5 choses que votre médecin ne devrait pas faire

5 choses que votre médecin ne devrait pas faire
Par Dre Taz, Omnipraticienne
22 mai 2012

Voici un article qui suit ma philosophie selon laquelle « moins vaut mieux que trop ». C’est le palmarès des 5 choses « à ne pas faire » en médecine de première ligne, rédigé en 2011 par 22 000 médecins américains. C’est un condensé d’expériences personnelles, d’études scientifiques et de lignes directrices d’instances médicales. Il a été publié dans l’Archives of Internal Medicine sous le titre The "Top 5"  Lists in Primary Care.

1. Pas d’antibiotique pour un mal de gorge à moins d’un test rapide à streptocoques positif
Comme je l’explique dans mon blogue La maladie du Jour de l’An, les pharyngites sont majoritairement causées par un virus. Si le médecin veut prescrire un antibiotique, il devrait faire un prélèvement de gorge avec un long bâtonnet pour confirmer sa réelle nécessité.

2. Pas de scan de la tête pour un trauma crânien mineur sans perte de conscience ou autre facteur de risque
Là aussi j’ai abordé le sujet dans Et si le ciel vous tombait sur la tête?. Si votre enfant ne s’est pas évanoui, n’est pas étourdi, ne vomit pas, n’a pas de mal à parler et n’a pas de marque externe de blessure à la tête, évitez de le faire irradier pour rien et observez-le.

3. Ne pas faire appel trop rapidement à un oto-rhino-laryngologiste (ORL)
La plupart des otites guérissent spontanément ou parfois avec un antibiotique. Certaines marques résiduelles peuvent persister quelques semaines sans conséquence. Consulter un ORL trop précocement n’est pas dans l’intérêt de votre enfant. Des tubes ne sont nécessaires que pour les anormalités anatomiques craniofaciales ou tympaniques, des problèmes neurologiques, un retard de langage ou d’apprentissage. À moins que votre enfant ait souffert de 6 otites distinctes en une saison, ou qu’une otite ne guérisse pas après plusieurs mois, vous n’avez pas besoin de voir un ORL. 

4. Ne pas recommander de médicaments antitussifs ou antigrippaux
Les médicaments contre la toux et le rhume sont contre-indiqués pour les enfants. D’abord, il y a peu d’études qui prouvent leur efficacité. De plus, des rapports font mention d’usage abusif, de surdoses et d’effets secondaires graves. Plusieurs de ces médicaments ont d’ailleurs été retirés du marché. Malgré tout, encore 10 % des enfants consomment ces substances. Bannissez-les.

5. Ne pas hésiter à utiliser des corticoïdes inhalés pour l’enfant qui est asthmatique
La cortisone a très mauvaise réputation, mais elle détient un rôle prépondérant pour limiter l’inflammation des bronches asthmatiques. Si votre enfant a subi plus de 4 crises d’asthme dans les 6 derniers mois, il devrait recevoir de la cortisone quotidiennement pour prévenir les symptômes de l’asthme. Elle réduit les visites à l’urgence, les hospitalisations et les complications.

Le médecin agit dans l’intérêt de votre enfant, et non dans VOTRE intérêt (vous rassurer, vous déculpabiliser, calmer votre ignorance) ou dans le sien (sa culpabilité, son doute, sa peur de vous décevoir). Je suis toujours ébahie par les appels de mes proches ou de patients que j’ai dirigés vers des confrères : « Je n’ai pas compris, pourquoi le médecin a dit ça? Pourquoi on ne fait pas comme ça? »

Au-delà du médicament le plus efficace au monde, du médecin le plus compétent de la profession, du scanner le plus performant sur le marché, c’est un parent bien informé qui garantit la meilleure santé d’un enfant. Discutez avec le médecin de ce que vous savez, de ce que vous ne comprenez pas. C’est essentiel!

Êtes-vous sur la même longueur d’onde que le médecin de votre enfant?

Dre Taz, Omnipraticienne
Je sais combien la santé est un sujet qui nous préoccupe tous... Inspirés par ma pratique d'omnipraticienne, mes textes sont d'abord ceux d'un parent comme vous!
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (14)

  1. Gabby 22 mai 2012 à 13 h 38 min
    Je suis du genre à poser mille et une questions au docteur quand j'y vais que ce soit pour moi, mon mari ou mes enfants.

    Un jour un docteur, à la clinique d'urgence de jour, avait donné des antibiotiques à un de mes enfants et pas à l'autre (ils avaient les mêmes symptômes). Je lui demande pourquoi et au lieu de me donner la raison médicale, il me dit ''ça te rassurerait si je lui en donnais?''... Je suis restée plutôt stupéfaite. J'ai refusé! Je lui ai dis que si il ne jugeait pas ça nécessaire je voyais pas pourquoi il devrait en avoir pour me rassurer moi!

    Ça m'a fait un peu peur en fait. Je n'ai pas les compétences pour savoir si c'est nécessaire ou pas! À qui me fié si les docteurs en donnent pour rien!
  2. Elyse 22 mai 2012 à 14 h 46 min
    Mon conjoint et moi avons un bon bagage scientifique et travaillons tout les deux dans des domaines distincts mais connexe à la santé humaine. Quand nous consultons le médecin pour nous-même ou nos enfants, nous connaissons bien le vocabulaire médical bien que nous ne soyons PAS DU TOUT médecins.
    Je comprend mal pourquoi le/les médecins consultés se sentent agressés parce que nous posons la question si le médicament prescrit est un antibiotique ou un anti-fongique? Que nous demandons d'avoir une culture et un antibiotique de deuxième génération parce que cela fait 8 semaines que tout les membres de la famille utilise un antibiotique de première génération et que personne n'en vient à bout ?
    À coup sur, on se fait demander : vous faite quoi dans la vie ???? comme si nous étions la pour les mettre au défi. Nous ne sommes ni arrogant ni impolis, simplement des patients avec un certain bagage de connaissance et de vocabulaire. Pourquoi les médecins consultés ne prennent-ils pas plaisir à expliquer leur pensé et leur choix pour que ensemble nous puissions comprendre le traitement et être confiant que cela est bien adapté à la situation.
    Je ne me choque jamais contre quelqu'un qui vient me consulter à mon travail avec un vocabulaire trop précis. Pourquoi certains médecins se sentent-ils mal à l'aise avec cette situation ? à coup sur, cela me fait douter de la bonne foi du professionnel que j'ai devant moi !
  3. Émilie 22 mai 2012 à 15 h 52 min
    Élyse, mon mari et moi sommes dans la même situation que vous! Nous sommes tous les deux dans le domaine de la science. Mon mari est un docteur en microbiologie, donc il connaît ça! Par contre, on a la chance d'avoir une médecin extraordinaire qui prend plaisir à discuter avec nous! Résultats, même si parfois on a été inquiet, ma fille de deux ans n'a encore jamais reçu d'antibiotiques jugés non-nécessaire par son médecin. Peut-être devriez-vous changer de médecin?
  4. IsabelleBB 22 mai 2012 à 16 h 06 min
    Souvent on dirait que les médecins n'apprécient pas trop les parents bien informés... Ma fille fait des otites à répétition, (6 par saison environ), et malgré cela, lors d'une visite à la clinique sans rendez-vous, je me suis fait sermonner par le médecin parce que je lui avais déclaré simplement en entrant dans la salle d'examen : « Ma fille a tous les symptomes d'une otite. » Il m'a dit que ce n'était pas à moi de poser un diagnostique, et de le laisser poser les questions et de me contenter de répondre. Pas très sympathique, comme médecin! Je sais bien que c'est lui le professionnel, mais il reste que je peux reconnaître des symptômes chez mon enfant, surtout si ça fait 6 fois cet hiver! Et finalement c'était des otites pareil qu'elle avait!!! Encore aujourd'hui je me demande pourquoi il a été si agressif envers moi, alors que je voulais juste lui épargner du temps en étant directe... Est-ce si dérangeant des parents qui sont informés ou expérimentés? Maintenant je fais attention de faire semblant que je suis une maman inquiète qui ne sait pas du tout ce que son enfant pourrait avoir... Ça m'évite de frustrer l'égo de M. Docteur!
  5. Soso 22 mai 2012 à 22 h 23 min
    Nous avons un super pédiatre pour notre enfant, mais je trouve qu'il va un peu trop vite avec son carnet de prescription. Parfois je jette le papier à la poubelle. Attention! Je ne veux surtout pas dire aux parents de ne pas médicamenter leur enfant. Mais il faut savoir se fier à son instinct, surtout si c'est plutôt bénin. Un exemple? Un médicament contre le reflux gastrique alors qu'il était encore bébé. Je savais très bien que le système digestif de mon poupon s'adaptait au lait maternisé, alors que je cessais l'allaitement. Effectivement, après 2 semaines, tout rentrait dans l'ordre! Peut-être a-t-il souffert un peu, mais je ne voulait surtout pas lui donner ces pilules qui avaient, notamment, comme effets secondaires des maux de tête et des étourdissements. Même si c'est des effets possibles, mais je voulais pas prendre le risque.

    Je sentais que si je lui donnais la médication, il se retrouverait deux fois plus mal en point. Au lieu de cela, j'ai fait plusieurs choses toutes simples qui l'ont aidé durant ces quelques jours(dont quelques trucs donné par ce même pédiatre).

    Bref, je prône le sens critique face aux médecins, même si cela leur déplaît au plus haut point.




  6. Cathballou 25 mai 2012 à 19 h 39 min
    Je comprends très bien ce sentiment frustrant lorsqu'un médecin semble «frustré» de ne pas avoir affaire à des patients qui voient en lui un quasi-dieu avec son vocabulaire spécifique! Toutefois, ce que je déteste encore plus, c'est de tomber sur un médecin blasé qui n'en a rien à faire des inquiétudes d'une jeune maman. Par exemple, lorsque mon garçon était bébé, il avait souvent les pieds placé dans un angle.. étrange. Après m'être questionnée sur le sujet, avoir consulté d'autres mères et fait mes devoirs quoi! j'en parle au pédiatre qui me regarde d'un air découragé pour me dire (sur un ton vraiment bête et sec!) que mon gars a les pieds plats et que ça devrait revenir tout seul. Je ne pouvais pas le lire dans le ciel qu'il avait les pieds plats! Il y a une manière de dire les choses sapristi! Comment voulait-il que j'ai fait le lien entre un pied complètement versé vers l'extérieur et un pied plat? J'étais vraiment frustrée. S'il ne veut pas voir des jeunes mamans inquiètes, qu'il arrête de pratiquer la pédiatrie!
  7. Tasnime Akbaraly 29 mai 2012 à 21 h 59 min
    Chères lectrices,

    ohlalalala! je suis désolée de toutes ces mauvaises expériences!
    mais ne nous mettez pas tous dans le même panier!
    sans vouloir défendre mes collègues à tout prix, voilà comment je vois la chose:

    -en médecine, comme dans toute profession, il y a toutes sortes de personnalités.
    -l'ambiance dans le monde médical est assez morose (j'écrirai une chronique là-dessus), très très morose, et il y a des journées pires que d'autres.
    -la relation médecin-patient est comme une relation de couple. Certains s'accommodent, d'autres pas.

    La plupart d'entre nous aimons parler avec nos patients, échanger, écouter leurs doutes, répondre à leurs questions.

    RAssurez-moi: certains d'entre vous apprécient leurs médecins?!
  8. Julie 1 juin 2012 à 13 h 25 min

    Pour vous rassurer Dre Taz : hier, je suis allée chez le médecin avec mon garçon. Je l'ai trouvée super. C'était un suivi pour une pneumonie et elle a bien pris le temps de l'examiner, de répondre à nos questions et de nous rassurer. Ça fait du bien parce que moi aussi j'ai eu mon lot de mauvaises expériences avec les médecins, particulièrement lors de visites avec mes enfants.

  9. Anonymous 2 juin 2012 à 07 h 41 min
    chers docteurs !!!!!!
    en vous contre-disant entre vous, nous nous poussez encore plus profondément dans notre confusion. vous n'en avez pas le droit.
  10. Tasnime Akbaraly 2 juin 2012 à 09 h 04 min
    @Julie: merci Julie!
  11. Tasnime Akbaraly 2 juin 2012 à 09 h 07 min
    @Anonymous: Il faudrait nous expliquer quelles contradictions vous soulevez ? Tous les médecins n'ont pas le même avis sur les conduites à tenir, et il faut parfois plusieurs années avant d'avoir des études qui confortent nos positions. On se base sur nos expériences quand la science n'est pas claire. La médecine n'est ni blanche ni noire, à nous de savoir jongler avec les zones grises!
  12. Gfp 2 juin 2012 à 17 h 50 min
    Bonjour!
    Il y a quelques année j'ai fait une mononucléose. Ca a durée 6 semaines très intensif. Ganglions trës enflés sur le visage, la gorge et le cou. Beaucoup de fatigue etc. Puisque j'avais les yeux enflés également, la première médecin, TRËS sympathique et soucieuse de mon bien-être croyait à 2 hypothèses mais était certaine d'une mono. Cependant, les prises de sang sortaient toujours négatives après 2 semaines... Mais elle persistait dans cette direction.

    Une amie, travaillant dans une clinique privée, m'a invité à y aller pour avoir des résultats rapidement et un autre avis. Ce médecin a à peine écouter la description que je lui ai fait des tests déjà effectués et de mes symptômes. Entre-temps, mes amygdales étaient devenues vraiment dans un piteux états, zèbrées blanche et rouge... En voyant cela, il a dit que c'était une amygdalite... M'a fait une culture de gorge NÉGATIVE mais m'a malgré tout prescrit des antibiotiques pour cela.... Mais il était VRAIMENT désagréable...

    Quand a la médecin, elle étAit un peu décue que je sois allée voir un autre médecin mais elle comprennait que je voulais avoir un résultat rapidement... Ca faisait maintenant 4 semaines que je ne pouvais pas vraiment fonctionnée normalement. Je ne mangeais plus seulement que des concentrés vitaminés car j'avais trop mal à la gorge... Après 5 semaines, la prise de sang est finalement sortie positive pour une mononucléose... Alors que je commencais à prendre du mieux. Elle restera toujours dans ma mémoire comme une médecin formidable. Elle travaillait à l'époque dans une clinique de st-hubert ou brossard je ne me souvient plus exactement... Et j'aurais tellement aimée l'avoir comme médecin de famille....

    Comme dans tout métier, certains sont à la bonne place et d'autre non. Je lève mon chapeau à tous ces passionnés qui donnent une belle image à votre profession!
  13. Amélie Dion 6 février 2013 à 21 h 46 min
    J'aurais aimé lire cette chronique (et d'autres à propos des antibiotiques) avant!
    J'ai consulté hier soir pour mon poupon qui fait de la fièvre et ne boit plus depuis 4 jours.
    Le médecin n'a pas fait de culture de gorge et lui a prescrit des antibiotiques, me disant que le résultat prendrait 48h, et qu'il fallait rapidement que mon fils recommence à boire....
    Maintenant que les antibiotiques sont commencés, je ne peux pas arrêter!
    Je me sens terriblement coupable de ne ps avoir exigé une culture avant de commencer une telle médication.
  14. Dr Tasnime Akbaraly 8 février 2013 à 01 h 15 min
    @Gfp: désolée pour toute cette mésaventure, mais on a finalement trouvé ce que vous aviez, et la mononucléose est un diagnostic relativement peu courant comparé aux amygdalites virales autres... à tout le moins, elle vous aura permis de rencontrer un bon médecin!

    @Amélie Dion: il n'est jamais trop tard pour commencer à nous lire!!! Bienvenu!

    En ce qui concerne la conduite de votre médecin, beaucoup de variables peuvent rentrer en jeu: quel âge à votre poupon? était-il déshydraté? peut-être soupconnait-il un autre diagnostic, comme une otite ou une bronchite surinfectée?

    Vous avez raison, maintenant, il est impératif de terminer les antibiotiques.Pourquoi vous sentez-vous coupable? C'est normal de vous fier au médecin, c'est son expertise! La prochaine fois, préparez vos questions à l'écrit pendant que vous attendez dans la salle d'attente. On se sent moins intimidé, on n'oublie moins et ça fait passer le temps, qui peut être long!

Partager