Pour des vaccins moins douloureux

Pour des vaccins moins douloureux
Par Dre Taz, Omnipraticienne
4 avril 2012
Nos enfants reçoivent minimum une douzaine de vaccins avant l’âge de 5 ans. J’ai été témoin d’innombrables techniques pour que ces rendez-vous incontournables soient moins dramatiques : une escapade dans un restaurant tout de suite après (même à 9 h le matin), l’achat d’un jouet convoité, la menace que le père Noël ne passera pas... Des parents ont même tenté de me confier leur enfant pendant qu’ils allaient eux-mêmes se réfugier dans la salle d’attente. 

Les enfants ne sont pas dupes et souffrent comme nous (voir ma chronique « Un câlin contre la douleur »). J’ai développé quelques trucs que je vous révèle aujourd’hui.

 Préparez le rendez-vous

  • Avisez votre enfant de façon naturelle, le jour même ou la veille du rendez-vous. Inutile d’accorder une importance démesurée à ce qui devrait être une affaire de quelques secondes. Gardez une attitude désinvolte. Les enfants vous observent.
  • Soyez clair et choisissez judicieusement vos mots. « Tu vas avoir un vaccin pour te protéger des maladies. » Évitez d’utiliser les mots « piqûre », « aiguille », etc.
  • Ne mentez pas. Si votre enfant demande si ça fait mal, répondez : « Non, mais ça pince un peu. »
  • Dédramatisez : les enfants aiment se raconter des histoires entre amis de la garderie. Demandez-lui ce qu’il sait exactement et rétablissez les faits au besoin. 
  • La journée du rendez-vous, votre enfant doit être « zen » afin qu’aucun stress ne diminue sa tolérance à la douleur. Si possible, il doit avoir bien mangé, bien dormi et avoir été aux toilettes.

Au moment fatidique

 Voici quelques trucs. À vous de choisir ce qui, selon vous, convient le mieux à votre enfant.

  • Plusieurs parents appliquent de la crème anesthésiante au site d’injection 1 h avant la procédure. Je ne suis pas contre, mais ce n’est pas une solution parfaite : la crème agit sur la peau tandis que les vaccins sont intramusculaires. Je suggère que vous donniez une dose d’acétaminophène au moins 30 minutes avant. 
  • Enseignez à votre enfant à inspirer calmement par le nez et expirer par la bouche pendant la piqûre. Pour les plus petits qui ne comprennent pas les techniques de respiration, donnez un jeu de bulles ou un moulin à vent qu’ils utiliseront pendant l’injection.
  • Faites compter l’enfant jusqu’à 10 ou faites-lui réciter une comptine jusqu’à un moment précis.
  • Faites tenir un glaçon à votre enfant de la main du bras du vaccin, le but étant de distraire le cerveau de la douleur en l’exposant à un autre stimulus. Moi, j’ai une réserve de pop-sicle que l’enfant a le droit de manger par la suite!
  • Serrez votre enfant dans vos bras. Plus vous le touchez, moins il se concentre sur la douleur. Tenez-le fermement sur vous : pour l’immobiliser, mais surtout pour lui transmettre un sentiment de sécurité. Prenez sa main. Il transférera sa douleur en vous serrant les doigts (comme une femme qui accouche et son conjoint!). Si vous avez un bébé, vous pouvez l’allaiter pendant l’injection. 

Et après?

  • Tout de suite après l’injection, certains peuvent avoir des étourdissements, voire perdre connaissance. C’est la chute de l’adrénaline. Rien d’alarmant. Seulement, il ne faudrait pas que l’enfant se blesse en tombant. Votre enfant doit rester sous surveillance 5 bonnes minutes dans le bureau du médecin et 10 minutes dans la salle d’attente, pour parer aux effets secondaires ou à une allergie.
  • Félicitez votre enfant : beaucoup d’adultes n’ont pas autant de courage devant une aiguille!

Et un dernier conseil : ne menacez JAMAIS votre enfant d’un « Si tu n’es pas gentil, Dre Taz va te donner une piqûre ». De combien de patients traumatisés ai-je hérité à cause de cette phrase incongrue! Petite anecdote : un enfant m’a déjà menacée d’avertir la DPJ si le vaccin lui faisait mal!

Et vous, avez-vous des trucs pour que ça se passe bien?

Dre Taz, Omnipraticienne
Je sais combien la santé est un sujet qui nous préoccupe tous... Inspirés par ma pratique d'omnipraticienne, mes textes sont d'abord ceux d'un parent comme vous!
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (22)

  1. Marie-Noëlle 4 avril 2012 à 13 h 50 min
    Je traîne des sous en chocolat pour Anne (qui a maintenant 19 mois). Lorsque la dame sort ses choses, je fais pareil, et lorsqu'elle fait la piqure, Anne est plus concentrée sur le morceau de chocolat que j'ai à la main. Je la félicite d'avoir fait ça comme une championne (juste avant qu'elle verse quelques larmes) et je lui donne le chocolat. 5 secondes et les pleurs sont fini! :D
  2. Neb 4 avril 2012 à 15 h 47 min
    J'ai été très déçue de voir que malgré ce genre de recommandations, rien n'est fait à mon CLSC.

    On a plusieurs fois refusé que j'allaite mon fils en même temps que la piqûre "vous le ferez après!".

    Que conseillez-vous de faire lorsque l'enfant doit recevoir 2 voir 3 piqûres? Je croyais qu'elles seraient toutes en même temps, par 2 infirmières différentes... Et non! Ce fut 3 piqûres une après l'autre, avec un certain délai entre chaque... et on m'a interdit de le réconforter entre chacune d'elle!

    Au-delà de 9 mois, conseillez-vous la cuisse ou l'épaule? J'ai souvent lu que la cuisse était moins douloureuse donc à privilégier... mais même en insistant, on a piqué l'épaule! J'ai vu le changement dans son cri... et c'était bien plus douloureux que les précédentes fois.

    Bref, je suis très déçue du service reçu, on ne nous laisse pas adapter selon nos besoins. Les infirmières ne semblent pas être au courant des dernières recommandations.
  3. Anne Marie 4 avril 2012 à 20 h 26 min
    @ Neb:
    Sachez qu'il est dans votre DROIT d'EXIGER que votre enfant ne reçoive qu'un seul vaccin par visite. Insistez! C'est beaucoup mieux pour un petit système immunitaire en développement. Combien d'enfants sont malades après les injections? Le calendrier des vaccins est beaucoup trop surchargé et on vaccine maintenant pour tout et pour rien! Renseignez-vous sur la pertinence de chacun des vaccins: est-ce vraiment grave d'attraper la varicelle? Ce vaccin est-il vraiment nécessaire? Faites des recherches éclairées. Et surtout, ne laissez jamais personne vous interdire de réconforter votre enfant tel que vous sachez (en tant que sa mère) qu'il en a besoin. Faites valoir vos droits!! Pour la question de la cuisse ou de l'épaule, je laisserais Madame Akbaraly se prononcer sur la question: en plus elle me semble humaine! À votre place, j'essaierais de changer d'établissement de santé, d'infirmière, ou de demander à parler à un supérieur pour dénoncer les pratiques qui vous sont infligées à vous et à votre enfant.
    Bonne chance!
  4. Véronique 5 avril 2012 à 00 h 46 min
    Est-ce réellement une bonne idée de donner une dose d'acétaminophène ou d'ibuprofène avant les vaccins? On m'a souvent dit que bien que ça aide contre la douleur, cela nuirait plutôt au développement et à la création des anticorps en empêchant le système immunitaire (comme la fièvre) de réagir correctement...

    Mythe? Réalité?
  5. Tasnime Akbaraly 5 avril 2012 à 08 h 39 min

    @ Marie-Noelle: quel bon truc! à retenir!


    @Neb: L'emplacement de la piqure dépend du vaccin et de l'âge de l'enfant. En général, ce sont des recommandations très précises.


    Je n'ai jamais fait vacciner un enfant par plusieurs infirmières en même temps, mais bien comme à votre clsc, par une seule personne, un vaccin après l'autre. Par contre, je permets au parent de consoler l'enfant, mais pas trop longtemps, parce que si l'enfant a été marqué par la première injection, il ne sert à rien de prolonger indéfiniment ce mauvais moment!


    J'échelonne le moins possible les vaccins, mais si le parent le demande expressément, je le fais. Cela dit, j'ai beaucoup de personnel et c'est une décision personnelle. Mais est-ce que tous les CLSC ont ce luxe?


    @Anne-Marie: Donner plusieurs vaccins en même temps ne joue par sur l'immunité de votre enfant, je vous rassure. Par ailleurs, les enfants ne sont pas plus malades à cause des vaccins ( sauf celui contre la rougeole-rubéole-oreillons, parce qu'il est vivant, peut provoquer un peu de fièvre). Un enfant attrape une dizaine de rhumes par année, durant chacun de 7 à 10 jours. Statistiquement parlant, votre enfant peut être malade après le vaccin, mais pour plein d’autres raisons.  Je vous invite à lire à ce sujet "La grippe espagnole est de retour".


    La plupart des vaccins au calendrier sont nécessaires, mais vous avez entièrement raison, le dialogue est TOUJOURS possible avec vos professionnels de la santé. C'est même un devoir pour les patients de consentir aux soins de façon éclairée. N'Hésitez jamais à vous informer auprès de personnes compétentes, et ne vous fiez pas à n'importe quelle source.


    Le but, tant des parents que du personnel de la santé, est le même: des enfants en santé!


    @véronique: tout d'abord, je tiens à préciser qu'il ne faut jamais donner de l'ibuprofène à un enfant, à cause du possible syndrome de Rey. Privilégiez toujours l'acétaminophène.

    Votre question est très pertinente et j'ai déjà effectivement vu une étude sur le sujet, mais qui n'a pas donné suite. je m'informe auprès de pédiatres et de chercheurs et je vous reviens sur cette réponse dans quelques jours.

  6. Julie 5 avril 2012 à 10 h 39 min
    En réaction au dernier commentaire de Mme Akbaraly :

    Selon Santé Canada, ce n'est pas l'ibuprofène qui est associé au syndrome de Reye, mais l'acide acétylsalicyclique ou aspirine. Voir ici : http://www.hc-sc.gc.ca/hl-vs/iyh-vsv/diseases-maladies/reye-fra.php

    Il se vend par ailleurs de l'Advil pour bébé (ibuprofène) sur les tablettes des pharmacies...

    Pouvez-vous nous éclairer à ce sujet?
  7. Julie 5 avril 2012 à 15 h 23 min
    Il ne faut pas donner d'ibuprofène (Advil) à un bébé de moins de 6 mois et jamais d'acide acétylsalicyclique (Aspirine) à un bébé, un enfant ou un adolescent.
  8. Véronique 5 avril 2012 à 21 h 53 min
    heu Dr Taz?

    Pourquoi nous vendent-ils de l'Ibuprofène (Advil) pour bébé si c'est déconseillé? J'ai toujours cru que c'était effectivement l'aspirine qui est associé au Syndrome de Rey.

    Je donne "régulièrement" du Tylenol (acétaminophène) et de l'Advil (ibuprofène) à mon bébé de 20 mois et mon pharmacien ne m'a jamais fait de gros yeux.

    Ensuite, vous n'avez pas répondu à mon questionnement sur la possible interférence des analgésiques (que ce soit du tylenol ou de l'advil) et la formation d'anticorps.

    On m'a souvent dit qu'empêcher la fièvre (qui est un mécanisme de défence) pouvair nuire au travail du système immunitaire (et à la cération des anticorps). Est-ce vrai, d'après vous?
  9. Véronique 5 avril 2012 à 23 h 21 min
    Oups... oubliez mes derniers paragraphes sur la "non réponse à ma question". C'est plutôt moi que je dois blâmer pour ne pas avoir lu jusqu'à la fin votre réponse :)

    J'attends de vos nouvelles à ce sujet avec impatience. :)
  10. Marie 6 avril 2012 à 11 h 03 min
    @ Véronique: c'est effectivement l'aspirine (acide acetylsalycilyque) qui est associée au Syndrome de Reye! En cas de température (38,5 et plus), l'acetaminophene est toujours à privilégier. La température est en effet un mécanisme de défense du corps mais il n'y a selon moi aucune raison pour laquelle on devrait laisser son enfant mal en point avec une température élevée. Il en va du confort de l'enfant.

    @ Véronique: en tant qu'infirmière en pédiatrie et maman, il m'est arrivé fréquemment de soigner des enfants aux prises avec des complications de maladies infectieuses, telles que la varicelle. Les vaccins sont selon moi nécessaires et il en va de la prévention de la maladie au niveau de la société.

    Bonne journée! :-)
  11. Véronique 8 avril 2012 à 00 h 16 min
    @ Marie: Je n'ai jamais remis en doute la nécessité des vaccins. Je ne sais pas où ni comment vous avez perçu un tel message.

    @ Marie: Un enfant peut très bien avoir de la fièvre sans être mal en point. Une fièvre de 39ºC rectal chez ma fille passe souvent innaperçu car son comportement en n'est pas affecté. Ma pédiatre me dit toujours de ne pas donner de Tempra ou d'Advil si l'enfant tolère bien la fièvre (sans devenir amorphe ou léthargique) car la fièvre est une réaction immunitaire et non pas un symptôme et aide réellement à enrayer le virus. Elle me dit même que pour chaque degré de fièvre, le corps double la quantité de globule blanc (globule qui servent à la défence de l'organisme) et qu'il faut laisser la fièvre agir le plus possible. Ici, nous appliquons ce conseil (avec succès je dois dire!).

    Ma question était justement basé là dessus: donné un analgésique avant le vaccin (qu'il soit Tempra ou Advil) pourrait-il nuire à la formation efficace d'anticorps.

    Bon, comme j'ai l'impression de me répéter encore et encore, je vais attendre les prochains développement de Dr. Taz à ce sujet :)
  12. Eve 8 avril 2012 à 12 h 45 min
    J'ai eu dernièrement à téléphoner à info santé car mon bébé de 9 mois avait fait de la fièvre et avait aussi vomit, résultat, une maman très inquiète. En discutant avec l'infirmière, elle m'a dit exactement la même chose que je retrouve dans vos commentaires, c'est à dire, laissez agir la fièvre et donner seulement du tempra si l'enfant semble sentir de l'inconfort. POur moi, ça été une révélation. J'ai toujours donné soit du tempra ou de l'advil dès que mes enfants avaient de la fièvre ( peu importe le degré). Donc je dois maintenant changer mes habitudes concernant la fièvre. Elle m'a dit aussi que les vomissements étaient surement dû à l'advil ( dans la journée il avait eu 2 doses totals à 6 heures d'intervale) car comme l'advil est un anti-inflammatoire, il est plus dure sur l'estoma. Donc ici aussi je change mes habitudes, je vais commencer à prévilégier le tempra plutôt que l'advil. POur les vaccins, mon truc, du tempra 30 min à l'avance, une berseuse pendant le vaccin et un beau " bravo mon ange, maman est fière de toi" si tout c'est bien passer et sinon je le berse en lui chantant des chansons et ce jusqu'à ce que le calme ne revienne ( 5 min top) .
  13. Karine 9 avril 2012 à 13 h 21 min
    Très intéressant billet!

    Mais quelqu'un peut-il m'éclaire ?
    Ici au Québec, on "interdit" l'aspirine (acide acetylsalycilyque) pour bébé, enfant et adolescent mais la pratique française et maghrébine est d'en donner...J'ai une belle-soeur française qui est médecin qui ne jure que par ça lorsque mes bébés ont de la fièvre mais j'hésite avec les recommandations québécoises..

    Quoi faire ? Qui croire ?
  14. Julie 11 avril 2012 à 13 h 32 min
    En France, ils sont également prudents concernant l'Aspirine. À votre place je m'abstiendrais puisque l'aéctaminophène est tout aussi efficace. Voici ce que l'on peut sur un site français :

    « L'aspirine n'est pas un médicament anodin. Tout surdosage ou prise prolongée exposent à des complications sérieuses.(...) L'utilisation d'aspirine chez l'enfant doit être prudente en cas de varicelle ou de fièvre due à un virus (grippe...). Des cas de syndrome de Reye, rarissimes, mais parfois mortels, ont été constatés. Ce syndrome se traduit par des troubles de la conscience et des vomissements. En cas de fièvre due à un virus, et en l'absence d'avis médical, d'autres antipyrétiques (paracétamol, par exemple) doivent être préférés. Ce médicament contient du sel (sodium) en quantité notable.»
    http://www.eurekasante.fr/medicaments/vidal-famille/medicament-oaspup01-ASPIRINE-UPSA-500-et-1000-mg.html
  15. sandra MARTINEZ SANDE 13 avril 2012 à 20 h 23 min
    Bonjour,
    Je suis française et vit en France. L'aspirine (acide acetylsalycilyque) n'est pas du tout conseillée pour les petits. Je n'en utilise jamais pour mes enfants (2 et 4 ans). Par contre, pas de problèmes avec le paracétamol (je ne sais pas à quoi ça équivaut au québec ? Peut être le Tempra ?). Parfois de l'Advil dans le cas de douleurs liées à la croissance car il contient un anti-inflammatoire.

    Mais dans le cas précis des vaccins, seulement du paracétamol en cas de fièvre (donc après l'injection) et seulement en cas d'inconfort notoire. Si l'enfant est un peu chaud mais en forme, je ne donne rien.

    Pendant le vaccin lui meme, mon fils aîné pleurait tout le temps énormément. Du coup, mon mari a commencé à le prendre dans ses bras, ventre contre ventre pendant que la pédiatre faisait le vaccin dans le haut de la fesse, la cuisse ou le bras (selon les fois). Ca s'est beaucoup mieux passé. Il pleurait quand même un peu mais sans hurler à s'en arracher les poumons... Et le fait d'être contre son père le rassurait beaucoup. Et les pleurs ont duré bien moins longtemps.

    Du coup, pour notre petit deuxième, on a tout de suite utilisé cette méthode ! C'est beaucoup mieux vraiment !

    Sandra MARTINEZ SANDE
  16. Tasnime Akbaraly 14 avril 2012 à 16 h 19 min
    Effectivement, après quelques recherches, j'ai retrouvé l'article paru dans le Lancet, magazine fiable. Une étude tchèque de 2009 sur environ 400 enfants démontre bien que donner de l'acétaminophène avant un vaccin peut réduire la production d'anticorps. Mais si je me suis permis de quand même le suggérer, c'est qu'il n'y a pas encore d'étude qui a évalué l'impact "clinique", c'est à dire qu'on n'a pas vérifié si les enfants avec moins d'anticorps étaient moins immunisés au point de contracter les maladies contre lesquelles ils étaient vaccinés.

    Mais si je me suis permis de quand même le faire, c'est dans le cadre d'un article qui propose des moyens de rendre le vaccin moins douloureux. Mais il serait plus sage d'éviter de le faire, et de n'en donner qu'après le vaccin, si l'enfant souffre de fièvre ou de douleur.

  17. Véronique 15 avril 2012 à 00 h 15 min
    Merci d'avoir pris le temps de faire la recherche, Dr Taz, et aussi pour la franche réponse :) C'est très apprécié.

  18. Tasnime Akbaraly 15 avril 2012 à 18 h 45 min
    L'aspirine est à éviter car il est définitivement associé au Syndrome de Reye.

    Aux doses thérapeutiques, l'acétaminophène entraîne peu d’effets indésirables. Le seul risque réel est la toxicité hépatique en cas de surdosage aigu.

    Les anti-inflammatoires, tel que l'ibuprofène, même aux doses classiques, peuvent provoquer des problèmes gastriques, rénaux, dermiques et des réactions d’hypersensibilité.

    Quant aux différences de culture médicale entre les pays, elles sont nombreuses, et touchent autant le côté préventif, diagnostic que curatif... c'est à ça que servent les colloques internationaux: à partager les connaissances et les points de vue, et à apprendre l'humilité!
  19. Vanessa 16 avril 2012 à 13 h 38 min
    Ma fille a un peu plus de 13 mois et je lui ai jamais rien donné avant le vaccin. Elle n'a jamais fait de réaction non plus d'où le pourquoi je n'ai rien donné pour les suivants le premier. Un peu plus bougonneuse mais sans plus. J'ai essayé de lui changer les idées durant les vaccins mais bon, quand ca pique, plus rien de lui change les idées donc j'attends que ca soit fini et je lui parle tranquillement et lui dit que c'est fini... Elle pleure qq minutes après et là, j'essaie de lui changer les idées avec son gobelet d'eau par exemple ou un jouet qu'elle aime donc ca lui fait oublier qu'elle vient d'avoir mal.
    @ Neb: Je ne sais pas où tu habites mais moi je ferais une plainte contre ton CLSC. Je trouve leur attitude totalement inacceptable. Ce n'est pas une partie de plaisir pour un enfant de se faire vacciner et ils ont besoin du réconfort de leur mère. S'il fallait que l'infirmière ne veule pas que je console ma fille, oh que ca aurait mal été!!!
  20. Soso 22 mai 2012 à 22 h 03 min
    Je suis un peu en retard mais bon...

    Ce que j'aimerais partager c'est que lors du tout premier vaccin de mon bébé, soit celui de deux mois, l'infirmière lui a fait le vaccin alors qu'il DORMAIT. Elle nous a avait dit que ce n'était pas grave et qu'on pouvait le laisser dormir. Quelle erreur!!!
    Il s'est réveillé en état de panique et a poussé un hurlement d'enfer. Je ne sais pas, mais j'ai eu l'impression qu'elle voulait juste voir la face d'un bébé qui se fait réveiller par un vaccin. Parfois je crois que les professionnels sont malveillants (une minorité bien sûr!) alors il faut TOUJOURS se fier à son instinct de maman.
  21. Laure 5 juillet 2014 à 06 h 33 min
    Bonjour, ma pédiatre a fait les vaccins des 4 mois de ma fille dans la cuisse au milieu devant.... alors que le medecin traitant a fait ceux des 2 mois vers l exterieur de la cuisse.... ma question: Est ce que c'est grave que ce soit pas le même emplacement, cela influe sur les anticorps obtenus? merci de répondre et me rassurer...
  22. Smithd8 1 octobre 2014 à 19 h 53 min
    If you are going for best contents like myself, simply go to see this site all egbcegffgkdfbdcg

Partager