Premier bal de finissants… à 5 ans!

Premier bal de finissants… à 5 ans!
18 juin 2010

Hier soir, c’était la « graduation » de ma fille. Sa « soirée des finissants », destinée à souligner la fin de son époque « garderie » et son passage à l’école maternelle.

Ils étaient 34 enfants, comme elle, et nous devions être une centaine de parents, frères et soeurs, rassemblés autour de ce joli moment.

Mais quel tra-la-la, pour fêter cela!

La salle des fêtes de la mairie avait été réquisitionnée et la fête a duré 2 h 30. Les spectacles de chaque groupe avaient été préparés depuis 2 mois. Même les parents ont mis la main à la pâte, en participant à un grand buffet communautaire. La garderie avait fait tout le reste   3 gâteaux géants décorés de paillettes bleu-blanc-rouge, une grande fresque servant d’arrière-scène, un micro, un photographe, des diplômes, des costumes.

Mais la cerise sur le gâteau, c’était bien sûr la remise des diplômes. J’ai alors vu ma petite puce et ses 33 amis arriver à la queue leu leu, tous habillés d’une toge blanche et d’un mortier (chapeau carré des finissants), être appelés un à un au micro pour se faire remettre officiellement leur « diplôme » en main, enroulé et cacheté. Cela a duré facilement 30 minutes, séance photo comprise.

Bien sûr, j’ai souri, mais mes émotions balançaient. Sait-elle ce que cela signifie, ce petit diplôme enroulé? Ce chapeau sur la tête? Est-ce qu’elle se souviendra davantage de cela ou de ce gâteau coloré, mangé par terre avec ses amies, suivi d’un petit spectacle où 100 paires d’yeux la regardaient?

À vrai dire, j’ai découvert le rituel du bal des finissants à mon arrivée en Amérique du Nord (en France, cela n’existe pas). Chaque mois de mai, on le sait bien, les salons de coiffure et les tailleurs sont monopolisés par les finissantes, leur coiffure et leur robe à préparer…

Mais là, j’apprends que la coutume commence dès la fin du primaire, et même en fin de garderie!

Que faut-il en penser? Je ne sais pas trop.

Je suis très attachée aux rituels. Ils marquent le rythme des saisons, de la croissance et de la vie, offrant des repères stables et prévisibles à nos petits amours.

Comme dit France Paradis (Fêtes et rituels, Éditions Enfants Québec, 2008), « c’est l’incarnation du fait que chaque chose vient en son temps, qu’il y a un temps pour chaque chose et qu’il ne sert à rien de tout précipiter. Dans notre monde changeant et souvent bousculant, ils viennent marquer le temps biologique, le temps humain, par opposition au temps technologique ». Je me retrouve totalement dans ce ressenti.

Cela dit, j’ai juste trouvé ça un peu trop. Trop long, trop surfait, tout ce tra-la-la de 2 h 30, avec souper + spectacle + séance photo du spectacle + remise des diplômes + séance photo des diplômés... J’ai même découvert que je n’étais pas la seule dans ce cas, vu ce texte de mes collègues Z’imparfaites.

Enfin bref. J’ai quand même félicité le travail des éducatrices, dont les spectacles étaient adorables. J’ai craqué aussi pour la décoration à la main des chapeaux, par les enfants.

Et vous, cela vous inspire quoi, votre petit mousse en toge et chapeau-mortier?

Marie Charbonniaud
Journaliste indépendante et mère de 3 enfants, je jette un regard à la fois critique et maternel aux questions d’actualité touchant à la famille.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (6)

  1. Meli 19 juin 2010 à 23 h 23 min
    Encore la société de consommation qui refait surface. C'est déplorable. C'est mon avis...
  2. Catherine G. 21 juin 2010 à 12 h 54 min
    "Est-ce qu’elle se souviendra davantage de cela ou de ce gâteau coloré..." Tu verras Marie, dans un an, elle ne se souviendra plus de rien! Mon fils ne se rappelle même plus du nom de son éducateur! Moi aussi, j'ai été surprise par la grandeur de l'évènement, et comme toi je suis un peu ambivalente sur le sujet même si j'aime bien cette idée de rituel qui marque la fin d'une étape et le début d'une autre.
  3. Stéphanie C 21 juin 2010 à 19 h 00 min
    Je crois que s'il faut élever la barre à chaque graduation, ça explique pourquoi ils arrivent au bal de secondaire 5 en demandant la robe à 500$ et la limo!
    C'est sûrement mignon, mais c'est trop, je suis d'accord.
  4. Tasnime Akbaraly 23 juin 2010 à 03 h 16 min
    encore un moment de "performance"... est-ce que cela aurait pu être fêté avec juste le gâteau, une belle robe ou une belle cravate, des parents qui jasent entre eux, et un petit bricolage souvenir?

    d'un autre côté, même si l'enfant ne se souvient pas de l'évènement en soi, il sera surement profondément marqué par la fierté qu'il y avait dans les yeux de ses parents ce jour là... sans compter qu'il se souviendra aussi qu'en travaillant fort et longtemps, on parvient toujours à un résultat... beau travail d'équipe aussi!

    bref, je ne sais pas trop quoi en penser non plus...
  5. Geneviève B. 30 juin 2010 à 15 h 05 min
    Bonjour,
    Je suis férocement contre. Je trouve ça ridicule et surfait. J'aurais porté plainte à la garderie. J'ai moi-même une fillette qui a terminé au CPE et qui entre à la maternelle: un petit diplôme est pas mal le maximum que j'ai toléré. Comme j'enseigne au secondaire, je constate les folies que ça fait ces bals et je peux dire que je n'ai pas envie que mes enfants entrent dans le jeu de «bling-bling» trop tôt (et en plus, je doute que le souvenir reste à 5 ans). Je considère que c'est trop pour des gamins de cet âge).
  6. Julie 29 juillet 2010 à 01 h 56 min
    Je pense aussi que c'est beaucoup trop comme événement. C'est une très bonne idée de vouloir le souligner, mais il y a des limites. Il me semble que plusieurs parents ont des vies assez remplies comme ça sans avoir besoin de s'ajouter ainsi de la pression à vouloir souligner la fin de la garderie. Si tous les gens concernés se sentent très bien avec ça tant mieux, mais ce n'est pas toujours le cas. Pensez aux parents qui ne peuvent pas prendre congé pour y assister! C'est quand même pas la fin d'un doctorat universitaire! Il y a tellement de pression aujourd'hui de toutes parts.

Partager