Un verre pendant la grossesse: finalement possible?

Un verre pendant la grossesse: finalement possible?
18 octobre 2010

Comme de nombreuses campagnes de santé publique nous le rappellent régulièrement, il n’est pas recommandé de boire de l’alcool pendant la grossesse. Cette règle générale sera toujours vraie. 

Mais bien des femmes enceintes estiment que la règle du « zéro-alcool » est trop stricte. Leur bon sens de maman leur dicte qu’il y a peu de risque à déguster un petit verre de vin, de champagne ou de bière exceptionnellement. Elles pourraient bien dire vrai aussi. 

Il existe, sans doute, une culpabilisation démesurée subie par les femmes enceintes dans les restaurants, par exemple. Quand le serveur arrive, elles osent à peine commander, comme leur conjoint, un petit verre de vin, même si elles en ont envie et font partie de celles qui n’exagèrent pas.

Est-ce le fruit de leur imagination, cette pression sociale? Ont-elles peur de ce que pourra penser le petit couple de la table d’à côté? Peur du jugement de leur conjoint, leur famille? Peur de la réaction de leur bébé? Souvent, un peu de tout cela à la fois. 

Personnellement, le peu de fois où je me suis offert ce petit luxe, j’ai laissé s’exprimer mon « gros bon sens » et personne ne m’a jamais fait sentir mal à l’aise. Ni mes amies, ni mon mari, ni même ma gynécologue, à qui j’avais répondu sans l’ombre d’une culpabilité mon opinion à ce sujet.

La règle de la tolérance zéro, de l’avis de nombreuses personnes, a été établie pour mettre fin aux tergiversations sur le dosage à respecter (un verre, ou deux? Par semaine ou par mois?) et, surtout, pour ne pas fournir d’excuse aux mamans fragiles qui pourraient abuser de cette  « permission » exceptionnelle. Cette logique est compréhensible, bien que draconienne. 

Je cite le document co-édité par le Collège des médecins et Educ’Alcool : « À ce jour, la recherche ne permet pas de déterminer un seuil minimal de consommation entièrement sécuritaire pour le développement du futur bébé, même s’il n’y a pas de preuve formelle que prendre un verre à l’occasion ait un effet nocif sur le foetus. » La phrase elle-même n’est pas tout à fait intelligible...

Ce qui est nouveau et très clair, par contre, c’est que des scientifiques respectables viennent de donner un bon coup de pied dans cette fourmilière. 

Une étude du département d’épidémiologie et de santé publique du University College de Londres, publiée le 5 octobre dans le Journal of Epidemiology and Community Health, vient de l’affirmer : boire un ou deux verres d’alcool par semaine, durant la grossesse, ne pose pas de risque particulier.

L’équipe vient en effet de montrer, en analysant les données d’une cohorte de plus de 11 000 enfants, que chez les petits de 5 ans nés de mères qui buvaient de façon modérée pendant qu’elles étaient enceintes, il n’y pas de risque plus élevé de problèmes de comportement ou cognitifs que chez les enfants nés de mères qui n’ont pas bu une goutte pendant leur grossesse.

L’étude avance même quelque chose de surprenant : ces enfants seraient légèrement moins susceptibles (environ 30 %) de souffrir de problèmes de comportement et obtiennent de meilleurs résultats aux tests cognitifs que les enfants dont la mère n’a pas bu d’alcool en étant enceinte. Ceux dont la mère a abusé de l’alcool présentent cependant beaucoup plus de troubles comportementaux et émotionnels.

Cette étude va-t-elle aider à faire déculpabiliser les mamans raisonnables qui, comme moi jadis, ont osé consommer un verre de vin lors d’un souper d’amoureux? Sans doute que oui. Tant mieux pour elles et pour leur bébé, de s’alléger de ce stress.

Par contre, va-t-elle inciter d’autres mamans fragiles à consommer plus d’alcool qu’elles ne le devraient? C’est ce qu’il reste à déterminer. Je ne le souhaite pas.

P.-S. Dernièrement, je regardais l’héroïne de la série Mad Men (qui se situe dans l’Amérique des années 60), notre chère Betty Draper, boire et fumer pendant qu’elle était enceinte, avec le consentement mal éclairé de la société et des médecins... Je me suis dit : quel bond social et scientifique nous avons fait, depuis! Ouf, au bonheur de nos bébés!

Marie Charbonniaud
Journaliste indépendante et mère de 3 enfants, je jette un regard à la fois critique et maternel aux questions d’actualité touchant à la famille.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (14)

  1. Sophie 18 octobre 2010 à 19 h 00 min
    Même avec cette étude, si j'étais enceinte encore, je ne boirais pas. J'aime mieux ne prendre aucune chance, je suis trop «pissou» pour ça et je ne suis pas à l'aise avec l'idée que mon bébé ingurgite de l'alcool. Je n'en donne pas à boire à mes enfants, et encore moins à mon bébé! ;)
  2. Sonia 19 octobre 2010 à 00 h 17 min
    Je suis d,accord avec Sophie malgré le fait que je ne crois que 5-6 verres pendant une grossesse ont vraiment une incidence. je crois pourtant que l'alcool n'est bon pour personne, certainement pas pour les enfants alors encore moins pour le foetus. Cependant tout cela est une question de choix, tout comme l'allaitement. Alors essayons de nous respecter et ce qui est selon moi le plus important, c'est d,assumer nos choix.
  3. Isabelle 19 octobre 2010 à 12 h 57 min
    Même si plusieurs études prouveraient que boire durant la grossesse n'auraient pas de conséquence, je m'abstiendrais de boire enceinte. Qu'est-ce que 9 mois dans nos vies pour s'assuré de la santé de notre enfant?
    Également, je m'interrope beaucoup sur ceux que ça dérange. N'y a t'il pas là de la dépendance à l'alcool? Le fait de ne pas être capable de s'abstenir de consommé de l'alcool durant 9 mois révèle peut-être un problème sous jacent!
    Finalement, est-ce que vraiment une maman va se fié à une seule étude qui mentionne que les femmes enceintes pourraient boire, tandis que des dizaines d'autres auparavent mentionnait le risque élevé d'une consommation d'alcool en cours de grossesse. Est-ce vraiment une chance à prendre?

    Personnellement, lorsque j'étais enceinte: 0 alcool! Pourtant à 19 semaines de grossesse, je suis allé à Cuba ( pays du rhum moi qui adore le rhum!) et je n'ai même pas trempé mes lèvres dans un verre! Malgré que mon conjoint était moins strict que moi à l'idée de boire et m'a à quelques reprises offert un verre de champagne, je n'ai jamais été tenté. Dans ma tête et mon coeur, je portais ma fille et je voulais mettre toute les chances de mon côté pour qu'elle aille une santé optimale!
  4. Mél 19 octobre 2010 à 14 h 08 min
    Personnellement, j'ai tjrs pensé qu'un petit verre de temps en temps ne peut pas faire de tort au foetus, en France il semble que les médecins conseillent de réduire à 1 verre/jour... Par contre, si j'en prenais, je le prenais en mangeant et pas avant que les 3 premiers mois soient passé... C'est vraiment une question délicate. Probablement, que le plus facile est de dire 0 alcool, vu qu'on sait pas la limite réelle, et éviter d'éventuels abus.
  5. Ariane 19 octobre 2010 à 16 h 11 min
    j'ai consommé le 1/5 d'une coupe de vin environ une fois par mois durant ma grossesse. Une minime quantité de bon vin pour accompagné une bon repas ne m'a causé aucun remord. Mon bébé est en parfaite santé et j'ai profiter des plaisirs de la vie même enceinte.
  6. Geneviève 20 octobre 2010 à 03 h 44 min
    Moi aussi j'ai pris un peu de vin pendant ma grossesse (et je ne suis pas dépendante à l'alcool Isabelle lol!). La raison pourquoi les spécialistes disent 0 alcool, c'est pour éviter les abus. Tout comme la cigarette... Je ne fume pas, mais je sais que c'est toujours mieux de réduire sa consommation que de ne rien tenter du tout. En fait, je vais peut-être en choquer quelques-unes (lol!), mais je ne me gêne pas non plus pour prendre de l'alcool même si j'allaite. Le soir surtout, quand je sais que ma fille dort pour la nuit, pour que ça ait le temps de s'éliminer dans mon lait. En fait, mon opinion, c'est qu'il ne faut pas virer fou non plus et savoir se servir de sa logique.
  7. sophie s. 20 octobre 2010 à 17 h 18 min
    moi je crois que 9 mois de privation,dans mon cas je ne bois pas et ne fume pas, c'est pas si long pour pouvoir donner la sante a notre bebe.C'est un beau cadeau que nous pouvons leurs donner.
  8. Marie Charbonniaud 20 octobre 2010 à 18 h 19 min
    Passionnant de vous lire, les mamans!
    Dans mon for intérieur, je souhaite juste que les mamans qui s'imposent la "tolérance zéro", sous prétexte d'offrir "la santé" à leur bébé, soient aussi rigoureuses dans l'alimentation après la naissance. En effet, a t-on conscience qu'offrir une alimentation trop riche en gras et en sucres atteint bien plus la santé de l'enfant qu'un petit verre de vin bu par sa mère quand il était in utero? Cela ne fait aucun doute. Sont-elles aussi rigoureuses dans le suivi d'activités sportives, le choix d'aliments non traités, le choix de cosmétiques biologiques?
    Il se pourrait bien que le "mal" ne soit pas là où la société le pointe le plus du doigt... ;-)
  9. Maryka 25 octobre 2010 à 08 h 40 min
    Quel plaisir de lire cet article!Il met des mots sur mon ressenti durant ma grossesse.
    Moi qui ai osé avouer que je buvais un verre de temps en temps à mes collègues de boulot qui m'ont toutes regardées comme une sale égoiste inconséquente:"si son bébé est malade faudra pas demander d'ou ça vient!"
    Merci d'aborder ce sujet un peu tabou.
    Et maintenant pour le deuxième je ferai pareil mais plus sereinement Na!
  10. Julie 25 octobre 2010 à 14 h 32 min
    J'ai toujours dit que dans tout les cas c'est une question de modération. Personnellement je ne me suis privé de rien durant ma grossesse, que ce soit un petit vers de vin à l'occasion, un souper au sushi, une petite "saucette" dans un spa (privé), etc.

    Ma mère trouvait bizarre que je ne veuille pas prendre un vers durant de mon premier trimestre.
    Dans le doute, j'ai posé la question à mon médecin qui m'a dit bien clairement qu'à son avis, un petit vers (3 ou 4 gorgé) n'aurait pas d'effet nocif sur le bébé.

    Aujourd'hui, j'ai un bébé solide et en parfaite santé.
  11. Marie-Julie 26 octobre 2010 à 15 h 40 min
    Haaaaaa!
    Enfin un peu d'esprit critique et de gros bon sens.

    Merci Marie et Marika! Je suis de celle qui a bu un petit verre de vin de temps en temps le samedi soir avec mon amoureux (qui désaprouvait)les amis ou la famille! Fait du bien. Et je me suis fait un malin plaisir a commander un verre de vin lors de mon shower avec les collègues (dont quelques unes m'ont regarder comme si j'étais complètement insconsiente et folle)...

    Mais je suis aussi de celle qui comme le dit Marie Charbonneau, est très vigilente face à tout ce que mange Justine : j'ai fait toutes mes purées, allaité 12 mois, suis très rigoureuse sur l'apport en fer, acides gras aminés, protéines, n'offre aucune préparation du commerce, minimise le sel (surtout celui caché), fait très attention aux gras. Et qui à préparé un gros cup cake (maison) avec glaçage (re-maison) et plein de couleur...je crois que comme dans toutes choses, il faut équilibrer plaisir et santé..et se ''lâcher lousse'' de temps en temps.

    Une maman parfaite, c'est beaucoup trop de pression pour une petite fille...je ne suis pas parfaite et c'est tant mieux!

    Merci pour ce belle article!

    J'ai hâte à ma deuxième grossesse!
  12. M-Eve 6 novembre 2010 à 00 h 01 min
    J'ai plutôt constaté une certaine pression sociale à boire lorsque j'étais enceinte... "Allez, c'est pas un petit verre qui va changer quoi que ce soit", "Moi, j'ai bu pendant mes grossesses et mes enfants sont bien corrects..."
    C'est un choix, j'imagine... Quoique, je craigne que de parler de modération ne brouille les cartes: ce qui est modéré pour l'une ne l'est p-être pas pour l'autre...
  13. Sandra 9 novembre 2010 à 20 h 05 min
    Personnellement, quand j'étais enceinte, j'étais comme une éleve parfaite... Je suivais le guide alimentaire canadien, je ne buvais pas, je faisais beaucoup d'exercise (50 minutes de vélo par jour a un rythme lent). ET... J'AI ARRETÉ DE FUMER!!! HOURRA!!! Je ne recommencerai jamais a fumer.

    Je ne regrette rien, j'ai profité de ma bedaine au maximum.

    Mais si c'était a refaire, je me permettrais un petit verre de rouge de temps en temps... C'est si bon! Et peut-etre meme du sushi et un peu de fromage cru !

    Il faut dire que j'ai eu beaucoup de misere a tomber enceinte... Alors, je voulais mettre toutes les chances du coté de mon bébé si précieux.
  14. Dany 29 novembre 2010 à 20 h 39 min
    À ma première grossesse je n'ai pas prit une goutte d'alcool et j'ai eu une magnifique petite fille en santé.

    Pour ma deuxième grossesse, une grossesse d'été, même si j'étais encore très à l'affut de ma santé, je me suis permit un ou deux petit verre d'alcool par mois environ ( après le premier trimestre). Je me disais que finalement ce qui fesait du bien à maman, bébé le ressentait également. Mais après avoir accouché, cette fois encore d'un beau poupon en santé, j'ai appeler chez mother-risk, afin de connaître la quantité d'alcool que je pouvais boire tout en allaitant. HO là!!! pas le même son de cloche. La dame me disait presque j'avais presque mit la santé de bébé en jeu.

    Je suis contente de lire votre article cet après-midi qui me dit que finalement, ma consommation d'alcool pendant ma grossesse, sans être excessive, n'aura pas de conséquence négative sur le développement de mon ti-homme.

Partager