Triple accouchement

Triple accouchement
23 novembre 2011
En rangeant un placard, j’ai retrouvé une boîte dans laquelle je garde quelques affaires de bébé. De petits souvenirs dont je suis incapable de me séparer et dont certains remontent même à mon accouchement. Comme un petit bonnet que l’infirmière avait mis sur la tête de ma fille à sa naissance. J’ai souri en le voyant, provoquant ainsi le rembobinage immédiat de ma mémoire.

Premier bébé...

J’ai lu 32 livres sur la maternité, écouté mille et une histoires d’accouchement plus traumatisantes les unes que les autres et préparé la chambre de mon bébé 3 mois d’avance. Quand je suis arrivée à l’hôpital, j’ai tout de suite passé ma commande auprès de l’infirmière : « Je vous préviens, je ne veux ni épidurale, ni épisiotomie. » Elle m’a souri gentiment sans rien dire. Neuf heures plus tard, l’anesthésiste me plantait (à ma demande) une aiguille dans le dos pour soulager d’insupportables contractions et 2 heures plus tard, le médecin résident recousait mon épisiotomie sous l’oeil avisé de son supérieur. Je m’en fichais, le plus important était blotti dans mes bras et me fixait du regard.

Deuxième bébé...

J’ai feuilleté 3 livres sur la maternité à la bibliothèque et je n’ai écouté aucune histoire d’accouchement. La chambre de mon bébé était prête 8 jours avant la date prévue. Quand je suis arrivée à l’hôpital, j’ai tout de suite passé ma commande auprès de l’infirmière : « Je veux une épidurale! » Elle m’a envoyée dans le jacuzzi pour relaxer. Un vrai bonheur. Après 20 minutes, je suis retournée tranquillement dans ma chambre, enrobée d’une robe de chambre chaude et chaussée de pantoufles douillettes, pour finalement retourner dans le jacuzzi vu l’effet positif de l’eau chaude sur ma dilatation et mon moral. Dix minutes plus tard, je sortais précipitamment du jacuzzi, prise par de violentes contractions et filais jusqu’à ma chambre pieds nus, cheveux mouillés collés dans le front, robe de chambre au vent pour m’écraser, comme une grosse baleine, dans mon lit. Mon médecin a dit : « Pousse! » J’ai répondu : « Épidurale? » Elle a dit : « Trop tard! » Onze minutes plus tard, mon bébé poussait son premier cri… sans épidurale, ni épisiotomie, ni soluté, ni rien du tout. Accouchement 100 % naturel!

Troisième bébé...

J’ai feuilleté des tas de livres pour enfants qui parlaient de jolies couleurs, de pirates au grand cœur, de princesses courageuses ou de petits enfants qui allaient bientôt accueillir un nouveau bébé, mais aucun livre pour les grands qui parlaient de maternité. La chambre de mon bébé était prête 2 semaines après mon accouchement. Quand je suis arrivée à l’hôpital, j’ai dit bonjour à l’infirmière et lui ai demandé comment elle allait. J’ai filé sur mon lit et continué de discuter avec mon homme d’un truc qui s’était passé la veille avec notre fils et qu’il avait oublié de me raconter. Trois heures plus tard, on me faisait une épidurale. Quatre heures plus tard, j’avais 2 seringues dans la peau, 2 tubes dans le nez, un moniteur sur le ventre et 6 personnes qui me surveillaient, dont un médecin aux sourcils froncés. Quatre heures et 5 minutes plus tard, 2 infirmières poussaient mon lit en courant dans les couloirs de l’hôpital en criant un numéro de code d’urgence à un autre infirmier. Quatre heures et 11 minutes plus tard, on sortait mon bébé par césarienne et pour la troisième et dernière fois de ma vie, j’accueillais mon bébé en pleurant de joie.

La vie est surprenante, imprévisible et merveilleuse… comme les enfants.

Et vous, ça s’est passé comment?

Catherine Goldschmidt
Je suis une drôle de maman qui adore dénicher ou inventer des jeux simples et peu coûteux pour amuser les enfants.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (31)

  1. Isabelle Tremblay 23 novembre 2011 à 14 h 08 min
    Eh bien mes deux premiers accouchements sont une copie conforme des vôtres...Chambres et lectures comprises.
    Pour la troisième petite, perte des eaux mais pas de contractions. Bain tourbillon inefficace. On me provoque, épidural et attente un peu longue pour un troisième bébé. Finalement, je termine en coachant l'interne ( très gentil) de service.Ce même interne est bien surpris de me voir promener bébé 3 heures plus tard...
    Retour à la maison 30 heures plus tard.Avec le cadeau de mes 39 ans.
  2. Marie 23 novembre 2011 à 16 h 08 min
    Mon accouchement c'est dérouler assez bizard , pour mon premier...
    Les contractions étaient terribles , tellement que je voulais abandonner. Je n'ai pas été préparer par rien , juste traumatisée par les histoires et les vidéos pris sur youtube... Je me rends a l'hopital mais je ne suis pas assez dilatée , donc je fais les milles pas dans le corridor en pyjamas pendant 1h . Retour me faire vérifier , je le suis un peu donc reste dans le lit pendant quelques heures pour enfin finir dans une belle chambre mais toujours avec de fortes contractions...Je suis assez dilatée pour recevoir l'épidural (enfin).Oh oh ma pression chute , des haut le coeur , ma mère et mon conjoint chasser de la chambre... plein d'infermières autour de moi , pour me surveiller ... je reviens a la normal , pu de stress pour elles . Apres un autre problème , je suis gelée jusqu'a la hauteur du cou mais je ressens toujours les contactions... Malheur au bout de 2h leffet de l'épidural est disparue , je fais une resistance a ce dernier . Me donne plusieurs tranquillisants pour recevoir un autre épidural ... Même résultat qu'au premier , gelée jusqu'au cou mai spas en bas , donc j'ai sentie le scalpel me couper pour laisser plus de place a la tête ... Le resultat a la resistance a l'épidural c'est que jai accoucher naturel car l'effet de durait pas ... Mais la personne qui m'ont déposée sur le ventre a enlever toute la douleur , car elle m'a mis le bonheur dans ton cette aventure . Ma fille Mélia a vue le jour a 4h24 du matin apres avoir travaillée pendant 53 heures en comptant les ''fausses'' contractions ... Je t'aime Mélia .
  3. Audrey Gagnon 23 novembre 2011 à 16 h 18 min
    Mon premier accouchement, chambre prête des semaines à l'avance, lectures effectuées, cours prénataux pris, recherche sur les accouchements faits... Je ne voulais pas d'épidurale ni d'épisiotomie moi non plus. Mais finalement, le travail était si rapide et intense que l'épidurale a été accueillie avec beaucoup de bonheur ! 30 minutes plus tard, bébé était là ! Au total, 4:39 de travail. Deuxième accouchement, je réalise un rêve que j'avais lors de ma première grossesse, un suivi sage-femme. Après discussion, j'ai décidé d'accoucher chez moi. Wow, ce fut merveilleux, je voudrais le revivre n'importe quand !! Accoucher dans sa propre demeure, dans son propre lit, ça n'a pas de prix. Un gros total de 4heures de travail. La chambre du bébé était déjà prête, c'est le plus vieux qu'on a transféré ;-) Et pratiquement pas de lectures ce coup là !
  4. Cynthia Bernier 23 novembre 2011 à 17 h 17 min
    Ouin...Moi je suis enceinte de mon deuxieme et je suis a 30 semaines présentement je me demande comment va se passer mon deuxième accocuhement! Je dis a tous le monde que j'aimerais dont que ca se passe comme mon premier!

    Me faire reveiller vers 6ham du matin par quelques crempes au ventre..peu de temps après nausées par dessus nausées, 7ham on appel info santé j'étais avec ma mère adoptive qui n'a pas eu d'enfant, alors elle ne savait pas plus que moi ce qu'il fallait faire! Info santé me dit: reste à la maison jusqu'a ce que tes contrations soit au 5 min pendant 2h! c'est ton premier ya pas de presse! 8ham ma mère en panique appel une ambulance car je suis au 5 min depuis 15 min :) Arrivé à l'hopital tous le monde cours autour de moi je comprend rien j'ai pas pris de cours prénateaux, je sais pas ce qui va arriver, un médecin arrive et me dit on touche la tête, pousse! 9h04am après avoir poussé 3 fois je tenais mon petit garcon dans mes bras! Ma mere a eu juste le temps d'aller stationné son auto!

    Pour mon deuxieme on m'a dit de m'envenir à l'hopital aussitôt que j'ai mes première contractions.... à suivre! :)
  5. Eve 23 novembre 2011 à 23 h 28 min
    @ Cynthia , moi aussi je voulais que mon 2e accouchement ressemble à mon premier. J'ai été provoqué, 3 hre de travail et 3 poussés et mon petit bonhomme était dans mes bras. Mon médecin m'avait aussi prévenu d'arriver à l'hopital dès que j'avais des contractions pour le deuxième. ET bien c'est ce que j'ai fait et on m'a retourné. Finalement, j'ai été aussi provoqué et mon petit bonhomme est arrivé 5 hre plus tard. Donc pour moi, je peux affirmer que les grossesses et accouchements ne se ressemble pas.
  6. Adam 24 novembre 2011 à 01 h 43 min
    Rien a ajouter!
  7. Catherine 24 novembre 2011 à 03 h 35 min
    Je désirais ardemment avoir un accouchement naturel. Je redoutais d'avoir à être provoquée, comme ma mère et mes soeurs ... et d'être "pluggée" de partout, couchée sur une civière sous un néon sans pouvoir bouger. Je souhaitais être à la hauteur de l'événement!

    Je me suis préparée mentalement, physiquement, et je vous dirais aussi spirituellement! Je me suis appliquée à apprivoiser cet événement, duquel j'avais si peur au début de la grossesse, pour finalement avoir si hâte à la fin. Ce n'est pas pour rien qu'une grossesse dure 9 mois!

    Des crampes dans le bas-ventre m'ont réveillée à 4h30 un samedi matin. J'ai apprivoisé cette sensation, devenue douloureuse au fil des heures, pour finalement réveiller mon chum et nous rendre à l'hôpital vers 9h00, contractant aux 2 min. 30 sec. 4 cm déjà. Et l'infirmière me dit: "J'imagine que vous allez me demander l'épidurale?"

    On m'attribue ma chambre, je fais un bout sur le ballon. Puis je me lève, je ne peux rester ni assise ni couchée... beaucoup trop douloureux! À chaque contraction, je m'accroche à mon chum (qui n'a pas osé broncher une seule fois en 6 hrs de ce manège ! ) et ma maman m'applique des compresses d'eau chaude dans le bas du dos. Puis je frappe mon 1er mur... je pense vomir... je sens la panique monter... On me propose la douche, car le bain est défectueux. Je fais un bout dans la douche, l'eau chaude est apaisante et mon chum reste près de moi, silencieux. Je retourne pour un examen; 5 cm.. décevant. 1 cm en 3 hrs. God!!! 2e mur. Là je pense sérieusement demander l'épidurale. Finalement, on me propose du fentanyl, je somnole, mon chum me raconte nos souvenirs d'amoureux, il me fait rigoler et 45 min. plus tard; 7cm! L'effet de l'anesthésiant s'estompe, je me relève et là.. LÀ! c'est devenu pas mal plus sportif. Je suis entrée dans ma bulle, mes souvenirs sont flous et 1h30 plus tard mon p'tit coco était sur moi! Né à 15h42.

    Le plus beau jour de ma vie.

    8 mois plus tard, j'ai trop hâte de recommencer!
  8. Catherine 24 novembre 2011 à 04 h 29 min
    Une naissance à domicile, pas de chambre de préparée, notre petite fille a fait dodo avec nous les 7 premiers moi de sa vie! Toute l'intensité d'un accouchement naturel et toute la beauté de l'accueil d'un nouvel être sur cette terre...
  9. Elodie 24 novembre 2011 à 10 h 24 min
    Je trouve votre récit très poétique et beau - je vous souhaite plein de bonheur pour la suite de votre histoire de maman.
  10. Catherine Goldschmidt 24 novembre 2011 à 19 h 38 min
    Vos récits sont tellement touchants. Merci infiniment.
  11. sophie 24 novembre 2011 à 20 h 11 min
    Mon accouchement : je suis arrivé à minuit à l’hôpital apres un méchant rodéo en centre ville en pleine tempête de neige. 1er bébé et j'ai jamais eu les fameuses contractions aux 5 minutes. L'infirmiere daigne m’ausculter pour vérifier ma dilatation avec un petit sourire : genre ça ne sera pas avant demain midi tu vas rentrer chez toi. Elle change de face, sort en courant et en fermant la porte on entend de l'autre coté : "j'ai besoin de quelqu'un vite, une patiente accouche dans la salle d’auscultation". Quelques minutes plus tard mon fils arrivait, le médecin est arrivé juste à temps dans la salle. Et quelques heures plus tard et 20 points de sutures plus loin, nous avons changé de salle : la grande aventure a commencé :)
    Moi aussi j'ai gardé les petites choses de mon garçon <3
  12. migneaux 25 novembre 2011 à 08 h 34 min
    bonjour,moi 4 accouchements 1er bébé un garcon 4,300kg et 55cm en 2h30 sans péridural mais épisiotomie.minuit la sage femme dit a mon mari vous pouvez partir votre femme n accouchera pas maintenant dans l apres midi seulement c est son premier et une demi heure apres on le rappellait.il a fallu que je marche a la salle d accouchement en marchant en sentant mon bébé venir .2 eme bébé un garcon 3kg850 et 52 cm sans episio ni peridurale, mon mari est resté la .3eme une petite fille 3kg350 sans rien .4 eme une petite fille 3kg 400 toujours sans rien, bébé est arrivé la date prevu .accouchement tres rapide a chaque fois .moi aussi j ai gardée les petits vétements de naissance.a chaque accouchement toujours autant démotion que de bon souvenir.
  13. Roxanne 26 novembre 2011 à 15 h 09 min
    Dès que j'ai su que j'étais enceinte, je voulais une césarienne. Accoucher naturellement avec d'atroces douleurs, ehhh non merci, je ne veux rien savoir de ça. J'aurais pris l'épidural dès que j'aurais pu... Mais, oh quel bonheur, ma fille était un siège. Donc j'ai eu une césarienne!!! Ça été merveilleux, en 2 minutes tout était réglé et mon bébé était né! J'ai rien senti. Ensuite avec le dégel, ca été un peu douloureux mais très peu et seulement quand je me levais ou quand je toussais et c'était une douleur comparable à des crampes menstruelles, rien de plus. 4 jours plus tard je ne sentais déjà plus grand chose... Donc, pour moi une césarienne c'était le bonheur total. Pourquoi vouloir souffrir pendant des heures et des heures pour le même résultat en bout de ligne...
  14. Léa 27 novembre 2011 à 03 h 01 min
    Roxanne,
    tant mieux si ta césarienne s'est bien déroulée et que ton bébé est en santé. J'imagine que tu es une maman en bonne forme physique pour t'en être si facilement relevé. Mais sâche que les césariennes comportent de nombreux risques, tant pour la mère que bébé. Un accouchement vaginal est peut-être douloureux sur le coup, mais le rétablissement est moins compliqué pour la plupart des femmes et les bébés sont moins à risque de traverser des complications. Ce n'est pas pour rien que les médecins refusent les césariennes "de convenance"...
  15. Anne Marie 28 novembre 2011 à 03 h 31 min
    Tout à fait d'accord avec Léa. Et j'ajouterais même que l'épidurale est aussi une pratique très dangereuse: j'en ai eu une pour mon premier accouchement et ce n'est qu'après une semaine passée aux soins semi-intensifs, mon bébé en incubateur, branché de tout côtés, neurologue, cardiologue, pneumologue, scan du cerveau, pleurs, angoisse, stress, épuisement....bref ce n'est qu'au bout de cet enfer que les médecins nous ont avoué que les apnées que notre bébé a fait à sa naissance ainsi que son battement de coeur lent et irrégulier des premiers jours étaient une conséquence directe des drogues qu'ils nous ont servi sur un plateau d'argent.

    Nous avons eu notre deuxième bébé en maison de naissance, avec une sage-femme, dans le plus grand des respects (contrairement à l’hôpital). Naturellement. Et j'ai survécu comme la grande majorité des femmes de l'histoire de l'humanité. Si on avait a refaire pour un troisième, j'accoucherais chez moi. L'hôpital, c'est pour les gens malades!
  16. Christine 28 novembre 2011 à 20 h 54 min
    Pour mon fils, j'ai appris très tard que j'étais enceinte (4 mois et plus de grossesse complétée). Il était trop tard pour les maisons des naissances, il ne me restait que l'hôpital (et encore là, ce fut difficile de trouver un médecin pour une grossesse de plus de 12 semaines...mais ça c'est une autre histoire).

    Alors quand le moment est venu, j'ai passé le plus de temps possible à la maison pour ne pas avoir à être "branchée" pendant tout le travail. Sur les 26 heures qu'ont duré l'accouchement, j'en ai passé 19 à la maison. Arrivée à l'hôpital, j'ai accepté la péridurale après un autre 2 heures de travail. Et une chance, parce que les problèmes ont commencé à ce moment. Mon fils se présentait mal, ce qui ralentissait le travail. Son coeur s'est mis à ralentir, le mien aussi. Bien vite, les médecins ont compris qu'il avait le cordon autour du cou. Comme le temps pressait, on a sorti les forceps (c'était ça ou la césarienne, mais il était déjà trop tard, le bébé devait sortir au plus vite). J'ai bien entendu déchiré énormément. Et finalement, le placenta ne sortait pas, alors le médecin a dû aller le "décoller" manuellement, puisque je perdais beaucoup de sang.

    Au final, j'ai mis 2-3 mois à m'en remettre complètement. Alors pour ce deuxième, la maison des naissance n'a jamais effleuré mon esprit. Je crois fermement en son utilité, mais ma première expérience fait que, autant pour moi que pour mon bébé, je me sens plus en sécurité à l'hôpital, qui n'est pas que pour les gens malades, mais aussi pour les femmes qui n'ont pas la chance d'accoucher facilement et sans danger.
  17. Eve 28 novembre 2011 à 22 h 30 min
    @ Christine, je suis tout à fait d'accord avec toi. Pour la santé du bébé et de la maman, je suis certaine que l'hopital est le meilleur endroit pour les accouchements. Ça me fait bien rire lorsque j'entend les gens dire que les femmes accouchent depuis la nuit des temps et qu'il n'y avait pas d'hopital. On oubli souvent que dans ce temps là il y avait beaucoup de mère qui mourrait au couche et que souvent l'enfant de survivait pas. Alors qu'aujourd'hui ce n'est plus aussi courant même très rare. Il ne faut pas oublier que ce n'est pas parce que le premier accouchement c'est déroulé sans tracas que le deuxième ( et autre) sera de même. J'ai une amie qui a eu 3 enfants, les 2 premiers accouchements se sont déroulés très normalement et le 3e, elle y est presque resté. Sans médecin, elle ne serait pas là pour voir ses enfants grandir.
  18. Marie 28 novembre 2011 à 23 h 42 min
    J'ai eu mon petit Léo en août, la date exacte prévue par ma gynéco! 6h du matin, j'ai un peu mal au ventre, mais est-ce que c'est vraiment des contractions, je me le demande. Je retourne donc me coucher, et dit à mon chum d'aller travailler, je vais le rappeler plus tard. Il arrive donc vers 14h, et j'en suis à mon 2e bain. J'ai mal, mais pas aux 5 min depuis 2h. Je me dit donc que je vais attendre encore un peu. Mais il arrive 16h, et lorsque je décide de quitter pour l'hôpital, je me rend compte que je vais être en plein traffic (je dois traverser le pont Champlain!), donc j'attend encore. Je me dis que c'est mon premier accouchement, donc que j'ai 'en masse' le temps. 19h arrive, et je me dit que je dois partir. Nous sommes donc pris dans le traffic pendant 1h15, avec des contractions aux 4-5 minutes. Arrivée à l'hôpital, je veux une épidurale!!! J'en ai toujours voulu une, donc ce n'est pas une surprise. Ce qui est une surprise, c'est que je me sois rendue à 5 cm avant de l'avoir! Donc, épidurale, dilatation, tout va bien, on peut pousser. Mais pousse, pousse, pousse, il ne veut pas descendre. Donc oxytocin pour rendre les contractions plus fortes, mais l'épidurale ne fait plus beaucoup effet! Après 3 autres heures de poussée sans résultat, on passe à la césarienne. Ça ne me stresse pas du tout, je travaille dans ce domaine là. Le problème, c'est que j'ai fait une grosse hémorragie pendant la césarienne. Si ce n'avait pas été de ça, j'aurais trouvé que mon accouchement s'est quand même bien passé.

    Donc pour le deuxième, je risque d'avoir une césarienne d'emblée... on verra bien! J'ai été très, très bien traitée par tout le personnel, avant, pendant et après l'accouchement. Et je m'en suis remis assez facilement, après 2 semaines de repos forcé à cause de l'anémie provoqué par l'hémorragie. Et pour ce qui est de la césarienne, je n'ai jamais eu de douleur, pendant ou après (avec des médicaments, bien entendu :-) Le 2e accouchement, s'il y en a un, ne me fait pas trop peur...
  19. Geneviève 29 novembre 2011 à 01 h 54 min
    Mon accouchement en mai dernier était le premier. 3 livres de maternité de lus, 14 sur la santé des bébés, chambre prête et bagages aussi depuis 2 semaines. Mes eaux crèvent à 5h30 du matin, je réveille mon conjoint et nous déjeunons avant de partir pour l'hôpital. La sensation est tellement bizarre que je ne suis pas sûre que c'est ça, des contractions ! L'infirmière rit un peu de moi, pense qu'elle n'est pas pressée. Elle m'envoit dans une chambre où j'attend avec une douleur qui ne s'estompe jamais, et quand finalement on vient m'évaluer pour se rendre compte que je suis à 4 cm et que le coquin est pressé parce que mes contractions sont aux 2 minutes (d'où mon impression que ça ne se calme pas). À 8h je suis dans ma chambre, je refuse épidurale et tout autre médications, je fais les super respirations (ça marche ! les contractions étaient beaucoup plus supportables sauf quand j'oubliait de les faire). Je parle en signe à mon conjoint parce que je ne suis plus capable de parler !

    Préparée pour plusieurs heures, je veux essayer le ballon, les massages et le bain. J'embarque dans le bain, c'est fantastique. Je sors vers 9h pour faire du monitoring. On essaie de faire du quatre pattes, je me concentre sur ce qui se passe dans mon corps. Mon médecin arrive pour voir où j'en suis, déjà 9cm ! Finalement on retourne dans le bain et dès que je me mets dans l'eau ça pousse ! Je suis surprise et un peu efrayée, je retourne au lit. Je commence à pousser vers 10h, et vers 10h30 mon médecin me propose de prendre quelque chose pour accélérer parce que mes contractions sont espacées. Ce n'est pas grave, mais je vais devoir pousser plus longtemps. Je refuse, je préfère pouvoir me reposer entre chaque poussées ! Mon beau grand garçon arrive donc sur terre à 11h pile du matin, en plein soleil !

    Il est parfait, mais moi un peu moins ! Mon placenta est collé, mais comme je ne saigne pas on attend. On attend. Et le médecin me joue après le ventre, ça fait encore plus mal qu'accoucher. Et je touche mon garçon mais je ne peux pas le regarder autant que je voudrais puisque je reste couchée. Quand finalement le placenta sort, on se rend compte que je suis déchirée niveau 4 et on me recouds longtemps longtemps.

    Je peux enfin me reposer avec ma petite merveille de 9.10 livres vers 13h, et manger un peu aussi. Malgré les désagrément après coup, l'accouchement lui-même n'a duré que 5h30 ! Le médecin me dit que la prochaine fois, je devrai me présenter très vite à l'hôpital ! Les infirmières qui s'occupent de moi dans les 30 heures passées à l'hôpital me félicitent toutes ! Bébé fait un peu d'hypoglycémie, mais on dit que c'est normal pour les gros bébés !

    Pour le prochain accouchement, je voulais le faire à la maison mais les complications avec le placenta me font hésiter. Mais ce qui est sûre c'est que je veux encore un accouchement naturel !
  20. Catherine Goldschmidt 29 novembre 2011 à 14 h 48 min
    Accoucher de manière naturelle est une expérience vraiment incroyable que j'ai eu la chance de vivre, mais j'avoue que j'étais bien contente d'être à l'hôpital quand le médecin a déclenché d'urgence ma césarienne. Apparemment, ni ma petite fille, ni moi n'aurions survécu sans cette intervention. J'ai fait une hémorragie par la suite et cela a pris plusieurs jours avant que je m'en remette. Vos récits prouvent que chaque histoire est unique et qu'elle nous appartient. Je ne comprends pas l'intérêt de juger celle des autres.
  21. Charlie 30 novembre 2011 à 15 h 53 min
    Je suis assez d'accord lorsque Catherine dit qu'il n'y a pas d'intérêt à juger les accouchements des autres. À quoi bon? En sommes nous venues à être compétitive à ce point??? Est-ce que certains accouchements sont plus honorifiques que d'autres??? J'en doute. C'est bien d'assumer ses choix et ce qui est encore mieux, c'est de respecter les choix des autres, sans juger. Parfois, certaines personnes ressentent le besoin de "montrer aux autres" que elles, elles ont fait le meilleur choix en ayant pris ou pas la péridurale, en accouchant ou pas à la maison ou en maison de naissance...mais pourquoi???
    J'ai travaillé jusqu'à 38 semaines, j'ai emménagé dans ma nouvelle maison et fait un déménagement à 37 semaines J'ai accouché à 41 semaines et 4 jours, provoquée par un cervidil. J'ai passé la journée en salle de premier contact,après avoir attendu toute la nuit qu'on me pose un cervidil. Vers 16h00, j'avais des contractions aux 5 minutes. Personne pour vérifier à combien j'étais dilatée. 18h00 dans le bain et je crève mes eaux. Je demande ardemment la péridurale à 18h30...dilatée à 5 cm. Une heure plus tard, on m'amène finalement dans une chambre. L'anasthésiste est parti souper à l'extérieur. Merveilleux!!! À 19h15, je souffre le calvalre et voilà; c'est le temps de pousser. Passer de 5 cm à 10 cm en moins d'une heure c'est: EXTRÊME! 19h54 ma fille est née. Quel bonheur mais jamais je ne pourrai oublier la douleur ressentie. La prochaine fois, je vais ardemment exiger que l'on s'occupe de moi davantage, provoquée ou pas, et je souhaite vraiment bénéficier d'une péridurale. On m'a dit que j'accoucherais plus vite la prochaine fois... j'ai accouché avant même d'avoir signé les papiers d'admission de l'hôpital! Bonne chance à toutes celles qui vivront sou peu ce moment intense et unique, peu importe votre choix :)
  22. Geneviève 30 novembre 2011 à 20 h 53 min
    @ Catherine et Charlie
    Parlez-vous de moi ? Ai-je donner l'impression de juger les autres ou de penser que ma décision était la meilleure ? Si c'est le cas, je vous assure que telle n'était pas mon intention ! C'est une expérience incroyable, mais jamais je n'aurais eu confiance en moi si je n'avais pas eu un entourage médical compétent ! Je désirais accoucher naturellement avant même de tomber enceinte, tout comme d'autres refusent d'avoir leur bébé sans péridurale,tout comme parfois on ne peut pas choisir ! L'important c'est d'avoir un bébé en santé !
  23. Catherine Goldschmidt 30 novembre 2011 à 21 h 13 min
    @ Geneviève Non pas du tout! Ce sont plutôt les propos d'Anne Marie et de Roxanne qui m'ont mis légèrement mal à l'aise. Je suis désolée. J'aurai dû le mentionner.
  24. Charlie 1 décembre 2011 à 01 h 18 min
    @Geneviève: Comme je dis dans mon message, je tend à ne pas juger les autres donc non, mon message ne s'adressait pas à toi. En fait,il était davantage axé sur un message "global" visant à refléter aux gens que parfois, leurs propos peuvent manquer de sensibilité à l'égard des autres. Lorsque j'entends que "l'hôpital, c'est pour des gens malades", je trouve que c'est très jugeant face aux autres mamans et surtout, je ne comprends pas l'intention de dire ces mots? Qu'une personne se sente à l'aise avec son choix face à son accouchement est selon moi, la première étape du rôle de maman et la première décision que l'on prend pour son enfant et pour nous-mêmes. Et parfois, il arrive que nous ne pouvons pas décider parce que la Nature, est plus forte et plus grande que tout! À la fin, l'important c'est que notre bébé soit en santé et nous de même ;)
  25. Eve 3 décembre 2011 à 22 h 06 min
    Comme je l'ai déjà mentionné plus haut pour moi, le meilleur endroit pour accoucher est l'hopital ( je parlais vraiment seulement de mon moi même ) Par contre, je penses que ce qui est le plus important, c'est peu importe le choix que l'on prend pour son accouchement, nous devons être au courant de tous les risques associés à notre décision que ce soit à l'hôpital, à la maison ou en maison de naissance pour nous et le beau bébé à venir. Peu importe le choix, il faut être au courant des options si ça tourne mal ( quoi que je le souhaite à personne). Toutes doivent être bien avec leur décision. Pour moi un accouchement est un miracle de la vie quel que soit la façon d'accouché. Je souhaite à toutes d'avoir leur accouchement qu'elles désirent même si cela n'arrive pas toujours.
  26. Eve 3 décembre 2011 à 22 h 24 min
    Un autre chose me vient en tête lorsque je relis les commentaires de toutes. Je remarque que le sujet de l'accouchement fait autant réagir que le fameux sujet de l'allaitement. @ Charlie, je me pose la même question que toi " pourquoi sommes nous devenu si compétitive ?" Est-ce parce que nous voulons être la meilleure maman du monde ? Est-ce que nous voulons dire et surtout ce faire croire que toutes nos actions sont les meilleures envers nos enfants ? On oublit souvent qu'il n'y a pas de maman parfaite et que un jour ou l'autre on fera une erreur. Par contre, je crois que chaqu'un de nos gestes sont fait à la meilleure de nos connaissance et que nous voulons le mieux pour nos enfants. Dites vous que peut importe vos choix concernant l'accouchement ou l'allaitement ou autre sujet chaud, l'important c'est d'aimer nos enfants et de faire de notre mieux pour les guider dans la vie. Bref mon commentaire dépasse de beaucoup ce blogle mais c'est à ce que ça ma fait penser.
  27. Samantha Moreau 13 décembre 2011 à 02 h 37 min
    Moi j'Ai juste vécue un accouchement à date...oh que c'était merveilleux. Mes contractions avaient commencer à 2 heures du matin...moi je m'attendais à ce qu'elle soit au 5 minutes...mais non...elles ont tout de suite commencer au 2 minutes...mais c'était endurable. Je suis rester une heure chez moi avant d'aller à l'hopital. Quand je suis arrivée l'infirmière m'a dit que j'était seulement à 3 cm mais que je devrais accoucher dans la journée. Ils m'ont fait signer des papiers pour l'admission et je me promenait dans la salle. Il était environ 4 heures du matin. Vers 6 heures je suis aller prendre un bain...ça a bien été la premmière heure mais ensuite les contractions commençaient à etre vraiment très douloureuses. Je ne voulais absolument pas prendre la péridurale mais finalement j'ai choisie de l'avoir. Quand je suis sortie du bain j'était rendue à 6 cm. À 7h15 am j'ai eu ma péridurale...ohhh que ça faisais du bien!!! Vers 9h00 am le médecin m'a crever les eaux et ils m'ont donner du pitosin pour faire accélérer le travail car je faisais de la fièvre...j'était à 9 cm. À 10h25 am j'ai commencer les poussées et à 11h28 ma fille était dans mes bras. Le travail a durée 9h30 mais ça en a valu la peine...je suis fière d'avoir ma fille avec moi...elle a changer ma vie pour le mieux...il y a bientot 16 mois déja. Et j'ai si hate de tomber enceinte du 2eme...meme si un accouchement c'est douloureux...en meme temps c'est si merveilleux!!
  28. Catherine Goldschmidt 13 décembre 2011 à 11 h 56 min
    @ Eve Vos propos sont très justes.
    @ Samantha Je vous souhaite un futur super et merveilleux accouchement :-)
  29. Amberly 17 décembre 2011 à 19 h 51 min
    Thanks for writing such an easy-to-understand artilce on this topic.
  30. Rosette 27 décembre 2011 à 08 h 47 min
    Je lis ton billet avec un peu de retard mais toujours avec bonheur. Et je vois cette avalanche de témoignages. Mon homme me dit souvent que l'accouchement pour une femme, c'est comme le service militaire pour un homme. Je trouve le raccourci un peu rapide... Pour ma part, la chambre était prête des semaines à l'avance. Et mon chéri se rappelle encore la crise d'hystérie dont j'ai été prise lorsque LE dernier cadre photo que je voulais pour la chambre de ma puce a été vendu a quelqu'un d'autre que moi... Je n'ai rien lu, mais j'ai bien été obligée d'écouter... Je me suis disputée avec la sage-femme qui s'occupait de ma "préparation" à l'accouchement. Je me dis d'ailleurs encore que le mot "préparation" est vraiment mal choisi ! Le jour J, pas de contraction. Je me rends à l'hôpital, situé à 50 km. "Rentrez chez vous madame et revenez demain". J + 1: Je me rends à l'hôpital, toujours situé à 50 km... "Rentrez chez vous madame et revenez demain". J + 2 : Je me rends à l'hôpital, qui est décidément beaucoup trop loin. "Rentrez chez vous madame et revenez demain". J + 3 : celle qui me dit de rentrer chez moi, je l'étripe ! Pas besoin : 400 km en 3 jours sur une route de campagne, c'est très efficace pour déclencher des contractions ! La suite ? Une merveilleuse blouse rose bonbon (vous savez, celle sous laquelle vous n'avez rien le droit de mettre en dessous et dont vous tentez désespérément de fermer l'arrière pour que l'on ne voit pas votre postérieur !)assortie à de magnifiques chaussons à fleurs et une énorme crise de fou rire avec mon homme. Bon, cela a été la dernière de la journée. La suite a été moins drôle mais s'est tout de même bien finie. Un "travail" (là encore, quel terme !) qui dure, qui dure, qui dure, et le coeur de ma poulette qui ralentit, ralentit. Et puis tout s'est accéléré : le bébé qui sort "à la cuillère", et une sage-femme qui part avec lui tout de suite pour le réanimer. C'était le dernier jour de cette femme en tant que sage-femme avant de partir à la retraite. Elle a sauvé ma fille.
  31. Catherine Goldschmidt 11 janvier 2012 à 11 h 45 min
    @Rosette C'est fou la vie. J'ai eu des frissons en te lisant.