L’argent ne pousse pas dans les couches!

L’argent ne pousse pas dans les couches!
Par , Omnipraticienne
2 juillet 2009

Il n’est jamais superflu de sauver quelques dollars par-ci par-là. Or, lorsqu’il s’agit de nos enfants, notre culpabilité parentale nous pousse à penser que leur santé et leur sécurité sont proportionnelles au montant investi...

Le capitalisme est basé sur la vulnérabilité émotive humaine : il crée des besoins que vous vous sentez subitement obligé de combler. Justement, le parent est un être humain émotif, vulnérable, qui doit deviner les besoins de sa progéniture muette ou presque. Le parent est la proie parfaite. Je ne peux m’avancer sur la nouvelle poussette avec alarme intégrée lorsque vous dépassez les 7,42 km/heure. Ou sur le matelas 22 ressorts qui garantit les nuits complètes à 3 mois...  Mais voici quelques gestes qui vous feront économiser quelques centaines de dollars à la fin de l’année et qui n’auront aucune incidence médicale sur votre enfant.

Les solutions nasales

De l’eau et du sel. D’accord, de l’eau stérilisée garantie par l’Association des Filtreurs Anonymes. Et du sel pur de la mer turquoise des Îles Machin. Mais c’est de l’eau et du sel et la bouteille coûte 11 $.

L’hygiène nasale est importante, surtout avant l’âge de 2 ans. Lors des rhumes, elle permet non seulement un grand soulagement lors du sommeil mais semble prévenir les otites. Et si vous êtes un de mes lecteurs assidus, vous savez que votre enfant aura une dizaine de rhumes dans l’année. À une bouteille pour chaque rhume, on atteint en moyenne les 100 $ annuellement. Le budget d’épicerie de la semaine. Une paire de sandales en cuir rouge. Une nuit en amoureux dans une auberge champêtre.

Il vous suffit de dissoudre 2,5 ml (1/2 c. à thé) de sel de table dans 240 ml d’eau bouillie et refroidie. Bien respecter les proportions. Remplissez une bouteille de solution nasale (avec compte-gouttes de préférence), préalablement bien nettoyée à l’eau chaude savonneuse et minutieusement rincée (ou un passage au lave-vaisselle). Conservez le reste de la solution au réfrigérateur, dans un contenant propre et hermétique, pour un maximum de 7 jours. Et voilà!

Les génériques

L’acétaminophène sans nom est aussi efficace pour diminuer la fièvre ou soulager votre enfant que la marque la plus connue. Les 3 $ supplémentaires que vous coûte cette dernière financent probablement l’aspect design de la bouteille et les affiches publicitaires dans les abribus. Ce principe s’applique à tous les médicaments : les génériques coûtent moins cher. Vous n’avez aucune crainte à avoir sur leur qualité ou leur efficacité : les lois nord-américaines sont strictes.

Par ailleurs, je vous suggère l’achat d’acétaminophène en grande quantité : c’est un produit dont vous aurez besoin couramment et il vous reviendra moins cher à l’unité de cette façon. Évidemment, vérifiez bien la date d’expiration.

Les vitamines

Elles ont la forme de leur personnage préféré et goûtent le bonbon. C’est tellement plus facile que de leur faire avaler un brocoli. Et comme c’est rassurant d’avoir une alternative lorsqu’ils ne finissent pas leur assiette!

Pourtant, les vitamines sont rarement nécessaires si ce n’est la vitamine D pour les nourrissons allaités (dans quel cas il s’agit de la suggestion du médecin). Pour qu’un enfant souffre d’une carence vitaminique, il faut une privation de plusieurs semaines, une diète bien particulière (le végétalisme par exemple) ou un problème de santé précis. Par ailleurs, il est faux de croire qu’une vitamine donne de l’énergie! Une vitamine n’a jamais un effet instantané!

Bien sûr, si la posologie est bien respectée, ça ne peut pas nuire (à moins de surdosage accidentel, du risque d’allergie, sans compter l’apport inutile en sucre). Mais la bouteille coûte facilement une douzaine de dollars. C’est cher pour calmer une petite angoisse parentale totalement injustifiée! Douze dollars, c’est le prix d’une grosse boîte de clémentines du Maroc, de 2 melons d’eau et d’un panier de fraises. Quant au plaisir de se barbouiller la figure de ces fruits merveilleux, il est totalement inestimable... et gratuit!

Dre Taz, Omnipraticienne
Je sais combien la santé est un sujet qui nous préoccupe tous... Inspirés par ma pratique d'omnipraticienne, mes textes sont d'abord ceux d'un parent comme vous!
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (1)

  1. Marie-Pomme Lalande 7 juillet 2009 à 01 h 01 min
    Oups! ainsi, la solution saline maison ne se conserve une semaine au frigo... C'est bon à savoir. Je gardais la mienne des semaines durant dans l'armoire de pharmacie... Quoi qu'il en soit, merci, docteure Taz, pour ces conseils économiques. J'ai consulté vos autres chroniques et j'apprécie votre style vivant et chaleureux. Voilà de quoi faire taire les mauvaises langues qui disent que les médecins écrivent mal!

Partager