«Ramasse tes jouets… maintenant?»

«Ramasse tes jouets… maintenant?»
5 février 2011

Est-il important de laisser un peu vivre nos tout-petits dans le bazar de leurs jouets, pour laisser libre cours à leur créativité? Beaucoup le pensent. À vouloir toujours tout ramasser, on couperait court à leur imaginaire. D’autres sont plutôt favorables au rangement quotidien, quitte à tout redéfaire le lendemain. 

Autour de la table, dans cette émission radiophonique fort intéressante, il y avait 4 personnes. Caroline Allard (Mère indigne), Carmen Bourassa (Fondatrice de Passe-Partout), Martin Larocque et Régine Laurent (présidente de la FIQ). 

Régine Laurent, quand elle était petite, était obligée de tout ramasser avec ses 3 frères et soeur. « Ça n’a pas brimé du tout ma créativité! », lance-t-elle. 

Carmen Bourassa, qui était l’aînée de 7 enfants, était plutôt bordélique. Elle aime cette devise : « Le désordre est un effet de l’art! » D’ailleurs, leur maman respectait leur sain désordre, tant qu’elle le pouvait. « Elle recevait ses invités en leur disant : levez les pieds, il y a des enfants qui jouent, ici! », raconte Carmen Bourassa. Cela dit, avec ses propres enfants, elle ne supportait pas trop longtemps le bazar, ni les portes fermées pour le camoufler. Elle imposait un moment corvée : « Les enfants, on a tant de temps, pendant lequel on range autant qu’on le peut. » 

Martin Larocque, de son côté, avait l’interdiction d’aller jouer avec ses amis tant que sa chambre n’était pas rangée. « Mes chums d’enfance en sont encore traumatisés. Ils me disent : "Qu’est-ce qu’on a pu t’attendre, les samedis, quand tu devais faire ton ménage!" », raconte-t-il. 

Et aujourd’hui? On dirait que notre seuil de tolérance a augmenté... ou je me trompe? Ça dépend peut-être de chaque famille?

Selon Caroline Allard, « On a tendance à vouloir le faire nous-mêmes, car ça va plus vite. Mais quel mauvais investissement pour l’avenir! », dit-elle. Elle avoue avoir eu une certaine paresse à cet égard et dit s’en mordre les doigts aujourd’hui, car le désordre est proportionnel à l’âge, à en observer sa fille. « En plus, mon aînée a développé la mauvaise manie de penser qu’elle va se faire aider pour ranger. Elle dit: "Pourquoi je le ferai toute seule?". Ou alors, elle met cela sur dos de sa soeur. Cela me rend furieuse! Je lui dis : "Si tu veux qu’on comptabilise tout ce que j’ai rangé pour toi depuis que tu es petite, tu vas être perdante!" », s’exaspère la Mère indigne. 

La vraie question, en fait, est de les inciter sans énervement ni chantage. Et je crois que le secret, c’est de commencer cette bonne habitude tôt, très tôt. 

Avec ma petite dernière de 21 mois, c’est encore la vie en rose de ce côté. Je n’ai qu’à m’assoir devant le coffre à jouets, en lui disant: « Apporte-moi les jouets, je vais les ranger! », puis je fais un gros Bong! chaque fois que je range un jouet. Ça la fait rire et c’est le bonheur. Sinon, encore mieux : c’est elle qui les range spontanément en fredonnant la comptine « C’est le temps de ramasser...amasser...amasser! », qu’elle a dû apprendre au CPE. Trop génial. 

Avec mes deux grands, de 3 ans et 5 ans, c’est plus délicat. Je cherche encore les solutions de rechange au chantage ou à la récompense. Parce que leur faire croire qu’on va donner tous les jouets par terre aux enfants pauvres, c’est bien beau, mais c’est encore une menace! Et surtout, au bout de 3 fois, ils ont compris qu’on ne la mettra jamais à exécution. 

On peut, suggère Carmen Bourassa, leur dire que ce sera plus facile, après, de retrouver leurs affaires. « Quel gain de temps c’est, de savoir où sont ses choses! », lance la pionnière de Passe-Partout. C’est vrai. Mais est-ce que cela suffit à les motiver?

Et si la solution, c’était de lâcher prise 6 jours par semaine, pour ne ranger qu’une fois par semaine? On parle ici de leur chambre, bien sûr, pas des lieux communs (là, j’ai une heure de tolérance, maximum). Je crois que c’est celle qui me convient. 

D’ailleurs, dans cette table ronde téléphonique, tout le monde était d’accord sur une chose : quand il y a un village de princesses ou une structure de petit train de construits, on s’abstient. Car leurs jeux reprennent le lendemain, le surlendemain, et c’est sans doute ça, le vrai bonheur de l’enfance.  Le jeu éclipse totalement le désordre. 

Et vous, quelles sont vos zones de tolérance?

Marie Charbonniaud
Journaliste indépendante et mère de 3 enfants, je jette un regard à la fois critique et maternel aux questions d’actualité touchant à la famille.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (6)

  1. Mylene 5 février 2011 à 16 h 00 min
    Mais quel sujet d'actualité !!! Je crois que le seuil de tolérance au désordre de nos enfants dépend beaucoup de notre personnalité... Moi qui suis une personne plutôt ordonnée, je tolère plutôt mal les jouets qui traînent, alors que mon conjoint qui est de nature assez traineuse, ne s'en fait pas dutout avec une salle de jeu toute à l'envers ! Chez nous, c'est donc un compromis entre nos deux caractères qui prévaut : les jouets des pièces communes (salon, cuisine) sont ramassés chaque jour. Mais pour la salle de jeu, on peut laisser le désordre s'installer pour plus longtemps... souvent jusqu'à ce que les 2 grandes nous harcèlent parce qu'elles ne trouvent plus tel jouet ! Alors on leur suggère de ranger la salle de jeu; peut-être que la poupée qu'elles cherchent est enseveli sous le désorde !!! Et nous les aidons à remettre de l'ordre en leur indiquant le lieu approprié pour chaque chose.
  2. maman ourse 6 février 2011 à 00 h 28 min
    Je suis vraiment intolérante au désordre et pourtant je tolère les jouets éparpillés à la grandeur du salon! On les ramasse le soir avant d'aller dormir en général mais pas tous les jours sans exception. Pour les autres pièces de la maison par contre ce doit être impeccable! Mes garçons jouent au salon, ils n'ont aucun jouet dans leur chambre!

    La plus vieille joue parfois dans sa chambre pour être tranquille car ses frères sont petits et turbulents (elle a 6 ans, eux ont 2 ans et 10 mois). Mais elle doit tout ranger quand elle change d'activité ou le soir avant dodo!

    Et il m'arrive de faire des menaces mais je les applique! J'ai déjà donné 2 sacs poubelles de jouets après avoir dit que la prochaine fois que je ramassais, je donnais. Évidemment je n'ai pas donné ses jouets favoris mais maintenant la chambre est ramassée fréquemment sans que je le demande! Coïncidence? :)
  3. olfa 7 février 2011 à 06 h 18 min
    Pourquoi le rangement est une corvée? Pourquoi on dit aux enfants IL FAUT QUE TU RAMASSES TES JOUETS et jamais IL FAUT QUE TU JOUES????

    Le tout est dans notre façon de présenter les choses. Le rangement pourrait être la continuité du jeu comme remettre les animaux dans la grange pour qu'ils mangent, ou les livres avec leurs amis pour qu'ils s'amusent ensemble ou encore la poupée avec ses frères et soeurs. Même nous on risque d'être surpris par notre créativité parfois. Nos enfants risquent de nous surprendre parfois. En tout cas, depuis que j'ai commencé à jouer du rangement, je perds plus patience à essayer de l'arrêter de ranger pour qu'il vienne manger!!!
  4. Marie Charbonniaud 7 février 2011 à 19 h 15 min
    @ Mylene; votre style ressemble beaucoup au mien... sauf que je n'ai pas toujours la patience d'indiquer où vont les choses... bravo! ;-)

    @ Maman ourse: Waouh! vous avez déjà fait le coup du sac de jouet à donner! Et non, ce n'est probablement pas une coïncidence! En plus d'être efficace, c'est un beau geste.

    @Olfa: si je pouvais avoir votre philosophie tous les jours! Je crains malheureusement que ça ne marche surtout qu'avec les 2-3 ans, mais après, il n'en n'ont pas grand choses à faire de ranger les livres avec leurs amis livres... et leurs poupées avec leurs frères et soeurs. Mais avec l'habitude d'avoir appris à le faire jeune, grâce à votre méthode, j'y crois!
  5. Édith 8 février 2011 à 12 h 12 min
    Nous, je vous dirais que cela va selon notre dégré d'écourantite..;o)
    Mais habituellement, on ramasse les jouets le soirs quand cocotte est au pays des rêves et on la laisse sortir le tout le lendemain.
    Mais cela fonctionne bien quand on les ramasse avec elle en jouant!
  6. michele p 15 février 2011 à 19 h 58 min
    J'aime bien cette théorie d'une ancienne directrice d'école Montessori qui déclarait que ranger après le jeu ,c'était aussi une façon de mettre de l'ordre dans sa tête ,de quoi méditer....

Partager