Trois résolutions pour 2012

Trois résolutions pour 2012
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
3 janvier 2011

L’heure des bilans de l’année est arrivée et l’heure des résolutions a sonné. Avez-vous l’intention de prendre des résolutions concernant l’alimentation de votre famille pour 2012? Permettez-moi de vous faire des suggestions. Ça ne sert à rien de voir trop grand ou d’avoir une liste trop longue. Voici donc 3 bonnes intentions que je considère comme particulièrement importantes.

1. Fermer la télévision durant les repas

Avec nos rythmes de vie effrénés, les occasions de prendre du temps en famille sont précieuses. Le repas du soir est certainement un moment privilégié dans plusieurs foyers. On raconte nos journées respectives, on écoute les enfants, on dit des blagues, on fait des projets, etc. Il y a cependant une condition essentielle pour que cette communication soit possible : pas de télé! Or, environ la moitié des jeunes familles québécoises invite actuellement la télévision à leur table…

2. Cuisiner avec les enfants

Ce n’est pas facile au quotidien, c’est vrai. C’est beaucoup plus facile de faire participer les enfants à la préparation des crêpes du dimanche matin qu’à la préparation du souper d’un jour de semaine. Le temps et la patience dont on fait preuve sont 2 éléments qui permettent de rendre un moment agréable.

Cela dit, on gagne à faire participer les enfants de manière un peu plus régulière, pour une grande diversité de recettes. Ils exercent progressivement différentes manipulations, ils apprennent à mieux connaître les aliments et ils pourront, d’ici quelques années, être de véritables aides-cuisiniers si le plaisir de cuisiner est cultivé.

Il n’y a pas d’âge pour commencer. Il faut simplement tenir compte des capacités de l’enfant. À 1 an, on peut approcher sa chaise haute du comptoir pour qu’il nous voie popoter. À 2 ans, on peut l’installer sur une chaise ou un banc près de nous pour qu’il mélange ou simplement pour qu’il sente et touche les ingrédients. Sa contribution sera de plus en plus stimulante. Regardez bien ses yeux brillants la première fois où vous lui demanderez de casser un œuf!

3. Planifier les repas à l’avance

Je suis fière de nous quand on réussit à planifier le menu hebdomadaire la fin de semaine, faire les achats, et parfois même cuisiner 2 ou 3 repas en avance. Fière, mais surtout plus relaxe et plus patiente les soirs de semaine. Planifier permet de diversifier davantage les menus parce qu’on prend le temps de consulter des livres de recettes. Planifier permet de faire des économies, parce que tout est prévu; il n’y a pas de visites quotidiennes à l’épicerie où on finit par acheter plus d’aliments que nécessaire. Pas d’achats impulsifs sous l’influence de la faim de loup ou des enfants impatients. Planifier aide à récupérer de précieuses minutes les soirs de semaine, lorsque tout va toujours trop vite.

Même si je suis convaincue des bienfaits de la planification, reste que je n’y arrive pas toutes les semaines. C’est décidément ma résolution en ce début d’année.

De votre côté, est-ce que ces 3 suggestions de résolution sont déjà ancrées dans vos habitudes? Avez-vous d’autres intentions relatives à l’alimentation?

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Partager