Des odeurs en souvenir

Des odeurs en souvenir
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
22 décembre 2011

Ils étaient des dizaines et des dizaines de petits bonshommes, d’anges, de pères Noël, d’étoiles et de sapins à prendre forme dans la pâte à biscuits, sous les emporte-pièces de Laura et de Benjamin. Tour à tour dans le four, ils contribuaient à l’odeur de galettes à la mélasse qui se faisait de plus en plus insistante.

Pas très originale comme tradition, mais la confection de ces biscuits de Noël est tout de même porteuse de souvenirs. Outre l’activité en soi qu’ils affectionnent énormément et les petites mains enfarinées dont ils se souviendront peut-être, leur nez est un vecteur important de souvenirs. Plus encore que les autres stimuli sensoriels, les odeurs se taillent une place très particulière dans la mémoire des enfants. Encore aujourd’hui comme adulte, les odeurs suscitent des retours en arrière.

Personnellement, l’odeur des clémentines me ramène aux temps des Fêtes de mon enfance. « Dans mon temps », les clémentines du Maroc arrivaient à l’épicerie comme un cadeau de Noël. Aujourd’hui, on en mange sur une trop longue période pour que mes enfants les associent à Noël uniquement. Leurs souvenirs olfactifs seront assurément différents des miens. En partie du moins, car ils retrouveront, comme moi, l’odeur de la saucisse maison de mon père, du ragoût et des pâtés à la viande de ma mère et du vrai sapin chez Papi et Mamie.

Les odeurs laissent des traces dans notre mémoire à longueur d’année. J’ai tout de même l’impression que certaines odeurs caractéristiques du temps des Fêtes sont plus tenaces. Ou plus facilement identifiables, du moins. Sans doute parce qu’elles reviennent annuellement. C’est le cas des biscuits de Noël dont les effluves de mélasse, cannelle et gingembre embaument la cuisine à la mi-décembre chaque année. Aux odeurs s’ajoutent la musique de Noël, la manipulation de la pâte, du rouleau à pâte et des emporte-pièces, la vue de la centaine de biscuits alignés sur le comptoir et, bien sûr, la dégustation des biscuits encore chauds. Bref, l’expérience est multisensorielle! Comme le seront sans doute les souvenirs de Laura et Benjamin. Et dans ma mémoire de maman, j’ajouterais le bonheur tout simple de cuisiner avec mes enfants.

Avez-vous des souvenirs de Noël du même ordre? Poursuivez-vous des traditions qui forgeront les souvenirs de vos enfants?

Merci de me lire semaine après semaine. C’est un cadeau à l’année! Je vous souhaite un merveilleux temps des Fêtes!

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (4)

  1. Anonymous 22 décembre 2011 à 13 h 03 min
    Bonjour
    j'aimerais la recette de tes biscuits...pour mes trésors...merci!
  2. Stephanie Cote 24 décembre 2011 à 01 h 19 min
    Voici la recette qui sert à faire des bonshommes. C'est la recette de galettes à la mélasse de ma grand-mère à laquelle j'ajoute de la farine afin d'obtenir une pâte malléable.

    750 ml (3 tasses) de farine (personnellement, la moitié de cette quantité est de la farine de blé entier)
    5 ml (1 c. à thé) de poudre à pâte
    1 ml de sel
    5 ml de gingembre moulu
    5 ml de cannelle
    125 ml (1/2 tasse) de beurre tempéré ou margarine non-hydrogénée
    85 ml (1/3 tasse) de sucre
    1 oeuf
    125 ml (1/2 tasse) de mélasse
    60 ml (1/4 tasse) d'eau

    - Mélanger la farine, la poudre à pâte et les épices dans un grand bol.
    - Dans le bol du mélangeur, crémer le beurre (ou margarine) et le sucre. Ajouter l'oeuf et la mélasse et battre.
    - Ajouter le mélange de farine à celui d'oeuf et de mélasse en alternance avec l'eau.
    - Former une boule, envelopper de pellicule plastique et réfrigérer au moins 30 minutes (ou congéler 15 min).
    - La pâte est ensuite prête à être abaissée sur une surface propre enfarinée. Ajouter de la farine si la pâte est trop molle. Découper des formes à l'aide d'emporte-pièces.
    - Cuire à 375 degré F, environ 8 minutes
  3. mélina m. 28 décembre 2011 à 02 h 18 min
    C'est drôle de lire votre blogue car je disais justement a mon conjoint dernièrement que les clémentines étaient synonyme des fêtes pour moi car nous en avions qu'a ce moment avant! Mes parents n'étaient pas riche et je me souviens de tous les bons petits biscuits et autres grignotines que ma mère mettait sur la plus haute tablette de l'armoire!! C'était pas touche avant Noel! Maintenant, ces denrées sont monnaies courantes a la maison mais nous instaurons des petits rituels comme l'achat de notre chandelle a la canelle le 1 décembre. J'aimerais bien que ma fille de deux ans associe cette odeur aux Fêtes qui arrivent comme c'est le cas pour nous...Pour l'instant elle adore cette odeur, c'est un bon début!Merci pour ce retour dans le temps! De joyeuses fêtes!
  4. Robinson 22 janvier 2012 à 06 h 56 min
    I bow down humbly in the prsenece of such greatness.

Partager