Parlez-moi!

Parlez-moi!
11 novembre 2009

Je veux tout savoir. Je ne l’ai pas vue de la journée alors je veux savoir si elle a pleuré, si elle a ri, si elle a fait pipi, caca, si elle est allée jouer dehors, qui elle a mordu, qu’est-ce qu’elle a mangé, à quoi elle a joué, avec qui, pourquoi elle a une égratignure sur la joue, si elle a appris une chanson, combien de temps elle a dormi. Bref, je veux des mots, des histoires, des anecdotes pour rattraper le temps passé loin d’elle et m’imaginer sa journée à la garderie.

Son éducatrice me dit que tout a bien été comme d’habitude et se tourne vers l’autre maman qui attend. Je comprends, je n’insiste pas, mais aussitôt dans l’auto, je repars à la chasse au temps perdu en m’adressant à l’objet de toutes mes questions :

- Ça va? T’as passé une bonne journée aujourd’hui? Qu’est-ce que t’as fait ma chérie d’amour?
- Z’a peuré
- Quoi! T’as pleuré? Pourquoi? Un ami t’a fait mal? Qu’est-ce qui s’est passé?
- Gade maman un zazo!
- Oui c’est bien. Pourquoi t’as pleuré ma puce?
- Où papa?
- Au travail. T’as eu de la peine à la garderie? Mais qu’est-ce que tu fabriques? Mais c’est dégoûtant, voyons, arrête de manger tes crottes de nez!
- Pati zazo

J’abandonne. J’allume la radio et j’écoute les nouvelles.
---

Une heure plus tard. Je récupère mon petit bonhomme à la sortie de la maternelle. Il se jette dans mes bras et je repars à la chasse aux réponses à coups de « allez, allez, raconte-moi ce que tu as fait aujourd’hui! Raconte, raconte, raconte! » L’effet est saisissant.

- Sais pas. Me souviens plus. T’as des gâteaux dans ton sac?

J’ai mis au monde deux enfants à moitié sourds, semi-muets et atteints d’Alzheimer. Demain, j’appelle le docteur!
---

Quatre heures plus tard, je suis assise sur le lit de mon fils. La chambre est silencieuse. Je viens de finir de raconter son histoire du soir et je me demande encore comment faire pour lui donner envie de me raconter ses journées. Je me penche pour l’embrasser et en me redressant, je lui dis :

- Tu sais, mon coeur, j’ai oublié de te dire... ce matin, quand je t’ai laissé à l’école, je suis rentrée à la maison et j’ai fini de boire mon café que je n’avais pas terminé. Après, j’ai ouvert la fenêtre de ta chambre pour laisser entrer un peu d’air frais et là, j’ai vu passer l’écureuil noir dans le jardin, tu sais le gros avec la queue tordue. Puis le téléphone a sonné et bla bla bla et bli bli bli et puis voilà. Bonne nuit mon amour.

Il me regarde ravi et me dit tout bas :

- Maman... ce matin, à l’école, j’ai enlevé... mon manteau, j’ai changé mes souliers, j’ai donné mon facteur à madame S., j’ai pris ma couverture et bla bla bla et bli bli bli.

Et de fil en aiguille, j’apprends qu’il a fait ceci et dit cela. Ça ne dure pas longtemps, mais c’est énorme pour moi. Alors, je dépose un bec sur son front en lui disant : « merci » et je me tourne pour embrasser ma petite que je pense endormie.

En me penchant sur elle, je l’entends murmurer :

- Gadehie, a pipi, caca, a pas peuré, zamis, manzé zazo et bla bla bla et bli bli bli. 

J’ai presque rien compris! Mais je suis sortie ravie, le sourire aux lèvres, emportant avec moi 1001 images de la journée de mes deux petits.

Catherine Goldschmidt
Je suis une drôle de maman qui adore dénicher ou inventer des jeux simples et peu coûteux pour amuser les enfants.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (18)

  1. Sonia 14 novembre 2009 à 04 h 04 min
    Que c'est vrai ! Mes enfants de 3 et 6 ans sont aussi moitié sourds, semi-muets et atteints d’Alzheimer ! C'est rassurant de ne pas me savoir seule :). Je réussis a en savoir un plus aussi à l'heure du coucher. Ma grande sait bien qu'elle réussira ainsi à m'avoir encore un petit 2 minutes de plus à coté d'elle en me donnant des détails de sa journée....
  2. Catherine Goldschmidt 14 novembre 2009 à 14 h 22 min
    Ils sont malins nos enfants!
  3. Alex 14 novembre 2009 à 16 h 27 min
    Formidable, j'adoooore te lire!!!
  4. Rosette 14 novembre 2009 à 21 h 42 min
    L'école, les copines, la cantine, la maîtresse... Un vrai mystère. J'ai beau posé des questions (y compris juste avant le couché...), Sacha me répond, imperturbable : "maman, c'est mon jardin secret". Tout juste si elle ne rajoute pas : "soit raisonnable !"...
  5. André 15 novembre 2009 à 01 h 28 min
    Quelle écriture magnifique !
    Je réalise combien on est différents étant enfant ou adulte..
    Une mère peut donner l'exemple à son enfant pour qu'il fasse pareil, elle raconte sa journée pour qu'il lui raconte la sienne ensuite.. Ça, ça s'appelle l'AMOUR!
    Malheureusement, trop d'adultes racontent leur histoire sans prêter oreille quand la personne d'en face s'apprête à raconter la sienne à son tour.. Il y en a tellement de ces "adultes" monologuistes, aucunement intéressés à écouter ceux qui les ont écoutés..
    C'est pourtant tellement si important ce partage, ce temps d'expression, avec coeur et intérêt... Que chacun puisse s'exprimer est essentiel, que chacun ait à coeur de s'intéresser aussi aux autres est magnifique. Chapeau!
  6. Danielle 15 novembre 2009 à 13 h 27 min
    Quel plaisir de te lire à chaque fois ! J'adore tes petites histoires qui nous plongent au coeur de ton quotidien. Tu les partages d'une si belle façon !
  7. Barbara 15 novembre 2009 à 19 h 40 min
    Elle est très belle cette histoire... pleine de tendresse et les dialogues avec les mots d'enfants sont exquis.
  8. Caroline 16 novembre 2009 à 09 h 47 min
    Moi, j'ai pas d'enfant alors je ne peux pas dire que "c'est exactement ce que je vis à la maison avec les miens". Cependant, pour rien au monde je ne voudrais rater une de tes histoires. Elles sont rafraîchissantes et sentent bon la poudre pour bébé. Elles parlent de la vraie vie, de ce qui est important et du coup, cela me procure un moment vraiment agréable dans ma journée. Merci Cathy.
  9. Catherine Goldschmidt 16 novembre 2009 à 14 h 04 min
    Merci à tous! Vraiment, quel bonheur de vous lire. Vous faites ma semaine.
  10. Caroline 16 novembre 2009 à 14 h 28 min
    De mon côté, Clara a répondu pendant deux ans la même réponse à ma question : Qu'est-ce que tu as mangé ce midi?? De la soupe maman....
    J'ai fini par changer ma question et lui demander si elle était bonne la soupe du dîner.... de cette façon, elle m'a donné un peu plus de détails sur les repas que super Réjean prépare à la garderie. Car je sais évidemment que Réjean ne cuisine pas que de la soupe ;-))

    Catherine, tes textes sont toujours aussi agréables et touchants à lire. Continue j'en veux toujours plus ;-))
  11. Danny Raymond 16 novembre 2009 à 15 h 06 min
    Une jolie fable qui m'apprends l'art de cultiver l'écoute par la patience de faire parler. Bravo Catherine!
  12. 'échange facilite tout... la patience aussi! 17 novembre 2009 à 20 h 31 min
    On peut se considérer chanceux : nos deux cocos de 9 et 11 ans fréquentent une école alternative très ouverte aux parents. Nous savons que nous y avons notre place, on peut tout voir et tout vivre (ou presque) avec eux, si 'envie nous en prenait.
    Dans cette petite école qui n'est tout de même pas parfaite - c'est la vie - il y a eu des hauts et des bas, et c'est en faisant comprendre aux enfants qu'on les écoutera quand ils seront prêts, et non quand ça nous convient comme adulte, que la communication s'établit. Chez nous, la voiture sert de parloir, 'heure du coucher de confidences-ionnal et les repas de salle d'échange. Le secret est d'établir dès le plus jeune âge que leur vécu nous intéresse, qu'on leur accorde une vraie importance. Je croise mes doigts pour que ça marche, en tout cas, à quelques mois de 'adolescence...
  13. Catherine Goldschmidt 17 novembre 2009 à 20 h 45 min
    C'est tellement vrai. Et oui ça marche! En plus de mes deux petits, j'ai une ado avec qui je partage de grands éclats de rire surtout quand elle me raconte ce qui se passe dans son école. Elle commence à avoir des phases de rejet, mais on arrive toujours à passer au travers grâce à ces deux choses si précieuses qui nous unissent: le dialogue et l'humour :-)
  14. Geneviève 17 novembre 2009 à 21 h 30 min
    Moi aussi, je trouvais ça terriblement frustrant de me faire dire « je sais pas », « je ne me souviens pas » ou « rien » quand je lui demandais des nouvelles de sa journée. Vers 3 ans, j'ai donc instauré une routine quotidienne, soit de raconter nos 3 meilleurs moments de la journée. C'est fou comment j'ai appris de choses ainsi, en plus de découvrir ce qui lui tenait vraiment à coeur! Un petit moment banal à mes yeux devenait son meilleur moment...

    Maintenant qu'elle est « grande » (7 ans!), notre rituel s'est complexifié. En premier, on raconte le moment qu'on n'a pas aimé, ensuite le moment qu'on a aimé, le moment qui nous a fait rire et on termine avec un merci pour quelque chose.

    J'espère poursuivre le plus longtemps possible ce petit rituel qui me donne des échos de sa journée et qui lui permet de me connaître également.
  15. Caroline 18 novembre 2009 à 00 h 52 min
    Quelle belle tranche de vie!!
    Je suis maman d'un fiston de 12 mois qui ne vas pas encore à la garderie mais ça me ramène à ma propre jeunesse. J'imagine (mémoire...) qu'au primaire j'étais plus loquace mais je me souviens qu'on secondaire, lorsque mes parents me demandaient comment avait été ma journée, ce que j'avais appris de bon ou j'sais plus quelle tournure ils utilisaient pour essayer de me faire parler, ma réponse était inévitablement : « Moyen. ». C'était une phrase complète et signifiante pour moi. Ils me disaient : « Moyen, ce n'est pas une réponse ça!» et au bout du compte, je finissais parfois par cracher des p'tits bouts de vie. Quand on est jeune, on ne comprend pas toujours que notre parent s'intéresse à nous. On voit de l'intrusion.
    Bref, je garde malgré tout des souvenirs de repas en famille où l'on partage nos journées, chacun à notre façon et où l'on apprend beaucoup sans s'en rendre compte!
    @geneviève : Wow! je trouve cette idée géniale! Merci pour le partage et je la garde en mémoire pour ma vie avec mon fils. Quel belle façon d'apprendre la communication, l'introspection etc.
  16. Julie 18 novembre 2009 à 01 h 00 min
    Vous en avez de la chance, vos enfants vous parles, même s'ils oublient ou que ça ne leur tente pas toujours au moins ils peuvent vous racontez qu'il y a eu un ami pas gentil ou qu'il est tombé ou qu'il a du chagrin. Moi mon fils à 11 mois alors ce que je sais c'est ce que l'éducatrice à eu le temps de me dire et surtout ce dont elle se rappelle. Pour l'instant c'est toujours "ah il a passé une très belle journée votre coco, par contre il n'a pas beaucoup dormi"! Dans ma tête "oh my god, comment ça il ne dors pas bien ici ? Coco pourquoi tu dors pas bien à la garderie ??" Mais... aucune réponse... c'est certains il a 11 mois :-(

    J'aimerais tellement ça savoir pourquoi il pleure. En même temps le temps passe tellement vite et le pire dans tout ça c'est que c'est même pas moi qui profite du maximum de mon fils ce sont ses éducatrices. Le pire c'est de prendre conscience que mon fils passe 10 heures par jour avec son éducatrice et non pas avec moi ou papa! Ça ça fait mal.

    Au moins vous autres vos enfants vous parlent. Profitez-en! :-)
  17. Catherine Goldschmidt 19 novembre 2009 à 03 h 57 min
    Il ne faut pas vous torturer avec ça Julie. Il existera toujours des zones de mystères chez nos enfants. On ne peut pas tout savoir. Bientôt votre petit trouvera lui aussi les mots pour vous raconter des petits bouts de ses journées et les jours où il ne voudra rien dire, racontez lui la vôtre ou bien chantez lui des chansons, faites une bagarre d'oreillers, riez avec lui. Quelques minutes suffisent. Le bonheur ne tient pas à grand chose. Inventez-vous des souvenirs et surtout ne culpabilisez pas d'être loin de lui pendant si longtemps, je me doute que vous n'avez pas le choix.
  18. Paulina 4 décembre 2009 à 17 h 43 min
    Qu'elle méthode formidable!!! C'est si dur de faire parler mon garçon!

    Merci!

Partager