Nez fait pour… déguster!

Nez fait pour… déguster!
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
11 février 2011

Demandez à un enfant quelle partie de son corps lui sert à manger et il vous répondra la bouche. Et le nez, lui? Pourquoi ne parle-t-on pas plus du rôle du nez quand on mange? Pourtant, il suffit d’avoir un rhume pour être convaincu de l’importance de l’odorat dans le processus de captations des arômes.

Les enfants apprennent les couleurs : bleu, rouge, jaune, vert, et très rapidement rose et mauve si vous avez une fille. On leur parle (parfois) des saveurs : salé, sucré, acide et amer. Mais que peuvent dire les enfants des odeurs, à part « ça sent bon » et « ça pue »?

Avez-vous remarqué que même nous, les adultes, utilisons très peu de mots pour qualifier les odeurs? On cherche parfois à mettre un mot sur l’odeur de cannelle et tout ce qui nous vient en tête, c’est : « les brioches de grand-maman », « les petits bonbons en coeur de la St-Valentin » ou le désodorisant pour voiture accroché au rétroviseur. Bref, on décrit le plus souvent les odeurs à partir de nos expériences plutôt qu’avec une sémantique universelle. Pourquoi? Parce que nous ne l’avons pas appris autrement.

Les odeurs et les souvenirs sont intimement liés. Une odeur peut être agréable à une personne et désagréable à une autre à cause de ce qui s’y rattache. La mémoire des odeurs est étonnamment efficace. Le taux de reconnaissance d’une odeur demeure à environ 70 % 1 an après, tandis que le taux de reconnaissance d’une image décline beaucoup plus rapidement. Une odeur peut nous replonger des années en arrière!

Malheureusement, on a tendance à négliger l’olfaction. Il est temps de placer les odeurs au programme d’éducation de nos enfants… et de faire du rattrapage pour la plupart d’entre nous! En Europe, on retrouve des jeux pour développer l’odorat des petits, tels que Le loto des odeurs et Mon orgue à parfums. Je n’ai rien trouvé de tel près de chez moi. Peut-être en connaissez-vous? Peu importe, puisqu’on peut créer une activité similaire à la maison. Utilisez un foulard pour bander les yeux et sélectionnez des aliments ou des ingrédients que vous tenterez de reconnaître et de décrire. Résultats surprenants, garantis.

Profitez également du moment des repas et des collations pour éveiller et aiguiser les sens de vos enfants. Avant de manger, invitez-les à sentir le pain grillé, les fruits, les légumes, le fromage ou le chocolat. Quand vous cuisinez avec eux, faites-leur humer les épices, les herbes, l’ail et l’huile d’olive. Les apprentissages se feront naturellement au fil de jours. Et que dire du plaisir de manger, qui sera doublé.

Nez fait pour sentir, nez fait pour… déguster!

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Tous les billets de l'auteur

Partager