Renaître en beauté!

Renaître en beauté!
16 juin 2009

Décliner, rapetisser, s’affaisser au ralenti pour finalement disparaître. C’est ce qui m’attend doucement, mais sûrement. Du moins, c’est ce que je croyais jusqu’à la semaine dernière.

Nous étions alors réunies, ma famille et moi, autour de la table pour le souper. J’écoutais, d’une oreille distraite, les histoires rocambolesques sans sujet ni verbe de ma fille, quand tout à coup, au détour d’une phrase incompréhensible, j’ai vu! Vu l’expression de son visage, ses yeux écarquillés, ses taches de rousseur, ses fossettes qui se creusent et ce rire tellement joyeux. Le choc. C’était moi tout craché. D’un coup, je me suis vue pousser en dehors de moi. Les gens m’avaient pourtant prévenue lorsqu’elle était haute comme trois pommes en me disant : « C’est drôle, quand elle est née, c’était le portrait de son père, mais maintenant, elle te ressemble de plus en plus. » Je prenais ça pour de la politesse, car honnêtement, en la regardant, je ne voyais rien, excepté des joues rondes à croquer et un besoin d’être aimée et protégée, comme n’importe quel bébé. Pour le reste, je me demandais bien quel bout pouvait m’appartenir. Chaque détail me rappelait plutôt son père : de grands yeux bruns, une bouche fine et un petit nez.

Donc, rien vu, rien entendu, jusqu’à cet instant magique où j’ai aperçu tous ces petits bouts d’elle-même s’animer et devenir un tout : un tout « moi » version miniature qui m’a bouleversée. J’ai tourné la tête vers mon fils qui écoutait sa grande soeur avec un sourire admiratif. Le même que le mien. Pendant ce temps-là, à l’autre bout de la table, ma petite dernière faisait rire son père en lui faisant des grimaces, une de mes activités préférées quand la vie devient trop sérieuse. J’ai réalisé soudain que la plus belle image de moi-même n’était pas devant le miroir de la salle de bain, mais plutôt devant moi et, de surcroît, multipliée par trois!

Aujourd’hui, tandis que je disparais doucement derrière mes rides, je renais en même temps, ici et là, dans le visage et les expressions de mes enfants. Je me croise au creux de leurs rires. Au détour de leurs soupirs. C’est joli de se voir renaître dans un corps tout petit et tout neuf. Je n’y avais pas pensé en les mettant au monde. Depuis, j’ai fait des économies en jetant mes crèmes antirides. À la place, j’ai acheté des bonbons acidulés à toute ma famille. Je sais, c’est très mauvais pour les dents, mais ça pétille dans la bouche. C’est comme la vie!

Catherine Goldschmidt
Je suis une drôle de maman qui adore dénicher ou inventer des jeux simples et peu coûteux pour amuser les enfants.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (4)

  1. Danny Raymond - Ton voisin d'à côté 16 juin 2009 à 18 h 59 min
    Ta fable me ramène mes cheveux gris naissants! Voici mon observation sociologique et cosmétique: les femmes parlent de leurs rides, les gars s'inquiètent de leurs cheveux :)
  2. Valou 20 juin 2009 à 09 h 02 min
    Que d'émotions en lisant cette chronique. Je comprend mieux maintenant pourquoi j'ai tant de crèmes et si peu de bonbons dans mes placards ! Vivement que je change d'épicerie ;-)
  3. Eve 29 juin 2009 à 15 h 15 min
    En lisant cette chronique, je me rappelle d'avoir regardé mon fils de cette façon. Tous ont peur de vieillir avec les rides et les cheveux gris et je ne comprends pas vraiment. Pour moi vieillir veut dire voir grandir mon fils, le voir découvrir les bonheurs que la vie apporte. Pour moi vieillir veut dire avoir le bonheur d'être avec ma famille et de voir évoluer mon fils et aussi mes futurs enfants ( j'espère avoir au moins 2 autres enfants) . J'ai 28 ans et j'espère être vieille un jour et très rider et avoir les cheveux tout blanc. Cela impliquera que j'aurai été témoin de la vie de mes enfants. J'espère pouvoir un jour serrer mes petits enfants et peut-être mes arrières petit-enfants dans mes bras. Pour moi vieillir est une chose extraordinaire. On doit en être fier car nombreux sont ceux qui n'ont pas cette chance, ils quittent ce monde beaucoup trop jeune et ne pourront jamais voir grandir leurs enfants.
  4. Catherine Goldschmidt 29 juin 2009 à 19 h 04 min
    C'est tellement vrai ce que tu dis Eve et c'est tellement plus beau de regarder la vie ainsi. De toute façon, on ne peut pas arrêter le temps qui passe alors autant en profiter et avec des petites mains blotties au creux des nôtres, ça rend le chemin tellement plus agréable. Alors tu as as raison d'en vouloir encore. J'en ai trois et c'est trois fois plus de bonheur!

Partager