Mamans et entrepreneures : on s’organise!

Mamans et entrepreneures : on s’organise!
1 juillet 2010

Êtes-vous une « Mompreneure » ou « mampreneure »? Cette drôle d’expression, venue des États-Unis, est la contraction de « maman » et d’« entrepreneure ». Le phénomène a été remarqué aux États-Unis, mais a très vite déboulé en France, puis ici.

En fait, il y a toujours eu des mamans entrepreneures. C’est-à-dire des femmes qui décident de se lancer en affaire, à partir de leur maison, dans le but de s’épanouir dans un travail flexible et payant, compatible avec leur vie de famille.

Mais depuis peu, elles se serrent les coudes et s’organisent. Certaines sont d’anciennes cadres, qui réalisent qu’elles ne peuvent plus mener de front leur carrière et l’éducation de leurs petits; d’autres se sentent poussées vers la porte de sortie de leur entreprise, depuis leur retour au travail.

Au Québec, le réseau des « Mamentrepreneures » est né en 2009. C’est l’histoire d’une jeune mère de 4 filles, qui décide un jour de suivre un cours « Lancement  d’une entreprise » pour fonder sa propre maison d’édition et qui, dans ses démarches, constate qu’il n’existe aucune ressource spécifique pour les mamans qui désirent démarrer leur propre affaire. Lui vient alors l’idée de créer un groupe de mamans en affaires, avec 2 autres mères.

Aujourd’hui, Mamentrepreneure.com est un portail complet. Il met en vedette les mères en affaires ou sur le point de le devenir et leur offre une communauté d’échanges, des outils et des événements pour les soutenir. Des groupes s’organisent aussi à travers toutes les régions du Québec. Un webzine mensuel est publié et un gala annuel est prévu pour reconnaître le succès des membres.

À la clé de leurs réussites? On trouve des entreprises de services, d’alimentation, de maternité, d’organisation d’événements, de santé, etc.

Près de moi, une amie s’est lancée dans la conception et la fabrication de bijoux. Ses 4 enfants ont de 3 ans à 13 ans, et puisqu’elle est douée pour mettre en valeur ses bijoux et développer son réseau, ça fonctionne! Elle les expose dans des boutiques de vêtements, des salons, et sera même pour la première fois au Salon des artisans cette année.

N’est-il pas paradoxal de faire le choix de lancer une entreprise, tandis qu’on souhaite être plus présente à la maison? Quand on lui a posé cette question récemment, Valérie Hains, une des fondatrices des Mamentrepreneures, a répondu que le mot clé était la flexibilité.

Elle a d’ailleurs cité une étude récente de l’Université Laval, selon laquelle les femmes n’envisagent pas l’entrepreneuriat pour l’aspect financier, mais plutôt dans le but de bâtir quelque chose afin d’atteindre cette flexibilité tant recherchée, quand on a des enfants. « Je le dis souvent : ne pensez pas que choisir cette voie-là, c’est plus facile. Il faut quand même travailler beaucoup », a-t-elle dit, en précisant que le fait de pouvoir gérer ses horaires était un grand avantage.

J’avoue qu’étant moi-même travailleuse autonome, je reviendrais très difficilement en arrière. À vrai dire, mes expériences en bureau n’ont duré que 2 ans, lorsque j’étais en France!

Et vous, les mamans qui me lisez, êtes-vous tentées de vous lancer en affaire? En tout cas, sachez que le réseau existe et il vous attend!

Marie Charbonniaud
Journaliste indépendante et mère de 3 enfants, je jette un regard à la fois critique et maternel aux questions d’actualité touchant à la famille.
Tous les billets de l'auteur

Partager