Couches lavables: demandez votre subvention, c’est offert!

Couches lavables: demandez votre subvention, c’est offert!
31 mai 2010

Vous hésitez beaucoup à vous lancer dans les couches lavables, à cause du prix et de l’entretien?

Côté entretien, je vous le dis tout de suite : c’est du gâteau. J’ai moi-même été étonnée du peu de temps que ça prend. On entasse les couches dans un seau vide (plus besoin de trempage), on les balance dans la machine et hop, le tour est joué. J’avoue même mélanger régulièrement des couches de pipi dans mes brassées de vêtements clairs, lavés à chaud. Après tout, ce n’est pas plus sale qu’un pantalon couvert de boue ou un chandail souillé de sauce, n’est-ce pas?

Côté financier, ensuite, ce ne sera bientôt plus qu’une rigolade, aussi. Réjouissons-nous : de plus en plus de villes proposent des subventions!

J’en parlais déjà dans ce texte, mais les choses évoluent vite. Depuis, des dizaines de municipalités en proposent et cela devient de plus en plus facile de convaincre celles qui restent.

À Vaudreuil-Dorion, par exemple, cela n’a pris qu’une rencontre et moins de 6 mois pour que la propriétaire de la boutique Bedon et fripons, Stéphanie Le Vaguerèze, obtienne la mise en place de la mesure.

Depuis mars 2010, la ville offre un maximum de 100 $ par enfant pour l’achat d’un minimum de 24 couches lavables. Précision pour les intéressés : l’enfant doit être âgé de 6 mois ou moins et être né avant le 1er février 2011. Pour obtenir cette aide financière, il suffit de présenter une preuve de résidence avec un exemplaire de l’acte de naissance et une preuve d’achat.

Pourquoi tant de facilité? Sans doute parce que les municipalités réalisent qu’elles ont un intérêt financier à le faire, bien sûr.

Au Québec, les couches représentent le 3e déchet en importance et chaque enfant, à lui seul, aura besoin d’une tonne de couches avant d’être propre. Mais gérer une tonne de déchets, ça coûte cher aux villes. Environ 130 $ la tonne de déchets, selon l’une des journalistes qui ont couvert cette petite actualité. Alors, la subvention de 100 $, c’est rentable. 

À titre indicatif, voici un site qui répertorie les villes qui offrent la subvention et qui vous suggère toutes les démarches pour faire adopter cette belle initiative. 

Lancez-vous, ça vaut le coût! Et surtout, parlez-en, car de trop nombreuses personnes l’ignorent. Le maire de Vaudreuil et les 2 journalistes qui ont couvert cette nouvelle ne savaient pas qu’existaient ces subventions auparavant. La journaliste de La Gazette croyait même que c’était une première au Québec. ;-) Voilà pourquoi j’en parle encore!

Et, dernière chose : sachez qu’une fois l’utilisation des couches terminée, un programme humanitaire québécois permet de les acheminer au Guatemala, vers une maison de convalescence pour enfants. De très nombreuses boutiques dépositaires collaborent à ce projet. Voici les infos.

Marie Charbonniaud
Journaliste indépendante et mère de 3 enfants, je jette un regard à la fois critique et maternel aux questions d’actualité touchant à la famille.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (8)

  1. Mylène 2 juin 2010 à 16 h 57 min
    J'étais aussi enthousiaste que vous lorsque j'ai décidé, pendant ma grossesse, de faire l'achat de 24 jolies couches Omaïki. Malheureusement, elles fuient constamment malgré tous les conseils reçus de la part du service à la clientèle de la compagnie. Les couches sont même inutilisables la nuit: lit et bébé deviennent complètement trempés.

    Une maman déçue!
  2. Gitane 3 juin 2010 à 01 h 52 min
    J'ai utilisé les couches de Mère Hélène et j'ai adoré. Malheureusement, elle n'ont duré qu'un an alors qu'on me promettait deux, MAIS, au prochain bébé, j'investirai encore dans les couches lavables, d'autant plus que la ville où j'habite maintenant les subventionne contrairement à celle où je vivais à la naissance de Mini-Moi...

    Vive les couches lavables!
  3. Mélanie 4 juin 2010 à 11 h 36 min
    J'ai acheté les couches Mère Hélène au bazar bébé, donc usagées! J'ai commencé à les utiliser quand bébé avait 4 mois. Je ne sais pas ce qu'est supposée être la vie utile des couches, mais je sais que celles que j'ai ont été utilisées pour 3 bébés avant, et elles tiennent la route. Et je suis conquise, lavage, séchage, pas de fuites, et même la garderie qui accepte de les utiliser (ça c'est à vérifier!). Donc je n'ai pas eu de subvention, mais pour un ensemble de 13 couches, j'ai payé 125$ *j'ai dû acheter quelques nouveaux couvre-couches parce qu'il en manquait). Au prochain, je renouvellerai probablement parce qu'avec un nouveau-né, il m'en faudra plus que 13.
    Je fais mon lavage aux deux jours et j'ajoute quelques gouttes d'huile essentielle de lavande pour désinfecter et l'odeur. Ça marche très bien. J'encourage les autres mères à le faire, c'est facile.
  4. sylvia L 4 juin 2010 à 17 h 18 min
    Et en France ,Marie ... savez vous ce que les couches représentent comme déchets ?,?
    Il se trouve que mon fils va être père et comme bon nombre de Français ... il n'a pas conscience de cette énorme pollution..
    merci
  5. stephanie 6 juin 2010 à 12 h 27 min
    Pour mon 1er bébé, j'ai utilisé les couches jetables, question de logistique car j'avais un petit bonhomme très demandant! 4 ans plus tard, avec mon 2e, j'ai décidé d'utiliser les couches lavables. Avec étonnement, je trouve que l'entretien est vraiment facile! En fait, je pratique la "mixité"!!! Pour les grandes sorties et les nuits, ma petite poule a des couches jetables. Pour le reste, son petit popotin repose dans de belles couches, toutes douces!
    Je dois avouer que je préfère mes "bumgenius 3.0" à mes Omaïki. Plus absorbantes, je sais que je peux aller faire des courses de 2 hrs sans dégâts. Peux-être que ma cocotte est trop rondelette pour les Omaïki?
    Ma ville n'offre pas la subvention, et ce malgré de nombreux téléphones et courriels! Peux-être changeront-ils un jour? Disons que l'environnement n'est pas un priorité pour la Ville. Désolant!

    Une belle corde à linge remplie de couches lavables, c'est si beau!

    Essayer c'est l'adopter!
  6. Marie Charbonniaud 7 juin 2010 à 15 h 04 min
    Heureuse de lire ces belles expériences! J'ai confiance que les couches lavables deviennent de plus en plus pratiques et absorbantes. Les compagnies y travaillent fort! Protégez-vous a sorti une étude comparative récente, si cela vous interesse! (Dans le numéro de mai, je crois).
  7. MC 10 juin 2010 à 21 h 55 min
    Ca fait presque deux ans que j'utilise mes couches lavables. Plus elles sont vielles meilleures elles sont absorbantes!

    Pour ce qui est de la subvention je trouve qu'elle n'est pas vraiment adapté à mes besoins... J'ai acheté 16 couche BumGenis à 24$ chaque et je n'ai pas eu droit à la subvention car j'en avait que 16 et non 24. En lavant au deux jours il ne m'en manquait jamais. J'aurais tout de même apprécié un 100$ de rabais par ma ville....
  8. Marionnette 30 août 2010 à 16 h 17 min
    J'ai moi aussi été déçue par les Omaïki. J'a préféré la marque Blueberry, je n'ai jamais de problème avec celles-là. J'habite à Montréal et la ville ne subventionne pas (encore) les couches. Dommage ! Je crois tout de même économiser, d'autant plus que ma garderie les accepte.

Partager