La scarlatine

La scarlatine

Les symptômes

Votre enfant :

  • a une fièvre élevée;
  • souffre d’un mal de gorge intense qui l’empêche d’avaler. Il présente les symptômes d’une angine;
  • a mal au ventre et vomit parfois;
  • a une éruption cutanée rougeâtre (la peau est plus rosée et présente de petits boutons) qui apparaît d’abord au cou et aux plis de flexion (aisselle, coude, cuisse) dans les 24 heures suivant les premiers symptômes. Elle peut s’étendre au reste du corps en 2 ou 3 jours. La peau prend alors la texture du papier sablé.
  • a un enduit blanchâtre sur la langue. Lorsque celui-ci disparaît, la langue prend une couleur rouge vif, comme une framboise.

Consultez le médecin si votre enfant a une angine ou s’il présente les symptômes décrits ci-dessus pour confirmer le diagnostic.

Demandez une aide médicale d’urgence (9-1-1) si votre enfant :

  • a également très mal aux oreilles ou à la tête;
  • a des convulsions;
  • a une température qui dépasse (40 °C (104 °F) ou plus).


Qu’est-ce que la scarlatine?

La scarlatine est une infection causée par un type de streptocoque (bactérie) qui produit des toxines. Dans de rares cas, l’éruption peut survenir sans être précédée d’un mal de gorge.

L’infection est contagieuse. Des complications, bien que rares, peuvent survenir (elles touchent les oreilles, les reins ou les articulations) si la scarlatine n’est pas traitée. Il est essentiel de consulter un médecin.

Âge : la scarlatine touche surtout les enfants de 5 ans à 15 ans.
Mode de transmission : par des gouttelettes de sécrétion en suspension dans l’air lorsqu’une personne infectée tousse ou éternue, ou par contact avec des objets contaminés par ces sécrétions (verres, ustensiles de cuisine, jouets, mains, etc.).
Période d’incubation : de 3 à 5 jours.
Durée de la maladie : le mal de gorge dure de 2 à 3 jours, et l’éruption cutanée, environ 1 semaine, après quoi la peau de l’enfant peut desquamer.
Période de contagion : cesse 2 jours après que l’enfant a commencé à prendre des antibiotiques. Mais, s’il ne suit pas de traitement, il peut être contagieux pendant 21 jours.
Quarantaine : l’enfant peut retourner à la garderie ou à l’école 48 heures après avoir commencé un traitement aux antibiotiques.
Vaccin : il n’existe pas de vaccin contre la scarlatine. Par ailleurs, on peut contracter la maladie même quand on l’a déjà eue.

Comment traiter?

La prescription du médecin

Le traitement antibiotique permet de réduire la durée de la maladie, ainsi que de prévenir les complications et la propagation de l’infection. Il est très important de poursuivre le traitement pendant toute la durée prescrite, même si les symptômes ont disparu. Interrompre le traitement peut entraîner une rechute, causer des complications et contribuer à l’antibiorésistance.

Soins et conseils pratiques

  • Favorisez les activités calmes. S’il n’est pas nécessaire que votre enfant garde le lit toute la journée, il doit se reposer.
  • Donnez-lui souvent à boire : de l’eau, du jus, de la soupe. Évitez les jus trop acides (orange, limonade, raisin), qui accentuent le mal de gorge.
  • Offrez-lui des aliments mous (purées, yogourt, crème glacée, etc.) en petites quantités, 5 ou 6 fois par jour.
  • Si l’air est sec, humidifiez l’air de sa chambre. Utilisez, de préférence, un humidificateur à vapeur froide. Évitez les vaporisateurs et les humidificateurs à eau chaude à cause des risques de brûlures. Nettoyez fréquemment l’appareil afin de prévenir sa contamination par des bactéries ou par des champignons.
  • Invitez votre enfant à se gargariser quelques fois par jour avec 2,5 ml (½ c. à thé) de sel dilué dans un verre d’eau tiède.
  • Pour soulager sa douleur et sa fièvre, donnez-lui de l’acétaminophène (Tylenol®, Tempra®, Panadol®, etc.) ou de l’ibuprofène (Advil®, Motrin®, etc.) en vous conformant aux indications et en respectant les doses recommandées en fonction de son âge. Ne donnez pas d’ibuprofène à un bébé de moins de 6 mois et ne donnez jamais d’acide acétylsalicylique (AAS), comme l’Aspirine®, à un enfant ou à un adolescent.

Comment prévenir?

On ne peut prévenir la scarlatine.

Hygiène de base. Les mesures habituelles d’hygiène peuvent aider à protéger contre les infections en général :

  • L e lavage des mains. Il faut se laver les mains avec du savon après avoir été en contact avec une personne infectée ou après avoir touché un objet manipulé par elle. Il faut laver souvent les mains des jeunes enfants et leur apprendre à le faire eux-mêmes dès que possible, surtout après qu’ils aient toussé ou éternué, ou après qu’ils se soient mouchés.
  • L’utilisation du mouchoir. Apprenez à votre enfant à tousser ou à éternuer dans un mouchoir.
  • Le fait de tousser ou d’éternuer dans le creux du coude. Apprenez à votre enfant à tousser ou à éternuer dans le creux de son coude plutôt que dans sa main s’il n’a pas de mouchoir.
  • La désinfection des surfaces de transmission. Nettoyez soigneusement les jouets, les robinets et les poignées des portes, de préférence avec un nettoyant renfermant de l’alcool.

 

Naitre et grandir.com

      Révision scientifique : Équipe de recherche: Isabelle Marc, MD
      Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
      Mise à jour : Juillet 2011

 

Références

Note : les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

  • KidsHealth, Parents. « Lung & Respiratory Infections. Scarlet Fever ». www.kidshealth.org
  • LABBÉ, Jean (Dr). Bulletins pédiatriques, Votre enfant de la naissance à 5 ans. Faculté de médecine, Université Laval, Québec, 2006.
  • Mayo Clinic. « Scarlet Fever ». www.mayoclinic.com
  • DORÉ, Nicole et Danielle LE HÉNAFF. Mieux vivre avec notre enfant de la grossesse à deux ans, Guide pratique pour les mères et les pères. Institut national de santé publique du Québec, Québec. www.inspq.qc.ca
  • Revolution Health, source Healthwise, Scarlet Fever. www.revolutionhealth.com
  • SOCIÉTÉ CANADIENNE DE PÉDIATRIE. Les soins de nos enfants « L’angine streptococcique ». www.cps.ca

À lire aussi