Sommeil de bébé et angoisses de maman

Sommeil de bébé et angoisses de maman
30 avril 2012

Est-ce le sommeil agité de bébé, qui a un impact sur la dépression de maman, ou davantage la dépression de maman qui a un impact sur le sommeil de bébé? C’est la question pertinente posée par les chercheurs de l’Université de Pennsylvanie, dont Douglas M. Teti, psychologue du développement et initiateur de nombreux projets sur les liens entre le sommeil des bébés et leur développement.

Les résultats de leur étude viennent d’être publiés, dans la revue Child Development. En résumé, on y apprend que les mères dépressives ont tendance à réveiller inutilement leur bébé en pleine nuit. 

Sentiments d’impuissance et de perte de contrôle, inquiétudes sur le sommeil et l’alimentation de l’enfant, ces mères exagèrent le contact avec leur enfant pour se rassurer. Toutefois, en se comportant ainsi, elles fragilisent aussi la relation parent-enfant sur le long terme.

Pour en arriver à ces conclusions, 45 bébés (âgés de 1 mois à 24 mois) et leurs parents ont été suivis durant 7 jours consécutifs. Les chercheurs ont mis en place plusieurs caméras vidéo, l’une là où le bébé dormait, puis dans les différents endroits du domicile où les parents avaient l’habitude de s’occuper de leur enfant, y compris pour leurs interventions nocturnes. Les caméras ont tourné de 10 à 12 heures après le coucher de l’enfant.

« Nous avons constaté que les mères à symptômes dépressifs élevés se font plus de souci pour la santé de leur enfant pendant la nuit, en comparaison avec les autres mères. Ces mères sont plus susceptibles d’aller prendre leur bébé en pleine nuit et de passer un peu de temps avec lui », résume Douglas M. Teti.

« Lorsqu’elles vont chercher leur enfant la nuit, il n’a pas besoin d’aide parentale : il est endormi, parfois éveillé, mais n’est pas en détresse, précise l’auteur. En revanche, les autres mères réveillent très rarement leur enfant, le laissent dormir d’un sommeil sain, à moins que le nourrisson soit en détresse », détaille le chercheur. 

A contrario, l’étude confirme que des réveils fréquents de l’enfant la nuit peuvent entraîner aussi des symptômes dépressifs élevés chez la mère. Mais dans une moindre mesure.

Les plus grandes préoccupations de ces parents? Les problèmes de sommeil et d’alimentation, sans surprise. 

Parmi les solutions, les chercheurs conseillent de tenter de réduire la détresse des parents et de les rassurer, à la fois pour leur bien et celui de l’enfant.

« Il s’agit d’examiner la santé du système familial et de résoudre le problème », explique Douglas Téti. « Si ce sont les réveils fréquents de l’enfant qui entraînent une détresse parentale, il existe des interventions pour apprendre aux bébés à autoréguler leur sommeil. Si c’est la mère qui, inquiète, va réveiller inutilement son bébé, il existe d’autres approches permettant d’alléger les symptômes dépressifs maternels, de réduire les soucis inutiles, d’encourager le soutien du conjoint, et de convaincre les parents des avantages d’une bonne nuit pour les parents et le bébé », explique-t-il. 

Bien sûr, quand il dit « réveiller », on imagine bien que la maman ne sort pas du lit son bébé dormant paisiblement et silencieusement! Il fait référence à toutes ces situations où l’on se précipite trop vite, souvent inutilement, au moindre gémissement, réveillant complètement notre bébé tandis qu’il aurait poursuivi sa nuit si nous n’étions pas intervenues...

La nuance entre ces situations, on la découvre souvent au jour le jour, à l’instinct. Mais ce que ces chercheurs nous disent, aujourd’hui, c’est que l’état psychologique de la maman y est aussi pour quelque chose. 

Et vous, vous arrive-t-il de vous précipiter trop rapidement au lit de votre bébé la nuit? Avez-vous déjà été tentée de le prendre même s’il semblait bien dormir?

Marie Charbonniaud
Journaliste indépendante et mère de 3 enfants, je jette un regard à la fois critique et maternel aux questions d’actualité touchant à la famille.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (12)

  1. Enelra 30 avril 2012 à 14 h 11 min
    Pour ma part, j'ai toujours eu peur que mes bébés cesse de respirer durant mon sommeil. Pour les deux j'ai intallé leur couchette près de mon lit comme il est recommandé. Ma peur me faisait me réveiller en pleine nuit en sursaut! Mais je ne faisais que regarder si mon bébé respirait bien et je me rendormais (c'est pourquoi la couchette étais près de mon lit, pour ne pas que j'ai à me lever durant la nuit). Je n'ai jamais vu l'utilité de perturber un bébé durant son sommeil! Donc pour ma part j'ai toujours laissé mes bébés dormir en paix et je me précipitais vers eux seulement quand ils se réveillait et en avait besoin :)
  2. Sophie 30 avril 2012 à 16 h 21 min
    Wow, je me reconnais tellement dans cet article. Après avoir transféré mon fils dans sa chambre, j'étais souvent inquiète (qu'il arrête de respirer, entre autres). J'avais donc pris l'habitude d'aller le voir avant de me coucher. Au début, pas de problème puisqu'il était encore assez petit pour dormir d'un sommeil profond. Par contre, avec la venue de l'angoisse de séparation, s'il entendait la porte se refermer, j'avais droit à une bonne crise de larmes. J'ai donc compris que je devais le laisser dormir seul, dans sa chambre. Ce fut difficile de couper le cordon, mais j'ai compris qu'il était mieux ainsi et les calins à son réveil valent un million.

    Il ne faut donc pas juger ces mamans inquiètes trop vite, mais les rassurer et les aider à comprendre que bébé est parfois mieux un peu plus loin de maman. J'ai aussi remarqué que son sommeil est meilleur et que s'il se réveille, il est plus facile à remettre au lit...

    Aux autres mamans inquiètes, je dis "ne vous en faites pas, il respire encore, tout va bien!"
  3. Isabelle 30 avril 2012 à 17 h 31 min
    Wow! Je trouve cette recherche poussée... ces cas de mamans doivent plutôt être rare ou bien ces mamans doivent être extrêmement insécure d'elle même. Les mamans «saine» qui se précipite doivent se faire éduquer, car je pense qu'elle se précipite par instinc maternelle. C'est difficile de savoir pourquoi bébé pleure. Personnellement, je constate que la majorité des mamans croit que l'enfant a faim dès qu'il pleure, elle ne tente pas de consoler parceque se sont des gas qui font mal, parceque bébé est trop stimuler et épuisé de fatigue. Un bébé se fatigue très rapidement. Les mamans ont besoin d'apprendre à se faire confiance avant tout et d'apprendre à observer bébé et consoler avant de nourir. Il est tout à fait nornmal de s'inquiéter de son bébé les premières semaines surtout. Votre site est très éducatif et je trouve que c'est le meilleur site de référence, vos articles sont tres intéressant. Les cours parentaux du CLSC devrait être plus éducatif et apprendre aux mamans à se faire confiance. Il devrait présenter votre site, il est simple, il couvre tous les sujets et c'est tant qu'a moi le choix No. 1 pour tous les nouveaux et futurs parents! De plus, les bébés ont un tempérament ... certains sont plus insécure que d'autre et plus exigeant que d'autre!
  4. Isabelle 30 avril 2012 à 18 h 05 min
    PS: Ce n'est pas juste la nuit!
  5. Marie Charbonniaud 30 avril 2012 à 18 h 28 min
    @Eneira: J'ai fait comme vous les premières nuits avec mon premier bébé! Quand elle dormait (trop) bien... je me penchais près d'elle pour entendre son souffle... quels beaux souvenirs! Les émotions des nouveaux parents!

    @Sophie : Gros merci pour votre message de soutien!

    @Isabelle: Tout à fait d'accord. Grand merci pour ce gentil message; on travaille fort sur notre site et c'est toujours un plaisir de lire que les parents l'apprécient!!
  6. mimi 1 mai 2012 à 12 h 42 min
    Très intéressant cette recherche. Je me reconnais un peu avec mon premier bébé. Ayant des antécédants dépressifs, aucune expérience comme parent, manque de confiance en moi et tendance à l'anxiété; au moindre gémissement je pensais que mon bébé avait besoin de moi. Je lisais énormémenent sur le developpement physique et psychologique de l'enfant et j'interprétais mal la phrase: "Les parents doivent répondre rapidement au besoin de l'enfant pour ne pas le rendre insécure"... Bien sur au moindre gémissement j'allais le prendre mais aussi, je me souviens me réveiller de multiples fois pendant la nuit pour rien, même pas à cause d'un gémissement et aller vérifier s'il allait bien. Je l'allaitais au lit, mais je n'ai jamais pratiqué le co-dodo que je juge non sécuritaire. Parfois, je me réveillais en panique étant convaincu m'être endormi pendant l'allaitement et que mon bébé était quelques part étouffé dans les couvertures, ne le trouvant pas dans le lit (bien sur!) j'accourais à sa chambre... Peut-être ceci vous fait sourire, mais j'étais alors vraiment dans un état de panique et cela se produisait plusieurs fois par semaine... Mon bébé a grandi, j'ai appris à être maman, j'ai pris confiance en moi et mes crises de panique nocturne ont diminuées. Nous avons un deuxième enfant et quelle différence! Cette fois, aucun réveil nocturne en panique. Par contre, c'est un bébé qui a demandé énormément 24/24h pendant 5 semaines (et là ce n'était pas de petits gémissements mais des hurlements!) mais par la suite tout est rentré dans l'ordre. J'ai vraiment développer la capacité de reconnaître les différents pleurs lors de ces réveils (ce que j'étais incapable à mon premier enfant), et donc je sais à quels pleures je dois intervenir, souvent se sont que des pleurs de fatigue et en moins de 5 minutes il a trouvé moyen de se rendormir seul. Nous dormons très bien et quel soulagement et ce, pour toute la famille! Un gros merci à toute votre équipe, votre site a été, et est toujours, un outil précieux pour nous aider, au jour le jour, dans notre rôle de parents.
  7. Isalau 1 mai 2012 à 13 h 44 min
    Il est vrai que la nuit, tout semble plus angoissant! Si ma fille se réveille la nuit (ce qui arrive parfois, elle est à l'âge de l'angoisse de séparation), je vais la voir juste pour replacer sa couverture, lui faire savoir que je suis là, avant qu'elle ne se rende à pleurer. C'est efficace, elle se rendort tout de suite. Mais je me demande si je ne suis pas en train justement de créer ces réveils, car elle s'habitue peut-être à me voir la nuit, qui sait? Mais en même temps, je n'ose pas la laisser si elle semble commencer à s'agiter pour ne pas que ça se rende à des pleurs et donc à une plus grande difficulté à se rendormir par la suite. Voilà un des nombreux dilemmes en tant que nouvelle heureuse maman! Ça fait partie de l'apprentissage!
  8. Pussylucygold 3 mai 2012 à 08 h 29 min
    Merci pour cet article;
    Ma fille de 8 mois se réveille de très nombreuses fois, en pleurant/hurlant, et je ne trouve aucune autre solution que la prendre et l'allaiter. Toutes mes autres tentatives de la rassurer sans la sortir du lit, de l'apaiser sans le sein échouent (paroles rassurantes, caresses, petits bisous... et même bercement). Je suis épuisée et inquiète car j'ai peur d'induire une partie de ces réveils car elle dort dans son berceau à côté de moi. pourtant, à l'age de l'angoisse de la séparation et de poussées dentaires, je n'ose pas la transférer dans sa chambre...
    Dure, la vie de maman, certaines nuits.
  9. cecile 3 mai 2012 à 14 h 14 min
    j'ai fais partie de ses mamans !!!
    a accourir au moindre petit bruit, tres angoissee
    bref ma fille ainée a fait ses nuits par ma faute a l'age de 3 ans
    mon fils , on a fermé la porte et sommes intervenu de facon plus light
    resultat, il dort mon petit , les parents aussi!!
  10. Buck 2 juin 2012 à 00 h 34 min
    Great article, thank you again for writnig.
  11. tnynlmjg 2 juin 2012 à 06 h 24 min
    pRjmGG ohwgwzskliys
  12. didhdd 4 juin 2012 à 03 h 40 min
    HaQtTb rguxzbbpgsow

Partager