Retourner au travail avant un an: une folie?

Retourner au travail avant un an: une folie?
16 août 2010

En France, mon pays d’origine, la grande majorité des mamans retournent au travail après 18 semaines. C’est le congé « légal ». À 4 mois donc, Bébé passe la plupart de son temps avec une nounou, une aide maternelle, une éducatrice; bref, ce qu’on trouve, quand on le trouve.

Au Québec, quand on aperçoit un bébé de 4 mois dans une garderie, c’est tellement rare qu’on a du mal à retenir nos émotions : « Pauv’ p’tite peanut… Il est tellement p’tit! » Sans parler de la culpabilité ressentie par la maman qui laisse son bébé aux bras d’une autre femme. Pas facile, comparé aux mamans françaises.

C’est donc un monde qui nous sépare, pas seulement légal, mais intellectuel et socioculturel. (Il n’y a qu’à se souvenir, aussi, du pavé lancé dans la mare par la Française Élizabeth Badinter, dont j’avais parlé ici même).

Mais on connaît toutes, cela dit, une ou deux Québécoises qui font exception. Qui retournent au travail après 6 mois parce qu’elles en ont envie ou besoin, ou parce que leur ménage a besoin de plus d’argent, tout simplement.

Eh bien! Que l’on se rassure, pour celles-là et leurs bébés. À en croire une récente étude de chercheurs de l’Université Columbia, de nombreux effets positifs viendraient contrebalancer les effets négatifs, liés à cette perte de temps passé avec la mère.

En fait, les chercheurs ont voulu connaître l’impact réel du retour des mères au travail, quelques mois seulement après l’accouchement, en examinant tous les effets de ce retour au travail sur le développement de l’enfant.

Ils ont suivi 1 000 enfants de 7 ans, dans 10 coins des États-Unis, en examinant aussi bien les relations familiales, le revenu familial, les habiletés en lecture et en écriture, que les résultats scolaires. Ils ont même demandé aux parents et professeurs d’évaluer le comportement.

Résultat : Les mamans qui retournaient au travail avant 1 an avaient une meilleure santé mentale, étaient capables de construire une relation plus saine avec leur famille, et elles ont augmenté le revenu familial, ce qui aurait eu également un effet positif sur le développement de l’enfant, grâce à l’obtention de meilleurs services de garde.

Leur étude est donc un beau pied de nez à celle de l’Unicef, parue en 2008, qui affirmait au contraire que les mamans revenant au travail dans la première année « jouaient » avec le développement de leur enfant! 

Les chercheurs introduisent néanmoins un bémol, et pas des moindres : les bénéfices pour les enfants sont encore plus positifs quand la maman travaille à mi-temps; parce qu’en plus de bénéficier des effets du retour au travail, elle donne un grand temps d’interaction à son enfant.

Bien sûr, ces recherches n’inventent rien. On se doute bien que l’idéal, pour beaucoup, c’est de s’occuper de son enfant tout en se satisfaisant intellectuellement et en rapportant de l’agent à la maison. Pas de surprise ici.

Quoique, je connais bien des mamans qui sont très contentes de faire une coupure totale pendant 1 an avec leur boulot. Certes, elles avouent parfois avoir l’impression d’être plus « molles du ciboulot », mais l’assument.

Et vous, vous vous sentez comment, dans cette longue année de congé de maternité? Ça vous manque, le travail?

Marie Charbonniaud
Journaliste indépendante et mère de 3 enfants, je jette un regard à la fois critique et maternel aux questions d’actualité touchant à la famille.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (23)

  1. Véronique 16 août 2010 à 17 h 00 min
    C'est plus l'interaction avec diverses personnes qui me manque plus que le travail en tant que tel.
    Mon congé se termine dans 7 semaines, et même si je sens que mon bébé va gagner à se trouver avec des bébés de son âge, je vais m'ennuyer de ce temps passé avec lui à temps plein!
  2. Anonymous 16 août 2010 à 17 h 12 min
    Et pourquoi les mamans qui ont envie de retourner travailler ne partageraient pas le congé avec le papa? C'est ce qu'on a fait, mon conjoint et moi. Je suis retournée travailler quand ma fille avait 8 mois et mon conjoint a pris les quatre derniers mois du congé parental. J'ai pu m'épanouir au travail sans avoir l'impression de priver ma fille de quoi que ce soit! Et le papa a eu l'occasion de créer un lien plus profond avec sa fille. Nous attendons notre deuxième et nous prévoyons faire la même chose!
  3. Anonymous 16 août 2010 à 17 h 49 min
    Les enfants ont besoin de leurs mamans. Leurs mondes, jusqu'à l'âge de 3 ans, est leur maman. L'interaction avec d'autres enfants à la garderie est primordiale, mais pas de 8 à 5 tous les jours.

    Je suis à la maison depuis déjà 3 ans, depuis la naissance de mon premier enfant. En 2009, notre famille s'est encore aggrandit. Ce que je trouve sincèrement dommage au Québec c'est le manque de possibilité de travailler à temps partiel pour les mamans ayant un diplôme universitaire. Dans mon cas, j'ai une maîtrise et les seuls emplois que je trouve sont des postes au Service à la clientèle. Le Québec est en train de perdre beaucoup de talents puisque plusieurs mamans avec beaucoup d'éducation se voient obliger, en quelques sortes, de rester à la maison et s'occuper de leurs enfants sans avoir la possibilité de travailler à temps partiel.

  4. Marie-Eve 16 août 2010 à 18 h 03 min
    Nous avons eu deux enfants "back-to-back" comme on dit en bon français. Je suis donc à la maison depuis 3 ans, puisque mon emploi requiert un retrait préventif. Nous avons décidé que je resterais à la maison avec les enfants à la fin de ce congé. J'ai finalement décidé de retourner au travail, à temps partiel, et seulement les journées que mon conjoint est en congé. Les enfants sont donc toujours avec un de leur parents. Il y a deux raisons à cela: primo, nous n'avons pas encore de place en garderie, secundo, je me plais bien à la maison à voir grandir mes amours! Mais je sais que plusieurs de mes copines avaient hâte de retourner au travail... Rester à la maison ce n'est pas fait pour tout le monde, et surtout avec la pression sociale que l'on met sur les femmes: faut être top-shape, top-maman, top-productrice au travail, top-femme-de-ménage, top-bête-de-sexe et surtout ne jamais se plaindre ou être fatiguée.. Le travail me manque parfois mais je me dis que j'aurai tout le temps de travailler quand ils seront plus vieux et que j'aurai eu tout le loisir de les cajoler avant qu'ils ne veuillent plus... je me trouve chanceuse de pouvoir me permettre ça!
  5. Ariane 16 août 2010 à 21 h 00 min
    Pour ma part, mon enfant ira à la garderie à 8½ mois. J'ai partagé le congé avec mon conjoint, mais nous avons été en congé pendant trois mois ensemble. Ça nous a permis de penser du bon temps à trois et aussi de se retrouver comme couple. Je suis à l'image de l'étude, i.e. que ce sera bon pour ma santé mentale, pour notre revenu, etc. Et honnêtement, je crois que ce sera mieux pour mon enfant (oui, oui, je ne dis pas ça pour me déculpabiliser). Il est tellement heureux parmis d'autres enfants. J'ai beau passer tout mon temps avec lui, j'ai aussi des tâches ménagères à faire et je n'ai pas toute l'imagination que les éducatrices peuvent avoir pour stimuler et amuser mon enfant. À la personne qui a écrit à 1:49, je demanderais de faire preuve d'un peu d'indulgence... Ce sont des idées comme ça qui nous amènent à se sentir coupables. Et Dieu sait que les femmes, on est déjà assez douées pour ça toutes seules.
  6. mimi 16 août 2010 à 22 h 34 min
    moi et mon conjoint avons décidé de partager le congé parental... donc nous avons passé l'été ensemble avec notre petite cocotte.... elle commencera la garderie en milieu familial fin août, elle aura alors 4 mois.... début graduelle 1 jour/semaine en augmentant à chaque semaine jusqu'à 4 jours/semaine... je retourne au travail fin septembre et mon conjoint à la mi-septembre... je ne crois pas que ma fille va moins bien se développer parce que je ne serai pas tout le temps avec elle....mais c'est effrayant tout les commentaires négatifs qu'on peut se faire dire.. mais pour nous c'était un choix de pouvoir vivre pleinement en famille les premiers mois de notre enfant et je ne regrette pas de tout de retourner au travail si tôt....
  7. Valerie 16 août 2010 à 23 h 03 min
    Moi je prend le congé dit ''court'' de 40 semaines et honnêtement, après 6 mois, je retournerais bien au travail. Car à un moment donné, mes enfants font le ''tour'' de moi et mes jeux et mes chansons...ils ont besoin de plus de stimulations. Et moi, j'ai besoin de me changer les idées. De parler avec des adultes et de reprendre le cours ''normal'' de ma vie et surtout; je finis par m'ennuyer de m'ennuyer...

    je m,assume et mes amies ne comprennent toujours pas comment je fais mais bon! Elles collent leurs vacances à leur congé (moi je ne fais même pas ça) Mais bon, moi j,aime me lever le matin, préparer les enfants, les emmener à la garderie, et partir pour le boulot. De toute façon, tout ce qui a a faire en congé de maternité (surtout quand il pleut) c'est dépenser de l'argent qu'on a pas, vu notre congé....bref! j'aime le rôle mère au boulot ET à la maison, c'est le meilleur des mondes et tout le monde est épanoui. Sauf mon conjoint, j'ai moins le temps de faire du ménage quand je travaille...loll
  8. Anonymous 17 août 2010 à 03 h 49 min
    Bien moi, je suis célibataire et j'adore être à la maison avec mon enfant, Bientôt, je projette de la mettre à la garderie 2 jours semaine, elle a 11 mois dans quelque jours... pour graduellement faire un 5 jours à ses 18 mois. Sinon, j'aime être en retrait de la vie du travail, un bon break quoi ! En plus de cuisiner, faire le ménage, coudre des couches en tissus, lavage, aider ma fille à marcher, et faire 2 heures de sport (de la marche ou du vélo) par jour, etc., c'est la joie ! Je suis en forme et j'ai l'impression de mordre dans la vie comme jamais;-) Pourquoi travailler, me dis-je à l'occasion !

    Question de garder le contact avec le monde adultes, je fais des contrats à temps partiel de recherche à la maison depuis qu'elle a quatre mois et demi. Au pis aller, j'ai eu une gardienne qui venait pour 3 heures à la maison, de temps à autre et je précise de temps à autre... Rarement car j'aime tout faire avec ma puce.

    Et je compense mon besoin social avec mes sorties quotidiennes dans mon quartier. Je n'arrête pas et ma fille est intégrée à tous ce que je fais, donc il y a bcq d'action... Un conjoint ? Vous avez dit un conjoint ? Hum... Intéressant de vous lire. Le plus important, c'est d'avoir le profond sentiment que votre vie fait du sens.

    Au plaisir de vous lire !

  9. Gaétane 17 août 2010 à 04 h 32 min
    Je trouve que c'est un sujet très très délicat,car les opinions sont tellement partagés. Moi,j'ai hate de retourner échanger avec des adultes,moi aussi j'ai fait le tour des chansons et comptines pour enfants. J'adore mes enfants mais je ne crois pas être faite pour rester à la maison j'ai besoin de respirer,d'avoir mon espace et c'est ce que je retrouve quand je suis au boulot.......ça me permet d'être heureuse et épanouie à mon retour à la maison même si ça peut parfois être stressant!!!! Je ne fait pas partie de ceux qui ne vivent que pour leurs enfants,j'ai besoins d'avoir du temps pour moi et je l'assume entièrement. N'aller pas croire que je sois égoiste,je donnerais ma vie pour mes enfants mais je crois que le fait d'avoir un peu de temps pour moi me permet d'être une meilleure maman pour mes 2 amours.......Mes enfants sont à la garderie quand je suis au travail sinon en dehors de ça,je ne les ai jamais fait garder!!!
  10. Anonymous 17 août 2010 à 15 h 34 min
    À mon avis, il ne s'agit pas que de chanter toutes les comptines avec vos enfants pour les satisfaire ou les stimuler... Votre richesse intérieure est un lieu de créativité pour votre enfant. Un contact de qualité entre vous et lui.

    Votre rôle est bien plus vaste en terme de « directrice des loisirs et du développement » C'est tout simple, les intégrer dans la vie quotidienne tout en vous occupant de vous. En même temps, vous contribuez à développer leur sécurité intérieure.

    Vous faire plaisir à tous les jours, par exemple, à travers de petites choses. Vous fiez davantage à vos intuitions et vos instincts au lieu d'accorder trop d'importance à des solutions du genre « recettes toutes faites » sur comment on devrait vivre telle ou telle situation...

    Comme je le disais précédemment, chacun trouve son équilibre !

  11. Karine 17 août 2010 à 17 h 55 min
    Je dirai seulement ceci :

    1- Vivre et laisser vivre.

    2- Il n'y a pas de solutions et de situations parfaites. A chacun de trouver ce qui fonctionne pour eux, ce qui les rend heureux et avec lequels ils se sentent bien. Ce qui est bien pour quelqu'un ne l'est certainement pas pour d'autre.

    Voilà!
  12. Véronique 17 août 2010 à 20 h 11 min
    Bonjour,
    J'ai deux enfants de 4 ans et de 2 ans. Je suis retournée au travail après 5 mois de congé de maternité pour mes 2 enfants. Mon entourage était en état de choc! Mon chum, ma mère, mes soeurs et mes amies me trouvainet complètement folle. Je peux vous dire que mes retours hâtifs au travail a été bénéfique pour moi et pour ma santé mentale!!! Je crois que je suis une mamam beaucoup plus heureuse et plus épanouie. Je ne regrette absolument pas cette décision. Par contre, le regard des autres est très révélateur...beaucoup de personnes trouvaient que j'étais une être insensible et cruelle!!! Mais lorsqu'on est confortable avec notre décision...ça aide énormément! Je suis enceinte de mon troisième enfant et je vais sûrement faire la même chose. Je n'ai pas très populaire au Québec mais je m'assume pleinement!!!!

  13. sylvia L 18 août 2010 à 07 h 40 min
    Très beau sujet que vous abordez là et qui concerne le couple! Et .. oui ,qui fera toujours débat !
    Il est vrai aussi que si pour certaines mamans,être mère ,rester à la maison et devoir "tout faire " sans aucune aide du conjoint,(comme il est encore fréquent ,hélas en France ) et ,de ce fait .. être épuisée à la fin de la journée ,peut pousser à vouloir reprendre une activité,pour se sortir de ce cycle démoralisant et ,accepter alors .. un travail quelqu'il soit!
    Donc ,oui ,c'est bien un choix de couple finalement dans lequel le papa a un rôle important .
  14. Une femme libre 19 août 2010 à 18 h 55 min
    Il n'y a pas de règle ici, la seule c'est qu'un bébé qui a des parents heureux risque grandement d'être heureux aussi! Une femme qui s'ennuie à la maison est bien mieux de retourner travailler et de retrouver son bébé en pleine forme à la fin de la journée. C'est quand même super d'avoir le choix au Québec!
  15. Mylene 20 août 2010 à 19 h 49 min
    Pour ma part, j'ai eu la chance de rester 2 ans à la maison avec la plus vieille. J'en ai profiter au maximum, et j'adorais mon rôle de femme au foyer !!! Ensuite mon conjoint s'est lancé en affaire et j'ai décidé de travailler pour lui 3 jours par semaine. Comme c'est une jeune entreprise il n'avait pas les moyens d'engager quelqu'un pour me remplacer lors de la naissance de nos 2 autres enfants... ce qui fait que je recommençais à travailler lorsque le bébé avait une dizaine de jours... évidemment, j'emmenais bébé avec moi ! et je travaillais seulement 10h par semaine jusqu'à ce bébé ait 1 an. J'avais la chance de pouvoir compter sur une grand-maman très attentionnée qui gardait quelques heures par semaine lorsque mes filles commençaient à boire au biberon (oui, oui, j'allaitais en plus !) Mes filles n'ont jamais été malheureuse de ne pas être à la maison, en plus elles se sont habituées très jeune à être en contact avec plein de monde, elles sont donc aujourd'hui très sociable ! Et lorsqu'elles ont commencé la garderie à 1 an, ce fût un charme pour l'intégration et je crois que c'est probablement dû au fait qu'elles étaient habituées depuis toute jeune de se faire garder, de dormir dans un autre lit, etc... Chaque famille, chaque situation est différente, il faut simplement adapter la routine de la famille à ce que l'on vit...
  16. Sonia 21 août 2010 à 10 h 10 min
    J'ai pris le congé de 40 semaines et je voulais prendre un congé différé d'un an. Après 4 mois de ce dernier, j'ia pris la décision de retourner au travail. Ce congé me donnais trop peu et ça commençait à m'inquiéter. Je me suis sentie tellement coupable, j'ai pleuré toute une fin de semaine en me disant que j'abandonnais mon fils. Maintenant après 3 mois de retour au travail, je suis bien heureuse, j'aurais trouvé lourd de rester 8 autres mois à la maison. J'ai eu la chance de trouver une femme pour s'oocuper de mon fils à la maison, elle est vraiment formidable et mon fils l'adore. De plus, comme j'ai un horaire atypique, je suis souvent avec lui. Sur 35 jours, il se fait garder que 5 jours complets et 5 avant-midi et 5 après-midi de 14h00 à 17h00. Donc ça nous fait du bien à ous les deux. Il semble très heureux, je ne le bouscule pas le matin et il reste dans ses choses. Cependant, je l'inscris à des cours une fois semaine pour qu'il voit d'autres enfants et interragissent avec eux, il est inscrit de façon occasionnelle dans une garderie lorsque ma gardienne doit s'absenter pour des vacances etr surtout je l'amène presque partout avec moi.

    Je crois que j'ai eu de la chance.
    Sonia
  17. Luce 22 août 2010 à 08 h 14 min
    Je retourne au travail dans 2 semaines, après un congé prolongé, question de logistique de garderie, d'école et de santé pour la plus grande, j'aurai donc été à la maison pratiquement 1 an et demi pour le 2e.
    Soit, ma fille de 8 ans en a profité durant ses dernières années scolaires (moins de service de garde et des arrivées plus tôt à la maison), et mon garçon a suivi le "rythme scolaire", donc de suivre la cadence, en alternance avec l'allaitement...!
    À l'aube de mon retour, je fais un survol de mon congé et je crois qu'il est temps pour tous de passer à autre chose et évidemment pour moi même. Je lisais un de vos commentaires, j'aurais beau chanter toutes les comptines et me transformer en éducatrice à domicile pour le bébé et en GO et prof pour la plus veille, mais je me suis épuisée à vouloir penser leur donner le meilleur et je me suis passablement oubliée, est-ce mieux pour mes cocos ? Et finalement, je ne suis pas très "maison", sans négliger et respecter celles qui font le choix d'y rester.
    Donc, j'essaie d'établir (en fait on essayera de le respecter...!) une organisation familliale avec mon conjoint, puisque depuis ce temps le conjoint est habitué à un autre rythme de ma part. Ça aussi, malgré tout, le "chum" a plus souvent qu'autrement pris pour acquis la présence de "madame" à la maison. Donc on rétabli les pendules et je retourne pour le meilleur (et pas le pire, surtout pas) au travail, 5 jours semaine. Quand même, depuis mon retour pour la plus grande, je travaille à 20 minutes du domicile, plutôt qu'au centre-ville de Montréal 1 heure 15 matin et soir... Nous trouverons NOTRE RYTHME (j'hais le mot routine...) et je nous donne quelque temps pour trouver notre nouvelle vitesse de croisière et sûrement avec quelque vent fort (stress !) mais voilà, j'ai apprécié mon expérience et je reconnais la chance d'avoir pû le faire, mais on passe définitivement à autre chose.
  18. maude 22 août 2010 à 14 h 21 min
    De mon côté je dois sincèrement avouer que j'ai hâte de retourner au travail...Je me suis rendu compte lors de cette année avec ma fille que j'ai réellement besoin d'un équilibre dans tout ça. S'est bien beau être à la maison et s'occuper de son enfant, faire le lavage, le souper, une promenade ici et là mais tant qu'à moi ça devient vite ennuyeux. D'autre part, il y a tout le volet financier...Vivre toujours à la dernière "cenne" finit par ruiner le moral un peu.
    Alors le retour au travail sera pour moi le début d'une nouvelle aventure...Tant du point de vu professionel que familial. Ma fille va commencer la garderie avec pleins d'amis de son âge avec qui elle va évoluer et va apprendre davantage à vivre en communauté.

    Cela dit je ne regrette en rien ma dernière année car j'ai créé un lien incroyable avec mon enfant, ce qui n'a pas de prix.




  19. Maman extraterrestre! 23 août 2010 à 03 h 10 min
    À lire ces commentaires j'ai l'impression de venir d'une autre planète...j'ai pris un an et demi de congé pour mon premier bébé et je suis retournée au travail à contrecœur - mon conjoint était aux études donc pas de revenu. Une tante gardait mon fils chez elle. J'ai complètement craqué au bout de 3 semaines. Premièrement, je ne pouvais supporter que l'éducation de mon enfant se fasse par quelqu'un d'autre, parce que lorsque l'on fait le calcul, il ne me restait qu'environ 3 heures par jour avec mon fils plus la fin de semaine. Ces heures incluaient le rush des repas, transport, etc. Aussi, j'étais crevée. À toutes celles qui survivent au métro-boulot-dodo, je vous lève mon chapeau, vous êtes très courageuses! Moi ça n'a pas fonctionné. J'ai donc donné ma démission pour adhérer à la simplicité volontaire. J'ai eu d'autres emplois, jamais plus qu'une dizaine d'heures par semaines. Puis un deuxième bébé et je suis maintenant à la maison à temps plein. Ces années sont si précieuses et ne reviendront jamais. Mes journées sont hyper remplies, je ne m'ennuie pas je manque même de temps! Je pense même faire l'école à la maison, parce que je trouve contre nature d'assoir des enfants sur des bancs d'école pour leur bourrer le crâne pour qu'il y aie environ 1 chance sur 2 qu'ils décrochent au secondaire, alors qu'il est plus sain, selon moi, de les laisser apprendre à leur propre rythme, tout comme on fait avec la marche, le langage, etc..mais ça c'est un autre débat!!
  20. Roxane Gutzeit-Godbout et anonyme dans d'autres co 23 août 2010 à 12 h 36 min
    Alors bienvenue à moi aussi de venir du « club d'une autre planète ! » Comme je le disais précédemment, il faut prendre soin de soi au moins une fois par jour pour garder son équilibre.

    J'ADORE le temps SI précieux que je passe à la maison avec ma puce... J'adore être en retrait du travail, un big break ! Une bouffé d'air frais ! LA VIE !

    Maman extraterrestre no 2 !

  21. Maman extraterrestre! 23 août 2010 à 15 h 19 min
    Tu as raison Roxane, on en a pour toute une vie à travailler, alors ce break fait tellement du bien. De plus, la plupart des gens gens qui travaillent n'aspirent qu'à une chose: la fin de semaine! les vacances!

    (Re)découvrir la nature avec mes enfants lors d'une marche en forêt me fait respirer la vie à plein poumons! Et j'ai tout le temps du monde pour m'y adonner. Bien sûr, c'est un choix personnel...
  22. Sonia 25 août 2010 à 19 h 20 min
    En lisant maman extra terrestre, je me rends compte de la chance que j'ai de travailler sur les chiffres. Ça me fait du bien de sortir de la maison et j'ai beaucoup de temps avec mon fils. Avant sa naissance, je souhaitais une job de jour mais plus maintenant. Même si je trouve difficile de travailler de nuit car j,ai de la difficulté à dormir, ça me permet d,être avec mon prti de 12h30 à son coucher vers 19h30. La je me recouche jusqu'à 22h00. Lorsque je trvaille de soir je suis avec lui jusqu'à 14h00 et en plus, j'ai 14 jours de congé par 35 jours.

    Je vous comprend, moi aussi j,aurais l'impression de ne faire que courir.
  23. caroline 7 septembre 2010 à 12 h 40 min
    Je suis de retour à temps partiel et mon 3e enfant a 8 mois 1/2. Je réalise que ça me satisfait pleinement pour toutes les raisons énumérées dans votre blogue. Et oui, sortir de la maison et renouer avec des gens et faire fonctionner à nouveau des zones du cerveau qui étaient en pause depuis un bon bout de temps me font le plus grand bien, en particulier pour ma santé mentale, et pour la marge de crédit. Travailler à partir de la maison organisation des horaires nous évite d'envoyer ti-pou dans un CPE. S'impliquer auprès de nos enfants dans la petite enfance est une priorité, et puis ça passe tellement vite.

    Par ailleurs, mon aîné se retrouve en classe multi-âge( 2e et 3e année) avec 5 autres de ses camarades de classe. Ainsi s'amorce sa 2e année du primaire. Les enfants sont choisis en fonction de leur habiletés académiques, et j'ai constaté que pour 5 des 6 enfants de 2e année, le ou les parents travaillaient à la maison,ou non loin, que ces enfants n'avaient peu ou pas fréquenté le service de garde, ou si non un service de garde en milieu familial, selon un horaire variable. Bref que ces parents avaient été présents dans la vie de leur enfant,et avaient eu une grande implication durant la petite enfance. Fait ou coïncidence sur les habiletés académiques ? à vous de voir ...
    J'avoue, j'ai pris la situation un peu comme une récompense ! Ça vaut une paye !!!

Partager