Du lait maternel… produit par une vache!

Du lait maternel… produit par une vache!
27 juin 2011

La barrière entre la femme et la vache s’est incontestablement resserrée, au grand désespoir des féministes!

Trêve de plaisanterie. Je vous explique de quoi il s’agit. 

Le 10 juin, on apprenait, de la part d’un laboratoire argentin, la naissance de la première vache clonée au monde comportant deux gènes humains. Elle s’appelle Rosita. Les chercheurs espèrent que la vache clonée, une fois adulte, produira « du lait similaire à celui des êtres humains », indique l’Institut national de technologie agricole (INTA). 

L’objectif? Améliorer la valeur nutritionnelle du lait de vache en ajoutant deux gènes humains, la protéine lactoferine et le lysozyme, afin de mieux protéger les nourrissons contre certaines maladies et favoriser leur développement.

Le lysozyme est une enzyme très peu présente dans le lait de vache, mais on la retrouve dans le lait maternel de façon très concentrée au cours de la première semaine de lactation. 

La lactoferrine, elle, existe chez tous les mammifères et permet d’assimiler le fer pour fabriquer des globules rouges. Mais elle est spécifique à chaque espèce, donc la lactoferine bovine n’agit pas sur les humains. Cette protéine favorise également la poussée dentaire et le développement de cellules intestinales, antibactériennes, antivirales et antifongiques.

Ces protéines font la grande force du lait maternel, parmi de nombreuses autres (non clonées heureusement). Mais pour combien de temps encore?

Dans 10 mois, date à laquelle les chercheurs vont provoquer une grossesse chez cette pauvre vache, ils vont pouvoir confirmer si les deux protéines sont bien présentes dans le lait de Rosita. Puis théoriquement, à l’âge adulte, Rosita pourra « avoir des enfants qui auront des gènes modifiés dans 25 % à 30 % des cas », espèrent-ils. 

Rosita n’était déjà pas un veau comme les autres à la naissance. Elle est née le 6 avril par césarienne, en raison de son poids excessif : 45 kilos, tandis que les vaches Jersey ne dépassent pas habituellement les 22 kilos à la naissance. 

Des chercheurs chinois, paraît-il, auraient déjà mis au point un procédé similaire, mais en clonant deux vaches portant chacune l’un des deux gènes. L’équipe argentine, elle, a réussi à implanter les deux dans une même vache. 

Quelle tristesse. Et je vois que parmi les forums, les commentaires ne sont pas particulièrement plus optimistes, même si certains sont drôles. 

« Ça va nous retomber sur le pif, un de ces jours, et là, gare aux conséquences. On n’a encore rien vu. Ça va faire mal. »

« Certes, un enfant par pis de vache, c’est vrai que ça va plus vite. Une vache offerte aux familles nombreuses, avec la maison, et le terrain qui vont avec, pourquoi pas en fait? Tant qu’à faire, s’il y avait une version yogourts et crèmes glacées, ce serait parfait! »

« Pendant ce temps-là, le sida tue encore, la mucoviscidose aussi... Ils fument quoi ceschercheurs? »

« Ce genre d’ignobles progrès, un clone bovin de 45 kg pour un poids naturel de 22 kg, mérite une réponse sansappel : démantèlementdu laboratoire et interdiction de pratique de la recherche pendant 10 ans de tous les responsables. Science sans conscience est bien la mort de l’âme. »

« À quand des vaches porteuses? Ce serait bien plus pratique que les gestations pour autrui, et limiterait les risques liés aux grossesses tardives. La durée de la gestation de la vache convient parfaitement, le vêlage ne poserait aucun des risques associés à la pratique de la césarienne ou à l’utilisation du forceps. Pas besoin non plus de nourrice ou de congé maternité, vu que la dame modifiée pourrait nourrir des dizaines de petits. Brave newworld! »

« Avant, ce genre de nouvelles aurait fait la une pendant plusieurs jours. On est vraiment entré dans l’air du banal. En tout cas, il faudrait vraiment m’expliquer en quoi ça va apporter un plus d’allaiter nos gosses directement au pis de la vache... C’est du progrès ça? »

« J’avais envie de rire, mais quand j’ai pensé au projet économique qui se cache derrière tout cela, je me suis trouvé statufié d’horreur... » 

En ce qui me concerne, je partage fortement les doutes sur ce « progrès ». Et vous?

Marie Charbonniaud
Journaliste indépendante et mère de 3 enfants, je jette un regard à la fois critique et maternel aux questions d’actualité touchant à la famille.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (13)

  1. Carole 27 juin 2011 à 13 h 48 min
    Merci, je suis heureuse de voir que je ne suis pas la seule à avoir été outrée par cette nouvelle. Franchement, quand allons arrêter de modifier nature et animaux pour nous faciliter la vie? Je suis dégoutée d'être de la race humaine quand je lis de telles nouvelles...
  2. Claudine 27 juin 2011 à 23 h 40 min
    Comme vous toutes, je trouve cette nouvelle assez dérangeante...
    Puis je me demande quels sont (s'il y en a) les points positifs: qu'est-ce qui a bien pu pousser des chercheurs à croire qu'une vache donnant du lait presque "qu'humain" serait pratique? Argentine, Chine, des pays certes en développement, mais qu'elle est la réalité des mamans dans l'indigence, du taux de mortalité infantile, des maladies qu'un tel lait pourrait éviter ou limiter? Je crois sincèrement que pour tout animal, la première nourriture devrait être le lait de sa propre mère, mais si cette solution m'avait été impossible, j'aurais préféré le lait d'une autre femme à celui d'une telle vache... autre pays, autres mœurs!?!
  3. Tania 28 juin 2011 à 00 h 48 min
    J'aurai jamais penser que l'industrie aurait été aussi loin.... C'est totalement honteux. La nature nous a tout donnée pour que nous ne manquions a aucun de nos besoins, et voilà qu'on la transforme, qu'on la clone, pour finalement, faire disparaître la nature et laisser la place à des grattes cennes. Il devrait penser plus fort que ça pour des scientifiques, ils devraient être intelligent pour savoir ce que sera notre vie sans la nature....
  4. Dominique 28 juin 2011 à 01 h 55 min
    Moi je trouve ca tres bien! Sans rien enlever au lait maternel et a l'allaitement, ce nouveau lait se rapprochera davantage du lait humain et pourra etre offert aux femmes qui ne peuvent ou qui ne desirent pas allaiter. Ce lait pourra probablement aider les prematures et aussi, peut-etre, etre distribue dans les pays en voie de developpement.
  5. Johanne 28 juin 2011 à 02 h 18 min
    @ Dominique : pour les femmes qui ne peuvent pas allaiter, je préfère de loin l'idée du don de lait à une banque de lait (comme le sang...comme c'est fait ailleur). Du vrai lait humain pour un vrai bébé humain.

  6. Claudia 28 juin 2011 à 12 h 15 min
    Moi aussi je trouve cela dérangeant. Les gens qui financent ces recherches y voit assurément un enjeux économique... Donnez du "meilleur" lait que celui qu'on retrouve sur les tablettes actuellement, ça a l'air d'une bonne idée, mais moi j'y voit un désir d'augmenter l'efficacité des mères, afin qu'elle retourne travailler plus vite (et donc arrête d'allaiter plus rapidement ou s'y abstienne avec moins de culpabilité). C'est fou! Je suis d'accord avec Dominique et la banque de lait (comme le sang).
  7. Pauline 28 juin 2011 à 19 h 53 min
    au secours...... je reste sans voix!!
  8. Sandra 29 juin 2011 à 00 h 38 min
    Qu'est-ce qu'on peut dire de plus? C'est criminel, c'est ignoble, c'est dégueulasse? Malheureusement, tant qu'il y aura des gens qui trouveront ça brillant, génial et bienvaillant, les plus malades de ce monde continueront "l'évolution" dans la plus pure folie... Pauline, vous avez bien raison... Je suis bouche bée... AU SECOURS!
  9. Maggie 4 juillet 2011 à 03 h 40 min
    Désolée les coeurs sensibles, mais je suis d'accord avec Dominique. Personnellement, j'ai uniquement allaité mes enfants. Cependant il y a plusieurs femmes qui voudraient bien allaiter, mais qui ne peuvent pas. Si on peut donner un meilleur lait à nos enfants, je dis bravo. Pour ce qui est des banques de lait... ca serait merveilleux, mais il faudrait qu'il y ait des donneuses. Personnellement, même avec une conseillère en lactation, ca me prennait 30 minutes pour m'extraire une once de lait. Je peux donc comprendre le peu de donneuse.
  10. Emilie 4 juillet 2011 à 23 h 51 min
    Je suis tellement heureuse de cette nouvelle! J'ai allaité ma fille 6 mois, mais comme il serait intéressant pour les mères ne pouvant le faire d'avoir un lait très bien adapté à leur bébé! Je ne peux que me réjouir. Il ne faut pas oublier que de nombreux bébés non allaités sont aussi en santé que ceux allaités et même plus parfois! C'est normal dans notre société de favoriser l'allaitement car c'est très bon pour nos bébés mais je crois que nous sommes rendus dans l'autre extrême... autant on disait que le lait maternel n'était pas bon au début du siècle passé autant maintenant on rend les mères coupables de ne pas allaiter tout simplement parce que ça ne leur tente pas!
  11. Marino 5 juillet 2011 à 00 h 11 min
    Désolant. Nous sommes les spectateurs d'une manipulation microscopique qui pourrait avoir un impact planétaire. Ces chercheurs sont rivés à leurs microscopes pour regarder l'infiniment petit sans pour autant regarder les conséquences qui pourraient être infiniment grandes.

    L'idée est intéressante mais aux bénéfices de qui? Est-ce réellement pour la cause des femmes qui souhaitent un lait alternatif? Est-ce pour se rapprocher du lait maternel? Qui subventionne ces recherches?? Meilleur lait par rapport à quoi? Est-ce que le lait de vache est bon? C'est plus complexe que de vouloir un nouveau lait!

    Non, merci. Je préfère les méthodes d'élevage et de production laitière traditionnelles, sans transformation et sans but lucratif.
  12. Carrieann 10 juillet 2011 à 00 h 14 min
    Now that?s stuble! Great to hear from you.
  13. Anne Marie 24 juillet 2011 à 02 h 42 min
    Alors si je suis une femme qui refuse mon corps à mon bébé en refusant de l'allaiter et en lui proposant une vache et son lait COMPLÈTEMENT INADAPTÉ pour lui, certaines sont d'accord et réclament haut et fort ce "droit". Alors voici une autre brillante idée pour vous: lorsque vous êtes épuisées le soir et que vous n'avez pas envie de faire l'amour à votre chum, vous pourriez lui refiler votre vache au lieu de votre corps afin qu'il satisfasse ses besoins primaires corporels, comme vous le faites pour votre bébé. Je suis dégoutée de ces mères qui choisissent dès le départ de priver leur bébé du meilleur maternage. Je suis aussi dégoûtée de cette société qui ne met pas en marche un bon système pour soutenir celles qui désirent le faire mais qui ont des problèmes et pas de soutien ou du mauvais soutien.

    Réveillons-nous!

Partager