Une journée sans allergènes

Une journée sans allergènes
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
10 novembre 2010

Je me suis lancé un défi : cuisiner les repas et les collations d’une journée entière sans allergènes. Enfin, pas tous les allergènes. « Seulement » sans oeufs, sans lait, sans noix et sans arachides. Pourquoi me donner ce trouble, étant donné que personne à la maison n’est allergique? J’ai simplement voulu me mettre dans la peau d’une maman d’un enfant allergique. Comme un acteur qui souhaite mieux comprendre un personnage. Et c’est confirmé; je préfère ne pas avoir le rôle.

Étape préalable à mon expérience : visiter le site Web de l’Association québécoise des allergies alimentaires (AQAA) pour me rafraîchir la mémoire. J’ai étudié les allergies alimentaires au bac, mais c’est déjà bien loin derrière moi. J’ai besoin de ces ressources qui expliquent les allergies et qui aident à les gérer.

Je savais au moins une chose : cuisiner sans oeufs, sans lait, sans noix ni arachides, c’est plus compliqué qu’il n’y paraît. Il ne suffit pas de remplacer le lait par une boisson de soya enrichie, de retirer les noix et arachides des recettes et d’éviter de mettre la quiche ou l’omelette au menu. Oh que non! Il faut aussi traquer tous les aliments qui risquent de contenir des traces de ces allergènes. Et comme si ce n’était pas assez, il faut s’assurer que tous les produits du commerce utilisés sont exempts d’ingrédients problématiques.

Comme aliment, rien de plus simple qu’un oeuf. C’est une autre histoire lorsque l’oeuf se transforme en ingrédient. Il se cache derrière l’albumen, la lécithine et tous les mots commençant par ovo, dont l’ovalbumine, l’ovoglobuline, l’ovomucine, etc. On le retrouve dans la mayonnaise bien sûr, mais possiblement aussi dans des vinaigrettes, des saucisses, des pâtes alimentaires, des soupes, des biscuits, des bretzels, des friandises et plus.

Même chose pour le lait. S’il suffisait de rechercher le mot « lait », la tâche serait plus simple. Au lieu de ça, il faut vérifier si les produits contiennent du beurre, du babeurre, de la caséine, du lactosérum, une saveur de beurre et de nombreux autres ingrédients qu’il serait trop long d’énumérer. Même trouver un pain tranché qui convient nécessite un examen des étiquettes.

Je me suis dit qu’en cuisinant autant que possible, j’aurais un meilleur contrôle sur les aliments et ingrédients. Pour les repas principaux, je peux me débrouiller. Mais qu’est-ce qu’on mange pour dessert et pour collation? Des fruits, pour être certains. Durant une journée, ça va, mais tous les jours d’une vie, ça ne va plus. Et c’est là qu’on se tourne vers des livres de recettes spécialisés. Voici celui que j’ai adopté.

« Les gourmandises de Vera - Croquer sucré sans danger » de Vera Zakher.

Je suis reconnaissante de ne pas avoir à gérer des allergies alimentaires au quotidien. Mais les gâteaux, muffins, poudings, barres granola, biscuits, pancakes et gaufres sans oeufs, sans lait, sans noix ni arachides piquent assez ma curiosité pour que j’aie envie de les essayer quand même.

Et vous? Vivez-vous avec des allergies alimentaires à la maison? Comment vous en sortez-vous?

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (12)

  1. Alexandra Leduc 10 novembre 2010 à 19 h 03 min
    Bonjour Stéphanie!
    Je suis moi-même nutritionniste et je fais (entre autres) de la révision de menu en CPE dans la région de Québec. Le livre de Vera Zakher est vraiment super et donne beaucoup d'idées pour des desserts santé sans allergène. Même pour les CPE ça donne un bon coup de pouce!

    Moi même, j'ai essayé ses recettes de gaufres et elles sont excellentes même sans oeuf.

    J'ai mis une de ses recettes de gaufres sur mon blogue (www.alexandraleduc.com) avec des petits ajouts de ma part pour faire changement, si jamais les gens seraient curieux d'essayer une recette avant d'acheter le livre.

    En tout cas, moi je dis chapeau à des auteures comme madame Zakher qui facilite la vie aux nutritionnistes mais aussi aux personnes avec des allergies alimentaires.
  2. Isabelle Goyette 10 novembre 2010 à 20 h 19 min
    J'aime bien ton article et compte le partager à mon entourage. Nous vivons depuis cinq ans avec les allergies multiples de ma fille de six ans (oeufs, kiwi, noix et arachides).

    On attrape vite des réflexes (lire les étiquettes, anticiper les événements avec nourriture, poser des questions), on a heureusement beaucoup plus de sensibilisation depuis quelques années...

    Les premiers jours, on trouve les allergies très handicapantes, mais on s'y fait. On apprend à rester vigilante sans développer d'anxiété. Notre enfant développe également une maturité incroyable : résister à des desserts incroyables, poser des questions, vivre des différences...

  3. Loreli Berthiaume 10 novembre 2010 à 20 h 36 min
    Si seulement les gens autour de nous avaient tenté l'expérience... nous aurions certainement eu moins de regards étranges des gens qui nous trouvaient un peu "freaks" de tout revérifier derrière eux!!
    De mon beau-père, entre autres, parti acheter un pain pour le déjeûner, pour mon fils, alors allergique aux protéines laitières. Sur le pain, en grosses lettres, on pouvait y lire "Pain au lait". Alors vous imaginez son habileté à décortiquer les étiquettes et éviter la contamination croisée!!!!

    On s'y fait, aux allergies. Parce qu'on cuisine. On mange quand même des bons biscuits au chocolat (quand on finit par trouver la BONNE sorte de pépites), on mange des gâteaux (parce que des oeufs, des fois, ça se remplace), on peut même aller au restaurant (parce que sur le lot, on réussit parfois à trouver UN restaurant qui offre UN repas modifié qui est OK pour notre enfant, mais qu'on le regarde manger avec inquiétude parce que ce n'est pas NOUS qui l'avons cuisiné.
    On s'y fait. Un peu. Parce qu'on vit avec tous les jours et pas seulement dans notre cuisine.
  4. Karine 11 novembre 2010 à 01 h 04 min
    Très intéressant Stéphanie et merci pour la référence du livre!
    Chez nous, on vit avec l'allergie aux oeufs, arachides, noix de mon garçon de 2ans. Disons que ça garde toute la famille sur le ''radar''. Des exemples: sortie aux pommes de la garderie, toutes les sandwichs du diner contenaient de la mayonnaise (un oubli de la cuisinière!) - j'étais vraiment contente d'être parent accompagnateur cette journée là! Un ami qui veut donner du pain ''contient des traces de noix'' à mon fils et qui lui dit: faut que tu fasses ton système immunitaire mon gars! Il y a encore beaucoup d'incompréhension... Chez nous, on s'est habitué avec ces allergies et on n'est pas anxieux mais c'est vrai qu'on a pas mal le contrôle à 2 ans...je me demande si ça va plus me stresser quand il va vieillir...aux fêtes des amis, à l'adolescence, etc...mais comme racontait Isabelle plus haut, probablement qu'il développera une maturité spéciale...
  5. Anonymous 11 novembre 2010 à 01 h 22 min
    J'adore l'article, notre fille de 2 ans et demi a une allergie sévère aux oeufs et il y a encore beaucoup d'incompréhension autour de nous. Les gens parfois oubli sont allergie ou la minimise mais si on veut mettre toute les chances de sont côtés pour qu'elle disparaisse en vieillissant on doit être très vigilant. On s'habitue à vivre comme ça et ça devient un automatisme. Au cpe nous sommes chanceux car le cuisinier fait presque toutes les collations d'après-midi sans oeufs pour tout le monde, c'est bon quand même et ma fille peut manger comme les autres!
  6. Anonymous 11 novembre 2010 à 02 h 01 min
    Je vous dirais que ça prends plusieurs années pour s'habituer à cuisiner sans tous ces allergènes! Au bout de 4 ans, je peux dire que c'est maintenant presque naturel.
    Ce qui nous donnerait un énorme coup de pouce, c'est si le gouvernement canadien adoptait finalement cette fameuse règlementation pour l'étiquetage des aliments. Mais ça traîne en longueur....c'est désespérant de ne pas avoir plus de support que ça. Pourtant, même les personnes non-allergique serait gagnantes avec un étiquetage plus transparent.
  7. Anonymous 11 novembre 2010 à 13 h 04 min
    Pour ma part nous vivons aves les allergies alimentaire depuis 3 ans, ma fille est allergique aux oeufs, arachide, sésame, légumineuse et poisson, bien entendu il ya aussi tous les aliments a éviter car il ya trop de risque de developper l'allergie comme noix, fruit de mer, kiwi, ananas, mangue.
    tout un casse tête au début à l'épicerie, et oui cela prend plusieurs années pour que tout devient plus facile, ont fait bcp de recherche pour trouver des produits et il faut plannifier et être organiser au quart de tour surtout quand il ya sortie a l'extérieur de la maison, c'est notre réalité, je susi très chanceuse car ma famille est très sensibiliser et lorsque nous allons en visite ils se donnent la peine de cuisiner sécuritairement pour ma fille.
    Et oui je suis certaine que les enfant allergique ont une maturité spécial!!!
  8. Stephanie Cote 11 novembre 2010 à 20 h 16 min
    À vous tous, merci pour vos commentaires. Vous semblez bien faire face à vos situations respectives et je vous admire. Tout comme j'admire la maturité de vos enfants. J'espère que la réglementation sur l'étiquetage vous facilitera bientôt la vie.
  9. Anonymous 14 novembre 2010 à 16 h 11 min
    Excellente chronique!

    Je vis dans l'univers des allergies depuis 5 ans, mon fils étant un multiallergique (noix, oeufs, produits laitiers, sésame, protéines bovines...etc.). Mais comme avec toute épreuve, on apprend à gérer son stress, à s'organiser, à faire preuve d'imagination, à responsabiliser...

    Une des grandes leçons de cet handicap ( car c'est de ça qu'il s'agit), c'est d'avoir appris à lire des étiquettes et mieux manger!!!

    Et tout à fait d'accord, lez enfants allergiques, comme les enfants très malades, murissent rapidement par nécessité!!
  10. Elyse Baillargeon 15 novembre 2010 à 19 h 38 min
    Quelle formidable découverte ce livre "Croquer sucré sans danger" de Mme Vera Zakher! Les recettes, toutes excellentes, sont de plus d'une rare simplicité à exécuter. Tout se cuisine dans un seul bol en quelques minutes à peine! Que ce soit les muffins (super pratique pour les lunchs et collations!), les galettes, les biscuits, les sablés, les brownies, les madeleines ou même les gâteaux d'anniversaire, toutes les recettes ont remporté un vif succès auprès de mes enfants. Un livre franchement pratique que j'utilise plusieurs fois par semaine.
  11. Isabelle Beaudin 16 novembre 2010 à 16 h 22 min
    Eh Oui! Bienvenue dans notre monde sans lait, oeuf ni arachide... Et justement, au sujet de cette dernière, avouez que "c'est une peanut" de la contrôler en 2010? Le monde est hyper-sensibilisé à l'arachide, mais beaucoup moins pour les produits laitiers! Et c'est pourtant un des plus grand allergènes chez nous au Canada.

    J'ai uin fils de 4 ans 1/2 qui est allergique à ces aliments et groupes alimentaires. Depuis sa naissance, j'ai dû sacrifier ma carrière média afin d'ouvrir ma garderie en milieu familial: qui plus est, un milieu sans allergènes!! Je cuisine sans allergène pour mes 6 petits bouts-de-choux. Alors l'inspiration est souvent manquante, mais on mange très bien et très santé! Je dois dire que mon conjoint et moi sommes devenus experts pour lire les étiquettes! On devient en quelque sorte des "mini-spécialistes"!
  12. Stéphanie 27 novembre 2010 à 20 h 27 min
    Ma fille est allergique aux arachides et aux chats et nous le savons depuis un an. Je vie bien avec cette allergie malgré qu'on s'en passerait bien. Le plus dur est que mes beaux parents ne comprenne rien et passe sans cesse des réplique du genre ''ben la on est pas pour priver tout le monde pour elle'' ou ils sorte le plat d'arachides sur la table de salon a sa porté. Je suis stressé a toute les fois que je vais chez l'un ou l'autre et ca cause des conflit avec mon conjoint. Aux fêtes ils ont toujours des gâteaux et crème glacé qui est inscrit (peut contenir des arachides et noix)et ma fille ne peut en manger et c'est la crise.Je leur parle des produit avec le logo sans arachides qui est facile a identifier mais n'en achete jamais.Je dois trainer toutes les collations et les repas.
    Pour le chat s'est pareil mais au moins elle peut pas en mourrir.C'est loin d'être grand maman blanche ville des boules de poil vole et elle le met dans sa chambre qu'a notre arrivé.Elle dit j'ai lu que plus elle est en contact moins elle réagira aux chat.Ma fille est toujours le nez congestionné et les yeux qui l'armoie et ma belle mère dit ''elle a encore le rhume'' merde j'ai jamais vu des gens rien comprendre comme ca je suis découragé.A mon arrivé a la maison elle sille et je dois lui donner des pompes.

    PS: Si vous connaissez des vidéos chocs ou des textes courts et concis sur les allergie aux arachides SVP faite moi part des noms.

    merci a l'avance
    d'une maman qui est découragé et qui prit tous les soirs pour que son allergie disparaisse.

Partager