Une collation en sortant de table: non!

Une collation en sortant de table: non!
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
7 juillet 2010

Mes enfants, comme tous les enfants, testent l’autorité parentale. Chez nous, l’autorité s’accorde davantage au masculin : l’autorité paternelle. L’autorité maternelle est plus vacillante. Je fais de gros efforts, mais on dirait que mes enfants ne me prennent pas au sérieux. Il faut que ça change, surtout autour de la table, où j’ai tout de même une réputation à défendre!

Je ne force jamais mes enfants à finir leur assiette. Vous le savez; je le répète assez souvent. Et ils ont toujours droit au dessert prévu. Bien sûr, ils mangent parfois peu et attendent le dessert avec impatience. Je résiste alors tant bien que mal à ne pas leur accorder une collation 30 minutes après le repas. 

Il n’y a pas longtemps, pour le souper, nous mangions un pain aux lentilles. Recette improvisée pas mal du tout… à mon goût. Je n’ai pourtant pas eu droit au « c’est le meilleur souper au monde de ma vie » avec lequel ma fille de 4 ans s’exclame quand ça lui plaît vraiment. Que voulez-vous? On ne peut pas toujours viser juste. Ce soir-là, Laura et Benjamin se sont rabattus sur le riz et les légumes. Et j’ai remis les restes de pain aux lentilles au réfrigérateur.

Moins de 15 minutes après être sortis de table, j’entends « j’ai faim » et « é faim ». « On veut une collation s.v.p. ». Ils revendiquent en bloc pour avoir plus de poids dans les négociations!

- Parfait! Il reste du pain aux lentilles.
- Mais maman, c’est pas une collation.
- Justement, ce n’est pas l’heure de la collation. On va appeler ça une extension au souper, exceptionnellement.
- Ah mamaaaannn!
- …

J’ai tenu mon point. J’ai même réussi à paraître sûre de moi. Les enfants se sont attablés de nouveau et ont mangé leur pain aux lentilles… devant un papa incrédule.

S’il leur arrive encore de repousser leur assiette à moitié pleine avec la hâte d’arriver au dessert, je leur rappelle qu’ils auront UNE portion de dessert. On ne se nourrit pas de dessert, aussi nutritif soit-il. Ni seulement de collations. S’ils ont encore faim, on revient au plat principal.

Il n’y a pas si longtemps, une telle réplique m’aurait valu un sourire en coin de la part de mon conjoint et aurait créé un sérieux doute dans l’esprit de tout le monde (m’incluant!). Désormais, on me prend au sérieux. J’ai gravi un échelon!

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (6)

  1. Anne-Marie 7 juillet 2010 à 23 h 52 min
    Mon fils de 2 ans nous teste beaucoup aussi c'est temps-ci. C'est toujours le diner qui est problème, il ne veux pas manger du tout, au moins 2 fois par semaine mais son yogourt ou pudding... pas de problème !!!
    Je pris une grande décision voila maitenant 1 mois, il ne veut pas manger et bien plus de pudding ou yogourt non plus. Il fait la sièste, quand il se lève pour sa collation et bien c'est son diner complet légume et tout. Il mange très bien.
    Je me sent très méchante mais je sais que pour sa santé il doit manger dans chaque groupe du soleil alimentaire. J'aime mieux être méchante aujourd'hui que de le regretter demain. En passant il a essayer seulement 2 fois dans le dernier mois au lieu de 2 fois par semaine.
  2. Stephanie Cote 9 juillet 2010 à 16 h 56 min

    C'est vrai qu'ils veulent parfois nous faire croire qu'on est méchante, mais il n'est en rien! Ils veulent connaître leur marge de manoeuvre et vous faites bien de "tenir votre bout". Comme vous dites Anne-Marie, on travaille pour l'avenir :)

  3. Sonia 9 juillet 2010 à 23 h 10 min
    Mon fils a 13 mois et je réalise que déjà il tente de prendre le contrôle. plus petit je m'inquiétais lorsqu'il ne mangeais pas et je lui donnais autre chose. maintenant c'est fini, s'il ne mange pas ce qu'il y a ça va au repas suivant et cette fois, il mange. je suis convaincu qu'aucun enfant ne se laissera mourir de faim. je crois que c'est leur façon d'avoir un peu de contrôle. Si ça vient nous chercher, il aura gagné.
  4. Stephanie Cote 12 juillet 2010 à 01 h 28 min
    Parfaitement d'accord avec vous, Sonia. On apprend à être parent!
  5. Karine 15 juillet 2010 à 12 h 00 min
    J'ai un petit garçon de 22 mois et depuis je dirais qu'il a 11 mois, il arrive souvent qu'il veut pas manger ce qu'on lui offre. Au début, je paniquais car je voulais qu'il mange. Maintenant, j'ai comprise que ça fait partie de son développement. Comme il est en santé et sa courbe de croissance progresse bien, j'ai arrêté de m'en faire...enfin, je m'en fait un peu moins.

    Par contre, lorsque c'est le souper et qu'il mange même pas une bouchée, j'ai un peu de la misère avec ça. Par exemple, hier, il n'a pas du tout touché à son assiette, alors il a été se coucher sans souper.

    Est-ce que j'aurai dû quand même lui donner un dessert comme un fruit ou yogourt, ou j'ai bien fait ?

    Disons que mon petit garçon est très "picky" et si c'est pas comme il le veut ou ce qu'il aime vraiment, il ne mange pas. J'essaie de couper cette habitude.

    Merci!
  6. Stephanie Cote 16 juillet 2010 à 17 h 50 min
    Chère Karine,

    il n'y a pas qu'une bonne façon de faire, mais pour ma part, je crois que vous auriez pu donner un petit dessert nourrissant à votre fils. Une seule portion, pour qu'il sache qu'on ne se nourrit pas de dessert et qu'il faut manger le repas, mais pour qu'il sache également que le dessert n'est pas une récompense pour un repas bien mangé.
    Chose certaine, vous faites bien de ne pas faire votre menu en fonction de ce qu'il aime uniquement. Il apprendra à apprécier d'autres aliments avec le temps.

Partager