L’entrée à la maternelle

L’entrée à la maternelle
28 septembre 2011

Votre bambin aura 5 ans juste avant ou juste après le 30 septembre? Il se peut que vous songiez à le faire entrer plus tôt à la maternelle ou, au contraire, plus tard, grâce à une demande dérogatoire.

Le fait de « retarder » l’entrée à la maternelle a été une véritable découverte pour moi, lors de mon arrivée au Québec. En France, les demandes de dérogation pour faire entrer un enfant plus jeune sont fréquentes. Mais celles pour faire entrer un enfant plus vieux sont presque inexistantes, à ma connaissance.

Au Québec par contre, ces « dérogations tardives » concernaient 111 élèves en 2006, contre 639 dérogations précoces. En 2009, on passait à 125 dérogations tardives. 

Aux États-Unis, le phénomène a beaucoup plus d’ampleur : 1 enfant sur 11 voit son entrée retardée, à la suite de la demande de ses parents.

La démarche est assez compliquée puisqu’il faut faire une demande auprès de la Commission scolaire, appuyée par l’évaluation complète d’un psychologue (sauf à Montréal, où l’évaluation n’est pas demandée). Mais cela ne rebute pas certains parents qui imaginent qu’en retardant l’entrée de leur enfant à l’école, il gagnera en maturité et réussira mieux par la suite.

D’autres veulent simplement garder (encore un peu) leurs enfants avec eux, avant de les confier si jeunes au marché du « travail ». Une maman m’avait même dit : « Ils ont toute leur vie pour travailler; alors si je peux lui permettre de profiter d’une année de plus, je le ferai! »

Il est vrai que, il y a quelques années, certaines études confirmaient que les élèves les plus âgés de leur classe avaient de meilleurs résultats. Mais il semble que ce ne soit plus vrai.

Sam Wang et Sandra Aamodt, spécialistes en neurosciences et auteures du récent livre Welcome to Your Child’s Brain : How the Mind Grows From Conception to College, ont récemment critiqué sévèrement cette démarche des parents dans le New York Times.

D’abord, parce que les effets escomptés seraient de courte durée. Si, à l’école primaire, leurs résultats sont légèrement supérieurs que les autres élèves (un écart équivalant à passer de la 13e place à la 11e, disent les études), les effets s’inversent au collège et à l’université où la motivation et les résultats seraient moins bons chez les élèves plus âgés.

Ensuite, parce que quitte à choisir, mieux vaut faire entrer l’enfant trop tôt que trop tard, disent les auteures.

Selon une étude canadienne menée dans 26 écoles primaires, les élèves de 1re année entrés prématurément à l’école feraient de bien meilleurs progrès en lecture et en mathématiques que leurs camarades entrés plus vieux à l’école.

Dans une autre étude, on découvre que si les plus jeunes enfants de 5e année réussissent légèrement moins bien que leurs camarades de classe, ils réussissent nettement mieux les tests de QI que les élèves de 4e année du même âge.

Autrement dit, soulignent les auteurs, les années passées à l’école rendent les enfants plus « intelligents ».

Et vous, si le choix se présentait, préféreriez-vous faire entrer votre enfant à la maternelle à presque 5 ans ou à presque 6 ans? Avez-vous entendu parler d’expériences sur cette question?

Marie Charbonniaud
Journaliste indépendante et mère de 3 enfants, je jette un regard à la fois critique et maternel aux questions d’actualité touchant à la famille.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (19)

  1. Angèle 28 septembre 2011 à 14 h 14 min
    Mon couple de jumeaux, jumelles vont avoir 5 ans le 11 octobre. Presque 12 jours trop tard pour pouvoir faire leur entrée a l'école. Selon moi ils n'étaient pas près en maturité pour y aller, mais je n'étais pas fermée a l'idée de demander une dérogation si le besoin aurait été évalué ainsi par un psychologue. Sauf que quand je me suis renseignée, les prix étaient tellement élevé pour faire évaluer mes 2 enfants que j'ai finalement changée d'idée. Je les garderai à la maison avec moi pour une autre année. Malgré que je les voient bien qu'ils s'ennuient :(. Leurs ''amis'' qu'ils avaient sont tous a l'école....
    Si au moins cet ''examen'' serait en partit couvert par le gouvernement. C'est mon avis ;).
  2. annie 28 septembre 2011 à 14 h 24 min
    Moi ça va être le cas avec mon garçon qui est né le 9 octobre. Il va commencer la maternelle et il va avoir presque 6 ans. Personnellement, je pense pas essayer de faire les démarches pour une dérogation pour qu'il commence l'école plus tôt. Même si les études démontre les bienfaits de commencer plus tôt, je pense que c'est à nous en temps que parents de montrer tranquillement à nos enfants des petites choses qu'ils peuvent aprendre à la maternelle. Comme l'alphabet, écrire son nom, les formes et les couleurs, les 5 sens..
  3. Karine 28 septembre 2011 à 17 h 10 min
    Selon moi, il y a un manque à ces études. L'étude canadienne ne dit pas si les enfants de l'étude, entrés prématurément à l’école étaient des enfants ayant une grande facilité d'apprentissage scolaire. Il ya des enfants qui développe des habiletés de lecture, d'écriture et en mathématique très tôt. Dans ce cas, c'est dans
    leurs avantage d'entrée prématurément. Dans le cas contraire, je crois qu'il faut attendre.

    De plus, je suis en accord pour que l'examen soit offert gratuitement.


    leurs progrès en lecture et en mathématiques que leurs camarades entrés plus vieux à l’école.
  4. Véronique 28 septembre 2011 à 18 h 10 min
    Ma fille est dans les plus jeunes de sa classe de maternelle, elle est du mois de juillet, mais mon conjoint et moi nous sommes même demandé si nous devions lui faire sauter la maternelle, car elle en est au stade ou elle VEUT apprendre à lire, à écrire et ce depuis près d'un an. Nous avons du l'inscrire à la pré-maternelle pour répondre à ses besoins. Je veux bien lui enseigner des choses, mais je ne suis pas professeur et je ne veux pas lui apprendre à écrire d'une façon alors que le professeur lui montrera peut-être un autre méthode d'écriture...
    Bref, l'entrée plus tôt dans le cas de ma fille était nécessaire, mais j'ai une autre fille que je sais qu'elle ne sera pas prête à entrer à l'école à 4 ans. Tout dépend du rythme de chaque enfant.
  5. Marie Charbonniaud 28 septembre 2011 à 18 h 13 min
    @ Karine - Je suis d'accord, il serait intéressant de consulter l'étude canadienne pour avoir plus de détails sur les échantillons d'enfants. Malheureusement je n'ai pas assez de détails pour arriver à mettre la main dessus.
    Mais j'ose croire qu'ils ont pris les élèves rentrée tôt, quel que soit leur niveau.
    Aussi, soulignons que l'étude les compare aux autre en terme de "progrès" accomplis et non de résultats.
  6. Annie-Claude 28 septembre 2011 à 19 h 46 min
    Pour ma part, mon garçon aura 4 ans le 2 octobre prochain. Il ne pourra faire sa pré-maternelle cette année, car la date limite dans notre commission scolaire pour l'inscription est le 1er octobre. Cependant, nous désirons faire une demande de dérogation pour la maternelle. Je crois que l'entrée plus tôt dans le système scolaire est du cas par cas. Chaque enfant évolue à son rythme et lorsque les parents ont le sentiment que leur enfant est prêt, alors je crois que la décision est à considérer.
  7. Eve C 28 septembre 2011 à 20 h 01 min
    Moi je n'ai pas le choix, ma fille est née en décembre. Mais, si je pouvais l'envoyer à l'école plus tôt je le ferais, je suis certaine qu'elle est prète!
  8. kina 28 septembre 2011 à 23 h 36 min
    ma fille est née en avril,donc aucune chance pour la dérogation...cela dit,ça ne me dérange vraiment pas,voyant le model Finlandais ou les enfants rentrent à 7 ans à l'ecole et sachant que leur système scolaire est l'un des meilleures au monde !
  9. Chantal 29 septembre 2011 à 00 h 41 min
    Alors, en tant qu'enseignante, je peux affirmer qu'un élève plus âgé a, en général, une plus grande facilité pour l'ensemble des apprentissages scolaires. Déjà, en première année, j'observe chez les élèves plus âgés une plus grande concentration et une capacité d'attention plus élevée, une meilleure motricité fine et globale, un sens de l'organisation et une débrouillardise plus avancés, une plus grande facilité à régler un conflit et à partager que les élèves plus jeunes. Lorsque tous ces petits apprentissages sont acquis par l'élève, il est plus facile pour celui-ci d'avoir la tête disponible à l'apprentissage de la lecture, de l'écriture et des mathématiques. Bien sûr, il y aura toujours de jeunes élèves qui réussissent très bien et que leur jeune âge ne leur nuit en rien. Heureusemenent. Mais, en général, les enseignants observent que les élèves plus âgés vivent plus facilement des succès scolaires que les élèves plus jeunes.
  10. Manon Galarneau 29 septembre 2011 à 01 h 56 min
    Il y a 27 ans j'ai eu ma fille le 23 décembre . À l'époque , je trouvais dommage qu'elle doive perdre une année . Elle a eu une évaluation psychologique et elle est entrée à l'école à 4 ans et 9 mois .Sur le coup ,j'étais tellement heureuse mais j'ai regretté car je me suis dit que j'aurais dû la garder avec moi une année de plus . Y a rien qui presse dans la vie .

    Le 13 décembre 2010 , j'ai accouché d'une belle petite fille et croyez-moi , je ne ferai pas la même erreure 2 fois . Ma petite cocotte pourra jouer un an de plus et n'en sera que plus heureuse .Je suis consciente que la petite enfance ça passe trop vite .
  11. Marie Charbonniaud 29 septembre 2011 à 02 h 11 min
    Merci de vos témoignages, c'est vraiment intéressant.
    @Manon: quelle expérience de vie, 27 ans d'écart! je comprends très bien votre position, et surtout le fait qu'a plus de 40 ans (je présume), on ne voit pas les choses de la même façon qu'a 18 ou 20 ans. Merci pour ce joli témoignage!
  12. Johanne 29 septembre 2011 à 15 h 11 min
    Je crois que les dérogations ne devraient pas exister. Un enfant a droit à ses années "d'enfants" avant d'entrer dans le système scolaire. La maternelle est très exigente pour l'enfant. Imaginez la première année! Alors pourquoi forcer les choses. Même si un enfant dit qu'il veut apprendre à lire et à écrire tout de suite, cela ne signifie pas qu'il serait prêt au point de vue social, affectif, cognitif pour entrer à l'école.

    Étant enseignante à la maternelle depuis plusieurs années, je constate qu'il y a souvent peu de différences au niveau académique entre les élèves qui ont eu une dérogation et ceux qui n'en ont pas eue. Par contre, au niveau des interactions sociales et de la maturité, c'est très flagrant. De plus, autour de la 5e ou 6e année, c'est là que les différences et les difficultés se voient davantage.

    Mais bon. Il y aura toujours des parents qui pousseront (un peu trop à mon avis) leur enfant dès leur jeune âge! PERFORMER PERFORMER PERFORMER....

  13. Véronique 29 septembre 2011 à 23 h 49 min
    Ma fille étant née le 14 octobre elle commencerait, elle aussi, la maternelle à "Presque 6 ans". Par contre, comme la maternelle n'est pas obligatoire au Québec, je songe plutôt à demander une dérogation pour passer directement à la première année à "Presque 6 ans" (au lieu de l'envoyer à la maternelle un an plus tôt à "presque 5 ans").
  14. Roxanne 30 septembre 2011 à 00 h 34 min
    Depuis que j'ai su que j'étais enceinte et que j'accoucherais en octobre, je n'étais pas contente. Septembre est tellement le mois idéal, autant pour trouver une place en garderie que pour l'école. J'ai souhaité tout au long de ma grossesse accoucher plus tôt que prévu mais ça n'a pas été le cas, j'ai accouché le 5 octobre... Pour 5 petits jours. Je compte bien demander une dérogation, mon conjoint et moi sommes quand même des gens "intelligents" alors elle devrait l'être aussi...Par contre, si elle n'est pas prête à ce moment, nous ne la forcerons pas. Par contre je dois avouer que je suis jalouse de tous les enfants qui sont nés en septembre. Pour l'école il y a la dérogation mais pour tous les cours ou l'enfant doit avoir un certain âge (et c'est toujours l'âge au 30 septembre), dans ces cas il n'y a pas de dérogation... Donc pas de pré-maternelle ni plein d'autres cours...
  15. Isabelle 30 septembre 2011 à 02 h 24 min
    WOW, c'est très intéressant de lire tous ces commentaires différents. Je suis présentement enceinte et ma date prévue est le 6 octobre. Toute ma grossesse j'ai souhaité accoucher en octobre et non en septembre puisque je souhaite que mon fils commence plus tard que plus tôt. Il ne me reste que 26 heures à passer et mon vœu sera atteint! Après la lecture de vos commentaires, je suis toujours plus convaincue qu'il est mieux de commencer plus tard que plus tôt. Lorsque des enseignantes de maternelle ou primaire, qui en voient défiler des enfants dans leur vie, disent qu'en général il est préférable d'attendre et bien je pense qu'elles doivent avoir une bonne expertise pour nous guider. À nos yeux, il est normal de trouver que nos enfants soient bons, mais quels sont nos comparatifs? Et il n'y a pas que les lettres et les chiffres! Il y a la maturité et tous les autres aspects sociaux qui entrent en ligne de compte. Si j'accouche demain ( le 30 septembre), mon conjoint et moi ferons une dérogation tardive c'est certain!
  16. Josiane 30 septembre 2011 à 12 h 30 min
    Je suis du même avis , nous avons voulu la dérogation comme mon petit dernier est né en décembre et que cognitivement il serait pret pour l'école. Par contre, le 700 en tests psychologiques nous a dissuadés assez vite. Puis, nous nous sommes appercus que de toute façon, malgré son intelligence, sa débrouillardise et sa motricité hors-pair...socialement, il n'est pas assez mature. Donc, nous sommes heureux d'avoir changé d'idée pour la dérogation. Il apprendra bien plus cette année à la garderie qu'il n'aurait appris à l'école :)
  17. carole 1 octobre 2011 à 08 h 16 min
    Je suis libanaise,dans mon pays les enfants entrent a la maternelle a 3 ans ;c'est très tôt n'est ce pas?
  18. Alexandra 2 octobre 2011 à 03 h 59 min
    En France, comme au Liban, les enfants sont scolarisés dès trois ans. Les dérogations pour faire entrer son enfant en maternelle à deux ans et demi existent mais sont de moins en moins acceptées, avant tout pour des questions matérielles (pas assez de places). Par exemple, pour la rentrée en septembre 2011, sont inscrits les enfants nés entre le 1er janvier et le 31 décembre 2008.
    Depuis une bonne dizaine d'années, l'enseignement dans ce que nous appelons ici maternelle (entre trois et six ans) est devenu très structuré et assez exigeant. Compter, écrire, commencer à déchiffrer des syllabes. L'apprentissage est en fait devenu beaucoup plus étalé dans le temps. On considère que les apprentissages basiques comme la lecture doivent être maîtrisés avant l'âge de sept ans.Pas d'inquiétude à avoir avant, ce qui signifie tout de même qu'on laisse quatre ans pour un apprentissage auquel on consacrait grand maximum deux ans dans les années 80 (en France, toujours)!
    Pour revenir au sujet initial, mon fils étant né un 1er janvier, je ne sais pas si je demanderai une dérogation: s'il n'est pas prêt, c'est inutile de le mettre en échec. Il est plutôt éveillé, très très grand mais très "moteur". Je pense que je ne précipiterai pas une telle décision. Née en mars, j'ai moi-même bénéficié d'une dérogation étant enfant, ça m'a tout à fait convenu, mais ça ne préjuge en rien de ce qui conviendra à mon fils!
  19. Annita 5 octobre 2011 à 00 h 40 min
    Le fils de mon amie, né début novembre, très vif, très grand et imitant tout ce que son grand frère faisait, nous donnait l'impression de pouvoir commencer la maternelle plus tôt. La psychologue qui l'a évaluée a dit non. Intellectuellemnt, il était effectivement prêt, socialement pas mal prêt aussi...Toutefois, le test a été fait en après-midi et le petit, a manqué de concentration et d'attention. Il fait encore souvent des siestes...La psychologue a suggéré d'attendre. Il aurait sûrement bien réussit...mais aurait été plus fatigué et cela aurait pu nuire à ses apprentissages. N'oublions pas qu'une journée à la maternelle, suivi d'une heure ou deux au service de garde, c'est long pour un petit !

Partager