Les colorants au banc des accusés

Les colorants au banc des accusés
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
4 août 2010

- « R’garde maman, est zaune! »
- « Oui, c’est jaune. Bravo mon trésor. »
- « R’garde maman, est vert! »
- « Tu as raison Benjamin, c’est vert. »
- « R’garde maman, est ose! »
- « C’est rrrrose Benjamin. Rose. »
- « Rrrrose! »

C’est aux couleurs que mon petit garçon de 2 ans s’intéresse lorsqu’il mange des Smarties. Moi, c’est aux colorants. Ça ne peut pas faire autrement, puisque récemment encore, on en parlait en mal dans l’actualité. À la mi-juillet, on apprenait que l’Union européenne oblige désormais les fabricants à inscrire une mise en garde sur l’étiquette des aliments contenant certains colorants artificiels.

« Peut avoir des effets indésirables sur l’activité et l’attention chez les enfants. »

Ce soupçon n’est pas nouveau. Il remonte au moins aux années 1970, au moment où un médecin américain associait le trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH) à des additifs alimentaires, incluant des colorants. Quelques études scientifiques ont été menées par la suite et ont donné des résultats contradictoires.

Aujourd’hui, les avis sont partagés. L’implication des gènes (hérédité) semble plus probable que celle de l’alimentation dans le développement du TDAH. Néanmoins, l’Union européenne et plusieurs groupes de défense des consommateurs ont des doutes assez sérieux pour réclamer le retrait de certains colorants artificiels des aliments, surtout ceux destinés aux enfants. Dans le collimateur : bonbons, boissons sucrées, gomme à mâcher et autres friandises.

Les colorants incriminés sont ceux de type « azoïque ». En Europe, on mentionne notamment le « E 102 » (tartrazine), le « E 110 » (jaune orangé S), le « E 124 » (rouge cochenille A, ponceau 4R) et quelques autres. On retrouve certains de ces colorants dans les produits canadiens aussi, mais pas la peine de chercher leurs noms dans les listes d’ingrédients, puisque les fabricants n’ont pas à préciser quels colorants sont utilisés. Le terme « colorants » suffit, en vertu de la Loi canadienne.

Si vous envisagez d’éliminer tous les aliments contenant des colorants de l’alimentation de votre enfant, sachez qu’il faut regarder beaucoup plus que les friandises. Certains yogourts, craquelins, céréales, barres tendres, confitures, marinades, etc. font également appel à leur service. Ça en fait des listes d’ingrédients à consulter! Cela dit, dans toutes les catégories de produits, il est possible de trouver des marques « sans colorants artificiels ». De plus en plus de fabricants prennent d’ailleurs la peine de le mentionner, comme si c’était devenu un avantage concurrentiel. Et c’est probablement le cas.

Tiens donc, les Smarties sont « sans colorants artificiels ». Tant mieux. Pourtant, ça n’empêche pas mes 2 cocos de se courir après en criant…

- « Aïe! Donne mes oses, Laura. »
- « Nan nan nan nan! »

La faute aux colorants… vraiment?

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (3)

  1. katkat 5 août 2010 à 14 h 18 min
    Encore une fois, tout est un question de dosage... Si mes enfants mangent des bonbons une fois par semaine, en petites quantités et quelques autres aliments contenant des colorants (je crois que c'est rare si on mange peu d'aliments transformés) eh bien je ne crois pas que cela aura une grande incidence sur le TDAH ou autres problèmes. Par contre, lorsqu'on sait que des enfants consomment des bonbons quotidiennement, des jus, boissons gazeuses etc., tous les jours...c'est là qu'il faut s'inquiéter. Je suis d'accord pour que les compagnies fassent un effort et abolissent les produits suceptibles d'être dangeureux mais une bonne alimentation passe aussi par l'éducation des parents. Sans vouloir juger (p-être était-ce exceptionnel pour cette famille) mais dans l'autobus, un matin, à 7h00, deux enfants buvaient une slush bleue fluo...Ça commence drôlement bien une journée ça ! Qu'ont-il mangé ensuite ???
  2. Tanya 10 septembre 2010 à 15 h 25 min
    Mon frère a été diagnostiqué au primaire TDAH et une des choses que le médecin a suggéré à ma mère était justement de réduire, voire d'éliminer, les aliments contenant des colorants artificiels, par exemple le ketchup et les sauces BBQ. Ce sera de quoi que je devrai vérifier de mon côté avec mes enfants, puisque le facteur principal du TDA est effectivement les gènes, mais l'alimentation peut réduire ou augmenter les symptômes également. Chez mon frère, on a vu une énorme différence lorsque ma mère a éliminé les aliments colorés (et biens sûr le sucre qui se trouve également dans bon nombre de ces aliments).
  3. Stephanie Cote 13 septembre 2010 à 01 h 36 min
    Merci de vos témoignages.
    "katkat", vous avez raison. L'industrie ET les parents peuvent faire en sorte que les enfants mangent bien (ou mieux).
    Tanya, le traitement du TDAH passe en partie par l'alimentation pour certains patients et tant mieux s'il a été bénéfique pour votre frère. Les colorants n'ont qu'une fonction esthétique, alors tant mieux si on peut s'en passer.

Partager