Je ne veux pas aller chez le docteur!

Je ne veux pas aller chez le docteur!
Par , Omnipraticienne
26 octobre 2011

Pour être franche, qui aime se faire examiner par tous les trous sans trop savoir pourquoi? Il n’y a que les adultes pour s’infliger ça, et encore... Vous n’avez jamais procrastiné votre test gynécologique? Et votre visite chez le dentiste?

J’ai moi-même des enfants et n’espère qu’une chose : pas de drame! Voici ce que j’attends de mes collègues qui examinent Fistons Senior et  Junior (bref, ce que votre médecin expérimenté devrait faire ou ce que vous devriez gentiment suggérer de faire si ce n’est pas le cas) :

  • Procéder lentement. Les enfants réagissent défavorablement à l’empressement.
  • Examiner dans un ordre intelligent : au début, quand l’enfant n’a pas saisi ce qui se passe et qu’il est silencieux, on ausculte. On finit par les oreilles. Ça le fera pleurer : parfait pour entrevoir les amygdales! À la fin, pendant qu’on collige les infos dans le dossier, le parent déshabille complètement l’enfant pour la pesée. Ensuite, le parent peut rhabiller son rejeton, tous les deux seuls, loin du docteur qui complète la courbe de croissance (ce qui prend un temps infini : une courbe de croissance est une toile d’araignée symétrique, qu’il faut déchiffrer, sans mélanger celle pour les garçons et celle pour les filles, et convertir les livres en kilogrammes et les pouces en centimètres!)
  • Si le médecin a vraiment le temps, il joue à examiner Parent ou Toutou devant l’enfant, pour prouver que le stéthoscope est inoffensif.

Mais certains bambins sont plus anxieux que d’autres et le médecin que je suis ne peut tout contrôler. Voici votre rôle, en tant que parent : 

  • Vous n’avez pas besoin de mentionner que votre enfant n’aime pas les visites médicales. L’enfant va comprendre votre avertissement et ça ne fera que renforcer sa peur.
  • Reflétez une attitude calme et souriez. Commentez ce que le médecin s’apprête à faire : « On va regarder dans tes oreilles. »
  • Ne vous excusez pas auprès de votre enfant (« Scuse, bébé »)! Personne ne commet d’erreur et l’examen physique est un mal nécessaire.
  • N’agitez pas frénétiquement des jouets à sa figure. Distrayez votre enfant avec son doudou préféré, mais gardez un ton de voix égal.
  • Ne prononcez pas le mot « mal ». Ne dites pas « ça ne fera pas mal ». Votre enfant ne retiendra que le mot MAL, MAL, MAL.
  • Vous sentez l’émotion vous envahir? Transformez votre stress en quelque chose d’utile et demandez-moi comment aider.

Malheureusement, des enfants restent éternellement craintifs. Voici quelques trucs que vous pouvez essayer de votre côté :

  • Jouez avec votre enfant à simuler une visite chez le médecin à l’aide de ses figurines ou de ses toutous.
  • Lisez des livres comme Winnie l’Ourson chez le docteur ou une histoire du genre.
  • Incluez la clinique dans votre promenade à poussette de temps à autre afin que l’enfant identifie l’endroit (vous pouvez en profiter pour m’apporter des muffins maison...).

Je vous invite aussi à lire mon blogue Les 7 commandements de la visite chez le docteur.

Et puis, il est possible que tout ça ne marche pas. Certains parents ont dû reprendre rendez-vous parce que leur enfant était tout simplement « non examinable » ce jour-là. On y arrivera la prochaine fois. 

Et vous, quels sont vos trucs pour une visite médicale réussie?

Dre Taz, Omnipraticienne
Je sais combien la santé est un sujet qui nous préoccupe tous... Inspirés par ma pratique d'omnipraticienne, mes textes sont d'abord ceux d'un parent comme vous!
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (7)

  1. Julie 27 octobre 2011 à 13 h 24 min
    J'ajouterais: Ne pas amener les 2 frères en même temps chez le médecin.
  2. Caroline 27 octobre 2011 à 14 h 09 min
    Ça fait du bien de vous lire...mon fils n'est donc pas un extra-terrestre :) Depuis le début de ses 2 ans, mon fils n'est pas examinable!!! Donc on n'a repris un r/v. J'suis confiante que la prochaine sera la bonne. Jouer au r/v chez le medecin est maintenant courant. Merci de votre billet :)
  3. Anonymous 27 octobre 2011 à 14 h 14 min
    Suite à des points de sutures dans le front à 1 an, mon fils s'est mis à avoir peur dès qu'il entendait le papier blanc de la table d'examen !! Il ne voilait tout simplement pas entrer dans une pièce avec une personne en blouse blanche ! Maintenant, à 21 mois un virus l'a amené à visiter l'hôpital : soluté, prise de sang, prélèvement d'urine et tout le tralala... Il a fait tout ça comme un champion ! Il a pleuré, oui, mais il a compris que c'était pour son bien, il ne s'est pas débattu ni crié à tue tête. Pour en arriver là, on a lu des livres à la maison où caillou voyait le médecin. Et dans la salle d'attente, on lui a expliqué tout ce qui allait se passer et pourquoi il était obligé de subir tout ça. Et pendant une opération délicate, on lui disait que c'était bientôt terminé, et qu'il faisait ça comme un grand. Une fois terminé, tout en sanglotant, il tapait des mains en se disant "fini ! Bravo !". Il nous fait confiance, il sait qu'on est là pour lui... Ils comprennent bien des choses quand on prend le temps avec eux et qu'ont les aiment !!
  4. Marie-Claude 27 octobre 2011 à 17 h 38 min
    Mon fils de 2 ans se laisse examiner assez facilement, mais aussitôt qu'on le couche sur le papier blanc, c'est la crise de panique!!
  5. Eve 28 octobre 2011 à 19 h 08 min
    Je vais me compter très chanceuse car mon fils de 3 ans se laisse examiner très facilement. Il écoute et fait se que le médecin lui demande sans protester. Même que lorsqu'il ne va pas bien, il me demande d'aller à la clinique. J'espère que mon 2e sera aussi facile
  6. Christine 2 novembre 2011 à 14 h 06 min
    À 7 ou 8 mois, mon fils a attrapé le rotavirus. Nous avons passé trois jours à l'hôpital qui m'ont marqué moi-même à vie. Surtout la mise en place du soluté, puisqu'il était tellement déshydraté que les veines éclataient dès qu'on le piquait (ils ont réussi après 6 tentatives). Ses cris étaient affreux. Après cet épisode, il a eu des otites à répétition jusqu'à la pose de tubes à 11 mois. Après toutes ces aventures, il m'a bien fallu 2 ans pour qu'il puisse se faire approcher par un médecin ou une infirmière sans avoir de crises de panique (il tremblait comme une feuille, pleurait silencieusement, pour finir par crier et se débattre comme si on allait l'égorger). Bref, j'ai fait de la rééducation, livres sur les visites chez le médecin, achat d'une panoplie de docteur pour qu'il puisse s'exercer sur ses toutous, etc. Et il faut dire qu'entre temps nous avons déniché une perle de médecin de famille qui sait très bien comment l'aider et qui, surtout, prends tout le temps nécessaire pour que la visite se passe bien. Alors on semble sortis du bois...en espérant que le deuxième n'ait pas à vivre tout cela!
  7. Janae 22 janvier 2012 à 07 h 19 min
    If only there were more cevler people like you!

Partager