Allergies alimentaires : un problème de poids?

Allergies alimentaires : un problème de poids?
31 mai 2009

L’obésité n’est peut-être pas une cause d’allergie, mais elle pourrait fortement y être liée…

Voilà ce que vient d’annoncer une équipe de chercheurs américains, après être passée à travers une large enquête rassemblant plus de 4 000 enfants, âgés de 2 ans à 19 ans. L’étude apparaît dans le dernier Journal of Allergy and Clinical Immunology.

Dans leurs conclusions, les chercheurs restent prudents. Ils affirment que « s’il n’y a rien de définitif encore dans leur découverte, c’est une raison supplémentaire pour prévenir l’obésité chez les enfants ».

Cela dit, les chiffres qu’ils avancent sont convaincants. Les enfants en surpoids et obèses ont 50 % plus de risque de développer une allergie au lait que les enfants de poids normal; et de façon générale, ils ont 25 % plus de risque de développer une ou plusieurs allergies alimentaires.

Au Québec, 28 % des nos petits souffrent d’excès de poids et près d’un sur dix est obèse. C’est beaucoup. À ce sujet, je me souviens encore des propos d’un endocrinologue de l’Hôpital de Montréal pour enfants, Laurent Legault, rencontré pour les besoins d’un article. Chaque jour, celui-ci examine des dizaines d’enfants obèses âgés d’à peine 10 ans. « Ils ont déjà des problèmes de pression, de cholestérol, de résistance à l’insuline; et je dépiste par échographie un épaississement des vaisseaux du cou. Ce sont tous des prédicateurs de maladies cardiovasculaires », m’avait-il dit.

Les causes? Majoritairement, le manque d’activité physique et une alimentation déséquilibrée. Et même les bambins ne sont plus épargnés. Une autre étude, publiée en 2009, révélait que les adorables cuisses potelées, chez 18 % des enfants américains de 4 ans, étaient en fait des signes d’obésité précoce!

Côté allergies alimentaires, de 6 % à 8 % des enfants en souffrent. Elles peuvent survenir à n’importe quel âge, mais apparaissent en général avant 4 ans.

Les causes? On évoque l’exposition précoce à des aliments très allergènes (mais il existe très peu de preuves encore) ou même l’utilisation accrue, dans l’industrie alimentaire, d’additifs tirés de protéines allergènes. Mais on est loin, bien loin, de maîtriser les causes du phénomène. Quant à le soigner, même pas l’ombre d’une piste. Pour l’instant, une allergie alimentaire est « incurable ». On suggère d’éviter l’aliment à vie.

Bref; cette étude jette donc un gros pavé dans la mare, où stagnent depuis trop longtemps ces deux sujets épineux. En effet, l’obésité et les réactions allergiques n’ont-elles pas toutes les deux grimpé en flèche, au cours des 20 dernières années?

Certes, tous les enfants en surpoids ne sont pas allergiques, et tous les enfants allergiques ne sont pas en surpoids. Mais imaginez, si pour une bonne partie d’entre eux, combattre l’une permettait de combattre l’autre… Ce serait quand même bien pratique!

Marie Charbonniaud
Journaliste indépendante et mère de 3 enfants, je jette un regard à la fois critique et maternel aux questions d’actualité touchant à la famille.
Tous les billets de l'auteur

Partager