Faut-il interdire les sucreries aux tout-petits?

Faut-il interdire les sucreries aux tout-petits?
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
6 février 2012

« Un âge minimum pour les sucreries », titrait La Presse, le 2 février dernier. Cette nouvelle vous a-t-elle fait réagir? C’est ce que le titre espérait faire, bien sûr. L’article original, publié dans la revue scientifique Nature propose d’interdire, d’ici 10 à 15 ans, la vente de boissons gazeuses aux mineurs mais ses auteurs proposent d’autres recommandations moins drastiques qui méritent réflexion. Ils suggèrent, dans un premier temps, d’interdire la publicité sur les friandises, boissons et gâteries. Dans un deuxième temps, d’en interdire la vente dans les commerces près des écoles. Puis, par la suite, d’imposer un âge minimum pour acheter des boissons gazeuses.

Personnellement, je crois qu’il faut éviter le piège d’une loi qui fera des boissons gazeuses et sucreries des aliments interdits. Cela ne les rendra que plus attirants. Le sucre n’est pas le tabac. Il compose des aliments. Pas toujours les plus nourrissants, je l’accorde, mais des aliments qui peuvent avoir une place dans la saine alimentation. Et puis, le véritable problème est la surconsommation de sucre plutôt que le sucre lui-même. Même les auteurs de l’article dans Nature l’admettent. Des bonbons à l’Halloween, du chocolat à Pâques et à la St-Valentin, de la tire sur la neige au printemps, des desserts traditionnels à Noël, et même des bons desserts gourmands à l’occasion ne ruinent pas la santé. C’est une question de fréquence et de dosage. Entre les occasions où mes enfants se sucrent le bec, ils mangent du yogourt nature, des fruits, des céréales peu sucrées, du jus dilué une ou deux fois par semaine, des muffins maison, etc. Ce n’est pas une loi qui me dictera le gros bon sens.

Est-ce qu’une loi modifierait les habitudes de certains parents? J’ai en mémoire une dame ayant déjà écrit un commentaire sur mon blogue dans lequel elle se désolait d’avoir vu une maman offrir une boisson gazeuse dans un biberon à son bébé. À quoi bon interdire la vente de boissons gazeuses avant l’âge de 17 ans si certains parents en offrent de toute façon à leurs enfants, avant même qu’ils aient 17… mois? Ce cas est extrême et relativement isolé (j’ose espérer, car il n’y a pas de données là-dessus), mais les foyers où l’on boit plus de boissons gazeuses que d’eau et de lait réunis existent. Une loi s’adressant aux enfants ne changerait donc rien à l’alimentation de ces familles puisque ce sont les parents qui décident de la nourriture qui entre dans leur frigo.

Si les gens étaient mieux informés et davantage sensibilisés, cela améliorerait-il la situation? Non, disent les auteurs de l’article dans Nature. Ils rappellent que les études sur le sujet prouvent que l’information ne suffit pas à améliorer les comportements et encore moins la santé publique. Les gens ont beau être informés, tout autour d’eux les incitent à manger des sucreries et des boissons gazeuses : leur très grande disponibilité, leur omniprésence dans les commerces, leur coût minime et la publicité qui les entoure, notamment. C’est ce qu’on appelle l’« environnement alimentaire » et je crois aussi que c’est en grande partie là-dessus qu’il faut agir.

Ainsi, selon les auteurs et plusieurs experts de la santé publique, jouer sur l’offre alimentaire et le marketing des friandises et des boissons gazeuses peut vraisemblablement améliorer les habitudes de consommation. Si on ne retrouvait pas les aliments ultra-sucrés partout, s’ils coûtaient un peu plus cher, si les formats offerts étaient de taille plus raisonnable, si le marketing était moins agressif, si les aliments ayant une meilleure valeur nutritive étaient mieux valorisés... Si plusieurs de ces mesures étaient mises en place pour favoriser les choix d’aliments sains et rendre la concurrence plus loyale, on n’aurait peut-être pas besoin de parler de loi. Mais peut-on y arriver sans légiférer? À qui, croyez-vous, revient la responsabilité de ce que nous mangeons?

 

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (5)

  1. eve 6 février 2012 à 14 h 43 min
    Quel sera le rôle des parent la-dedans!
    Il faut arrêter de les déresponsabiliser. Je crois que c'est à chacun d'éduquer son enfant et de lui montrer à être raisonnable et à se contrôler.
  2. Doris 6 février 2012 à 14 h 58 min
    Avec mon chum, on s'est toujours demandé pourquoi dans les épiceries, l'eau est plus cher que les boissons gazeuses. Le monde est à l'envers! Moi, je crois qu'il faut avant tout éduquer les parents et les enfants. La consommation excessive de sucre doit sans doute se faire dans les familles défavorisées.
  3. Gabby 6 février 2012 à 14 h 59 min
    C'est un excellent questionnement qui demande réflexion! Il faudrait peut-être penser à enlever les bonbons des épiceries/dépanneurs et les remettre dans un magasin juste de bonbons! Juste ça je pense que ça ferait une énorment différence. Ce serait moins tentant pour les enfants qui vont faire l'épicerie avec les parents, moins tentant pour les parents d'acheter la paix en les achetant aussi!

    Près de chez moi il avait un magasin comme ça où ma mère m'amenait une fois de temps en temps pour choisir quelques bonbons. On achetait rien de ça en même temps que la nourriture, c'était un petit spécial!

    Ici les bonbons et les chips on en retrouve rarement dans mon garde-manger. On les voit surtout sur les tables décorer aux anniversaires comme les gâteaux! Souvent même je vais plutôt mettre une grande assiette de légumes crus et le temps en tourner le dos j'ai 3 petits voleurs qui en ont vidé la moitié!
  4. imbeault 7 février 2012 à 19 h 39 min
    Tant qu'a y faire pourquoi ne pas interdire les enfants de moins de 18 ans dans les épiceries les pharmacies les magasins à grande surface ou autres commerces du genre ou sont vendu des biens de consommation nuisible pour leurs santés . personnellement je crois que tous et chacun ne sache plus à qui se fier, ont lis et publie n'importe quoi sur le net, vous n'avez qu'a lire
    (une étude ou un chercheur )et sa parole deviens parole d'évangile non contestable.
    Il y en a qui devrais réfléchir 15 secondes avant d’affirmé n’importe quoi .l’eau de javel (Javex) est très dangereux mais ont en a tous a la maison pour laver ou désinfecté et personne n’a songer à l’interdire !
  5. Anne Marie 26 février 2012 à 13 h 47 min
    C'est vrai que côté publicité, on ne verra jamais une pub pour rappeler aux gens qu'ils ont accès à un fermier de famille pour des paniers bio! Mais quand mon chum regarde sa partie de hockey, les pubs de bières se succèdent les unes après les autres et que c'est donc la nouvelle religion du millénaire la bière! Elle est montrée comme un objet de culte. Et oui, pour en revenir au sujet principal, le sucre est omniprésent, les boissons gazeuses aussi. Une taxe plus élevée sur ces produits pour être ensuite investie de façon à rendre plus accessible le bio? Voit-on des pubs à la télé qui nous rappelle de consommer des fruits et légumes?
    Moi aussi je donne des desserts sucrés à mes enfants (jamais de bonbons par contre, mais c'est parce que je n'en mange pas moi-même peut-être) mais je sais doser et surtout donner le bon exemple en m'alimentant bien. C'est sûr que dans une famille où les parents mangent mal....

Partager