10 raisons d’adorer – ou de détester! – l’Halloween

10 raisons d’adorer – ou de détester! – l’Halloween
27 octobre 2011

Vais-je distribuer des bonbons cette année? Voilà la grande question que j’ai posée candidement à mon mari, il y a 3 jours!

Moi : Hé, si on partait tous les cinq pour la tournée des bonbons... mais sans recevoir? (sourire en coin) 

Lui : Si tous les parents font comme toi, les enfants vont manquer de bonbons!

Moi : Mais non... Il y a plein de personnes qui distribuent, sans rien attendre en retour… Ça s’équilibre!

Lui:    ... @#$%? .... !!!

Depuis le début du mois d’octobre, mes états d’âme au sujet de cette fête passent d’un extrême à l’autre. Un jour, je trouve ça génial et incontournable, le lendemain je trouve ça grotesque, commercial et surfait. Un jour, je me dis que je vais recevoir les enfants de mon quartier avec un full-dégueu-costume de sorcière (tandis que mon fils, caché au deuxième étage, leur chatouillera les cheveux avec une main au bout d’une corde), le lendemain je me dis que je vais laisser mes trois enfants avec leur papa faire le tour du quartier, tandis que j’irai au resto avec une copine. 

L’Halloween semble tellement loin de ses origines! Raconte-t-on vraiment à nos enfants que c’est une réminiscence de la fête celtique de Samain, le dieu des morts? Ou qu’à l’origine, le symbole de l’Halloween était un navet contenant une bougie pour commémorer la légende de Jack à la lanterne, le personnage d’un vieux conte irlandais, condamné à errer éternellement dans l’obscurité entre l’enfer et le paradis en s’éclairant d’une braise posée dans un navet? 

À vrai dire, je suis tellement partagée à organiser cette fête chez moi que je me suis même amusée à réunir les raisons d’adorer ou de détester l’Halloween. 

5 raisons d’adorer

  • C’est tellement beau de voir nos enfants se préparer, anticiper, frémir, se trémousser, juste à penser aux histoires d’horreur qu’on va leur raconter, aux personnages qu’ils vont incarner et aux bonbons qu’ils vont dévorer…
  • C’est un rituel, et comme tous les rituels qui marquent l’enfance, ils sont presque sacrés. Ils offrent un rythme à la vie, donnent le sentiment d’appartenir à un groupe et nous rappellent surtout qu’il y avait beaucoup de choses avant nous, et qu’il y en aura encore beaucoup après nous. Ce sont de beaux « ponts » entre les générations. 
  • C’est la seule fois de l’année où l’on peut autoriser une orgie de bonbons, sans culpabilité. Donc, autant en profiter. 
  • La journée au cours de laquelle on choisit et décore les citrouilles est une des plus belles de l’année. Puis, quand les citrouillles sont éclairées, devant nos portes, c’est tellement joli!
  • C’est l’occasion de revoir tous les amis du quartier et de rencontrer, enfin, les parents de ce p’tit mousse qui vient le samedi matin chez nous!

 5 raisons de détester

  •  Derrière toutes ces belles paroles, cette fête sert surtout à une chose : enrichir les compagnies de bonbons et de costumes, sur le dos des enfants!
  •  Le costume, avouons-le, est une étape sensible. Soit ils en ont vu un à la pharmacie du coin, mais on rechigne à mettre 30 $ pour ces quelques heures! Soit on leur propose un déguisement fait maison, qui ne passera peut-être pas leur niveau d’exigence… ou celui de leurs amis d’école. 
  • En une soirée, on ruine tous nos beaux principes vis-à-vis du sucre et des bonbons. Comment justifier qu’on limite les bonbons toute l’année pour leur santé, tandis qu’on montre autant de joie à en ramasser, à en distribuer - et même à leur en voler - ce jour-là?
  • Pendant que papa ou maman fait le tour du quartier avec les aînés, l’autre parent reste seul à la maison, ou tout au mieux, avec son bébé déguisé en citrouille qui ne comprend encore rien à la fête. C’est un peu ennuyeux d’ouvrir 100 fois la porte dans ces conditions, non?
  • Pendant les semaines qui suivent, la tension autour des bonbons est au maximum : entre le petit frère qui pique ceux de la grande soeur, entre les dents qu’on doit brosser 2 fois plus fort et entre les bonbons qu’on est obligé de retirer à cause de leur composition atrocement chimique... on en vient presque à regretter!

Est-il encore possible de questionner, de transformer, voire d’esquiver cette fête sans passer pour des parents indignes? Y en a-t-il parmi vous qui ont osé?

Marie Charbonniaud
Journaliste indépendante et mère de 3 enfants, je jette un regard à la fois critique et maternel aux questions d’actualité touchant à la famille.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (10)

  1. Mylene 28 octobre 2011 à 00 h 30 min
    Chez nous, on n'esquive pas la fête cette année, mais elle occupe une place plutôt limitée dans notre maison, faute de temps ! Je préfère confectionner moi-même le costume de mes enfants, de cet façon, il est unique et adapté à notre climat (parce qu'un costume de Fée Clochette acheté que l'on doit porter sous le manteau d'hiver, ça ne fait pas un costume très présent lors de la récolte des bonbons !) J'ai donc confectionné une belle voiture dans une boîte de carton avec ma fille de 4 ans (nous y avons travaillé pendant près de 2 mois... elle en est très fière !). Ma plus vieille voulait se déguiser en lutin du père-Noel... impossible de trouver un costume sur ce thème à cette période, alors sa grand-maman lui en a fabriqué un magnifique. Et ma toute-petite de 21 mois reporteras le costume de lion que j'avais fait pour la plus grande lorsqu'elle avait cet âge. Pas de décortion à la maison, sauf l'incourtanable citrouille... de toute façon nous ne distribuons pas de bonbons parce que nous habitons un secteur pas très achalandé. Et la tournée pour la récolte est très, très limitée : nous allons voir les grand-parents et quelques tantes. C'est bien suffisant puisque de toute façon, elles finiront par oublier les bonbons quelques jours plus tard, trop occupées à penser à ce qu'elles demanderont au Père-Noel !!!
  2. Catherine 28 octobre 2011 à 00 h 54 min
    Non, ça ne s'esquive pas! Ici on reçoit les grands-parents à souper, et on fait semblant qu'il y a une panne d'électricité donc c'est un souper aux chandelles, puis les deux parents peuvent donc partir en tournée tandis que les grands-parents sont assez gentils pour ouvrir la porte aux petits monstres du voisinage. Je m'amuserai cette année à impressionner les petits avec un CD de bruits d'halloween. C'est tellement amusant d'avoir un peu peur!
  3. Julie 28 octobre 2011 à 13 h 40 min
    Fêter ou pas l'Halloween est une question de choix. Cependant, une chose est sûre, je trouve que c'est vraiment un manque de savoir-vivre que d'aller ramasser des bonbons chez les autres sans en offrir soi-même!
  4. Marie Charbonniaud 28 octobre 2011 à 13 h 49 min

    @ Julie: Bon, bon, c'est promis, je ne le ferai pas! C'était bien évidemment une blague. Et mon tendre époux aurait sans doute passé plusieurs nuits à m'en dissuader ;)

  5. Fraca 31 octobre 2011 à 16 h 12 min
    J'aurais bien voulue le faire encore cette année. Mais le prix des friandises est trop cher . J'ai fait walMart, zellers et un 5$ pour un dizaine de mini-palette de chocolat je trouve ça exorbitant. Donc pas d'halloween cette année . Mes enfants sont grands.

    Mais en regardant les prix des costumes environs 30-50 $ pour une soirée. De plus au premier lavage il sera sûrement bon pour les vidanges . Non Merci . C'est triste mais les commerçants vont tuer cette belle fête avec leur prix faramineux !!!

    Bonne Halloween quand même
  6. Karine Lamy 31 octobre 2011 à 16 h 14 min
    Autre raison de détester :

    Pendant toute l'année, on essaie d'inculquer aux enfants de faire attention aux étrangers (et tout ce qui entoure cette question) et voilà que pour une soirée, on fait le tour du quartier (chez des gens que nous ne connaissons pas nécessairement...)...

    Et comme mentionné aux nouvelles ce matin, les petits crimes (style vols) augmentent lors du l'halloween.

    De tout façon, pour moi cette question est réglée : Étant d'une autre religion, l'halloween ne fait pas partie de nos "valeurs"...
  7. Manon P 5 novembre 2011 à 11 h 20 min
    Je crois que cette fête n'en est pas une... les commentaires émis
    sont tous intéressants. Pourquoi gaspiller les dents... il y a moyen
    de diminuer les dons de bonbons... je crois que l'idée du "faire peur" n'est pas du tout positive pour les enfants. Je n'aime pas cette fête du sucre... sur le dos des enfants...
  8. elvire 5 novembre 2011 à 13 h 56 min
    Je trouve celà ridicule, les mamans mettent un accoutrement à leurs enfants, même aux bébés et celà est se moquer de leur enfant!!
    Ensuite aller demander des bonbons dans les rues, donnent aux enfants l'idée que quand ils ont besoin de quelque chose d'aller quémander aux portes. Drôle d'éducation....
    En plus les costumes sont horribles, la mort, les citrouilles, le diable, quelle religion peut il prendre dans sa vie cet enfant ??
    Ce n'est pas ce genre de tenue ou de comportement qui va les aider dans la vie pour leur réussite et façons de penser sur leur avenir.
    Les mères sont des inconscientes, irréfléchies, gamines qui n'ont pas la tête sur les épaules pour éduquer correctement leurs enfants. D'où conséquences dans le futur de leur progéniture.Drôle d'amusement.
  9. Anne Marie 15 novembre 2011 à 02 h 57 min
    Durant tout le mois d'octobre, j'ai fait le tour des friperies et j'ai acheté une bonne dizaine de costumes à mes enfants, payés entre 2 et 3 dollars chacun! Mes enfants adorent se déguiser, à tous les jours de l'année. Toutefois, nous n'avons pas passé l'Halloween. Je suis contre les bonbons surtout pour les enfants. Cela m'attriste parce que je me souviens de mon enfance à décorer des citrouilles et me costumer avec mes cousins, nous avions tant de plaisir. Le tout était très festif. Mes enfants sont encore jeunes (2 et 5 ans) et nous essayons de trouver une nouvelle tradition qui exclurait les bonbons. Peut-être une fête costumée avec les amis (ceux qui partagent nos habitudes alimentaires?

    Pour réagir au commentaire de Elvire:

    1- quand ma puce de 2 ans enfile sont petit costume de chat, personne ne se moque d'elle, on la trouve tellement mignonne et craquante et elle adore jouer au chat.

    2- pour ma part je trouve que ce sont les parents qui imposent une religion à leur enfant qui sont inconscients, irréfléchis et gamines. Avec un minimum de savoir on sait que les religions sont de vieilles inventions déformées au fil des siècles, qui n'ont servi qu'à contrôler la masse. C'est arriéré, propagandiste et irrespectueux envers les enfants de leur bourrer de crâne de telles sottises. Je préfère leur enseigner le respect d'autrui et de l'environnement, ainsi que le gros bon sens et la débrouillardise.
  10. Kelenna 20 janvier 2012 à 05 h 45 min
    This has made my day. I wish all ptosings were this good.

Partager