L’ère de la peur

L’ère de la peur
Par , Omnipraticienne
22 juin 2011

Quand ce n’est pas les mises en garde au sujet des bisphénols dans les biberons, c’est le danger des cellulaires, les conservateurs dans les vaccins, ou les risques des aliments non bio, etc. Nous sommes envahis d’avertissements en tout genre... Souvent, des parents inquiets m’interrogent, trouvant difficile de discerner le vrai du faux dans tous ces « dangers ».

Je voulais écrire une chronique sur chacun de ces sujets, jusqu’à ce que je réalise que mon opinion est assez égale pour l’ensemble d’entre eux.

Dans le contexte nord-américain, nous vivons probablement à l’époque la plus sécuritaire qui soit depuis la nuit des temps. Finis les dinosaures menaçants, les guerres mortelles, les famines, les épidémies. La nourriture, généralement de bonne qualité, abonde. Nous sommes physiquement protégés des intempéries écologiques. Il existe des lois justes et démocratiques. Nous vivons plus longtemps que jamais et en santé. On est loin de Laura Ingalls dans La petite Maison dans la Prairie qui pêchait dans la rivière pour nourrir sa famille.

N’étant plus préoccupés par notre survie, nous avons le loisir de nous inquiéter d’autre chose.

Or, la multiplication des formes de médias et, surtout, l’accès systématique et presque en temps réel à tout événement nous fournissent une raison perpétuelle de stresser. Une pauvre victime de l’E. coli, citée 30 fois, devient beaucoup plus terrifiante. Je reproche aux salles de presse de vouloir attirer un audimat à tout prix plutôt qu’informer réellement.

Alors, comment réagir sainement à ces avertissements? Quoi croire ou non? Et si on se trompait?

Sachez d’abord qu’à moins d’avoir 30 ans de recul, analysés dans une étude sérieuse, le ciel nous tombe rarement sur la tête. Aussi longue sera ma carrière, il ne me sera certainement pas donné d’établir un lien de cause à effet entre un produit et une maladie. Parfois, même si ce sont des propos basés sur des affirmations scientifiques, il faut se méfier et RELATIVISER.

Alors que faire? Le plomb? Les ondes? Le plastique? Les adjuvants des vaccins? Je ne sais pas ce que ces substances font exactement. Tentons de minimiser leur utilisation sans devenir psychotique.

Faites de votre mieux :

-Ne vous ruinez pas pour acheter des pommes bio et misez sur des fruits saisonniers cultivés localement.

-Procurez-vous des jouets en bois correspondant à votre budget, mais la voiture en plastique à la peinture douteuse n’empoisonnera pas votre bébé demain.

-Le téléphone cellulaire est utile si grand-maman veut gazouiller avec Fiston, mais ne téléchargez pas une application pour bébé sur votre iPhone.

-Ne jetez pas votre toute nouvelle série de biberons même s’ils contiennent du BPA. Sinon, débarrassez-vous aussi de la plupart de vos ustensiles de cuisine, de toutes les chaussures de bébé et de l’éponge de bain.

-Il vous reste une bouteille pleine de crème solaire qui contient du parabène? Habillez mieux bébé, évitez de sortir entre midi et 15 h, et finissez votre stock en tartinant les jambes seulement.

Toutes les recherches que j’ai lues étaient incapables de me mentionner des doses concrètes, des situations réelles, et ne se basaient que sur des données de quelques mois. Je vous réponds avec mon gros bon sens.

Gardez en tête que nous vivons à une époque où plusieurs instances (les médias ou les compagnies pharmaceutiques) ont intérêt à cultiver peurs et incertitudes. Moi, j’affirme que l’angoisse et l’ambiance malsaine que ces hypothétiques dangers environnementaux génèrent sont bien plus délétères que l’effet cumulatif de l’ensemble d’entre eux. Le meilleur exemple qui me vient à l’esprit est la fausse association entre le vaccin contre la rougeole et l’autisme. Parlez-en aux victimes québécoises de la dernière épidémie, il y a à peine quelques semaines. 

Et vous, de quoi avez-vous peur? Ou plutôt, de quoi avez-vous décidé d’avoir peur ou non?

Dre Taz, Omnipraticienne
Je sais combien la santé est un sujet qui nous préoccupe tous... Inspirés par ma pratique d'omnipraticienne, mes textes sont d'abord ceux d'un parent comme vous!
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (14)

  1. Caroline Allard 23 juin 2011 à 12 h 10 min
    Ça résume tellement bien ce que je pense de tout ça! Discernement est le mot clé. Il y a une nouvelle psychose toutes les semaines! S'il fallait capoter chaque fois, aussi bien emballer nos enfants dans du papier-bulles...et encore là, il est peut-être dangereux :P
  2. Diane St-Onge 23 juin 2011 à 13 h 37 min
    Aujourd'hui, les nouveaux parents ont peur d'avoir peur, comme disait ma mère!!Tout est un danger imminent...même faire du vélo 3 roues, dans sa propre cour, à 3 ans!!!C'est dangereux, il faut mettre un casque protecteur et des protège-coudes et genoux!!!!Ben voyons donc!!!Même si on peut se noyer dans un verre d'eau, est-ce qu'on doit mettre des "swim-aids" à ses enfants pour leur donner leur bain? Prenez du recul, et analyser vraiment s'il y a danger ou non!
    L'humanité s'est rendue en l'an 2011 sans tous ces gadgets que les compagnies nous proposent pour soi-disant mettre nos enfants à l'abri de tous les dangers!
  3. fred fortin 23 juin 2011 à 16 h 21 min
    Avoir peur est un rendu pour certaine personne un mode de vie...! Tous est danger, et cette insécurité omniprésente ne peut qu etre transmit a l enfant. Si on s arete a tous ce qui est potentiellement nocif ou dangereux la liste est infini, tous peut etre une menace, mais comme dit le dicton, ce n est pas le fusil qui est dangereux mais bien l homme qui le manipule. Je crois que d utiliser son gros bon sens est une choses, analyser et comprendre que plusieurs compagnies dans plusieurs sphère manipule les masses et font de la desinformation en est une autre.Dans notre société de performance, de profit, ne pensez vous pas que certain y gagne énormément a faire mousser la peur, surtout qu avec les enfants... c'est vendeur, on joue sur la corde sensible et emotionnelle des parents.
    facile non..!
    Apprécier la vie et chaque moment voila la clé :)
  4. Tasnime Akbaraly 23 juin 2011 à 17 h 18 min
    @ Caroline: Le discernement, effectivement, c'est une qualité qu'on doit acquérir comme parent! Le papier-bulles? je suis certaine qu'il y a une étude là-dessus quelque part!

    @Diane: pas toujours facile d'avoir du recul quand on est nouveau parent! évidemment, on veut la protection maximale pour nos enfants, mais quand est-ce que ça s'arrête, c'est pas évident!

    @ fred: vive la vie!!! effectivement!!!
  5. Sandrine 24 juin 2011 à 01 h 50 min
    Je suis d'accord qu'il faut apprendre à relativiser et sur le fait que notre espérance et qualité de vie se sont considérablement améliorées. Tout ceci est probablement du aux progrès de la medecine, de la science, ...mais tout ces progrès genèrent des effets secondaires que l'on ne connait pas actuellement. Laura Ingalls n'a probablement pas bu dans les biberons avec du BPA et l'eau de la rivière dans laquelle elle pechait n'etait surement pas contaminé par des polluants chimiques. Donc il faut faire la part des choses mais il ne faut cependant pas nier que la prudence s'impose, tout est affaire de moderation. j'aimerai simplement ajouter que le lien entre plomb et saturnisme est vraiment etabli!!
  6. Tasnime Akbaraly 24 juin 2011 à 04 h 38 min
    @ Sandrine: tout fait d'accord, le lien entre le plomb et saturnisme est établi, c'est une pathologie médicale reconnue depuis le XIXe siècle au moins, à cause des peintures de l'époque. Le plomb se retrouve dans certaines peintures de maison, dans les barreaux de chaise métallique, le vin rouge, la bière, le chocolat, les champignons, le gibier et certains mascaras... alouette! à bon entendeur!

  7. Joël Ledoux 24 juin 2011 à 12 h 26 min
    Sujet intéressant, mais servi à une drôle de sauce. Avant pasteur, les gens qui croyaient aux bactéries étaient sans doute vu comme zélés.
    Dans les cultures moins évolués, on a encore beaucoup de mal à changer des traditions malsaines (boire de l'eau contaminée sans la bouillir, exciser, laisser les filles de 14-15 ans se balader toutes seules avec le petit ami au sang chaud, prendre le feu de cuisson en brulant un déchet de plastique, laisser les animaux domestiques se reproduire sans savoir quoi faire de 20 chiots par an, battre ses enfants, ets.)

    Si aucune raison ne semble s'appuyer sur des causes ou conséquences visible en un coup d'oeil, alors pourquoi changer nos traditions, se disent-ils.

    Les peuples moins évolués de cette terre, c'est nous-même il y a cent ans. C'est notre inconscient collectif et notre instint de base.

    Si vous cessez de croire aux conséquences de ce "ridicule" produit toxique dont les effets sont invisibles à l'oeil, jusqu'où allons nous régressez dans le syndrome de l'autruche?

    À bon entendeur...
  8. Anonymous 24 juin 2011 à 13 h 24 min
    Dre Taz, pourquoi ne pas télécharger d'application pour les petits sur le iphone? trop d'ondes?
  9. Tasnime Akbaraly 24 juin 2011 à 14 h 58 min
    @ Joël: excellent commentaire. Je ne veux pas que ma chronique soit interprétée comme un appel au déni et à la négligence. Les plus grandes découvertes sont effectivement issues de simples observations et de déductions instinctives. Je n'ai jamais affirmé qu'un produit toxique était "ridicule", et je ne tiens pas à ce que les commentaires prennent une tournure politique "anti" ou "pro" totalitaire!

    Il n'y a pas de fumée sans feu, et probablement que dans 30-40 ans on pourra relier (avec des données quant au temps d'exposition et à la concentration des produits concernés) le plomb et les maladies de la thyroide ou les téléphones cellulaires et les tumeurs cérébrales...

    J'affirme simplement qu'il ne suffit pas qu'une hypothèse soit clamée à la une des journaux pour se mettre à paniquer.

    J'en appelle à l'équilibre et à la prudence contre la désinformation, qu'elle soit d'origine scientifique ou non. Le bons sens s'applique dans une direction comme dans l'autre.

    En ce qui concerne vos exemples (l'excision, ou la permissivité dans les relations sociales, etc), je crois qu'il ne faut pas tout mélanger... il y a aussi une grande part de bagage culturel. Beaucoup de personnes accordent plus d'importance aux valeurs spirituelles ou culturelles d'un geste qu'aux valeurs scientifiques.

    Mais je vous rassure, je ne veux pas non plus d'une tangente d'entêtement envers tout progrès ou évolution. Oui, mais avec de la nuance!

  10. Tasnime Akbaraly 24 juin 2011 à 14 h 59 min
    @ ce qui concerne les les applications sur iphone pour bébé, les études sont contradictoires quant à l'effet des téléphones cellulaires sur le développement éventuel de tumeurs cérébrales... encore une fois, nous manquons de recul, mais il existe tellement d'alternatives pour égayer bébé, pourquoi opter pour celle-là?
  11. Anonymous 24 juin 2011 à 18 h 56 min
    J'ai bien aimé le commentaire de Joël et j'apprécie votre précision concernant son commentaire.

    On a accès à l'information facilement et rapidement, ainsi nous ne savons plus comment interpréter tout ce qui parait si inquiétant. Je me demande comment modifier nos comportements selon les nouvelles recommandations sans paraître pour quelqu'un de trop alarmiste? On nous fait tellement peur, entres autres, avec les statistiques sur le cancer qu'on peut facilement paniquer avec les produits cancérigènes ou les aliments non approuvé par Richard Béliveau... Au contraire de vos propos, j'aimerais suivre la plupart des recommandations sans avoir l'air névrosée!

    Je comprends bien l'exercice que vous avez fait dans votre blogue. Vous avez voulu nous rassurer en dédamatisant ce qu'on entend!

    J'aime vos blogues!
  12. mikaelaspey 5 juillet 2011 à 03 h 55 min
    j'aime énormément vos blogues...vous exprimez simplement et clairement ce que je ressens sans savoir le dire, et suscitez des commentaires qui viennent compléter votre raisonnement.
    je peux ensuite en discuter avec mes enfants.
    merci
  13. Tasnime Akbaraly 5 juillet 2011 à 13 h 54 min
    @anonymous: mais bien sûr que vous devez suivre les recommandations si elles vous paraissent de bonne foi et fondées! Mais pas de panique, pas de culpabilité! Vous avez bien compris mon intention!

    @mikaelaspey: merci! vous me rassurez quant à l'atteinte de mon objectif: être l voix des parents avec mon expérience de médecin!
  14. Fofie 12 juillet 2011 à 20 h 16 min
    Oui, mais... Ce que je reproche personnellement à la loi du gros bon sens, c'est de dériver davantage vers la loi de l'autruche que vers une amélioration de que qu'on apprend néfaste. L'exemple du bio est le plus flagrant : c'est vrai qu'il ne faut pas se priver de manger si on ne peut pas acheter bio, mais si ceux qui en ont les moyens ne le font pas, l'offre et les prix du bio ne deviendront jamais intéressants.

    Au nom du "refus de sombrer dans la paranoïa", nous omettons d'exercer notre pouvoir de consommateur d'obtenir une offre de produits toujours meilleurs. Les compagnies carburent aux profits et non à la conscience sociale. Et les profits sont là où les gens achètent. Si on achète sans chigner, rien ne va changer.

    Nous vivons dans une société de consommation extrême et plutôt que de revoir leurs habitudes pour "consommer moins mais mieux", beaucoup trop de gens se cachent derrière ce "refus de sombrer dans la paranoïa" pour continuer de "trop consommer du n'importe quoi".

Partager