On déménage! Une recette miracle svp?

On déménage! Une recette miracle svp?
8 mars 2010

Est-ce que je suis prête pour déménager? Je ne sais pas!

Chaque personne que je croise, depuis une semaine, me lance : « Pis, t’es dans les boîtes? »

Et chaque fois, je leur réponds : « Non, je me garde ça pour les 2 derniers jours... Chez nous, on concentre les efforts! (rires). »

Non, les boîtes, ce n’est pas vraiment ce qui m’inquiète le plus. Un bon coup d’énergie et c’est fait. Les petites angoisses qui me traversent la tête, c’est plutôt...

Comment mon Victor d’amour de 3 ans va faire pour s’habituer à sa grande chambre, tout seul, sans son Emma qui lui chante dans les oreilles tous les soirs, lui pique son toutou, ou vient lui faire la lecture pendant qu’il dort?

Comment on va gérer les incessants raccompagnements au lit de notre chère Emma (de 7 h 30 à 21 h 30), maintenant qu’on vit dans une maison de plusieurs étages et qu’il y aura 2 barrières d’escalier à ouvrir et fermer, à chacune de nos allées et venues?! (un bisou et hop, au lit! Pas de deuxième essai!)

Comment vont-ils réagir au fait que ce ne soit plus leur papa chéri qui les réveille, les fait déjeuner, les habille et les accompagne à la garderie tous les matins? (Je précise que pendant ce temps-là, je me rendais quand même utile : bébé, cuisine, brossage de dents, euh... voilà, quoi!)

Pour moi, c’est ça, les plus grands changements. Mais je dois dire que beaucoup de facteurs jouent pour une belle adaptation. Ils connaissent bien leur nouveau quartier (c’est celui de leurs grands-parents), ils connaissent déjà leur maison (nous l’avons fait construire), ils connaissent même leur nouvelle gardienne (en milieu familial).

Quoi qu’il en soit, j’ai glané ici et là de beaux conseils pour déménager en famille. Je les partage avec vous.

- Préserver au maximum les horaires de sommeil, de bain et de repas, même au milieu des cartons! Et éviter les changements de routine pendant la période qui entoure le déménagement : sevrage, entraînement à la propreté, etc.

- Faire visiter la future maison, la future chambre, le futur quartier, en insistant aussi sur tout ce qui ne changera pas. On peut même constituer un album-souvenir avec des photos de l’ancienne maison, de l’ancienne chambre des enfants, de leurs anciens voisins et amis!

- Associer les enfants aux préparatifs et aux cartons, notamment ceux qui concernent leurs jouets.

- Prévoir de faire garder les enfants le jour même du déménagement, surtout s’ils sont très jeunes, pour ne pas qu’ils subissent notre stress élevé ce jour-là. Cela dit, il peut être utile qu’ils y assistent en partie – voir l’ancienne maison se vider ou la nouvelle maison se remplir – afin de mieux réaliser cette étape.

- Aménager leur chambre en priorité afin qu’ils retrouvent facilement et rapidement leurs jouets, leurs toutous, l’odeur de leur douillette…

- Faire confiance à leur capacité d’adaptation. Plus que le déménagement lui-même, c’est davantage le contexte du déménagement qui chamboule les enfants (naissance, séparation, perte d’emploi) et notre propre attitude vis-à-vis du déménagement! (Est-ce qu’on est tout excité de bonheur ou est-ce qu’on trouve ça triste et angoissant? Ils se fient à nous pour en juger!)

- Prévoir un panier familial avec l’essentiel : des vêtements pour chacun, des collations, les doudous et un jouet, de l’argent (pour commander à manger), du papier hygiénique, du savon et des serviettes. Éventuellement la trousse de premiers soins, si vous avez des petits bricoleurs dans les jambes! 

Bref. Je m’en sortirai bien, va...

Mais vous, vous avez déménagé en famille? Qu’est-ce qui a marché, pour vous?

Marie Charbonniaud
Journaliste indépendante et mère de 3 enfants, je jette un regard à la fois critique et maternel aux questions d’actualité touchant à la famille.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (5)

  1. Josée L. (Via Facebook) 9 mars 2010 à 16 h 24 min
    A un an, mon petit bonheur de Laeticia a déjà pris l'avion 3 fois entre le Canada (pays de sa maman) et le Niger (pays de son papa). Ca c'est toujours bien passé, en dehors de l'ajustement normal à un fuseau horaire différent. Le secret pour moi, garder une stabilité dans les gestes de la vie quotidienne, notamment à travers ma présence calme et rassurante qui est l'élément le plus stable de sa vie.
  2. Catherine G. 9 mars 2010 à 18 h 24 min
    C'est génial! Moi, j'ai déménagé l'année dernière dans une maison 3 fois plus grande que mon ancien logement. La période d'adaptation a été assez courte pour mes enfants. Tout était tellement plus grand pour eux et tout le monde était tellement heureux que tout s'est bien passé. Par contre, j'ai laissé mes deux petits dormir dans la même chambre! Je trouvais ça plus pratique.
  3. Lili 11 mars 2010 à 14 h 47 min
    Nous avons déménagé il y a un mois et demi avec un jeune bébé de 4 mois. Nous avons refait sa chambre de la même façon qu'à notre ancienne maison, nous avons continué la même routine du bain, des boires, du coucher, etc. Malheureusement, bébé qui fesait ses nuits c'est remis à se réveiller 3 ou 4 fois par nuits. Je crois cependant que le déménagement a coincidé avec une poussée de croissance. Après un mois et demi, le pire est derrière nous.
  4. Marie Charbonniaud 11 mars 2010 à 18 h 38 min
    Merci les filles pour vos commentaires!
    Catherine, c'est une bien bonne idée de les faire dormir dans la même chambre au début. Je vais peut-être y songer!
  5. marge 12 mars 2010 à 15 h 53 min
    Nous avons déménagé 2 fois en 6 mois (la 2ème est la bonne).

    Pas de toutous, pas de bonnes odeurs rassurantes, car toute nos affaires sont restées dans le pays que nous avons quitté. Nous avons donc pris l'option "j'assume ma période [camping]".

    Les poulets frites commandés-livrés et le dortoir collectif des enfants nous ont donc permis de vivre ces transitions comme une ... transition ! Les enfants ont adoré ! Et cela nous a permis, à nous parents, de prendre notre temps pour réaménager.

    Depuis, chacun décore sa nouvelle chambre à son goût et la transforme en "territoire" qu'il défend avec force et qu'il investit de plus en plus : la salle dortoir se transforme progressivement en salle de jeux collectifs.

    Et ils nous demandent de temps en temps : on peut faire du camping ce soir ?!

Partager