Gère-t-on nos enfants comme des entreprises?

Gère-t-on nos enfants comme des entreprises?
15 juin 2011

 - Chéri, c’est toi qui gères les petits, demain matin?  

- On verra. Ce matin, j’ai un peu perdu le contrôle avec leurs céréales qui volaient partout! 

- Au fait, la petite Mathilde, elle performe à l’école?

- Ses parents investissent beaucoup dans ses leçons de musique, en tout cas. 

Cette discussion (inventée) semble parfaitement banale. Effectivement! Mais cela prouve surtout que notre vie familiale, somme toute, n’est pas très différente de celle d’une entreprise. 

Quelle tristesse, ne trouvez-vous pas?

Il y a quelques jours, j’ai soudainement réagi quand mon mari a fait référence (pour la millième fois sans doute) à la « gestion » des enfants. Pourtant, Dieu sait qu’il est humain et amoureux de ses enfants, celui-là! Mais je n’ai pas pu m’empêcher de lui faire remarquer : « Chéri, nos enfants ne sont pas une compagnie de chaussettes! » Moi-même, souvent, je me laisse aller à ce « champ lexical », et j’essaie de me reprendre. J’ai trop honte. 

Alors, vous comprendrez pourquoi j’ai été drôlement intéressée en lisant cet article. Une étudiante de l’Université de Montréal en a fait son sujet de maîtrise : comment le langage du monde du travail contamine le discours des parents. Elle démontre combien utilisent fréquemment les termes « performance », « rentabilisation », « objectifs » et « gestion » quand ils parlent d’éducation.

Ce phénomène proviendrait d’une obligation de performance qui touche toutes les sphères de la société. « Avant, il suffisait d’avoir un enfant pour être jugé comme un parent compétent, tandis qu’aujourd’hui ce n’est plus le cas », dit Valérie Besner. Aujourd’hui, on est jugés à l’aune du développement de nos enfants. 

- Notre petit est hyperactif? Probablement que cela exprime un excès de tensions, un horaire hyperchargé ou un manque d’exercice physique…

- Notre fille a de la difficulté à lire? On ne lui a pas assez lu d’histoires. 

- Notre fils ne sait pas dessiner? Il faut lui mettre plus de crayons dans les mains, et dire à son CPE qu’ils fassent autre chose que des gribouillages!

J’exagère, mais cette étudiante a raison : la pression est partout. Or les parents, plutôt que de la balayer du revers de la main, la portent comme un sac de pierres sur leurs épaules. 

Ce n’est pas aujourd’hui, bien sûr, que l’on règlera ce problème de société, tout comme celui des horaires surchargés. Mais au moins, est-on d’accord sur ceci : pourrait-on retirer de notre vocabulaire toute allusion à la performance entrepreneuriale, en parlant de nos amours?

En faisant juste un petit tour sur Internet, à l’aide des deux mots clés « gestion » et « enfants », j’en ai la chair de poule. Comment gérer les colères de bébé, gérer le stress chez l’enfant, comment gérer trois jeunes enfants, etc. Dans les forums, il y a même des parents qui se demandent comment gérer « l’oedipe de leur fils », la jalousie entre leurs enfants, ou même.. comment gérer la première dent de bébé!

Est-ce que cela vous arrive, à vous aussi, ces petits dérapages verbaux? (Rions-en!)

Marie Charbonniaud
Journaliste indépendante et mère de 3 enfants, je jette un regard à la fois critique et maternel aux questions d’actualité touchant à la famille.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (9)

  1. Geneviève 15 juin 2011 à 15 h 08 min
    J'ai déjà dit à la blague que de bercer mon petit monsieur 45 minutes pour l'endormir et lui arracher 15 minutes de sommeil n'était pas "rentable"...! Je n'avais pas saisi toute la symbolique de mes mots!
  2. gervaise 15 juin 2011 à 21 h 08 min
    Jai peu d'éducation certes, mais je n'ai jamais demandé l'impossible à mes 3 enfants ! le plus important dans la vie cest d'avoir une bonne santé mentale et physique aussi.
    Je ne veux pas qu'il me fasse plaisir, je leur dis souvent si tu es heureux je le serai à mon tour...et je sais reconnaitre un bien-être en soi et je sais ce qui est vrai ou faux...alors ne triche pas car je te le dirai...Mes enfants ont souvent des hauts et des bas comme tout le monde mais ils savent quil faut se faire confiance en soi et à la vie aussi.
  3. mélanie 16 juin 2011 à 13 h 23 min
    Marie, vos blogues me font toujours réfléchir beaucoup!
  4. Marie Charbonniaud 17 juin 2011 à 01 h 40 min
    Merci Mélanie!! ;)) C'est ce qui me motive à chaque fois que j'écris...
  5. meli 21 juin 2011 à 01 h 20 min
    C'est vrai que les petites différences de nos enfants sont automatiquements la fautes de leurs parents, comme si nous les percevions comme une extensions de nous mêmes au lieu de petits êtres a part entière. Je suis une femme de 34 ans qui n'a aucune confiance en elle et je me suis rendu compte un jours que je commencais a projeter les réussites et le développement précoce de ma fille comme une réussite personnelle, la confiance en moi pour enfin rayonner passait par ma puce (si extrordinaire et magnifique en passant). J'ai vite changé ma perception de voir les choses car justement, je ne voulais pas que ma fille se valorise a travaers le regard et les exigences des autres, tous ce qui m'a enlever ma confiance en moi quoi! Nous devons aimer nos enfants et non les gerer. Les enfants, c'est la vie et nous laisser guider par eux est la meilleure facon de lâcher prise! Ma fille n'est plus ma plus belle réussite mais plutôt le plus beau cadeau de la vie et ca,c'est très facile a gérer!!:)
  6. meli 21 juin 2011 à 01 h 40 min
    OUF!!! Désolé pour les fautes, j'ai écrit avec mon coeur au lieu de ma tête...je suis gênée!!
  7. pouette 27 juin 2011 à 09 h 02 min
    Je passe mon temps a tout vouloir gérer, tout en pensant justement que si je gère bien , mes enfants seront plus zen, plus à l'écoute, plus toute!!! PLus que parfait...m'entendez-vous...??C'est de la foutaise! Le plus surprenant, c'est que je ne me suis jamais remis en question, au contraire, je voulais tellement être efficace! Sérieusement, c'est tout un éveil! Merci!!
  8. Voncile 10 juillet 2011 à 10 h 40 min
    Woah nelly, how about them apleps!
  9. Marie-Claude 4 août 2011 à 15 h 24 min
    Je recommande à toutes de lire "Confessions d'une mère qui en a marre", ça ouvre les yeux!

Partager