Fiston fait de l’embonpoint?

Fiston fait de l’embonpoint?
29 juin 2009

Votre enfant a des rondeurs? Il n’est pas le seul. 

Comme je le rappelais récemment, 28 % des petits Québécois souffrent d’excès de poids, et un sur dix est obèse. 

Mais ce qui est formidable, c’est de voir le nombre grandissant de parents qui prennent la situation en main et toutes les initiatives qui fleurissent, ici et là. 

J’apprenais hier encore que le Groupe d’entraide pour les parents d’enfants avec excès de poids (GEPEEP) innove en proposant un camp d’été familial, destiné aux enfants avec excès de poids. Un programme intelligent, mais surtout plaisant, élaboré avec la participation de chercheurs et professeurs de l’Université Laval. 

Bien sûr, puisque l’enfant est en pleine croissance, il n’est pas question de le mettre au régime, mais plutôt de l’aider à acquérir de saines habitudes de vie. On le sait par coeur : cela passe par une alimentation équilibrée et de l’activité physique. 

Or, ce camp d’été, qui se tient du 15 au 17 août à Hérouxville, mise justement sur une chasse au trésor, des parcours à obstacle et la baignade pour sensibiliser les enfants de 5 ans à 12 ans (et leurs parents!) à ces principes de bonne santé. Tout en s’amusant, ils y apprendront comment se concocter des repas nutritifs et appétissants. (www.gepeep.org, inscriptions avant le 31 juillet). 

Et si, à la rentrée, ils allaient à l’école en vélo? Là encore, on les attend au tournant. Tandis qu’il y a quelques années encore, les vélos s’entassaient sur les clôtures autour des écoles, aujourd’hui, il y en a tout au plus deux ou trois, me disait récemment un professeur. 

Alors, devant ce constat, l’association Vélo Québec a lancé, en 2005, l’initiative « Mon école, à pied, à vélo! ». Ce programme envoie directement des intervenants dans les classes pour sensibiliser les élèves au « transport actif », mais améliore aussi la sécurité du parcours des écoles, en collaboration avec la ville. Cette année, 42 écoles de Montréal, Laval et la Montérégie et 34 écoles du reste du Québec prenaient part au programme. D’ici 2015, il sera déployé dans l’ensemble du Québec. Sympathique, non? Et si vous souhaitez que cela arrive plus vite près de chez vous, n’hésitez pas à contacter Vélo Québec (www.velo.qc.ca/monecole). 

Côté sport aussi, j’aime bien l’initiative de l’Association des Grands Frères Grandes Soeurs du Grand Montréal. Depuis 5 ans maintenant, celle-ci jumelle des écoliers obèses avec des adultes bénévoles, passionnés de sport, dans le programme « Mentors en mouvement ». Des centaines d’élèves y participent et, là encore, toutes les régions du Québec souhaitent importer l’initiative. 

Mais l’objectif final à atteindre, on le sait, c’est la prise de conscience et la motivation des parents. Et cet objectif, il passe par l’éducation. Alors, à quand les cours de nutrition dans les écoles? N’est-ce pas aussi, voire plus, important que la physique ou la géographie? Tous les parents le réclament, ainsi que les médecins. Mais aucun gouvernement ne bouge...

Marie Charbonniaud
Journaliste indépendante et mère de 3 enfants, je jette un regard à la fois critique et maternel aux questions d’actualité touchant à la famille.
Tous les billets de l'auteur

Partager