Plaisirs d’Halloween, bonbons plaisir

Plaisirs d’Halloween, bonbons plaisir
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
23 octobre 2010

Mes enfants ont un coffre rempli de vêtements pour se déguiser. Les costumes de pirate, sorcière, pompier, princesse Belle, princesse Arielle, princesse Aurore et deux princesses sans nom sont portés tour à tour par Laura et Benjamin. On invente des histoires, on danse et on rit. Mais on ne mange pas de bonbons. Les bonbons ne sont pas la principale raison d’avoir du plaisir. Même à l’Halloween. Encore plus à l’Halloween, devrais-je dire, étant donné le plaisir décuplé d’aller à la garderie dans la peau du pirate Maboule et de Princesse-Laura-ne-sait-pas-encore-laquelle.

 Pourtant, l’Halloween demeure la fête des bonbons. Je lisais récemment dans le site consumeraffairs que les Américains dépensent en moyenne 1 milliard de dollars en friandises chaque année. Je ne connais pas les chiffres pour le Québec ni le Canada, mais à voir les étalages à la pharmacie, à l’épicerie et dans les grandes surfaces, je présume que la dépense par personne est considérable ici aussi. C’est chiffré en dollars. Je n’ose pas imaginer ce que ce serait si on chiffrait cette quantité de sucettes, gommes, chocolats, réglisses et autres jujubes en kilogrammes de sucre. Que dis-je? En tonnes de sucre!

Cela dit, le jour de l’Halloween, je ne gâche pas la fête des enfants avec des considérations nutritionnelles. Je distribue des bonbons aux enfants qui passent, et les miens en mangent amplement. Ils en mangent autant qu’ils veulent le jour de l’Halloween. Ils en profitent bien sûr, mais ils ne font pas d’indigestion non plus. Ils auront d’autres occasions d’en manger, et ils le savent.

Le lendemain, ils peuvent encore manger plus de bonbons qu’à l’habitude. En guise de dessert ou pour couronner une collation. Pas en remplacement d’un repas. Après 2 jours de glycémie dans le tapis, les friandises sont entreposées. Je ne les « cache » pas, je les range. Laura et Benjamin savent très bien dans quelle boîte et dans quelle armoire se trouve la réserve. Puisqu’elle n’est pas à la vue, ils y pensent moins et la demandent moins souvent. Environ 2 fois par mois, au maximum 1 fois par semaine, je leur offre un bonbon. Ainsi, à quelques jours de l’Halloween, il reste des bonbons de l’année dernière!

Après la quantité, la qualité.

Quelle qualité? Les bonbons sont des bonbons. Traduction : je crois qu’il faut voir les friandises pour ce qu’elles sont : des gâteries occasionnelles. Je ne recherche pas des bonbons certifiés biologiques, sans colorants artificiels, sucrés au vrai jus de fruits ou enrichis de fibres (je suis certaine qu’ils finiront par exister). La valeur nutritive des aliments importe quand ces aliments font partie du menu régulier. Que les aliments d’exception comme les bonbons n’aient aucun intérêt nutritionnel, je m’en fiche. Ils comptent pour si peu dans l’alimentation de mes enfants que leur valeur nutritive - de nulle à presque nulle - est négligeable de toute façon.

J’ai hâte de « passer l’Halloween » avec mes enfants. Hâte de voir leur excitation, hâte de croiser avec eux tous les super héros, monstres et princesses du quartier. Et si vous glissez un seul et unique bonbon dans le sac de Laura et Benjamin, je ne vous trouverai pas cheap. Au contraire, je comprendrai que, comme de nombreux parents, vous jetez aussi des surplus chaque année.

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (3)

  1. Joëlle 23 octobre 2010 à 16 h 07 min
    Vive la fête, avec ses plaisirs et ses excès! Les jours de fête, on lève les barrières et on se laisse aller!!! Joyeuse Halloween à tous!
  2. Johanne Dubé 24 octobre 2010 à 14 h 01 min
    Merci beaucoup pour ce bel article qui fait réaliser que

    1) les friandises peuvent faire partie d'une alimenation saine si en modération.

    2) Les plaisirs d'Halloween (ou autre fêtes annuelles) ne devraient pas tourner uniquement autours des "Plaisirs alimentaires". Etre en famille, voir nos enfants heureux, faire plaisir etc...n'est-ce pas plus important que de manger des bonbons et du chocolat?

    Misons sur le plaisir de la fête au lieu de miser sur le plaisir de manger! Voilà de belles valeurs à transmettre à nos enfants pour leurs santé globale!
  3. 31 octobre 2012 à 12 h 28 min
    [...] [...]

Partager