Garderie: la scolarité des éducatrices a de l'impact

Garderie: la scolarité des éducatrices a de l'impact

29 octobre 2010 — Les enfants ont tout à gagner à fréquenter une garderie où les éducatrices ont au moins une formation collégiale.

Les résultats provenant de la thèse de doctorat de Suzanne Manningham, parus récemment dans Forum, favorisent la formation des éducatrices. Trois études ont été réalisées lors de cette thèse qui portait sur la qualité de l’environnement éducatif dans les services de garde à la petite enfance au Québec.

Ainsi, il y a un lien direct entre la qualité d’un milieu de garde et la formation collégiale ou universitaire. Les éducatrices ayant acquis plus de connaissances ont tendance à offrir des activités éducatives dont le contenu est mieux adapté aux jeunes enfants.

C’est la première fois qu’une distinction est ainsi faite entre les services de garde en milieu familial et les centres de la petite enfance (CPE).

Pour arriver à ces résultats, madame Manningham a évalué les compétences de 1211 éducatrices, pour ensuite les comparer et vérifier les associations entre ces variables.

Cette thèse a été dirigée par deux professeures, soit Sylvana Côté (Université de Montréal) et Christa Japel (UQÀM).

(BUM)

À lire aussi