Comment leur lâcher (plus souvent) la main

Comment leur lâcher (plus souvent) la main
4 avril 2011

Pendant des années, on nous a dit (ou fait sentir) que pour être bon parent, il fallait jouer avec nos enfants. On nous a suggéré, au minimum, 20 minutes de jeux en rentrant le soir, mais aussi quelques heures la fin de semaine. 

Mais qu’est-il arrivé? On en est à l’extrême. Les enfants ont tellement l’habitude d’être pris en main, animés, « organisés », qu’ils ne savent plus jouer seuls. Sitôt qu’ils ont 5 minutes de libres devant eux, ils nous disent : « Je ne sais pas quoi faire! » Ou pire, ils nous réclament un écran pour être encore plus « pris en main » : télé, ordi, console. Je généralise.

C’est ce qu’on pouvait tirer hier, entre autres vérités, du beau documentaire dont je vous parlais dernièrement.

N’y a-t-il pas un juste milieu à trouver, entre les parents négligents (dont les enfants sont toujours livrés à eux-mêmes) et les parents surinvestis que nous sommes devenus, en croyant bien faire?

Eh bien oui : un peu de jeu guidé, mais surtout beaucoup de jeu libre. Car le jeu libre serait le plus important. C’est lui qui fait le plus appel à la créativité, à l’imaginaire, au développement de la personnalité, et même, des neurones.

Alors, pleine de bonne volonté, j’y ai été attentive dans ma propre maison. J’ai changé peu à peu de méthodes avec mes 3 enfants de 2 ans, 4 ans et 6 ans.

Au retour de l’école et de la garderie, après les câlins, les retrouvailles et les nouvelles du jour, je les « envoie » jouer, sans intervenir. J’ai même suggéré, hier, à mon fils de 4 ans de jouer dehors tout seul (ses soeurs ne voulaient pas). À ma grande surprise, il a sauté sur la proposition. Il s’est retrouvé tout seul à gratter de la neige et à remplir son camion (cela a duré 15 minutes...).

Cette « redécouverte » forcée du jeu libre ressemble presque, je trouve, à une démarche thérapeutique.

Au début, il y a une phase d’adaptation. Les enfants ne sont pas habitués. On les sent déstabilisés, ils nous tournent autour comme des mouches, font ici et là des bêtises. Puis tranquillement, quand ils sentent qu’ils n’arriveront à rien tirer de nous, ils commencent à construire leur jeu. C’est miraculeux. Et c’est une expérience qu’il faut répéter chaque jour, chaque fois un peu plus de temps, me confirmait François Cardinal hier.

Ce journaliste, auteur de l’excellent livre Perdus sans la nature  - Pourquoi les jeunes ne jouent plus dehors et comment y remédier, a fait la même chose chez lui. Voici le blogue tiré de ce livre, qui vaut aussi le détour.

Comme moi, en parent bienveillant, il avait l’habitude de faire le G.O. chaque fois que son fils de 4 ans le lui demandait. Mais l’écriture de ce livre l’a poussé à se remettre en question. Il lui a donné envie de donner de la liberté à son petit, de lui faire découvrir la richesse de « l’ennui ».

«J’ai décidé de le laisser se débrouiller seul, de l’abandonner à ne rien faire, pendant que je devais travailler. Puis, je me suis rendu compte qu’il fallait 20 minutes pour qu’il commence à parler tout seul, à tomber dans son monde imaginaire. Or, ces 20 minutes, la plupart des enfants ne l’ont pas. C’est le temps qu’il faut pour laisser venir leur créativité! », m’a-t-il fait remarquer.

Trop protecteur, comme beaucoup de parents, il s’est aussi imposé de lui laisser des marges d’autonomie et de liberté, dans la rue. 

« En sortant de notre gare, on peut tourner à droite ou à gauche, et les deux chemins se retrouvent à notre maison. Quand il avait 5 ans, je lui ai dit : prends ton bord, je prends le mien! Il était un peu déstabilisé, pas sûr de lui, mais il l’a fait. Puis quand on s’est retrouvé, il y avait des étoiles dans ses yeux. Il avait l’impression d’être revenu tout seul de l’école. Un immense sentiment de fierté », raconte-t-il.

On en est donc là. À « organiser » l’ennui et le temps libre de nos enfants. À se « forcer » à leur lâcher la main, pour les laisser grandir et développer leur estime d’eux-mêmes.

N’est-ce pas franchement ironique, après s’être longtemps trompé à vouloir les occuper à tout prix, à les protéger à tout prix?

Vous, leur laissez-vous des moments de liberté, dans le jeu ou dans la rue?

Marie Charbonniaud
Journaliste indépendante et mère de 3 enfants, je jette un regard à la fois critique et maternel aux questions d’actualité touchant à la famille.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (9)

  1. Catherine G. 4 avril 2011 à 14 h 06 min
    Mille fois, oui! Le jeu libre est tellement important. La première fois que j'ai envoyé mes enfants dans le jardin, ils sont revenus au bout de cinq minutes complètement désemparés! On n'a rien à faire! On veut rentrer. J'ai résisté. Au fil des jours, ils ont apprivoisé leur nouvel environnement et surtout découvert la puissance de leur imagination. Depuis, je les laisse jouer librement le plus souvent possible à l'extérieur et à l'intérieur de la maison.
  2. Sylvie 4 avril 2011 à 15 h 34 min
    Tout a fait d'accord !!!
    moi meme ce changement de les laisser jouer seuls est tout ressent. Mes fils ont 5 et 4ans. C'est vrai qu'au début ca "chialait" qu'ils n'avait rien a faire. Ils ont pleins de voitures et de trains, en plus des jeux de société. Mais la je les écoutes et c'est vraiment drole. Je vois bien que leur imagination se fait aller, c'est beau a voir !!!!
    Par contre je ne les laisse pas jouer seuls dehors. Ma cour étant pas cloturer et habitant a moins de 300pied d'une voie ferré, je ne prend pas de chance.
  3. jeanne 5 avril 2011 à 15 h 45 min
    Je suis mille fois d'accord comme sur http:/www.alimentationintelligente.fr
  4. michele p 5 avril 2011 à 18 h 04 min
    .. Autrefois ,les enfants jouaient entre eux ,les parents avaient bien d'autres "responsabilités" et" occupations.". jugées prioritaires. ils transmettaient avant tout leur" savoir" dans tous les domaines et devaient être capables de répondre à toutes questions .
    l'enfant jouait seul ou avec d'autres enfants ;se livrant à des jeux traditionnels ou au contraire en inventait sans cesse ,c'était son monde à lui souvent ou l'imaginaire se mélangeait au réel et .. ne s'ennuyait pas !
    il possédait peu de jouets "industriels" ,et se les fabriquait aisément
    Tout a changé avec l'industrie du plastique et la "sur -communication "parents enfants .. oui ,Marie , redonnons leur une certaine liberté ...
  5. Anonymous 6 avril 2011 à 01 h 34 min
    Votre article est si rassurant, MERCI! Je crois tellement au fait qu'il faut laisser l'enfant jouer "seul" dans son monde imaginaire qu'il m'arrive de me demander si je fais bien laisser les enfants si souvent sans structure. On se questionne tant comme maman et on se culpabilise aussi! Bien sûr, mes enfants sont encadrés et stimulés mais lorsqu'ils partent d'eux même dans leurs univers avec les jouets, je les laisse jusqu'à ce qu'ils viennent me voir. Cela peut durer une heure. Je ne suis pas rendue à les laisser jouer dehors sans surveillance immédiate mais peut-être à l'été!
  6. Corinne 6 avril 2011 à 01 h 44 min
    Ma fille a 18 mois et je la laisse souvent jouer toute seule. Je l'observe de loin et j'adore la regarder s'affairer avec ses poupées ou ses légos. Elle aime aussi passer du temps à regarder par la fenêtre et à s'exclamer sur ce qu'elle voit. Bien sûr, on ne la laisse pas toujours toute seule, mais quand on joue avec elle, c'est généralement elle qui «décide» du déroulement du jeu. Elle n'a pas beaucoup de jouets, mais tout ce qui lui tombe sous la main peut l'amuser.

    Je prévois lui laisser le plus d'autonomie possible à mesure qu'elle grandit (aller jouer dans le jardin de l'immeuble ou aller à l'école seule etc.)

    Pour finir, je me souviens que quand j'étais enfant et que je disais à ma mère que je m'ennuyais, elle me répondait d'aller ranger ma chambre. Bien entendu, je trouvais tout de suite quelque chose à faire.
  7. Edith Caron 7 avril 2011 à 00 h 34 min
    Tout à fait d'accord. Et quand ma fille de 2 ans revient au bout de 15 min, je lui parle de son casse-tête qu'elle vient juste de laisser. Après m'en avoir parlé, souvent elle y retourne pour un autre 15 min
  8. Raphaëlle Imbernon 13 avril 2011 à 17 h 19 min
    Merci, je joue peu avec mes enfants et les laisse au contraire beaucoup jouer tous seuls (en fait ils jouent ensemble). D'une part, c'est moi qui m'ennuie assez vite quand je joue avec eux, je préfère sortir faire une activité ou raconter une histoire, d'autre part, quand on rentre le soir du travail et de la garderie et qu'ils sont affamés, je dois bien préparer le souper... Il m'arrivait de culpabiliser un peu de ne pas jouer longtemps avec eux, mais maintenant beaucoup moins !
  9. Deejay 27 mai 2011 à 07 h 10 min
    Sduons great to me BWTHDIK

Partager