Comment rendre extraordinaire un aliment ordinaire

Comment rendre extraordinaire un aliment ordinaire
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
4 mars 2012
L’autre soir, comme ça leur arrive souvent, mes enfants m’ont demandé un dessert spécial. Je leur ai servi… du yogourt nature et des fruits. Croyez-vous qu’ils ont trouvé ça spécial? Eh bien oui! Voulez-vous savoir comment je réussis à faire passer pour « spécial » du yogourt nature et des fruits? J’ai charmé leurs oreilles et leurs yeux.

Premier truc : jouer avec les mots. Nos papilles gustatives sont influencées par notre imagination. Celles des enfants aussi. J’ai annoncé à Laura et Benjamin que je leur préparais un « parfait ». Ils ne connaissaient pas ce dessert; ça avait donc le potentiel d’être spécial.

Si ce truc fonctionne, ce n’est pas parce que les enfants sont naïfs. Jouer sur les appellations influence les perceptions des petits comme des grands. Des études ont d’ailleurs déjà prouvé ce point en comparant la popularité des plats au menu et l’appréciation des clients de restaurants en fonction des noms donnés aux mets. Lesquels des plats suivants vous mettent le plus en appétit? Le « poulet grillé » ou le « suprême de poulet de Bresse »? Le « potage de légumes » ou le « velouté de légumes d’automne »? Les clients des restaurants étudiés choisissaient non seulement davantage les mets aux noms recherchés, ils en faisaient également une critique plus positive, même si les plats étaient exactement les mêmes.

Les appellations alléchantes programment nos papilles afin qu’elles savourent le plat. Pour charmer les oreilles ou l’imaginaire des enfants, et ainsi charmer leurs papilles, on peut par exemple faire référence à des lieux géographiques qu’ils connaissent, à des personnes aimées ou des héros, à des souvenirs, aux sens, à la magie, et plus encore. Ça peut parfois être aussi simple que « le spaghetti de quand maman était petite », que ma fille aime particulièrement.

Deuxième truc : une nouvelle présentation. Plutôt que d’utiliser les petits bols de couleur IKEA dans lesquels ils mangent tous les jours, j’ai sorti mes tasses à cappuccino en verre. Ça aurait pu être n’importe quels verres transparents. L’idée était d’abord de changer la routine et de créer une présentation jamais vue. Puis, évidemment, de plaire dès le premier regard, puisqu’on mange d’abord avec les yeux. Les couleurs, les formes, la disposition, la vaisselle et certains éléments décoratifs influencent tous notre perception de ce que nous mangeons.

Transformer des aliments ordinaires en mets spéciaux, c’est à la fois un art et une science.

Au fait, je ne vous ai pas donné ma « recette ». J’ai simplement déposé de petits dés de mangue dans le fond des tasses, recouvert de yogourt nature et saupoudré de céréales muesli. Un dessert en trois étages, c’est spécial! Le « yogourt-cachette » que prépare leur papa est une variation sur le même thème : des raisins frais au fond d’un bol recouverts de yogourt.

Et vous, transformez-vous des mets banals en recette spéciale-spatiale? Ce serait bien de se créer un répertoire, non?

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (5)

  1. Myriam 4 mars 2012 à 13 h 00 min
    Bravo le parfait!! je m'y met dès ce soir!!!!!!!!!!! çe me rappelle l'histoire de l'igloo et du pingouin de quand j'étais petite: ma mère faisait un pot-au-feu et écrasait dans l'assiette la viande et les legumes, elle faisait un petit "igloo" et me disait que je devais tout manger (oui à l'époque on nous faisait tout manger) pour pouvoir trouver le petit pingouin (mais celui ci se sauvait tout le temps avant qu'on est pu le voir...) Peu importe ça marchait à tout coup!
  2. Julie 5 mars 2012 à 14 h 53 min
    Avec une touche de cacao, ça peut être encore plus spécial-spatial! Chez nous, mon garçon se fait souvent un café d'enfant. C'est du lait chaud auquel il ajoute de la cannelle.
  3. IsabelleBB 7 mars 2012 à 20 h 05 min
    Morceaux de monstre sur linguini

    -Sauce Béchamel
    -Variété de fruit de mer (calmar, moules, pétoncles...)
    -linguini blé entier

    On accompagne le tout d'un légume vert ou d'une salade.

    C'est une recette toute simple de semaine, mais le fait de dire que c'est des morceaux de monstre rend les fruits de mer beaucoup plus appétisssants... Pour nos filles du moins!
  4. Papilles Souriantes 8 mars 2012 à 15 h 04 min
    Tous les sens entrent en jeu quand arrive le moment de déguster. L'intérêt des enfants, tout comme celui des adultes mérite d'être piqué pour donner le "goût" et l'envie.

    La présentation, le jeu de couleurs, les formes utilisées, l'imagination et la créativité aideront à obtenir l'aval du 1er juge des sens qui est la Vue. Évidemment l'odeur offerte par le mets jouera un rôle primordiale quant au voyage temporel qu'elle générera. Bien souvent nous avons tendance a créer des associations (cette odeur ça me rappelle), l'enfant crée ce référentiel au quotidien quand tout est nouveau. Plus la diversité fait partie des repas, plus l'ouverture d'esprit et de palais de l'enfant sera grande.

    Une fois la vue, l'odorat stimulés, le passage à l'acte se fait. Introduire l'alimentation en bouche.Et la magie s'opère ! Les sensations générées seront à l'origine de sentiment (J'aime, j'aime pas). Les papilles évalueront la texture, les molécules libérées par la salive permettront de libérer les arômes des ingrédients qui seront véhiculés dans la cavité rétro nasale, des capteurs transmettront l'information au cerveau. Les mémoires gustative et olfactive s'enrichissent aussi simplement.

    Quand tous les sens entre en jeux, l'enfant (ou l'adulte) porte un intérêt à ce qu'il découvre et peut décider de façon argumentée d'aimer ou non.
    L'importance des jeux de couleurs et le choix de mots pour décrire un plat favorisent l'intérêt et aident à la découverte.

    Jouer avec la créativité, transformer des légumes en des contenants en les farcissant, dessiner des personnages dans des assiettes, laisser l'enfant composer sa propre assiette, le rendre l'artiste de son repas, ces exemples aident à développer l'intérêt. (des exemples visuels sur la page facebook de Papilles Souriantes)

    La mission de Papilles Souriantes est d'offrir des voyages gustatifs au quotidien. Que les repas soient source de plaisir, de découverte et d'intérêt. La dégustation est à l'origine des plaisirs. Donnons l'envie de goûter.

    Pour cela soyons créatif, imaginatif, authentique, spontané. Retrouvons nos valeurs d'enfance.

    Donc tout compte fait, peut-être serait-il intéressant de laisser une place de choix active aux enfants dans la préparation et la composition de leur repas !


    Libérons la créativité culinaire qui dort en nous !

    Audrey de Papilles Souriantes
  5. Anonymous 10 mars 2012 à 02 h 45 min
    Dans une assiette, je dépose des morceaux de fruits coupés en petits morceaux et «éparpillés» au gré de mon inspiration, parfois de l'art abstrait, parfois un bonhomme ou un paysage. À travers ça, un mini-ruisseau de sirop d'érable ou bien du caramel maison à la fleur de sel de ma voisine. Et voilà !

Partager