Après la magie des cadeaux, la magie du jeu

Après la magie des cadeaux, la magie du jeu
4 janvier 2010

Cette année, le papa Noël de notre maison a apporté un jouet à chaque enfant. Un seul, mais un beau.

Mon fils de presque 3 ans a eu un circuit de ville tout en bois. Ça ressemble à une petite ville reconstituée, avec ses routes, ses lampadaires, sa voiture de police, ses pompiers, ses taxis, etc. Trop mignon. 

Ma fille de 4 1/2 ans a eu un jeu de stratégie, mon Premier Carcassonne, où l’on doit relier par des chemins le plus de maisons possible. Ah oui! elle a aussi reçu un déguisement de robe de mariée, que maman Noël a acheté au cours de l’année et avait précieusement mis de côté...

Le 25 décembre au matin, après avoir consciencieusement chanté Petit papa Noël et Vive le vent toute la soirée, après avoir laissé des biscuits et un verre de lait au père Noël sous le sapin, ils ont enfin déballé leurs cadeaux. Ils gloussaient d’excitation, s’aidaient mutuellement à chercher les étiquettes puis à déchiffrer les prénoms sur les paquets, puis ont même remarqué avec émotion le petit message du père Noël, perdu au milieu des miettes de biscuits, qui les remerciait de leur gentille attention.

Bref, un magnifique moment qui n’a pas manqué de nous replonger, leur père et moi, 25 ans en arrière.

Après le déballage, place au jeu! Et vas-y qu’on installe la ville en bois de notre fils, puis qu’on se lance dans une partie endiablée de Carcassonne... 

Puis le lendemain, même chose. Il fallait reconstruire le village défait par mon fils, faire rouler les petites voitures, puis recommencer une énième partie de Carcassonne. 

Et c’est là que la vérité nous a sauté au visage. Les jouets, c’est bien beau de les offrir, mais après, le plus grand bonheur des enfants, c’est de jouer avec leurs parents. De les embarquer dans leurs rêves, leurs aventures, leurs scénarios d’embouteillages, de conquêtes de villages, de pompiers au grand coeur. 

Cela nous a confortés dans l’idée que nous avions fait de bons choix. Un ou deux cadeaux, c’est parfait. Ce n’est pas le nombre de cadeaux qui compte, mais bien le temps qu’on passera à animer leurs jeux. Surtout quand les enfants sont petits, comme les nôtres, et encore incapables de « construire » les jeux qu’on leur offre ou de jouer seuls à un jeu de société.

En effet, les jours d’après, quand nous avons - par la force des choses - relâché un peu notre partenariat de jeu avec eux, les cadeaux du papa Noël ont été un peu délaissés. Les enfants sont retournés vers leurs jeux habituels, leurs poupées, leurs crayons, ou leurs gros camions faciles à animer, surtout sur la table de cuisine ou la table basse remplie de magazines. Mon fils, de son côté, a continué à fouiller nos placards (son jeu favori).

Cela m’a rappelé les propos d’un ergothérapeute, spécialiste du jeu et du développement des enfants, avec qui j’avais jasé. « Les enfants ont un besoin intense de relations affectives et de jeux avec leurs parents. Même si nos tout-petits passent leur journée à jouer à la garderie, le moment du jeu le soir est sacré. Et même si l’année entière a été remplie d’activités stimulantes, ils auront besoin de partager des émotions avec leurs parents, les vacances venues », m’avait-il rappelé.

Pour les parents, aussi, le jeu est nécessaire pour « construire » une magnifique relation avec l’enfant. Cela nous permet de mieux les connaître - leur caractère, leurs habiletés -, mais aussi de profiter du moment présent et de chasser le stress de la journée. On se force parfois les 2 premières minutes, mais on se laisse vite entraîner!

Et que l’année 2010 soit remplie de bonheur autour des jeux!

Marie Charbonniaud
Journaliste indépendante et mère de 3 enfants, je jette un regard à la fois critique et maternel aux questions d’actualité touchant à la famille.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (3)

  1. Christine Carrière 6 janvier 2010 à 18 h 59 min
    C'est tellement vrai!! Mon garçon de 2 ans et demi a été très gâté mais j'ai essayé de diversifier les jeux de sorte qu'il puisse autant jouer seul qu'avec nous. Mais ce qui m'a frappé, c'est que mon garçon et son cousin, après avoir exploré les nouveaux jouets reçus, sont allés chercher la boîte de vieux blocs et se sont assis pour jouer ensemble!! La quantité importe peu...pourvu que l'intérêt y soi.
  2. Catherine 8 janvier 2010 à 16 h 17 min

    Tu as tellement raison Marie. C'est tellement magique de jouer avec ses enfants. Il y a une citation (G.B. Shaw) que j'aime beaucoup et qui dit ceci: "On n'arrête pas de jouer quand on devient vieux, mais on devient vieux quand on arrête de jouer". Alors moi je joue! :-)

  3. Marie Charbonniaud 8 janvier 2010 à 18 h 46 min
    Merci les filles. Je l'avoue, je ne joue pas autant que je voudrais.. mais j'y travaille!

Partager