Le congé parental, pas pour les papas en deuil…

Le congé parental, pas pour les papas en deuil…
10 mai 2010

Ils s’appellent Caroline Cyr et Mathieu Banville. Vous avez peut-être entendu parler de leur histoire, à la suite de la lettre ouverte de cette maman dans Le Devoir, ou lors de leur passage le lendemain chez Christiane Charette?

C’est une histoire à faire pleurer, dont on sort - a priori - scandalisé contre le gouvernement.

Les faits? À quelques heures de l’accouchement, après une grossesse à terme, Bébé Éloi meurt in utero. Puis, dans ce contexte de drame que l’on imagine, Maman obtient un congé parental, mais pas Papa.

Les règlements sont ainsi. Le papa n’a droit à son congé de paternité que lorsque Bébé est né et vivant; car le but du congé de paternité est de prendre soin de son enfant. Plus de bébé? Plus de congé parental.

Seule la maman a droit à son congé de maternité, qu’il s’agisse d’une interruption de grossesse (spontanée, volontaire ou médicale) ou d’un décès à terme, aussi bouleversant soit cet événement pour le couple dans son entier…

Replacé dans un contexte humain, cela peut paraître cruellement injuste. Je vous cite la lettre ouverte de Caroline Cyr :

Après l’accouchement, le papa d’Éloi a coupé le cordon. Il a pris son bébé dans ses bras, a regardé son petit visage endormi et paisible, lui a dit des mots d’amour et l’a caressé. Moi, je n’ai pas eu la force de le prendre dans mes bras. Il a pris quelques photos si précieuses qu’il regarde à présent presque chaque jour. Il l’a présenté à nos parents tandis que je restais immobile sur le lit (…).

Et selon le gouvernement, le papa d’Éloi n’est pas un papa. Son fils n’a pas respiré les 2 minutes requises pour que l’on reconnaisse l’existence de son coeur de père, son coeur qui vient de se déchirer en mille morceaux. Pourtant, selon ce même gouvernement, je suis une maman, moi qui n’ai jamais pris mon enfant. On m’accorde un congé de maternité, plusieurs semaines pour remettre mon corps et mon âme sur pied. Lui n’a droit à rien. Si Éloi avait respiré 2 minutes, on lui aurait accordé 1 semaine de répit. 

J’ai appelé le ministère de la Famille. Je souhaitais obtenir confirmation et, surtout, savoir sur quel principe se basait ce type de décision, même si cela relève d’un cas unique et confidentiel. 

On m’a confirmé que, dans l’esprit de la loi, le congé parental et les prestations ont pour but de permettre à la maman de se remettre de la grossesse, de l’accouchement, puis de prendre soin de son bébé; et au papa, de prendre soin de son bébé.

C’est donc aussi pour cette raison que lorsqu’un bébé décède dans ses premières semaines de vie, le congé de paternité s’arrête également... avec la vie du bébé (voir l’article 14 de la loi sur l’assurance parentale). 

En d’autres termes, ce congé ne sert pas à faire un deuil. C’est difficile à entendre, mais c’est ainsi.

Mon interlocuteur, fort gentil et compatissant, m’a laissé entendre que ce n’était pas un cas à part. Il n’y a qu’à lire certains commentaires sur le site du Devoir pour en avoir la preuve. Plusieurs mères disent avoir vécu la même chose.

On le savait déjà : le juridique ne fait pas toujours dans la dentelle… 

Remarque : Heureusement, rappelle l’une des commentatrices, la Loi sur les normes du travail donne 5 jours de congé, dont 2 payés, au père « à la naissance de son enfant (…) ou lorsque survient une interruption de grossesse à compter de la vingtième semaine de grossesse ».

Marie Charbonniaud
Journaliste indépendante et mère de 3 enfants, je jette un regard à la fois critique et maternel aux questions d’actualité touchant à la famille.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (3)

  1. Sonia 12 mai 2010 à 13 h 43 min
    Je comprend le pourquoi de l'existence du congé parental. Je crois qu'il serait bien que le gouvernement vote une loi pour ce genre de situation. Il est évident que certains travail prévoit des congés en cas de deuil mais si le fait que le béb n'a pas respirer assez empêche de prendre de tel congé c,est ridicule. Avec ou sans respiration, la tristesse doit être énorme. Ça fait 9 mois qu'on attends ce bébé, qu'on l'espère et qu'on se prépare à son arrivée. Je trouve que parfois les programme sociaux sont vraiment mal conçu.
  2. carine 18 mai 2010 à 16 h 44 min
    vous avez raison lorsqu'il y a un congé de maternité il en faut un de paternité même si le bébé est mort ! je compatie vraiment votre douleur à vous et au papa. il faut que ceux qui s'occupent de ce genre de congé ou autre s'en rendent compte : c'est important pour les parents. Q.D.V.B.
  3. Linda David 4 octobre 2010 à 19 h 37 min
    Je trouve que ça n'a aucun bon sens car l'enfant est attendu et aimé avant même sa naissance.
    On est parent aussi avant la naissance alors, pourquoi ne pas accordé ce congé aux papas car ils sont démolis par la perte de leur enfant car ce sont leurs enfants.
    Je trouve ça vraiment injuste.

Partager