Indiana Baby ou les petits bobos de l’été

Indiana Baby ou les petits bobos de l’été
Par Dre Taz, Omnipraticienne
20 août 2009

Mon cerveau doit être de la consistance d’une crème glacée molle en ces temps caniculaires... Nous voici à la mi-août et c’est maintenant que j’écris sur les imprévus de la saison estivale... Allons, je ne suis pas en retard, mais d’une prodigieuse avance... pour l’année prochaine! 

Qui dit vacances dit enfant en liberté et dit implicitement enfant en danger! Notre progéniture teste ses limites, et les nôtres par le fait même. Vous connaissez la plupart des principes que j’évoque, mais vous remarquerez aussi quelques petits trucs du métier de docteur... mais aussi de maman!

La coupure

Si elle est superficielle, on nettoie avec de l’eau courante et du savon doux et on appose un pansement adhésif. C’est simple! Ne vous encombrez pas d’alcools désinfectants ou de crèmes antibiotiques, à moins d’une plaie très sale, dans quel cas vous devriez consulter. Si la plaie a été provoquée par du métal, assurez-vous que la vaccination contre le tétanos est à jour.

Si la plaie saigne, faites un pansement compressif pendant plusieurs minutes pour favoriser la coagulation. Si cela ne fonctionne pas, appelez Info-Santé; les points de suture seront peut-être de mise!

Ne vous laissez pas impressionner par une coupure de la lèvre ou de la langue : ce sont des parties de l’anatomie très vascularisées. Appliquez de la glace pour diminuer l’oedème et arrêter le saignement. Cela vous permettra d’examiner plus facilement la plaie sous-jacente par la suite. J’utilise souvent un « popsicle » (emballé) que je promets à l’enfant quand il cessera de pleurer.

Petit truc pour éviter de compromettre l’éventuelle carrière de mannequin de votre bambin : appliquez de la crème solaire sur la plaie et tout autour. Elle sera moins contrastante!

Le saignement de nez

C’est très courant chez l’enfant, surtout par temps sec, après un rhume ou l’auto-exploration exhaustive de ses narines!

Faites asseoir votre enfant penché vers l’avant (et non vers l’arrière). Pincez son nez fermement, juste en bas de la partie osseuse, pendant au moins 10 minutes (il va crier, la procédure est un peu douloureuse). Évitez qu’il ne se mouche pendant quelques heures.

Pour prévenir un autre saignement, maintenez une humidité ambiante de 35 % dans la maison, évitez l’aspirine et les anti-inflammatoires. L’acétaminophène n’influe pas les saignements. Par contre, pour empêcher les petits de partir à la découverte de leurs orifices nasaux, je cherche encore...

Parlant de nez, j’en profite pour évoquer les corps étrangers que les enfants s’insèrent parfois dans le fond d’une narine : le classique bouton, un petit pois, un cent, etc. Si votre enfant a moins de 18 mois, amenez-le à l’urgence. S’il est plus âgé, vous pouvez tenter de le retirer avec vos doigts (et non une pince : ne vous improvisez pas chirurgien) avec l’aide d’une deuxième personne qui maintient la tête.

Demandez-vous comment votre enfant a pu avoir accès à un objet aussi petit... et ne tentez pas la chance une deuxième fois : les étouffements surviennent tellement vite.

La brûlure

La peau d’un enfant est beaucoup plus fragile et mince, et brûle donc 4 fois plus vite.

Immergez immédiatement la brûlure dans de l’eau froide pendant 10 minutes, sans frotter. S’il y a un vêtement, ne l’enlever qu’une fois cette étape terminée. Si la brûlure est difficile d’accès, appliquez un linge imbibé d’eau froide.

Consultez un médecin si la brûlure est de grande étendue, qu’elle touche le visage ou que les vêtements sont collés.

Appliquez généreusement une couche de crème antibiotique puis de flamazine, qui est un onguent graisseux, et finalement une gaze sèche maintenue par des pansements. Surtout, pas de dentifrice ou de beurre! Les corps gras « domestiques » peuvent causer des infections. 

Le pansement doit être changé quotidiennement. S’il colle moindrement, mouillez-le au préalable pour ne pas arracher la précieuse peau qui se reconstitue. Assurez-vous d’appliquer davantage de flamazine la prochaine fois. Par ailleurs, les brûlures sont douloureuses : donnez de l’acétaminophène à votre enfant une demi-heure avant toute manipulation, et davantage si nécessaire pendant les 48 premières heures.

Il est possible que des phlyctènes se forment. Appelées communément « cloques », ces bulles remplies de liquide clair sont une réaction inflammatoire normale lors de brûlures. Elles peuvent atteindre plusieurs centimètres de diamètre. On ne doit pas les crever : elles agissent en « pansement naturel » en attendant que la peau sous-jacente guérisse. Recouvrez-les délicatement d’une gaze sèche : elles crèveront spontanément. Par contre, si le liquide devient jaune et épais, vaut mieux consulter.

Pour en savoir plus, consultez les fiches détaillés sur le site: l’enfant qui s’est coupé, l’enfant qui s’est brûlé et l’enfant qui saigne du nez.

Et voilà : finies les vacances! Je vous promets que mon prochain texte sera plus d’actualité. Mais pour être franche avec vous, peut-être que cette procrastination est volontaire... et me donne l’impression d’allonger ces précieux jours d’été, avec ou sans bobos!

Dre Taz, Omnipraticienne
Je sais combien la santé est un sujet qui nous préoccupe tous... Inspirés par ma pratique d'omnipraticienne, mes textes sont d'abord ceux d'un parent comme vous!
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (4)

  1. musiquanne 20 août 2009 à 19 h 38 min
    Merci pour tous ces bons conseils. Je veux apporter une précision quant aux médicaments à proscrire qui font qu'une personne peut saigner plus. VOus mentionnez qu'il ne faut pas donner d'aspirine. Ceci est exacte. L'aspirine ne doit jamais être donné à une personne de moins de 18 ans car elle peut provoquer le syndrome de reye....Vous pouvez lire sur le eweb ce qu'est ce syndrome. "Le syndrome de Reye est une maladie rare qui affecte surtout les enfants ou les adolescents atteints d'une maladie virale, comme la varicelle ou la grippe. On a établi un lien de causalité entre l'utilisation de l'AAS (acide acétylsalicyclique ou aspirine) et l'apparition du syndrome." extrait du site:http://www.hc-sc.gc.ca/hl-vs/iyh-vsv/diseases-maladies/reye-fra.php

  2. sophie 2 septembre 2009 à 11 h 06 min
    bonjour, cela fait 15 jours que nos garçons ont été circonsis via bistouri electrique (donc brulure) et le docteur nous a demandé de séché la plaie eaosine et pulvo puis eosine et madécasol aucune amélioration croute importante et suintement jaunatre j'ai conduit les garçons chez un autre docteur (pédiatrique) qui me dit de laver avec sedasteril puis d'appliquer une creme Adax cicaB5 mais mon petit dernier hurle de douleur (brulur du a la creme) on en peut plus de les voir souffrir surtout que le grand a dû etre hospitalisé pour une infection et a donc eté sous injection de Tryaxon pendant 3 jours maintenant le pediatre le remet sous Floxam et pour le petit rien alors que sa plaie est toujours suintante jaunatre je sais plus quoi faire car le petit n'a pus confiance et a trés peur de souffrir en plus la rentré c'est raté pour eux car ils peuvent toujours pas mettre de slip ou de pantalon... aidez moi...
  3. Tasnime Akbaraly 9 septembre 2009 à 20 h 27 min
    Merci Musiquanne pour votre précision tout à fait juste. Heureusement, comme vous le mentionnez, le syndrome de Reye est rare. Une certaine association avec l'AAS a été soulevée et il faut toujours privilégier l'acétaminophène lorsque son enfant fait de la fièvre.
  4. Tasnime Akbaraly 9 septembre 2009 à 20 h 49 min
    Bonjour Sophie, ce que vous êtes en train de vivre est pour le moins difficile. Si je comprends bien, votre fils ainé aurait fait une infection de plaie et traité en tant que tel. Par contre, le 2e semble avoir le même diagnostic selon vous mais sans traitement. Les deux ont été traumatisés par l'ensemble de l'expérience. Il est ardu pour moi de m'avancer d'un point de vue médical via un courriel. J'ai quelques suggestions: est-ce que des antibiotiques par la bouche pourraient être envisageables, pour limiter au maximum la manipulation du gland? En ce qui concerne leur peur, laissez vos enfants toucher eux-même leur pénis lors de l'hygiène ou de l'application de crème, pour bien discerner la vraie douleur de l'appréhension de la douleur. N'hésitez pas non plus à administrer de l'acétaminophène une demi-heure avant les soins. Vous avez cependant des incertitudes qui ont besoin d'être apaisées. Et finalement, pourquoi ne pas revoir le médecin qui vous inspiré le plus de confiance, quitte à en consulter un autre? Préparez une liste des questions AVANT le rendez-vous, pour ne rien oublier. Bonne chance!

Partager