Maman en détresse!

Maman en détresse!
24 septembre 2010

La semaine dernière, en voyant une de mes amies débarquer chez moi avec son bébé, ses 2 kilos de cache-cernes mal étalés sous ses yeux, ses cheveux à moitié peignés et un autocollant de Batman collé à l’envers sur son bras, j’ai bien vu qu’elle ne filait pas trop.

- Ça va? Tu as l’air fatigué.

L’air ahuri, elle m’a chuchoté : - Oui, je veux bien, merci.

- Pardon?

Elle a re-chuchoté : - Oui, je veux bien un café, merci.

Amusée par notre dialogue de sourds, j’ai pris mon bon gros accent russe et j’ai dit : Toi, avoir micro dans jaquette? Toi, être super agent secret en mission spéciale avec faux bébé? Toi, vouloir vodka dans café pour réveiller petites cellules grises kaput?

C’est là que la bombe à retardement qui dormait paisiblement dans le siège auto posé sur le sol a décidé d’exploser en mille et une larmes. C’est aussi là, que j’ai vu le visage de mon amie se crisper et tout son corps dégouliner de fatigue.

- Cathy, j’en peux plus! Il est propre, il a le ventre plein, des câlins à n’en plus finir, mais il pleure tout le temps. J’ai tout fait et je ne sais plus quoi faire à part une crise de nerfs! Ce n’est pourtant pas mon premier. Je ne comprends rien à ce bébé-là (qui, en passant, redouble de pleurs dans ses bras). Tu en as 3, tu dois bien avoir une solution! Aide-moi!

Pensons vite, pensons bien. J’ai filé dans le salon et j’ai sorti deux livres de ma bibliothèque. D’un ton solennel, j’ai dit :

- À la question fondamentale que toutes les mamans en détresse se posent « que faire si votre bébé pleure? », cette semaine, nous avons 2 solutions pour vous! Tu veux laquelle? La française ou la québécoise??!

Mon amie s’est écroulée dans mon sofa et m’a regardé intriguée, tout en berçant machinalement son poupon hurleur. J’ai déclamé :

- VERSION FRANÇAISE! Dans son fameux best-seller français J’élève mon enfant, Laurence Pernoud vous propose une rafale de solutions qui vont comme suit : « L’épreuve cruelle : pourquoi pleure-t-il? Est-il malade? ». « Comment savoir qu’un enfant pleure parce qu’il a mal au ventre? » « Pour les autres pleurs, reportez-vous au chapitre 3, paragraphe Il pleure, et à l’article Cris du nourrisson au chapitre 4. » « Voyez aussi Coliques, chapitre 4. »

Amusée, ma copine a répondu :

- J’appelle ça, l’art de répondre à une question... en posant d’autres questions! Ils sont complètement fous ces Gaulois! Y a-t-il une section AGIR dans ton bouquin ou il faut réfléchir tout le long comme ça?

- Attends, ce n’est pas fini! : « Les autres bébés pleurent-ils autant? »

- STOP! Arrête ça tout de suite! Je m’en fiche et contrefiche! C’est le mien qui s’époumone, pas celui des autres. Pitié donne-moi du concret! C’est quoi l’autre version?

- VERSION QUÉBÉCOISE! « Vous avez tout fait, il reste inconsolable. Faites-vous remplacer et sortez pour vous reposer des pleurs de votre petit. Lorsque vous reviendrez, vous pourrez lui transmettre votre calme. »
 
Mission accomplie! Dix minutes plus tard, mon amie ronflait paisiblement sur la banquette arrière de son auto pendant que je faisais des bulles avec ma bouche pour faire rire son bébé!

Québec/France : 1 à 0!

Catherine Goldschmidt
Je suis une drôle de maman qui adore dénicher ou inventer des jeux simples et peu coûteux pour amuser les enfants.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (20)

  1. Lynne Faubert 24 septembre 2010 à 13 h 44 min
    Très très cute... Et si bébé pouvait parler, peut-être qu'il dirait qu'il pleure parce que sa maman est fatiguée, qu'il sent son énergie à terre et qu'il compatit mais n'a pas les mots pour lui dire. Ou, euh, peut-être pas :)
  2. Manouane Beauchamp 24 septembre 2010 à 14 h 26 min
    Morale de l'histoire : la vérité se trouve dans les livres. C'est pour que ça que les enfants naissent dans des fleurs ou des choux.
  3. Valou 24 septembre 2010 à 14 h 31 min
    Envoi moi tout de suite un livre de chez vous que j'ai le temps de m'en imprégner avant l'arrivée de bébé !!! ;-)
  4. Krikri ma puce 24 septembre 2010 à 20 h 33 min
    Souvent la conclusion saute aux yeux. Et ce jeter dans une lecture ardue rend pire. Alors faisons bref mais avec efficacité ^^ Bravo de cette grande diversion.... La maman se repose enfin pour le vrai
  5. Catherine Goldschmidt 24 septembre 2010 à 21 h 24 min
    @ Lynne @ Krikri la solution est parfois si simple! On ne la voit pas toujours.
    @ Valou je veux bien si tu me jures de ne pas écouter tout ce que dise les livres ;-)
    @ Manouane c'est joliment dit :-)
  6. Roxane Gutzeit-Godbout 25 septembre 2010 à 00 h 12 min
    Trop géniale !!!
    Votre article est rafraîchissant !
    Bravo et merci.
    Roxane


  7. janick desjardins 25 septembre 2010 à 00 h 25 min
    Cette amie est très bien tombée en vous ayant comme amie. Ce n'est pas facile de vivre cette impuissance devant les pleurs de bébé. Et plus ça va plus la culpabilité embarque: "je dois être une mauvaise mère si je ne suis pas capable de consoler mon bébé" bon courage à toutes mes maman. C'est pas toujours rose mais ça vaut la peine.
  8. Audrey Moreau 25 septembre 2010 à 01 h 58 min
    C'est tellement vrai! Tout se transmet entre maman et bébé... la symbiose persiste bien après l'accouchement! Elle est tout de même chanceuse de vous avoir comme amie!
  9. Catherine Goldschmidt 25 septembre 2010 à 03 h 07 min
    @ Roxane, @Janick, @Audrey
    Merci! En fait, je la remercie elle, d'être venue craquer dans mon salon. Je n'ai même pas osé le faire moi-même à la naissance de mon premier bébé. Je suis restée chez moi comme une idiote à me dire que j'y arriverai toute seule, moi la femme forte. Résultat, 3 mois plus tard, je me suis tapée une dépression. Alors en cas de détresse, on prend le téléphone, on marche et on file voir nos amies qui nous font rigoler pour se changer les idées ;-)
  10. Maman 3.0 27 septembre 2010 à 01 h 45 min
    Oh... on a toutes des moments pénibles avec un bébé qui pleure. C'est vraiment gentil d'avoir aidé ta copine comme ça. Visiblement, c'est exactement ce qui leur fallait... à tous les deux ;-)
  11. Caroline 27 septembre 2010 à 15 h 51 min
    J'aime bien la comparaison du livre français avec le livre québécois. J'ai maintenant hâte de voir comme la France pourra égaliser le "score"!
  12. marie.pierre 29 septembre 2010 à 00 h 38 min
    une vraie amie n'est pas celle qui vous console mais celle qui vous empeche de pleurer
  13. Catherine Goldschmidt 29 septembre 2010 à 01 h 03 min
    @ Maman 3.0 Quand ils sont partis, je me suis offert une bonne sieste moi aussi!
    @ Caroline Le livre québécois est la fameuse petite brique si précieuse qu'on nous remet à la sortir de l'hôpital. Mieux vivre avec son enfant. J'avais une vieille version mais j'ai vérifié dans la nouvelle et la phrase est encore là, mais légèrement modifiée.
    @ Marie-Pierre c'est très touchant cette phrase. Merci. J'ajouterai même...qui vous empêche de pleurer et qui vous fait rire ou sourire ;-)
  14. LA maman en détresse 30 septembre 2010 à 11 h 08 min
    2 kilos de cache-cernes, tu exagères. À peine un kilo et demi ;-) Je confirme...je suis vraiment chanceuse de t'avoir comme amie!
  15. Sonia 30 septembre 2010 à 17 h 40 min
    Bravo!

    Je crois que les enfants sont de vraies éponges à humeur et lorsque nous sommes fatiguées, ils le sentent et ils deviennent fatigants. Il nous faut alors de l,aide. bravo à la belle et bonne amie.
  16. Mathias 1 octobre 2010 à 19 h 28 min
    N'importe qui cesserait de pleurer en votre compagnie, Catherine!
  17. Catherine Goldschmidt 4 octobre 2010 à 02 h 03 min
    Merci, merci, merci!
  18. Sophie 4 octobre 2010 à 13 h 39 min
    Une information qui circule peu sur les bébés, c'est que des fois, il y a des "modèles" trrrrrrèèèèèss différents de la "norme". Pas des enfants avec un "défaut de fabrication" quelconque, mais différents pareils. On appelle ça des Bébés Aux Besoins Intenses (des BABIs pour les intimes).

    quand on a un modèle du genre, on le sait. Même si le médecin n'est pas toujours au courant que ça existe, même si on passe pour le parent qui n'a pas le tour, même si... même si...

    Savoir que ça existe, ça ne règle aucun problème, mais ca évite de voir notre confiance en soi de parent de se faire démolir :)
  19. Catherine Goldschmidt 7 octobre 2010 à 03 h 03 min
    Je ne savais pas ça. Merci Sophie pour cette précision.
  20. André Syrage 8 octobre 2010 à 21 h 49 min
    J'applaudi à deux mains (tandis qu'elles sont libres) chacune de ces mamans qui pleurent de ne pas savoir "comment" et qui trouvent en elle l'amour de réconforter bébé et elle-même, en même temps. Toute ma vie, je vois passer cette dualité de la vie, "Vouloir ou pas de bébé", avec les raisons pour et contre de chacune des options..

    Celle-ci, entre autres : "Que mon bébé pleure souvent souvent et que je ne sache pas quoi faire" peut être aussi convainquante pour choisir une des options, que "j'adore les bébés, j'en veux plein plein" mènera vers l'autre, assurément prometteuse d'un bonheur éternel..
    Mais définitivement, je suis solidaire de votre aventure, parce que ..le bonheur d'un enfant.. ya que ça de vrai !


Partager