Jus de fruits et boissons sucrées: même débat?

Jus de fruits et boissons sucrées: même débat?
Le jus de fruits fait de plus en plus débat. Pourquoi boire un verre de jus d’orange n’est plus considéré santé? Entrevue avec une nutritionniste.

12 juillet 2017 | Il est maintenant conseillé de ne pas donner de jus de fruits avant l’âge d’un an à un enfant et d’en limiter la consommation par la suite. Le jus de fruits fait d’ailleurs de plus en plus débat. Pourquoi boire un bon verre de jus d’orange pur à 100 % n’est plus considéré santé?

Entrevue avec Marie-Josée Leblanc, du Centre de référence en nutrition de l’Université de Montréal.

 

Est-il vrai qu’un jus de fruits contient autant de sucre qu’une boisson sucrée?

« On peut dire que ça s’équivaut, en effet. C’est pourquoi on recommande de ne pas boire plus d’une demi-tasse de jus de fruits par jour (125 ml). Ça paraît peu comme quantité de jus, mais ça correspond tout de même à 15 g de sucre! »

Pourtant, quand on mange un fruit, il contient les mêmes sucres.

« Attention. Un grand verre de jus peut facilement contenir l’équivalent, en sucre, de 3 à 5 oranges par exemple. Et ce sucre, on va l’engloutir en quelques secondes à peine. Alors qu’une orange entière, il faut bien prendre le temps de mastiquer chaque quartier avant de l’avaler. »

Donc, le problème avec le jus de fruits, c’est la grande quantité de sucre absorbée dans un court laps de temps. C’est bien ça?

« C’est un peu plus complexe. Le problème principal avec les jus de fruits, c’est qu’ils ne contiennent plus de fibres. D’une part, les fibres contribuent à la sensation de satiété – raison pour laquelle peu de gens vont manger 5 oranges d’un coup.

D’autre part, les fibres servent non seulement à véhiculer l’essentiel des vitamines et des minéraux, mais elles permettent de ralentir la métabolisation du sucre. Le glucose, en entrant graduellement dans le sang, ne va pas induire de pic d’insuline. Tandis que les jus, eux, peuvent provoquer un choc glycémique. Et cette production soudaine d’insuline entraîne différents effets non désirables, dont l’accumulation de gras abdominal. »

Donc, un jus de fruits, ce n’est pas un fruit.

« Exactement. Avec un jus, on n’a qu’une partie du fruit. Celle qui est la moins intéressante, d’un point de vue nutritionnel. Car, lors de l’extraction du jus, on perd, en plus des fibres, les composés phytochimiques et les antioxydants. »

Tout de même, les jus de fruits contiennent certains minéraux, comme du potassium et des vitamines, notamment la vitamine C.

« En ce qui concerne les minéraux comme le potassium, les jus de fruits ne fournissent en moyenne que 5 % de l’apport quotidien. Une quantité négligeable… Ce n’est donc pas la peine d’en boire pour cette raison. D’autant plus que l’on retrouve du potassium dans de nombreux aliments, comme des poissons, des légumes et bien sûr des fruits. »

Et la fameuse vitamine C?

« Une des caractéristiques de la vitamine C, c’est de se retrouver presque exclusivement dans les groupes des fruits et des légumes. Elle est très rare dans tous les autres groupes d’aliments. Cela dit, nos besoins en vitamine C étant peu élevés, il est très facile de les combler avec quelques portions de fruits et légumes frais. D’ailleurs, à peine moins de 3 % des Canadiens pourraient être à risque de déficience en vitamine C. »

Donc le petit verre de jus d’orange, le matin, pour avoir sa dose naturelle de vitamine C, c’est une fausse bonne idée?

« Là, je sens que je vais vous décevoir. Le jus d’orange que l’on achète à l’épicerie n’est pas une source naturelle de vitamine C… Car, dans le cas du jus d’orange, on va le chauffer pour évaporer l’eau et obtenir une purée, plus facile à transporter, que l’on va ensuite réhydrater. Or, en chauffant le jus d’orange, on fait disparaître la vitamine C puisqu’elle est thermosensible. On doit en rajouter au moment de reconstituer le jus. »

Donc le petit verre de jus d’orange, le matin…

« Je ne veux surtout pas que les gens retiennent comme message que les jus de fruits sont à proscrire. Bien sûr, entre un fruit entier et un petit verre de jus, le choix est clair. Mais, quand on aime ça, ou si on en a le goût, il n’y a pas de mal à se servir une demi-tasse de jus de fruits. Il suffit de se souvenir, dans le cas qui nous occupe, que la modération a bien meilleur goût. »

 

Par François Grenier - 100°


Ce texte a été publié originalement sur le
webzine 100°. Initiative de Québec en forme, 100° aborde une variété de sujets qui touchent à la création et au maintien d’environnements favorables aux saines habitudes de vie. 100° n’a aucun but lucratif ni attache commerciale.

 

Photo : Gettyimages/lukaszfus

À lire aussi