Arsenic et bois traité: les modules de jeux seraient sans danger

Arsenic et bois traité: les modules de jeux seraient sans danger

1er juin 2010 – Selon une étude1 de l’Université de l’Alberta, le bois traité, très souvent utilisé dans les structures de jeux, ne présenterait pas de risque pour la santé des enfants. Contrairement aux inquiétudes soulevées vers la fin des années 1990, la présence d’arsenic dans ce matériau n’entraînerait pas d’intoxication.

Les chercheurs de la Faculté de médecine ont démontré que l’exposition à l’arsenic, causée par ces installations, ne représente qu’une infime fraction de l’exposition totale à laquelle un enfant est exposé, toutes sources confondues.

Pour en rendre compte, ils ont comparé des échantillons de salive et d’urine d’enfants ayant joué dans 8 modules faits de bois traité à ceux d’enfants ayant fréquenté 8 parcs dont les installations étaient faites d’autres matériaux.

Leurs résultats ont montré qu’il n’y avait pas de différence significative entre les échantillons quant à leur concentration en arsenic.

Les chercheurs ont également relevé des échantillons en grattant la peau des mains des enfants. Ils y ont trouvé de l’arsenic, mais d’infimes traces. De plus, celles-ci disparaissent facilement avec de l’eau et du savon. Bref, rien pour se priver du plaisir et des bienfaits de bouger et de jouer. Leur suggestion : au lieu de chercher à démolir et remplacer les structures, on devrait plutôt mettre des lavabos à la disposition des enfants et de leurs parents dans les parcs.

En Amérique du Nord, environ 70 % des structures de jeux sont faites avec du bois traité. On en retrouve aussi dans certaines maisons, notamment pour les installations extérieures, comme les galeries et les terrasses. En concentration élevée, on croit que l’arsenic serait associé à certains types de cancer, comme celui de la peau, des poumons et de la vessie.

 

Claudia Morissette – Naitreetgrandir.net

 

1. Résultats publiés dans l’édition du 15 mai 2010 de la revue Environmental Science & Technology
2. La fiche de Santé Canada sur l’arsenic

À lire aussi