Mieux vaut naître ici, ou ailleurs?

Mieux vaut naître ici, ou ailleurs?
17 mai 2010

Vous êtes-vous déjà dit : « Quelle chance d’être né dans ce pays… de ces parents… dans cette ville »?

Moi, souvent. En particulier, bien sûr, devant les images de pays en guerre ou de pays dévastés. Ça fait réfléchir. « Ça aurait pu être mon enfant, là, sous les décombres. »

Aujourd’hui, grâce à ce rapport, publié par l’organisme Save the Children, nous pouvons mettre des noms sur ces pays qu’on a en tête, chanceux ou malchanceux.

Depuis 11 ans, cet organisme répertorie les meilleurs et les pires endroits du monde pour être maman. Il examine les façons dont les systèmes de santé contribuent à sauver la vie des mères, des nouveau-nés et des enfants; mais aussi l’accès à l’éducation, les possibilités économiques... Bref, tout ce qui offre aux femmes et aux enfants une meilleure chance de survivre et de prospérer.

Parmi le top 10? Au premier rang, la Norvège, suivie de l’Australie, l’Islande, la Suède, le Danemark, la Nouvelle-Zélande, la Finlande, les Pays-Bas, la Belgique et l’Allemagne. La France se place en 12e position, le Canada en 20e position, et tout juste avant nous, par exemple : le Portugal, l’Italie… l’Estonie et la Slovénie!

Parmi les 10 places en bas du classement, on retrouve l’Afghanistan au dernier rang, précédé par le Niger, le Tchad, la Guinée-Bissau, le Yémen, la République démocratique du Congo, le Mali, le Soudan, l’Érythrée et la Guinée équatoriale.

Bien sûr, résumé comme ça, c’est un peu abstrait. Mais quelques statistiques, dans ce même rapport, viennent donner un peu plus de poids à ces chiffres.

Par exemple, moins de 15 % des naissances sont assistées par un agent de santé qualifié en Afghanistan et au Tchad.  En Éthiopie, 6 %, tandis qu’en Norvège, près de 100 % des naissances.

Au Niger, 1 femme sur 7 meurt pendant la grossesse ou l’accouchement. En Bosnie-Herzégovine, en Grèce et en Italie, 1 femme sur 25 000, tandis qu’en Irlande, moins d’une femme sur 47 600.

En Angola, au Tchad, en République démocratique du Congo et en Somalie, 1 enfant sur 5 n’atteint pas son 5e anniversaire. En Finlande, en Islande, au Luxembourg et en Suède, c’est 1 enfant sur 333. 

Côté éducation? En moyenne, une femme en Afghanistan, en Angola, au Tchad, à Djibouti, en Érythrée et en Guinée-Bissau reçoit moins de 5 années d’éducation formelle. Au Niger, les femmes reçoivent moins de 4 ans. En Australie et en Nouvelle-Zélande, chaque femme passe en moyenne plus de 20 ans à l’école.

Un seul mot : Gratitude. Merci, Canada! (...et merci, France, pour mon premier quart de vie!)

Mes petites lamentations disciplinaires semblent bien superficielles après de telles lectures… Voilà pourquoi il en faut, de temps en temps.

Marie Charbonniaud
Journaliste indépendante et mère de 3 enfants, je jette un regard à la fois critique et maternel aux questions d’actualité touchant à la famille.
Tous les billets de l'auteur

Partager