides!
  2. Véronik 23 juin 2012 à 20 h 59 min
    C'est d'ailleurs pour cela que je ne fais JAMAIS affaire avec une pharmacie pour prendre des photos de passeport pour les adultes mais SURTOUT pour mes enfants (bébés!)

    Je préfère de loin un photographe professionnel (qui charge souvent un gros 10$) qui m'assure que ma photo va être acceptée. Passeport Canada propose même une liste de photographe donc les photos sont acceptés à plus de 95%.... Alors que les pharmacie atteignent même pas le 50% de taux d'acceptation (en incluant les adultes alors imaginé le taux si on ne prenait que les photos de bébé/enfant).

    Dans la région de Montréal je vous suggère L.L.Lozeau qui sont super patient et super professionnel. Même que pour mon bébé (qui ne tenait pas sa tête) ils avaient mis un drap blanc par terre et couché bébé dessus donc.. pas besoin de le tenir (= mains dans la photo) et bébé ne pleurait pas (car il n'était pas tout croche). J'ai trouvé ça SUPER ingénieux de la part de la photographe. ;)
  3. Julie 29 juin 2012 à 00 h 44 min
    OUF !!! Je viens de vivre exactement la même chose hier avec mon bébé de 7 mois !!! Ça a prit 1h00... et il ne pleurait même pas. Essayez de lui faire comprendre de ne pas rire, de ne pas bouger, de ne pas se manger les pieds et de fermer sa bouche, tout en le tenant sur des boites de cartons avec les mains sous le chandail !!!
    Quel stupidité...
    Si c'est refusé, je vais chez un photographe...
  4. Jean-Francois Quessy 29 juin 2012 à 01 h 03 min
    Hihi! Ça me fait du bien de voir que je ne suis pas le seul dans ma situation! J'espère pour vous que ce sera accepté Julie. C'est toute une expérience à vivre, n'est-ce pas? Ne vous inquiétez pas: C'est quand on revient de voyage qu'on se dit que ça en a vraiment valu la peine! :)
  5. Jeanne C. 18 juillet 2012 à 16 h 58 min
    Zut! Vos madame-de-la-pharmacie attitrées au comptoir-photo avaient très confiance en leurs capacités!
    À ma pharmacie, on m'a immédiatement dirigée vers un photographe professionnel à moins d'un km. Et ils ont réussi la photo de mon fiston du 1er coup.
    Vous le saurez pour la prochaine fois! ;o)
  6. David 5 septembre 2012 à 07 h 48 min
    Très drôle comme histoire, ça me faire sourire!

Partager